Désir

Publié le 05/11/2012 à 15:21

Définition par Bruno MARTIN

Énergie biologique et psychique qui déclenche et entretient l'excitation sexuelle vers l'objet sexuel, et qui engendre un comportement sexuel. L'objet du désir peut être hétérosexuel, homosexuel ou bien paraphilique (pédophilie, zoophilie...). Les critères hormonaux, sociaux, physiques et psychiques de l'objet du désir provoquent une réaction génitale chez l'homme. Elle est plus diffuse sur l'ensemble du corps chez la femme et entraîne plus souvent diverses réactions (émotivité, rougeurs, jambes en coton, accélération du rythme cardiaque...). Le désir stimule l'activité psychique à travers les fantasmes autour de l'objet. Il déclenche de l'inquiétude et des questions sur les stratégies de séduction, ses capacités à être à la hauteur, la réciprocité des élans... Le désir peut être plus ou moins contrôlé selon l'éducation reçue. D'autre part, il fluctue avec l'âge : autoérotique et intense pendant l'enfance, impérieux et transitant par la période masturbatoire et de flirt pendant l'adolescence, il trouve une décharge pulsionnelle dans une sexualité à deux durant la période adulte; il décroît ensuite, de manière variable, avec la diminution de la testostérone et la ménopause.

La parole à Brigitte LAHAIE

Le désir par nature est variable, c'est ce qui le rend attrayant mais aussi inquiétant lorsqu'il disparaît. Nous sommes des êtres de désir, nos désirs sont immenses, comme un puits sans fond, mais nous ne sommes conscients que d'une partie d'entre eux. La plupart, inconscients, peuvent surgir à des moments qui nous surprennent tant et si bien qu'ils nous font peur. Nos rêves ne sont-ils pas peuplés de désirs totalement saugrenus ?
Il n'est pas question de réaliser tous nos désirs; la plupart sont d'ailleurs interdits par la morale ou par notre surmoi, qui veille, mais ce serait néanmoins dommage de renoncer à certains d'entre eux. Toute notre vie, nous oscillons entre ces deux extrêmes, d'où l'intérêt de trouver un accord avec soi-même : s'accorder le droit au plaisir sans pour autant se croire tout permis.
Notre société de consommation actuelle ne nous aide pas puisqu'elle nous parle de besoins alors que, la plupart du temps, il s'agit de désirs. Ainsi, lorsque nous ne pouvons pas nous acheter tel objet ou réaliser tel acte, la frustration est grande. Il serait préférable de comprendre que nous ne pouvons pas réaliser tous nos désirs et qu'il veut mieux nous contenter de ceux qui sont à notre portée. Est heureux le sage qui sait apprécier ce qu'il a.
Dans le domaine sexuel, nous tombons souvent en panne de désir justement parce que nous ne savons pas fantasmer. Ainsi, une fois la relation sexuelle consommée, nous ne parvenons pas à aller vers d'autres fantaisies; le désir se tourne alors vers d'autres corps ou s'endort, or on ne fait jamais le tour du corps de notre partenaire. La sexualité de chaque individu est riche, surprenante, pleine de fantasmes, à condition de parvenir à s'y connecter. « Le désir se nourrit du manque », disent les psychologues. Je préfère penser que le désir doit sans cesse être réinventé.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 24/12/2013 à 14:28

Réponse de CheyN

J'ai toujours eu du mal avec cette notion de 'manque' en amour.



Bien sur je comprends que l'être aimé puisse nous manquer ou que l'on puisse lui manquer, mais ce que je trouve dérangeant c'est qu'en le légitimant on réduit l'amour à du négatif.



Et puis cela nous conforte dans notre inconscient collectif que nous avons besoin de la présence de l'autre pour se sentir complet et légitimise la dépendance amoureuse en quelque sorte ; sans parler de cette déplorable tendance consumériste de n'être jamais comblé et d'en vouloir "toujours plus"....



Or, à mon sens, le véritable Amour devrait mener vers un sentiment de plénitude et de bien être ; où le manque est effectivement le signe que nous sommes plein de l'autre, plein d'amour et riche de mille fantasmes et de désir pour retrouver l'autre alors sans cesse réinventé.



Savoir voir l'Amour qui permet le manque plutôt que l'inverse, je crois que rester connecté à l'Amour est aussi subtil que cela.