Chagrin d'amour

Publié le 07/11/2012 à 10:41

Définition par Bruno MARTIN

Douleur psychique et physique engendrée par la perte de l'être aimé ou par l'inaccessibilité à l'objet d'amour. La séparation est le plus souvent à l'origine de cet état. Toutefois, des émotions analogues peuvent se rencontrer dans des mariages où l'amour est à sens unique, ou à la suite de la découverte d'un adultère.
Trois phases successives caractérisent le chagrin d'amour :
- le déni et la confusion : la perte narcissique que provoque la séparation ainsi que l'angoisse associée déclenchent un refus d'accepter la réalité et parfois le fol espoir du retour de l'être aimé;
- la colère, vis-à-vis de sa propre incapacité à garder l'autre, tout autant qu'envers celui qui semble avoir trahi;
- la reconstruction : elle a lieu lorsque le sentiment de dépendance s'estompe. De nouveaux projets et l'espoir d'une rencontre sont alors possibles.
Le chagrin d'amour déclenche parfois un véritable stress post-traumatique et de profondes dépressions allant jusqu'à l'infarctus ou au suicide.

La parole à Brigitte LAHAIE

Nous ne sommes pas tous égaux face au chagrin d'amour. Tout dépend de notre capacité à renaître. Notre premier vrai chagrin d'amour a lieu lorsque nous avons réalisé que nous n'étions pas tout pour notre mère. La manière dont nous avons dépassé ce deuil aura des répercussions sur nos chagrins d'amour futurs. Certains être se sentent si démunis qu'ils acceptent parfois des relations vraiment nocives.
Comment réagir ? Comment s'aider ? Trois atouts me semblent essentiels. Tout d'abord, notre capacité à imaginer un avenir plus rose (notre capacité à rêver); ensuite, notre capacité à nous faire du bien (notre capacité à nous aimer nous-mêmes) malgré notre chagrin; enfin, troisième point trop souvent négligé, notre capacité à accepter la souffrance, à la laisser vivre sans la refouler car, sinon, elle n'en sera que plus violente à la prochaine rupture ou à un autre évènement difficile de notre vie.
Trop de personnes après un divorce se jettent tout de suite dans les bras d'une autre qui leur donne l'illusion d'être bien ; quand cet autre les trompe ou les quitte quelques mois ou quelques années plus tard, ces personnes s'écroulent.
Si la colère est utile un certain temps pour éviter de sombrer dans la déprime, il y a un moment où il faut faire la paix et respecter le choix de notre partenaire qui a cessé de nous aimer. Sinon, nous risquons de rester enfermés dans des sentiments de vengeance, voire d'espoir de regagner le coeur de notre partenaire.
Un chagrin d'amour doit être vécu, digéré, pour que nous puissions repartir vers d'autres amours. Malheureusement, ce travail est rarement fait correctement tant nous ne voulons pas admettre que nous n'avons aucun pouvoir sur l'amour.
Enfin, un chagrin d'amour demande du temps, souvent un an ; si après ce laps de temps nous sommes encore mal, il faut alors demander une aide thérapeutique, non pas pour nous guérir de l'amour mais pour nous aider à retrouver le désir, désir d'aimer, désir de vivre...

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 03/09/2017 à 14:45

Réponse de CheyN

Il me semble que la plupart du temps, quand on dit qu'on aime quelqu'un, on parle de ce que l'on aime dans ce que l'Autre nous apporte. En réalité, je pense qu'on aime être aimé par cet Autre.

Dans l'Absolu, Aimer c'est principalement donner. Savoir recevoir ce que l'être aimé nous donne, exactement pour ce qu'il est, n'est pas si facile qu'il y paraît.
Pourtant c'est aussi aimer l'Autre et cela s'appelle le Respect.

Alors même lorsque l'Autre nous offre son éloignement, son abandon ou son rejet, nous devrions pouvoir le Respecter aussi.
Cela signifie ne pas faire porter à l'Autre la Douleur de la perte que cela engendre et qui ne concerne que nous et notre ego : il n'ne demeure pas moins que cela reste une performance du Coeur en soi, mais qui doit avoir l'élégance de rester de soi à soi, ne serait ce que par fidélité à notre propre Amour pour cet Autre ! ^= ^
Le 06/09/2013 à 23:29

Réponse de lapous

Notre capacité à accepter la souffrance et à la laisser se développer, c'est quelque chose de vraiment important dans tous les domaines de la vie. Quand je sens que je souffre, je m'allonge sur mon lit, je fixe le plafond et j'essaie de ne penser qu'à la souffrance qui m'envahit. La douleur physique est affreuse, cela dure longtemps mais ensuite, je me relève apaisée.
Le 12/03/2013 à 16:31

Réponse de florestan

j'en et parler en post, une période très difficile, un gros passage à vide, on ne sent remet pas vraiment il y a toujours des brides qui vous revienne à l'esprit,

mais on se reconstruit, parfois sur les ruines du passer ou sur un nouveau départ mais il et la le souvenir du chagrin et on espère que ne se renouvellera pas.
Le 11/11/2012 à 23:05

Réponse de stephyduclos

très difficile comme passage...