Désir endormi

11/03/2015 à 11:23

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

J'ai cherché un peu à propos du tantrisme : la méditation (qui me crispe), la répétition de mantras, la relation à une divinité (des divinités), tout cela me freine, ne me correspond pas. Je ne me sens pas de me lancer dans une telle démarche.

T'es pas obligée de répéter des mantras et de méditer en position du lotus, ni d'adhérer à une idée religieuse :-)
L'idée, en gros (j'suis pas une pro) c'est d'harmoniser les énergies sexuelles dans une véritable rencontre entre deux amants. Une rencontre où on prend le temps de s'accueillir, l'occasion de se réapprivoiser pour vous peut-être. Avec un travail sur le lâcher-prise, la respiration. Dans une ambiance tamisée, avec des massages. Bref, tout sauf de la performance.

Super dur ce qui t'est arrivé ce matin. Trop triste. Il faut trouver le moyen de remédier à tout ça, doucement mais sûrement.  Il est comment avec toi au quotidien ton mari ?

11/03/2015 à 12:00

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Merci, Parvati : tu m'as fait sourire avec ta première remarque sur le tantrisme :-)

Mon compagnon refuse les massages...
Au quotidien, il est très distant physiquement - c'est moi qui la plupart du temps réclame un petit baiser (juste lèvres à lèvres) ; c'est moi qui viens faire une caresse sur le visage, dans le dos, dans la nuque. Parfois (une fois par mois en gros), je dis "oh ! je n'ai pas dit bonjour !" et j'embrasse son sexe, au moment de la toilette/douche - en général, la réponse est : " 'mérite pas... " - ce qui veut tout dire...
Sinon, c'est un taiseux de première ; je suis obligée de lui tirer les vers du nez pour avoir une simili-discussion avec lui.
La communication passe par... je ne sais pas... une sorte de ressenti animal l'un de l'autre, et quelques éclats de rire quand l'un ou l'autre fait de l'humour.
Non, franchement, je suis découragée particulièrement aujourd'hui - cœur gros.

Dans le spectacle qu'on joue en ce moment tous les deux, il y a un passage où je suis au micro, à 2 mètres du public, et je raconte une "confession intime", inventée bien sûr, mais inspirée de certaines émissions de télé. Il se trouve que je raconte l'histoire d'une femme dont le mari a acheté une Déesse, et depuis qu'il a cette voiture il ne la touche plus ; elle exprime son désarroi, son désespoir d'être niée comme femme, en friche ("Avant, c'était moi, sa déesse")... Évidemment, je sais d'où vient cette histoire, et mon homme aussi - mais c'est trop tard : le metteur en scène l'a adoptée, et je la raconte tous les soirs devant une petite centaine de personnes...
Non, vraiment, c'est pathétique.
11/03/2015 à 12:33

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

Merci, Parvati : tu m'as fait sourire avec ta première remarque sur le tantrisme :-)

Mon compagnon refuse les massages...
Au quotidien, il est très distant physiquement - c'est moi qui la plupart du temps réclame un petit baiser (juste lèvres à lèvres) ; c'est moi qui viens faire une caresse sur le visage, dans le dos, dans la nuque. Parfois (une fois par mois en gros), je dis "oh ! je n'ai pas dit bonjour !" et j'embrasse son sexe, au moment de la toilette/douche - en général, la réponse est : " 'mérite pas... " - ce qui veut tout dire...
Sinon, c'est un taiseux de première ; je suis obligée de lui tirer les vers du nez pour avoir une simili-discussion avec lui.
La communication passe par... je ne sais pas... une sorte de ressenti animal l'un de l'autre, et quelques éclats de rire quand l'un ou l'autre fait de l'humour.
Non, franchement, je suis découragée particulièrement aujourd'hui - cœur gros.

Dans le spectacle qu'on joue en ce moment tous les deux, il y a un passage où je suis au micro, à 2 mètres du public, et je raconte une "confession intime", inventée bien sûr, mais inspirée de certaines émissions de télé. Il se trouve que je raconte l'histoire d'une femme dont le mari a acheté une Déesse, et depuis qu'il a cette voiture il ne la touche plus ; elle exprime son désarroi, son désespoir d'être niée comme femme, en friche ("Avant, c'était moi, sa déesse")... Évidemment, je sais d'où vient cette histoire, et mon homme aussi - mais c'est trop tard : le metteur en scène l'a adoptée, et je la raconte tous les soirs devant une petite centaine de personnes...
Non, vraiment, c'est pathétique.

Tu m'as bien fait sourire avec ton histoire de bonjour mensuel à son phallus magnificus :-)

C'est interpellant, sa façon de répondre "Mérite pas...". De la culpabilité ? Une mauvaise estime de lui-même ? Je suppose que rencontrer un thérapeute de couple, ça ne le branche pas non plus ? Il s’accommode (mais dans quelle mesure ? et est-ce vraiment sans souffrance affective) de la situation ?

Je comprends que tu te sentes découragée et que tu aies le coeur gros... Difficile de rétablir une sexualité quand le contact charnel est refusé.

 

11/03/2015 à 12:43

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970
Dans ces cas là (quand il y a rejet de la part d'un des conjoints, et qu'il s'installe dans la durée), je me demande toujours en quoi l'exclusivité sexuelle est une ligne de conduite respectueuse des individus, car elle nie les besoins - profonds, qui touchent à l'élan vital - de celui qui est repoussé. Que ton conjoint ne veuille plus de toi, c'est une chose. Mais il y a d'autres hommes qui pourraient te faire vibrer, te faire retrouver le sourire, t'offrir de l'amour et des caresses...
Je ne suis pas ici en train de t'inciter à l'adultère. Mais je me demande combien de temps tu peux rester comme ça à attendre (et comment ne pas être émotionnellement meurtrie à la longue par ses rejets répétés). Et la tendresse, bordel ? Frown
11/03/2015 à 12:47

francoisPARPAIX

Type :
Messages : 15
Membre depuis : 01/01/1970
Ancolie, Merci de votre témoignage et bravo d'avoir osé l'exprimer "cash". Votre parcours démontre la force et le courage dont vous avez dû faire preuve pour traverser ces épreuves. Aucune ne condamne votre avenir amoureux, sexuel et conjugal de façon définitive, mais leur incidence sur votre qualité de vie sexuelle est indéniable. Seule une prise en charge personnalisée, une évaluation précise et complète, dans un bon moment pour vous, permettront de revisiter votre intimité et celle de votre couple. Non, vous n'êtes pas trop vieille à 50 ans, mais vous devrez partir d'où vous êtes et peut être pas aller où vous rêviez d'aboutir  Le plus important étant d'être en route en vous fixant des petits objectifs avec un thérapeute qualifié dans le travail de l'intimité, sans a priori sur votre passé, mais en utilisant vos qualité, votre énergie. Il commencerait par vous apprendre à vous envoyer beaucoup d'amour. Dans le cadre de ce forum, il est difficile d'aller plus avant. Bonne quête et belle moisson de progrès, Ancolie. Dr F. PARPAIX
11/03/2015 à 13:17

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Merci, encore une fois, Parvati :-)
Oui, c'est dur d'être rejetée si souvent... Mais tout à l'heure, je suis allée lui dire :
- Tu m'as fait de la peine, ce matin.
- Encore des reproches ?!
- Ce n'est pas un reproche ; je te dis ce que j'ai ressenti.
- Mais pourquoi ??
- Tu ne te souviens pas ?! J'ai même pleuré...
- Hum... oui... je te demande pardon...
Au moins ça...
Et avant qu'il sorte j'ai eu droit à un baiser et une caresse appuyés :-)
Mais encore faut-il que je réclame...
Tu me parles de tromper mon compagnon, n'est-ce pas ? J'ai été tentée, le suis encore parfois, mais ce serait le perdre, et c'est inimaginable pour moi, je l'aime trop.

Merci à vous, Dr Parpaix. Nous avons déjà consulté une psychologue de couple, mais :
- elle nous a dit que la sexualité n'était pas obligatoire dans un couple - ce qui ne m'a pas satisfaite, bien sûr ;
- les consultations sont chères, nous avons dû arrêter et ne pouvons reprendre, par manque d'argent...
Je suis consciente que mes échanges ici ne suffiront pas à régler la situation, mais je trouve du réconfort à pouvoir en parler et à avoir des réponses bienveillantes et parfois constructives.
11/03/2015 à 18:17

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

Merci, encore une fois, Parvati :-)
Oui, c'est dur d'être rejetée si souvent... Mais tout à l'heure, je suis allée lui dire :
- Tu m'as fait de la peine, ce matin.
- Encore des reproches ?!
- Ce n'est pas un reproche ; je te dis ce que j'ai ressenti.
- Mais pourquoi ??
- Tu ne te souviens pas ?! J'ai même pleuré...
- Hum... oui... je te demande pardon...
Au moins ça...
Et avant qu'il sorte j'ai eu droit à un baiser et une caresse appuyés :-)
Mais encore faut-il que je réclame...
Tu me parles de tromper mon compagnon, n'est-ce pas ? J'ai été tentée, le suis encore parfois, mais ce serait le perdre, et c'est inimaginable pour moi, je l'aime trop.

Merci à vous, Dr Parpaix. Nous avons déjà consulté une psychologue de couple, mais :
- elle nous a dit que la sexualité n'était pas obligatoire dans un couple - ce qui ne m'a pas satisfaite, bien sûr ;
- les consultations sont chères, nous avons dû arrêter et ne pouvons reprendre, par manque d'argent...
Je suis consciente que mes échanges ici ne suffiront pas à régler la situation, mais je trouve du réconfort à pouvoir en parler et à avoir des réponses bienveillantes et parfois constructives.

de loin comme ça, ça me donne maintenant l'impression que ton homme en te refusant tendresse, sexe, ce que tu demandes et ce qu'il fait en sorte que tu réclames (plus la culpabilité : "mérite pas"? c'est pour qui?) entretient une situation d'emprise
et tes écrits seraient une soupape pour t'affirmer.
Bien sûr il faut que tu travailles sur ton histoire, il doit y avoir une dualité sur le côté "sexe  qui serait sale" (qui ne donne rien sinon que tu cherches à comprendre ce que tu as vécu) et sexe avec tendresse en toi, le tout que tu te réappropries, que tu cherches à unifier en écrivant, non?

et cet homme est il au courant de ce que tu as vécu, manifeste il de l'empathie, j'ai l'impression que c'est un mur, que t'apporte il? ou que t'as t-il apporté? j'avoue que je n'ai plus tout en tête et j'ai pas tout relu...
un travail sur toi c'est indispensable et le tantrisme aussi si vous avez envie tous les 2 d'aller de l'avant est sûrement une belle voie
je trouve pas ça très sain ce que tu décris comme scêne que tu fais mais je n'ai peut être pas bien compris, es tu à l'aise, prends tu plaisir, est ce un choix assumé?

11/03/2015 à 19:59

Coquintendre

Type :
Messages : 880
Membre depuis : 01/01/1970
en tout cas , a défaut de désir de sexe.....

je constate un énorme désir d'écriture, voir meme une éréction dans ce domaine!

avec humourWink
11/03/2015 à 23:12

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Pardonnez-moi, tous les deux, je suis peut-être fatiguée à cette heure, mais j'ai l'impression de ne plus rien comprendre, de ne pas savoir de quels écrits vous parlez ; de ce que j'écris sur ce post ? de l'histoire que j'ai postée aujourd'hui ("Irène" - et que je ne retrouve plus, d'ailleurs) ? Là, je suis un peu perdue...

Comme je répondais au Dr Parpaix, je viens écrire ici pour avoir des conseils et du réconfort, pour pouvoir exprimer ce que je vis et ressens. Sans doute ça a ses limites et finit par tourner en rond ; je devrais peut-être cesser.
Pour ce qui est du récit "Irène" que j'ai écrit (et d'autres, que je continue à écrire), il s'agit pour moi en effet d'une soupape aux bouffées de désir que je peux ressentir parfois.

Quant à ce que tu ne trouves "pas très sain", Eaubraise, je ne sais pas de quoi tu parles : du dialogue avec mon compagnon ce midi ? du récit "Irène" (qui est inventé) ?

Ce que m'apporte mon homme : son amour, sa fidélité, sa solidité rassurante, même s'il a lui aussi ses propres failles, son mystère plein de fantaisie, son étrangeté, sa compréhension animale de mes états (d'angoisse, d'euphorie, d'apathie, fantaisistes...), son acceptation (finalement) de ce que je suis (notamment cette malade bipolaire)...
Par contre, bien qu'il soit au courant de ce que j'ai vécu, il ne se rend pas bien compte, je crois, de l'influence que ç'a pu avoir sur ma vie.
Le "mérite pas..." s'adresse à lui-même : "je ne le mérite pas", parce que... "je n'assure pas", je suppose.
Je ne pense pas qu'il me refuse tendresse et sexe pour avoir une emprise sur moi ; ce n'est pas du tout sa personnalité. Mais qu'un immense malentendu se soit installé entre nous, ça, oui, je peux l'imaginer.

Bref. Je vais peut-être arrêter là. J'ai l'impression de vous embrouiller et de m'embrouiller moi-même. Je suis désolée.
12/03/2015 à 09:17

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

Pardonnez-moi, tous les deux, je suis peut-être fatiguée à cette heure, mais j'ai l'impression de ne plus rien comprendre, de ne pas savoir de quels écrits vous parlez ; de ce que j'écris sur ce post ? de l'histoire que j'ai postée aujourd'hui ("Irène" - et que je ne retrouve plus, d'ailleurs) ? Là, je suis un peu perdue...

Comme je répondais au Dr Parpaix, je viens écrire ici pour avoir des conseils et du réconfort, pour pouvoir exprimer ce que je vis et ressens. Sans doute ça a ses limites et finit par tourner en rond ; je devrais peut-être cesser.
Pour ce qui est du récit "Irène" que j'ai écrit (et d'autres, que je continue à écrire), il s'agit pour moi en effet d'une soupape aux bouffées de désir que je peux ressentir parfois.

Quant à ce que tu ne trouves "pas très sain", Eaubraise, je ne sais pas de quoi tu parles : du dialogue avec mon compagnon ce midi ? du récit "Irène" (qui est inventé) ?

Ce que m'apporte mon homme : son amour, sa fidélité, sa solidité rassurante, même s'il a lui aussi ses propres failles, son mystère plein de fantaisie, son étrangeté, sa compréhension animale de mes états (d'angoisse, d'euphorie, d'apathie, fantaisistes...), son acceptation (finalement) de ce que je suis (notamment cette malade bipolaire)...
Par contre, bien qu'il soit au courant de ce que j'ai vécu, il ne se rend pas bien compte, je crois, de l'influence que ç'a pu avoir sur ma vie.
Le "mérite pas..." s'adresse à lui-même : "je ne le mérite pas", parce que... "je n'assure pas", je suppose.
Je ne pense pas qu'il me refuse tendresse et sexe pour avoir une emprise sur moi ; ce n'est pas du tout sa personnalité. Mais qu'un immense malentendu se soit installé entre nous, ça, oui, je peux l'imaginer.

Bref. Je vais peut-être arrêter là. J'ai l'impression de vous embrouiller et de m'embrouiller moi-même. Je suis désolée.

 bonjour, désolée ne tiens pas compte de mon dernier post, j'aurais dû relire ou me taire!! je pense n'avoir rien compris à qui est ton homme.
en fait je parlais de la scêne de théâtre ou tu disais que c'était pathétique.
tu as besoin de retrouver de la sérénité sans aucun doute, de te ressourcer, vous semblez être tous les 2 avec vos blessures à vif

12/03/2015 à 09:57

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Merci, Eaubraise, de me rassurer Smile
Je comprends, à propos de la scène que je joue tous les soirs : je trouve pathétique que l'homme et moi soyons conscients à ce moment-là que je parle un peu de nous ; heureusement, nous sommes les seuls à le comprendre, et cette scène fait beaucoup rire - moi-même je fais en sorte qu'elle soit drôle, et je l'assume face au public, face à mes partenaires de jeu ; je suis très assurée quand je la joue.

Oui, chacun de son côté et ensemble nous avons besoin l'homme et moi de retrouver sérénité et confiance en soi. Le tout est de savoir comment s'y prendre, sans l'aide d'un-e psychologue spécialisé-e...

(Coquintendre, ce matin je pense que tu parles de "mon" Irène - j'aime beaucoup écrire des récits érotico-pornographiques, ça réveille ma libido. Sauf que je me sens bien seule avec eux... Je vais peut-être en poster un autre, histoire d'avoir d'éventuels retours - ?)

Merci à vous, vraiment merci, de continuer à avoir le courage de me lire.