Désir endormi

16/03/2014 à 10:08

larno

Type :
Messages : 265
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 



A Iarno : En fait, je réponds à cette question dans le point 3, plus haut. Ne plus avoir de sexualité avec l'homme que j'aime me donne le sentiment d'être incomplète, de ne pas être une femme à part entière, et surtout pas une femme épanouie.

Merci
Très intéressant, à titre personnelWink

Pour repondre à ta question "comment font les autres" et bien en majorité, pour les couples qui durent dans le temps en tout cas, c est un peu comme toi, ça galère.

Bien sur, il y a toujours des exceptions.

Ce qui est assez curieux d ailleurs car dans notre société, la "règle" rassurante c est qu un couple c est pour toujours et que ça se passe bien, alors qu en fait avec le temps la relation change et que si on n accompagne pas se changement, on tombe dans une routine pesante génératrice de frustrations et de conflits. Pour le coup, ça devient la règle non dite surtout, et les couples ou tout se passe toujours bien deviennent l exceptionSmile

17/03/2014 à 11:14

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

A Iarno : En fait, je réponds à cette question dans le point 3, plus haut. Ne plus avoir de sexualité avec l'homme que j'aime me donne le sentiment d'être incomplète, de ne pas être une femme à part entière, et surtout pas une femme épanouie.

Je n'ai pas de réponse, mais juste quelques questions pour alimenter la réflexion et adopter un autre angle de vue:
D'après toi, il vient d'où "ce sentiment" ? C'est quoi une femme "à part entière" ? C'est quoi une femme "épanouie" ? Est-ce que cela peut vraiment se définir ? La complétude et l'epanouissement passent-ils obligatoirement par une sexualité sans faille ? Est-ce que cela peut être un état durable et permanent? Ne ce serait-ce pas une projection personnelle d'un certain désir de normalité et conformité... en rapport éventuellement avec le trouble de la maniaco-dépression (une sorte de victoire sur la maladie)? ....

Je me demande toujours comment vivent les autres couples, comment ils font pour alimenter leur désir...

T'inquiète pas ... c'est la question qu'on se pose tous (LoL) ... c'est pourquoi on est sur ce forum (re-LoL) !!! Et à force d'en discuter, dans la vraie vie ou virtuellement sur le forum, on s'aperçoit que le problème est récurrent ... et on se sent moins seul ...!!


Et puis, quand je vois les réactions de l'homme ces tout derniers temps où nous nous rapprochons physiquement, où nous échangeons des caresses, les deux fois où nous avons fait l'amour ce mois-ci, je vois que ça vaut le coup de faire des efforts, de poursuivre ma démarche : ça le rend heureux, je le vois bien Smile

C'est très positif ça !° Et toi, cela te rend heureuse aussi j'espère ! Continuez comme cela, et même si ce n'est que deux fois / mois ....
D'après ce que tu as raconté, tu partages beaucoup de choses avec ton compagnon. Alors ne te braque pas uniquement sur la sexualité ...


 

17/03/2014 à 11:23

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

larno a dit : 


Ce qui est assez curieux d ailleurs car dans notre société, la "règle" rassurante c est qu un couple c est pour toujours et que ça se passe bien, alors qu en fait avec le temps la relation change et que si on n accompagne pas se changement, on tombe dans une routine pesante génératrice de frustrations et de conflits. Pour le coup, ça devient la règle non dite surtout, et les couples ou tout se passe toujours bien deviennent l exceptionSmile

 Ce que tu appelles une règle "rassurante" est en fait une grande hypocrisie sociale bien-pensante qui finit par peser sur la conscience de beaucoup de personnes, nourissant des sentiments difficile à vivre comme la culpabilité et donnant l'impression de ne pas être à la hauteur.
Comme tu dis, la relation change ... tout simplement car les êtres humains changent, évoluent et un couple c'est à la fois une entité commune mais aussi la somme de deux évolutions ! Un grand écart, pas toujurs facile à gérer!

17/03/2014 à 14:25

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970

melusinefee a dit : 

larno a dit : 


Ce qui est assez curieux d ailleurs car dans notre société, la "règle" rassurante c est qu un couple c est pour toujours et que ça se passe bien, alors qu en fait avec le temps la relation change et que si on n accompagne pas se changement, on tombe dans une routine pesante génératrice de frustrations et de conflits. Pour le coup, ça devient la règle non dite surtout, et les couples ou tout se passe toujours bien deviennent l exceptionSmile

 Ce que tu appelles une règle "rassurante" est en fait une grande hypocrisie sociale bien-pensante qui finit par peser sur la conscience de beaucoup de personnes, nourissant des sentiments difficile à vivre comme la culpabilité et donnant l'impression de ne pas être à la hauteur.
Comme tu dis, la relation change ... tout simplement car les êtres humains changent, évoluent et un couple c'est à la fois une entité commune mais aussi la somme de deux évolutions ! Un grand écart, pas toujurs facile à gérer!

 Cette phrase, en gras, sonne tellement juste !
La "grande hypocrisie sociale bien-pensante" me met aussi une pression énorme - ce que j'avais osé exprimer, à ma grande honte, devant notre psychologue de couple lorsqu'elle nous demandait ce qui nous gênait dans le fait de n'avoir plus de vie sexuelle. L'homme, en revanche, se moque complètement de cette pression sociale ; sa réponse était claire : ça le gêne d'un point de vue personnel, uniquement.
Pour moi, les deux sont mêlés : manque personnel et regard social (même si, bien sûr, en dehors de 2 forums je n'en parle à personne : trop honte...).

EDIT : Je n'avais pas vu tes réponses précédentes. Tes questions ouvrent des pistes intéressantes.
Une femme "à part entière", une femme "épanouie"... ? Mon sentiment est qu'avec la disparition de ma sexualité, de mon désir, j'ai perdu une part de moi-même, donc que je ne suis plus épanouie, entière.
Lorsque j'étais jeune, il y a eu des périodes où mon désir était très fort, mes relations sexuelles fréquentes, épanouissantes. Était-ce lié à des périodes maniaques ? peut-être...

17/03/2014 à 15:02

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Suite de l'EDIT (pas eu le temps d'écrire...).

- Ces périodes de fortes sexualité, au moins pour deux d'entre elles, ont été suivies d'hospitalisation, chaque fois en service fermé tant j'étais "partie loin".
Peut-être que j'ai fini par associer une sexualité débridée avec la maladie... Peut-être que je me "protège" en éteignant tout désir pour ne pas tomber malade à nouveau - ce qui est parfaitement vain ! (Mon désir s'est éteint il y a des années et voilà 5 ans que je suis malade chaque année...)

- Il n'est sans doute pas faux d'associer une sorte de désir de "normalité" (revoilà la pression sociale) avec la maladie dont je souffre, qui m'a fait cataloguer par la société comme handicapée mentale, invalide. (J'ai eu terriblement de mal à accepter, à digérer ces deux termes associés à ma personne...)
Depuis longtemps je me pose la question : qu'est-ce que ça fait d'avoir une vie "normale" ? de ne pas être ballottée d'un côté, de l'autre, très haut, très bas... ?

- Je reviens sur le terme "épanouie", qui signifie pour moi profondément heureuse (avec les hauts et bas de tout le monde, bien sûr), en accord avec moi-même. Or je ne le suis pas si je vis "sans mon corps", sans prendre du plaisir avec mon corps - et en donner.
17/03/2014 à 15:10

larno

Type :
Messages : 265
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 


Depuis longtemps je me pose la question : qu'est-ce que ça fait d'avoir une vie "normale" ? de ne pas être ballottée d'un côté, de l'autre, très haut, très bas... ?

 je cite Melusinefee car ca vaut pour beaucoup de sujets  :

T'inquiète pas ... c'est la question qu'on se pose tous (LoL) ... c'est pourquoi on est sur ce forum (re-LoL) !!! Et à force d'en discuter, dans la vraie vie ou virtuellement sur le forum, on s'aperçoit que le problème est récurrent ... et on se sent moins seul ...!!

17/03/2014 à 15:37

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Oui, Iarno, j'entends bien Wink
La "normalité" n'existe pas.
Mais ma maladie (désolée de la ramener encore, celle-là) tient tellement de place dans ma vie...

Par exemple, un directeur de festival m'engage pour une lecture publique... cet été, début juillet... pile la période où en général (mes 9 hospitalisations, dont celles des 5 dernières années) je suis hospitalisée pour manie ou état mixte : qu'est-ce que je fais ? Je dis oui, au risque de "me griller" parce que je serai malade et ferai faux bond ? Ou je dis non, prévoyant que je serai peut-être à l'hôpital, et loupant un contrat pour jouer ?

Comment je prévois mon été ? Enfermée à la maison pour éviter toute stimulation susceptible de me faire décoller ? Ou je table sur le fait que, cette année, je ne serai pas malade, et je vis "normalement", sans craindre la chaleur, les fêtes, les sorties, les escapades, bref, tout ce qui pourrait me faire déraper ?

Juste pour essayer de faire comprendre à quel point ma vie est dictée par la maladie, surtout ces dernières années.
Juste pour faire comprendre ce que j'essaie de saisir de ce que j'appelle une "vie normale"...

Après, sur le sujet de la sexualité, oui, je commence à me sentir moins seule, grâce à vous et vos réponses bienveillantes Smile
17/03/2014 à 15:49

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 

Oui, Iarno, j'entends bien Wink
La "normalité" n'existe pas.
Mais ma maladie (désolée de la ramener encore, celle-là) tient tellement de place dans ma vie...

Par exemple, un directeur de festival m'engage pour une lecture publique... cet été, début juillet... pile la période où en général (mes 9 hospitalisations, dont celles des 5 dernières années) je suis hospitalisée pour manie ou état mixte : qu'est-ce que je fais ? Je dis oui, au risque de "me griller" parce que je serai malade et ferai faux bond ? Ou je dis non, prévoyant que je serai peut-être à l'hôpital, et loupant un contrat pour jouer ?

Comment je prévois mon été ? Enfermée à la maison pour éviter toute stimulation susceptible de me faire décoller ? Ou je table sur le fait que, cette année, je ne serai pas malade, et je vis "normalement", sans craindre la chaleur, les fêtes, les sorties, les escapades, bref, tout ce qui pourrait me faire déraper ?

Juste pour essayer de faire comprendre à quel point ma vie est dictée par la maladie, surtout ces dernières années.
Juste pour faire comprendre ce que j'essaie de saisir de ce que j'appelle une "vie normale"...

Après, sur le sujet de la sexualité, oui, je commence à me sentir moins seule, grâce à vous et vos réponses bienveillantes Smile

 C'est sûr que dans ta situation, ce que tu appelles la "normalité" (et qui n'existe effectivement pas) a un tout autre sens que pour beaucoup d'entre nous.
Tant mieux que tu te sentes moins seule avec tes problèmes de sexualité et de couple ... tu vois, tu as des problèmes "normaux" Laughing

17/03/2014 à 16:19

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Hourra !! j'ai des "problèmes normaux" Laughing
21/03/2014 à 12:35

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Je ne vais pas très bien ces jours-ci, alors revoilà de nouveau le calme plat... excepté quelques petits gestes de tendresse - au moins ça, et c'est précieux. J'ai tant de petites angoisses qui parsèment la journée que je n'ai pas la tête à ça, et l'homme respecte complètement mon manque de désir, comme avant les débuts de ma démarche pour me réveiller.
J'essaie juste de continuer à "m'entraîner" seule pour ne pas perdre la main - c'est le cas de le dire - et je parviens à prendre un peu de plaisir, mais le désir pour mon homme n'est de nouveau plus là.
J'espère que c'est juste un mauvais et court moment à passer... et que je "reprendrai la lutte" dès que possible.
Par ailleurs, comme il est très réticent à visionner les deux films que je me suis procurés, je pense ne pas les lui imposer et les regarder seule, à l'occasion. Peut-être a-t-il peur que je le compare avec les "performances" qu'on doit y voir ?...
21/03/2014 à 13:12

Isanybody

Type : Homme
Messages : 965
Membre depuis : 12/09/2012
Individuellement ou pour l'entité couple, cela fait partie de la vie courante qu'il y ait des bas et des hauts. On ne peut pas être au top tout le temps.
A deux, l'un peut être en forme et avoir envie alors que l'autre se sent moins bien. La dérive, c'est de laisser installer ces phases de bas, de moins bien.

C'est bien que tu continues à te découvrir, ton corps (reprise de la masturbation qui avait été délaissé si j'ai bien compris), ton imaginaire comme par l'intermédiaire de ces deux films.
Pas la peine de lui imposer vu qu'il ne veux pas, là dessus tu respectes son choix et en même temps tu vas tout de même assouvir ta curiosité.
Pourquoi il ne veut pas ? Difficile de répondre à sa place.
21/03/2014 à 14:56

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970

Isanybody a dit : 

Pourquoi il ne veut pas ? Difficile de répondre à sa place.

 Je pourrais peut-être lui poser la question, tout simplement... (?) Mais à la fois je ne veux pas trop l'embêter.

Oui, la masturbation a été totalement mise de côté pendant plusieurs années : je redécouvre, un peu laborieusement parfois, mais pas toujours. J'en profite pour observer ce qui me fait du bien - il serait temps de me redécouvrir, à 48 ans... Undecided

22/03/2014 à 03:57

larno

Type :
Messages : 265
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 


Oui, la masturbation a été totalement mise de côté pendant plusieurs années : je redécouvre, un peu laborieusement parfois, mais pas toujours. J'en profite pour observer ce qui me fait du bien - il serait temps de me redécouvrir, à 48 ans... Undecided

Mieux vaut tard......
C est un bel age pour s ouvrir. Lâche toiWink

22/03/2014 à 11:28

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Comme tu le dis, Iarno, mieux vaut tard que jamais !

Me caresser me permet de ne pas oublier ce qu'est le plaisir, j'entretiens la sensation.
Maintenant, il faudrait que je parvienne à imaginer que je peux prendre autant de plaisir non plus seule mais avec mon compagnon... C'est une autre paire de manches...

Se désirer versus désirer l'autre. Ou plutôt, peut-être : se désirer menant à désirer l'autre... ?
Mais là, je ne sais trop comment m'y prendre. Le regarder davantage (malgré son âge - 10 ans de plus que moi - il est très beau, son visage, ses yeux, sa peau incroyablement douce, le creux entre ses mamelons, ses longues jambes... même s'il est très maigre), réapprendre à le caresser...
Il y a tant à réinitier, à redécouvrir, réinventer... !
23/03/2014 à 10:33

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Hier soir, après que je lui ai posé la question "pourquoi tu n'as pas envie de voir mes DVD ?" et après qu'il a répondu "parce que je sais que ces films sont mauvais", l'homme a pourtant accepté de regarder avec moi les Inassouvies - "ça me rappellera ma jeunesse et je pourrai, ou non, confirmer mon opinion".
Film ch*ant, ennuyeux, ridicule, daté, plein de clichés, dialogues cocasses, plutôt mal joué, scénario poussif, bien loin de Sade… – on a vite fini par le regarder en avance rapide : aucun intérêt, même pas excitant tant il est bête, risible, tant il a vieilli. Ce réalisateur (Jess Franco) ne sait filmer que les paysages !…
L'homme avait raison.
Mais il dit qu’Emmanuelle 1 est tout de même mieux que ça, même s’il est nul aussi.
Il dit aussi : "Faudrait d’abord qu’ils sachent faire un film ; ensuite il pourrait être érotique, mais il faut commencer par faire un film."
Bref, soirée décevante. Je désespère de trouver un bon film érotique... A moins de re-regarder 9 semaines et demie, Matador... Quoi d'autre ?

Une fois au lit, caresses de plus en plus appuyées, mais érection molle, vite retombée... Il faut dire qu'on était fatigués tous les deux...
Début de nuit décevant itou...
Pour autant, je ne me décourage pas - on a tout de même fait des progrès ces dernières semaines.
23/03/2014 à 11:04

Isanybody

Type : Homme
Messages : 965
Membre depuis : 12/09/2012

ancolie a dit : 

Pour autant, je ne me décourage pas - on a tout de même fait des progrès ces dernières semaines.

Continuer comme çà.
Le principale problème, en tous cas pour toi, c'est cette érection molle.
Toutefois vous semblez être proche, il y a de la tendresse, vous parlez. Tu vois, tu as osé lui poser la question sur ces films porno et il t'a répondu convenablement même si tu aurais souhaité avoir une réponse autre. C'est son avis, qui se respecte.

Mais au lieu d'être déçu par ce film, vous auriez ou en rire aussi du ridicule.

Allez, persévère.

23/03/2014 à 11:36

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

ancolie a dit : 



Une fois au lit, caresses de plus en plus appuyées, mais érection molle, vite retombée... Il faut dire qu'on était fatigués tous les deux...
Début de nuit décevant itou...
Pour autant, je ne me décourage pas - on a tout de même fait des progrès ces dernières semaines.

 Essayez le matin au reveil... on est reposé et c'est la meilleure manière de commencer la journée Cool

23/03/2014 à 11:41

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Isanybody, pendant ce film, nous en avons ri ensemble Laughing Et nous étions complices, puisque je rejoignais son avis.
C'est ensuite que j'ai ressenti la déception... J'espérais tellement un beau film émoustillant, avoir trouvé la perle rare (tout de même, soi-disant inspiré de Sade, et d'un livre qui m'avait beaucoup excitée, à l'époque...) - et non, macache !
J'ai aussi pensé à L'Empire des sens, mais je crois qu'il l'a déjà vu...

Il ne s'agit pas de films porno que je recherche - je les trouve déprimants, convenus, pour le peu que j'en ai vu -, mais de bons films érotiques. Apparemment, selon l'homme, ça n'existe pas... Je lui fais confiance : il est beaucoup plus cinéphile que moi !

Merci pour tes encouragements Smile

Melusinefee, c'est une bonne idée, car en plus son érection matinale est bien plus... majestueuse Wink
23/03/2014 à 11:45

larno

Type :
Messages : 265
Membre depuis : 01/01/1970

melusinefee a dit : 

ancolie a dit : 



Une fois au lit, caresses de plus en plus appuyées, mais érection molle, vite retombée... Il faut dire qu'on était fatigués tous les deux...
Début de nuit décevant itou...
Pour autant, je ne me décourage pas - on a tout de même fait des progrès ces dernières semaines.

 Essayez le matin au reveil... on est reposé et c'est la meilleure manière de commencer la journée Cool

 ouiiiiiiiii

23/04/2014 à 08:54

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour,

Calme plat... pleurer kleenex 

Me suis commandé deux nouvelles nuisettes (qui n'arrivent toujours pas colèreux ), mais je crois qu'il n'y a que moi que ça émoustille... Sauf une, peut-être...

On s'en tient aux câlins, qui deviennent presque routiniers et ne débouchent sur rien.

Quant à mes "expériences" solitaires, j'en perds même le désir ; je me force à continuer, mais le plaisir est maigrelet.
Quasi comme si je ne connaissais plus mon propre corps - devenu étranger.

Notre complicité ne faiblit pas, elle. On travaille ensemble à toutes les démarches qu'entraînent la succession, la tutelle (sa maman est morte, son papa est Alzheimer)... J'ai proposé une balade il y a deux jours pour nous changer les idées : l'homme était heureux, il m'a même remerciée de mon initiative smiles 

On a vu, comme tous les 6 mois, mes psychiatre et psychologue en rendez-vous à quatre ; leur conclusion a été : "on a vraiment l'impression de se trouver face à un couple, désormais, davantage que les dernières fois". Rien que ça fait plaisir à entendre.

Mais je reste frustrée par notre non-vie sexuelle...
Là-dessus, on n'avance pas.Cry