VIDE POUBELLE A IDÉES NEGATIVES

07/02/2013 à 16:44

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012

Ambre a dit : 

Mais la vrai solution serais d'avoir un regard différent sur tout ce qui se passe et m'en taper, et laisser derrière le passé, et rayer de ma vie tout ce qui ne m'est pas supportable, mais je peux pas, c'est là, juste devant mon nez, et je peux rien y changer, sauf moi, mais j'ai pas la solution, j'ai pas ces putains de clés qui m'aideraient à ouvrir la porte...

Là on a joué à "vérité" et maintenant on fait "action"

Je crois que ta vie est tout à fait "potable", au regard de ce que je peux connaitre ici et ailleurs.. Crois-moi... Mais c'est ta vision des choses qui est pourrie.

Se comparer aux autres c'est très bien, mais uniquement pour voir ce que toi tu as de plus et non pas ce que tu as de moins.

Qui dans ta famille a passé sa vie à te rabaisser et te dire que tu ne valais rien ? Qui t'a répété pendant des années que de toute façon il ne fallait t'attendre qu'au pire quoi que tu fasses ? Que tu étais une merde, une salope, une pute, une moins que rien ?

Parce que ne te leurre pas, ces idées sont en toi, mais ne viennent pas de toi. C'est quelqu'un qui te les a infligées.

Le point positif ? C'est que ces idées sont fausses. Encore faut-il accepter d'y croire.

Continues ta thérapie. Elle t'aide.

Acceptes de craquer. ce n'est pas grave et même normal mais reprends le dessus à la moindre occasion. Des petits bonheurs, il en existe pleins...
Appuies-toi dessus : des amis (même virtuels), un amoureux, des enfants en bonne santé, toi en bonne santé, un toit pour dormir, un carré de chocolat, un fou rire, une gorgée de vin, etc...

 voilà t'as visé juste ambre...

j'ai un réel problème face à ça, et j'ai la haine, en même temps, je ne peux passer ma vie à rendre une personne responsable de celle que je suis aujourd'hui...

Le truc, c'est que par rapport à il y a quelques mois, j'ai tant de choses pour être heureuse, tant de choses qui m'apportes... malgré ça, je ressens un grand vide, et je comprend pas d'où il vient, en ce moment, je n'ai pas de très bonnes nouvelles, je ne supporte plus mon logement dans lequel je me sens à l'étroit, sans un coin à moi, de l'intimité, enfin, j'ai essayé de me faire un coin et ça n'a pas collé, un autre, mais ça va pas non plus, en fait, je trouve pas ma place, et je me rend compte que c'est pas juste à la maison, partout où je vais, je ne me sens pas à ma place, comme si j'étais perdue, enfin, c'est pas facile de dire avec des mots ce que l'on ressent...

et pour cette personne qui m'a rabaissée, bah je l'aime cette personne, je la supporte pas, mais je l'aime, et je supporte pas de l'aimer non plus, et je me dit que pour avancer dans "ma" vie, sans doute va il falloir m'éloigner, voir oublier et ça, ça me fait mal, en même temps, c'est parce que je suis comme ça que j'ai passé treize ans de misère avec un pervers, c'est parce que j'avais l'habitude depuis toute petite, donc j'ai supporté pire sans doute, enfin, c'est compliqué, c'est juste une étape difficile, mais je suis consciente de ma chance et de mon parcours...

voilà

merci pskl ;)

07/02/2013 à 20:31

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012

Ambre a dit : 



Parce que ne te leurre pas, ces idées sont en toi, mais ne viennent pas de toi. C'est quelqu'un qui te les a infligées.

Le point positif ? C'est que ces idées sont fausses. Encore faut-il accepter d'y croire.


Oui, on ne fait jamais que d'être comme on nous a conditionné, ou comme on s'est conditionné tout le long de notre vie avec notre alentour, si la cellule familiale est bénéfique tant mieux, si non c'est plus dur..il y a comme un dislocation..  

08/02/2013 à 15:38

Elisa

Type : Femme
Messages : 1497
Membre depuis : 13/09/2012

damejessica a dit : 

Elisa a dit : 

ben ma chérie.... Frown tu me rend triste ménant FrownFrown le seul jour où j'ai pas encore chialer Wink
je t'envoie un gros câlin

 lol

désolée, mais bon, ça fait mal d'ouvrir les yeux sur ce qu'on refuse de voir, surtout sur les proches, enfin, je sais pas ce qui m'arrive, les gens qui m'entourent changent pas, c'est juste moi qui les supportent plus...

 Si je change intérieurement, mon entourage se mettra petit à petit en phase avec moi.
4/7 des préceptes du bonheur


08/02/2013 à 19:24

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012

Elisa a dit : 

damejessica a dit : 

Elisa a dit : 

ben ma chérie.... Frown tu me rend triste ménant FrownFrown le seul jour où j'ai pas encore chialer Wink
je t'envoie un gros câlin

 lol

désolée, mais bon, ça fait mal d'ouvrir les yeux sur ce qu'on refuse de voir, surtout sur les proches, enfin, je sais pas ce qui m'arrive, les gens qui m'entourent changent pas, c'est juste moi qui les supportent plus...

 Si je change intérieurement, mon entourage se mettra petit à petit en phase avec moi.
4/7 des préceptes du bonheur


 c'est quoi les autres ??? ;)

09/02/2013 à 08:18

Elisa

Type : Femme
Messages : 1497
Membre depuis : 13/09/2012
1- Je suis ouverte aux changements qui se présentent dans mon existence
(celui là je me le répète non stop en ce moment;) )

2- Le moment est venu d'agir avec confiance et de me voir avec d'autres yeux. J'ose davantage être moi-même.

3- J'abandonne mes craintes, mes habitudes, comme mes vieilles affaires dans l'armoire.

5- Le soleil perce la brume et je vais renaître à la vie par l'amour. Je me laisse porter par cette vague de douceur, sans lui faire obstacle par mes pensées négatives ou mes peurs.

6- Il suffit d'un petit progrès chaque jour pour amener des transformations considérables.

7-"Si tu veux déplacer la montagne, commence par enlever les cailloux"

voilà j'ai trouvé ça dans un magazine féminin concernant l'année du serpent, et j'ai pensé à toi.

ça le fait nan ? Laughing

09/02/2013 à 08:42

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012

Elisa a dit : 

1- Je suis ouverte aux changements qui se présentent dans mon existence
(celui là je me le répète non stop en ce moment;) )

2- Le moment est venu d'agir avec confiance et de me voir avec d'autres yeux. J'ose davantage être moi-même.

3- J'abandonne mes craintes, mes habitudes, comme mes vieilles affaires dans l'armoire.

5- Le soleil perce la brume et je vais renaître à la vie par l'amour. Je me laisse porter par cette vague de douceur, sans lui faire obstacle par mes pensées négatives ou mes peurs.

6- Il suffit d'un petit progrès chaque jour pour amener des transformations considérables.

7-"Si tu veux déplacer la montagne, commence par enlever les cailloux"

voilà j'ai trouvé ça dans un magazine féminin concernant l'année du serpent, et j'ai pensé à toi.

ça le fait nan ? Laughing

 ça me parle beaucoup ces phrases, en fait, j'ai bien commencé, je suis en cours de route pour le bonheur, il y a juste quelques étapes plus difficiles parce que plus anciennes, et régler les vieux trucs, c'est jamais marrant...

merci Elisa de penser à moi et de ces phrases, je vais en faire une affiche à lire et relire pour ne pas perdre l'essentiel ;)

bisous

09/02/2013 à 09:04

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012
voilà, mis en page et imprimé, merci ;)
09/02/2013 à 09:16

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
Commences par celle-ci :

"Si tu veux déplacer la montagne, commence par enlever les cailloux"

Bises DJ
09/02/2013 à 09:17

Pskl5935

Type : Homme
Messages : 436
Membre depuis : 27/12/2012

Elisa a dit : 

1- Je suis ouverte aux changements qui se présentent dans mon existence
(celui là je me le répète non stop en ce moment;) )

2- Le moment est venu d'agir avec confiance et de me voir avec d'autres yeux. J'ose davantage être moi-même.

3- J'abandonne mes craintes, mes habitudes, comme mes vieilles affaires dans l'armoire.

5- Le soleil perce la brume et je vais renaître à la vie par l'amour. Je me laisse porter par cette vague de douceur, sans lui faire obstacle par mes pensées négatives ou mes peurs.

6- Il suffit d'un petit progrès chaque jour pour amener des transformations considérables.

7-"Si tu veux déplacer la montagne, commence par enlever les cailloux"

voilà j'ai trouvé ça dans un magazine féminin concernant l'année du serpent, et j'ai pensé à toi.

ça le fait nan ? Laughing

 Sympa et effectif ! Et en plus, ça marche aussi pour les hommesWink

09/02/2013 à 09:22

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012

Ambre a dit : 

Commences par celle-ci :

"Si tu veux déplacer la montagne, commence par enlever les cailloux"

Bises DJ

 Bises Ambre Wink

09/02/2013 à 09:56

Montagnardd

Type :
Messages : 3889
Membre depuis : 01/01/1970
mais vous allez laissé nos montagnaes tranquilles ?????elles vous ont rien fait nos montagnes ;;
11/02/2013 à 18:48

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012
gros coup de blues ce soir, un trop plein d'émotions à évacuer...

Ils m'usent, me fatigue, m'épuise, je suis à bout, et je me sens si seule...

Je me rend compte que je suis pas si importante, et que j’attends peu être trop de l'autre, et que je m'investi trop et après, je suis étonnée qu'on m'apporte pas autant, et je me sens blessée, là, j'ai mal, je me sens dans un état de tristesse et de fatigue incroyable, et j'arrive pas à dire tout ce que j'ai sur le coeur, je suis pourtant moi-même, mais même en étant moi, même en donnant tout ce que je peux, et bien je reçois pas assez, et je me sens brimée, je me sens seule, je me sens oubliée, j'en ai marre de cette vie qui fait mal, j'en ai plein le cul de tous ces soucis à régler seule, j'en peux plus de tout ça

je me fatigue pour rien, ici, ça ne change pas, sauf dans ma tête, mais autour de moi, les choses restent en place, et moi, je supporte plus, je me sens fragile, prête à exploser, et je garde, je garde mais putain quand ça va péter ça va faire quoi, j'me fais peur quand je suis comme ça, je supporte pas d'être comme ça, je me supporte pas, putain, mais qu'est ce que je fous là bon dieu, mais qu'est ce que je fou ici, je sais même pas, je viens, j'oublie, je rigoles, je fais semblant, semblant d'aller bien, dire toujours oui ça va, bah non ça va pas, et oui y'a pire que moi mais je m'en tape, et oui je suis une garce de dire ça mais je m'en bat les couilles, parce que là, c'est moi qui ressent ça dedans, alors oui j'ai des belles choses, et oui tout le monde n'a pas ça, mais ça m'empêche pas de ressentir un mal de chien, ça m'empêche pas d'être comme je suis là, alors les autres, bah je me suis trop souvent comparée à eux en me disant je peux souffrir puisqu'ils ont eu plus mal que moi, et là, j'ai pas envie de penser aux autres, et j'ai pas envie de penser du tout d'ailleurs, j'ai mal et tout me fait chier, et tout me saoule, voilà, j'en ai marre marre marre, fait chier putain de merde !!!!

au final je suis quoi, bah je suis juste une putain de paumée seule avec ses trois gosses super chiants, parce qu'ils en ont bavé de cette chiotte de vie, et je rame, et je rame, et je coule, et je suis seule, et voilà, je suis juste une pauvre fille dépressive et chiante, une ado attardée qui aime se plaindre et qu'on la plaigne, une capricieuse égoïste et idiote, une nana qui c'est jamais donné la peine d'avancer et de se donner les moyens d'avoir quelque chose de beau parce que peut être, elle est destinée juste à vous faire faire du social, une pauvre fille abîmée depuis presque toujours et qui ressens des émotions qu'une personne "normale" ne ressentirais pas, une nana débile déile débile, c'est comme ça que je me sens, alors maintenant je fais quoi, bah j'arrête d'écrire, je vais voir les gosses pour lire une histoire, les coucher et laisser exploser toute cette merde avec certainement un bon verre parce que là, j'ai besoin d'évacuer ...
11/02/2013 à 19:00

gortex

Type : Homme
Messages : 178
Membre depuis : 06/01/2013

damejessica a dit : 

gros coup de blues ce soir, un trop plein d'émotions à évacuer...

Ils m'usent, me fatigue, m'épuise, je suis à bout, et je me sens si seule...

Je me rend compte que je suis pas si importante, et que j’attends peu être trop de l'autre, et que je m'investi trop et après, je suis étonnée qu'on m'apporte pas autant, et je me sens blessée, là, j'ai mal, je me sens dans un état de tristesse et de fatigue incroyable, et j'arrive pas à dire tout ce que j'ai sur le coeur, je suis pourtant moi-même, mais même en étant moi, même en donnant tout ce que je peux, et bien je reçois pas assez, et je me sens brimée, je me sens seule, je me sens oubliée, j'en ai marre de cette vie qui fait mal, j'en ai plein le cul de tous ces soucis à régler seule, j'en peux plus de tout ça

je me fatigue pour rien, ici, ça ne change pas, sauf dans ma tête, mais autour de moi, les choses restent en place, et moi, je supporte plus, je me sens fragile, prête à exploser, et je garde, je garde mais putain quand ça va péter ça va faire quoi, j'me fais peur quand je suis comme ça, je supporte pas d'être comme ça, je me supporte pas, putain, mais qu'est ce que je fous là bon dieu, mais qu'est ce que je fou ici, je sais même pas, je viens, j'oublie, je rigoles, je fais semblant, semblant d'aller bien, dire toujours oui ça va, bah non ça va pas, et oui y'a pire que moi mais je m'en tape, et oui je suis une garce de dire ça mais je m'en bat les couilles, parce que là, c'est moi qui ressent ça dedans, alors oui j'ai des belles choses, et oui tout le monde n'a pas ça, mais ça m'empêche pas de ressentir un mal de chien, ça m'empêche pas d'être comme je suis là, alors les autres, bah je me suis trop souvent comparée à eux en me disant je peux souffrir puisqu'ils ont eu plus mal que moi, et là, j'ai pas envie de penser aux autres, et j'ai pas envie de penser du tout d'ailleurs, j'ai mal et tout me fait chier, et tout me saoule, voilà, j'en ai marre marre marre, fait chier putain de merde !!!!

au final je suis quoi, bah je suis juste une putain de paumée seule avec ses trois gosses super chiants, parce qu'ils en ont bavé de cette chiotte de vie, et je rame, et je rame, et je coule, et je suis seule, et voilà, je suis juste une pauvre fille dépressive et chiante, une ado attardée qui aime se plaindre et qu'on la plaigne, une capricieuse égoïste et idiote, une nana qui c'est jamais donné la peine d'avancer et de se donner les moyens d'avoir quelque chose de beau parce que peut être, elle est destinée juste à vous faire faire du social, une pauvre fille abîmée depuis presque toujours et qui ressens des émotions qu'une personne "normale" ne ressentirais pas, une nana débile déile débile, c'est comme ça que je me sens, alors maintenant je fais quoi, bah j'arrête d'écrire, je vais voir les gosses pour lire une histoire, les coucher et laisser exploser toute cette merde avec certainement un bon verre parce que là, j'ai besoin d'évacuer ...

 oui là c es vraiment un coup de blues! mais il faut se reprendre et oui boire un coup de temps en temps ça ne fait pas de mal...
tu devrais pas te blâmer comme ça !
tu devrait te faire des compliments!!
c es con mais il ne faut jamais attendre que les gens te rende ce que tu leur donne!
courage bisous

11/02/2013 à 19:02

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
Non tu n'es pas débile, tu as juste l'esprit pleins de discorde. Ce n'est pas être débile.

11/02/2013 à 19:03

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012
bah oui, on donne pas pour recevoir, mais putain, là, j'me sens seule merde...j'me sens seule seule seule...
11/02/2013 à 19:18

Pskl5935

Type : Homme
Messages : 436
Membre depuis : 27/12/2012

damejessica a dit : 

bah oui, on donne pas pour recevoir, mais putain, là, j'me sens seule merde...j'me sens seule seule seule...

 Je comprends ce que tu vis, pour l'avoir aussi ressenti chez moi. Une impression de vide et de vanité. En même temps, tu te sens seule parce que tu sembles en ce moment en état de besoin (tu sembles dépendre de quelque chose ou de quelqu'un, tu sembles penser que ton bonheur passe par ce quelque chose ou ce quelqu'un, je sais pas c'est ce que je ressens). On passe tous par là. C'est pas un jugement, c'est une constatation. J'ai aussi l'impression que tu fonctionnes avec un schéma dans lequel tu dois être victime, c'est aussi un schéma culturel extrêmement fréquent. C'est aussi une constatation. Du coup, c'est pas si facile de se sortir de ce schéma, sauf à se mettre en quête de nos points de responsabilité, de chercher les moments dans lesquels on n'a pas été victime, les personnes avec lesquelles on ne l'a pas été.
Essaie de repérer tes propres comportements de femme belle et autonome.

Es-tu si sûre que tu n'as jamais (jamais jamais jamais) fait quelque chose de beau ou de bien ? Que tu as toujours été une nana chiante (toujours toujours toujours ?)
Je sais pas trop quoi te dire d'autre, DJ.
À part de laisser sortir ce qui doit sortir et, oui, peut-être, de boire un coup.
Je t'embrasse.

11/02/2013 à 19:37

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012
j'ai commencé ma vie en étant la merde de quelqu'un, quelqu'un qui m'aime bien sur, mais j'étais quand même une merde, une conne, une pute, une raclure, ensuite, j'ai fuis, tant que j'ai pu, et là, sur ma route, j'ai croisé pleins de gens, et c'est vers ceux qui maltraitaient que je me dirigeais, donc, j'étais encore rien, moins que rien même parfois, après qualques passages dans des trucs louches, des cocards et d'autres choses dont je ne parlerai pas, j'ai rencontré mon enculé de mari pervers narcissique, qui lui, à fini le boulot !!!!

aujourd'hui, je me suis tournée vers un homme bien, bon, et aimant, mais moi, dans mon coeur, je suis toujours moi, et je vois encore ce premier personnage pour lequel je n'étais qu'une merde, mais celui là, je n'ai pas ni l'envie ni la force de le dégager de ma vie, parce qu'il m'aime, peut être pas comme il devrait, mais il m'aime, et il est là, et c'est quelqu'un de sure, alors malgré tout, son épaule, j'en ai besoin, et je reste dans le schéma, ce putain de schéma, qui m'a fait faire ça de ma putain de vie, ce schéma, qui me détruit, et je viens sur un forum pour parler parce à qui je dirais toute ces choses que je déverse ici, qui pourrais entendre ça, qui j'oserais regarder en face sans gêne après ça, et bah personne, et ce putain de pays ou partout il y a des passages de cette putain de souffrance, tiens, là, il m'a frappée, tiens là, lui m'a violée, tiens, j'étais là chez ce putain de médecin quand mon bébé est mort, tiens, je me suis mériée avec ce gros con ici, tiens, tiens tiens j'en peux plus, j'étouffe, je desespère d'oublier qui je suis, et pourquoi je suis là, j'aimerais être amnésique, oublier, tout oublier et recommencer, apprendre à connaitre les gens et les zapper parce qu'après tout, je ne me sentirais pas obligée de les aimer, et eux pourraient à leur tour me désaimer, enfin, de toute façon, je suis en plein délire, preuve de ma grande folie et mon désespoir qu'un jour ma vie soit autre chose que se ramassi de merde dont je suis le personnage principal
12/02/2013 à 01:52

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012

Moi je pense qu'il faut chercher un peu plus loin et essayer de comprendre comment tout ça s'est enraciné en toi, voilà déjà une bonne piste voir la piste primordiale :

Ambre a dit : 


Qui dans ta famille a passé sa vie à te rabaisser et te dire que tu ne valais rien ? Qui t'a répété pendant des années que de toute façon il ne fallait t'attendre qu'au pire quoi que tu fasses ? Que tu étais une merde, une salope, une pute, une moins que rien ?

Parce que ne te leurre pas, ces idées sont en toi, mais ne viennent pas de toi. C'est quelqu'un qui te les a infligées.

 Mais j'en sais riens je ne suis pas psy mais il me semble quand même qu'à la base notre mode de fonctionnement viens de la famille non ? Est ce que tes parents te complimentaient, ou tu as l'impression que tu faisais juste partie des meubles, est ce que tu n'as pas souffert d' un manque d'attention ? ou carrément ils te rabaissaient ? 
Ce qui expliquerai ton état dépressif et toute ton histoire qui a suivie par la suite.
Je sais que ça ne plait pas  à certains-nes  que l'on puisse évoquer cet aspect des choses mais après tout on est là pour s'aider et trouver des pistes, si c'est pas ça et que tu as eu une cellule familiale plutôt bénéfique au moins ça fait une piste à éliminer.

12/02/2013 à 07:51

damejessica

Type : Femme
Messages : 3203
Membre depuis : 12/09/2012

Venom a dit : 

Moi je pense qu'il faut chercher un peu plus loin et essayer de comprendre comment tout ça s'est enraciné en toi, voilà déjà une bonne piste voir la piste primordiale :

Ambre a dit : 


Qui dans ta famille a passé sa vie à te rabaisser et te dire que tu ne valais rien ? Qui t'a répété pendant des années que de toute façon il ne fallait t'attendre qu'au pire quoi que tu fasses ? Que tu étais une merde, une salope, une pute, une moins que rien ?

Parce que ne te leurre pas, ces idées sont en toi, mais ne viennent pas de toi. C'est quelqu'un qui te les a infligées.

 Mais j'en sais riens je ne suis pas psy mais il me semble quand même qu'à la base notre mode de fonctionnement viens de la famille non ? Est ce que tes parents te complimentaient, ou tu as l'impression que tu faisais juste partie des meubles, est ce que tu n'as pas souffert d' un manque d'attention ? ou carrément ils te rabaissaient ? 
Ce qui expliquerai ton état dépressif et toute ton histoire qui a suivie par la suite.
Je sais que ça ne plait pas  à certains-nes  que l'on puisse évoquer cet aspect des choses mais après tout on est là pour s'aider et trouver des pistes, si c'est pas ça et que tu as eu une cellule familiale plutôt bénéfique au moins ça fait une piste à éliminer.

 Ne t'inquiète pas venom, je sais que tes paroles sont bienveillantes et là pour m'aider, et oui, j'ai commencé mon parcours avec des parents aimants mais un père très dur et violent verbal, j'avais cette impression déjà que tout ce que je faisais était nul, de n'être jamais assez bien pour rendre ce père fier de moi, ma maman était elle très attentionnée et douce et venait adoucir cette relation père fille, mais à l'adolescence tout à carrément craqué, et là, j'ai commencé à faire n'importe quoi pour qu'on me voit ou alors pour mériter cette colère qu'on me donnait j'imagine, aujourd'hui, il a toujours le même tempérament, mais en plus light, car je suis adulte, mais ce comportement, j'ai de plus en plus de mal effectivement...
Je pense effectivement que c'est le point de départ...
merci venom, bisou

12/02/2013 à 12:08

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
En fait, inconsciemment tu as voulu faire comme ta mère (femme douce aimante qui vit avec un homme violent) et puis tu es sortie de cette prison... Tu as été beaucoup plus forte que ta maman et je pense que c'est pour çà que ta famille t'en veut... Donc tu es sortie de ce shéma familial.... N'est-ce pas déjà une grande preuve de force et de courage ?