Un homme qui trompe sa femme est souvent un homme

22/01/2016 à 19:08

Lilipuce34

Type :
Messages : 7
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)
23/01/2016 à 09:22

Pow-

Type :
Messages : 98
Membre depuis : 01/01/1970
Inteview intéressante, on sent bien la "patte" de Brigitte dans les réponses. Pour le sujet, un homme ou une femme qui tromperait son conjoint serait une personne en souffrance, donc? Sûrement, ça me parait cohérent dans la majorité des cas. Peut-être pas tous cela dit. Mais d'un côté, quelle être ne souffre pas? Ce qui serait intéressant, ce serait de savoir à quoi est lié cette souffrance. Au couple uniquement? Je ne le crois pas.
23/01/2016 à 11:08

Lilipuce34

Type :
Messages : 7
Membre depuis : 01/01/1970

Pow- a dit : 

Sûrement, ça me parait cohérent dans la majorité des cas. Peut-être pas tous cela dit. Mais d'un côté, quelle être ne souffre pas? Ce qui serait intéressant, ce serait de savoir à quoi est lié cette souffrance.

 C'est exactement les mêmes réflexions que je me fais!

23/01/2016 à 18:47

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Je vais aller lire le message de brigitte, mais je ne suis pas d'accord avec ça ; ça serait trop simple et ça serait trop banaliser la tromperie je pense.... pour ma part, j'ai souffert dans mon couple pendant plusieurs années, mais je n'avais jamais l'idée de tromper mon ex ; et lorsque j'ai fait LA rencontre, cela faisait bien longtemps que je n'avais plus de relations ni de petits moments de tendresse avec mon ex, et j'ai clairement dit que je le quittais avant d'entamer quoi que ce soit de l'autre côté (il n'y a pas eu de passage à l'acte avant plusieurs semaines...) ; je n'aurais pas trompé, même en étant malheureuse ; et j'aurais aimé qu'il en soit pareil s'il avait du me tromper ; dire que c'est fini, et ensuite faire ce qu'il avait à faire de l'autre côté.....
Bon je vais lire le message et je reviendrais vous dire si j'ai changé d'avis.
24/01/2016 à 16:24

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

Madison a dit : 

Je vais aller lire le message de brigitte, mais je ne suis pas d'accord avec ça ; ça serait trop simple et ça serait trop banaliser la tromperie je pense.... pour ma part, j'ai souffert dans mon couple pendant plusieurs années, mais je n'avais jamais l'idée de tromper mon ex ; et lorsque j'ai fait LA rencontre, cela faisait bien longtemps que je n'avais plus de relations ni de petits moments de tendresse avec mon ex, et j'ai clairement dit que je le quittais avant d'entamer quoi que ce soit de l'autre côté (il n'y a pas eu de passage à l'acte avant plusieurs semaines...) ; je n'aurais pas trompé, même en étant malheureuse ; et j'aurais aimé qu'il en soit pareil s'il avait du me tromper ; dire que c'est fini, et ensuite faire ce qu'il avait à faire de l'autre côté.....
Bon je vais lire le message et je reviendrais vous dire si j'ai changé d'avis.

 Bonjour Madison,
Pourquoi le fait d'évoquer de la souffrance serait-il simple et une banalisation?
Si Brigitte dit cela c'est par rapport aux multiples témoignages qu'elle reçoit sur le sujet. Ce thème transparaît également en filigrane dans de nombreuses discussions sur forum et pour ma part, les observations et expériences que j'ai pu faire autour de moi confirment aussi que derrière ces situations se cache souvent une profonde souffrance émotionnelle dont la personne qui la vit st d'ailleurs souvent même inconsciente  ... ce qui engendre de surcroît souvent de forts sentiments de culpabilité. D'ailleurs, n'est-ce pas un peu la situation de ton ami?

Alors "à quoi est liée cette souffrance" demande Pow ? Je pense que c'est individuel ... chacun de nous porte bien enfoui des blessures et des souffrances, une sorte de solitude fondamentale. En général, on les comble par des activités, une carrière, et une relation amoureuse et on en est pas conscient. Et puis, le temps faisant son oeuvre, il arrive que l'effet pansement de la relation ne suffise plus et que la souffrance fondamentale refasse surface. Cela devrait être une invitation à regarder profondément et honnêtement au fond de soi, mais nous sommes humains et préférons nous remettre en quête d'une autre relation qui nous comblera.

Et maintenant, y a-t-il une différence entre les hommes et les femmes? A mon avis, oui et non. Le principe est le même pour les femmes, seulement paradoxalement à une époque où on continue de vouloir rendre la femme "égale" à l'homme, il semblerait que ces dernières aient une bonne longueur d'avance. Au fil de leurs émancipations, les femmes sont parvenues à faire accepter qu'elles puissent se séparer d'un homme quand elles jugent la relation insatisfaisante. Les hommes n'ont pas encore fait cette émancipation. Ils restent en général enfermés dans leur croyance sociale de culpabilité, responsabilité, etc.... D'une manière générale et un peu caricaturale, aux yeux de la société ,l'homme qui trompe est un salop mais celui qui quitte sa femme et a fortiori ses enfants (puisqu'il y a encore un consensus qui les confie en général à la mère) est également un salop !!!

24/01/2016 à 17:29

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Coucou melusinefee
je savais que j'aurais du mal à faire comprendre ce que je veux dire. En fait, c'est souvent trop facile et on dit "Oui je souffre et donc je trompe" ; ceci explique cela ; c'est pour ça que je dis que c'est trop facile et que ça permet de banaliser la tromperie si l'on dit ça ; mais je ne dis pas qu'il n'y a pas souffrance (oui tu as raison pour mon ami), ça arrive dans certains cas, mais je ne sais pas si c'est si souvent que ça..... Il y a des hommes, ou des femmes, qui passent leur vie à tromper leur mari/femme, qui multiplient les amants/maitresses, et là j'ai du mal à penser que c'est quelqu'un qui souffre....c'est pour ces "cas" là que je dis que ça serait trop simple et ça serait banaliser la tromperie.
et puis je crois aussi, même pour ceux qui souffrent, que ça serait aussi trop facile de dire, je souffre, pour telle ou telle raison, alors je vais tromper, comme ça au moins personne ne pourra me faire de reproche, j'ai trompé parce que je souffrais.

Après reste à savoir à quoi est liée cette souffrance. Et là il y a matière à traiter. est-ce du uniquement au couple ? peut-être. L'autre ne nous apporte plus l'attention que l'on voudrait, ne nous parle plus comme avant, ne partage plus rien avec nous, etc etc..... qu'attendons-nous vraiment de cette relation qui n'est plus ce qu'elle était au début lorsqu'on s'est rencontrés ? il faut en parler, essayer de voir si l'on peut changer les choses, tout en restant soi-même et ne pas se forcer à être quelqu'un d'autre, à jouer un rôle....après, à partir de ça, soit ça marche et l'on repart de plus belle pour continuer notre route ensemble, soit il faut se rendre à l'évidence et changer de direction......

Et je suis d'accord avec toi et l'émancipation de la femme par rapport à leur courage de se séparer.
Par contre, tu penses vraiment qu'aux yeux de la société un homme qui trompe est un salop ? justement je crois que non, il me semble que c'est "bien" vu un homme qui trompe, il peut même avoir plusieurs conquêtes, c'est très bien, c'est un macho ! mais une femme qui fait pareil, c'est une salope.....chercher l'erreur.
Peut-être qu'il parait pour un salop s'il quitte femme et enfant(s), mais.... Mais une femme qui trompe et qui en plus quitte mari et enfant (ça reste rare je pense) c'est une salope....enfin c'est l'impression que ça me donne aux yeux de la société....

oh là, c'est un sujet compliqué tout ça !
25/01/2016 à 21:39

Brigitte

Type : Femme
Messages : 1256
Membre depuis : 15/09/2012

Lilipuce34 a dit : 

Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)

Oui bien sûr la souffrance est normale puisque nous sommes des êtres vivants. Je dirai même qu’il vaut mieux être conscient de sa souffrance car ceux qui la musèlent le payent plus cher. Maladies, mauvais choix, incompréhensions avec leurs proches, etc...

En effet, l’infidélité est souvent une réaction à de la souffrance dans le couple, en tout cas à un manque de quelque chose. Les hommes ont besoin de se sentir aimés, désirés, admirés. Quand leur épouse ne cesse de les critiquer ils peuvent vite se retrouver dans les bras d’une maîtresse.

Idem bien sûr pour les femmes même si les raisons de l’adultère sont un peu différentes. Les femmes ont besoin d’une oreille attentive, d’être sans cesse séduites, mais en finale, le résultat reste le même.

En fait l’infidélité en soit n’est pas forcément le problème, le problème c’est l’éloignement alors encore plus grand dans le couple et surtout la découverte de l’adultère qui abîme la confiance.
Brigitte
28/01/2016 à 14:18

lili2011

Type :
Messages : 1
Membre depuis : 01/01/1970
Je ne sais pas si l'homme qui trompe est en souffrance mais je sais que la femme trompée souffre énormément, mais ce n'est pas pour çà qu'elle trompe à son tour. Si l'homme est en souffrance dans son couple pourquoi n'en parle t-il pas à sa femme? Cela me paraitrai plus judicieux. Mais moi je pense qu'un homme qui trompe c'est plutôt pour se valoriser et montrer sa supériorité (?)
28/01/2016 à 16:23

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Brigitte a dit : 

Lilipuce34 a dit : 

Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)

Oui bien sûr la souffrance est normale puisque nous sommes des êtres vivants. Je dirai même qu’il vaut mieux être conscient de sa souffrance car ceux qui la musèlent le payent plus cher. Maladies, mauvais choix, incompréhensions avec leurs proches, etc...

En effet, l’infidélité est souvent une réaction à de la souffrance dans le couple, en tout cas à un manque de quelque chose. Les hommes ont besoin de se sentir aimés, désirés, admirés. Quand leur épouse ne cesse de les critiquer ils peuvent vite se retrouver dans les bras d’une maîtresse.

Idem bien sûr pour les femmes même si les raisons de l’adultère sont un peu différentes. Les femmes ont besoin d’une oreille attentive, d’être sans cesse séduites, mais en finale, le résultat reste le même.

En fait l’infidélité en soit n’est pas forcément le problème, le problème c’est l’éloignement alors encore plus grand dans le couple et surtout la découverte de l’adultère qui abîme la confiance.
Brigitte

 Bonjour Brigitte, totalement d'accord...j'ai d'ailleurs bien aimé votre émission sur la baisse du désir de la femme dans le couple, aussi bien les témoignages des auditeurs que les conseils toujours pertinents de votre invité et de vous même.

J'ai eu envie de réagir, mais faute de temps, je ne l'ai pas fait...

Mais la souffrance, c'est insuffisant, les souffrances pour êtres plus exactes, celles qu'on "ose " reconnaître à son conjoint et celles cachées plus enfouies par "honte", "peur" du jugement de la réaction de l'autre, peurs et souffrances qui sont parfois extérieurs au couple et qui aggravent le tout, jusqu'à l'infidélité qui n'excuse rien, ne résous rien, mais qui est un exutoire temporaire, qui permet aussi de prendre du recul si on l'utilise comme expérience "pour soi" pour se "retrouver" seul face à soi même, car à force de rejeter la faute sur l'autre, le conjoint, finalement le changement ne doit il pas plutôt s’opérer en nous pour que l'autre puisse par mimétisme se "réveiller" pour ne pas qu'on lui échappe définitivement en réaffirmant son amour, son désir et sa place au sein du couple, car la place trop longtemps laissé vacante, finira forcement à terme occupée...

28/01/2016 à 17:03

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970

MysteriousMans a dit : 

Brigitte a dit : 

Lilipuce34 a dit : 

Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)

Oui bien sûr la souffrance est normale puisque nous sommes des êtres vivants. Je dirai même qu’il vaut mieux être conscient de sa souffrance car ceux qui la musèlent le payent plus cher. Maladies, mauvais choix, incompréhensions avec leurs proches, etc...

En effet, l’infidélité est souvent une réaction à de la souffrance dans le couple, en tout cas à un manque de quelque chose. Les hommes ont besoin de se sentir aimés, désirés, admirés. Quand leur épouse ne cesse de les critiquer ils peuvent vite se retrouver dans les bras d’une maîtresse.

Idem bien sûr pour les femmes même si les raisons de l’adultère sont un peu différentes. Les femmes ont besoin d’une oreille attentive, d’être sans cesse séduites, mais en finale, le résultat reste le même.

En fait l’infidélité en soit n’est pas forcément le problème, le problème c’est l’éloignement alors encore plus grand dans le couple et surtout la découverte de l’adultère qui abîme la confiance.
Brigitte

 Bonjour Brigitte, totalement d'accord...j'ai d'ailleurs bien aimé votre émission sur la baisse du désir de la femme dans le couple, aussi bien les témoignages des auditeurs que les conseils toujours pertinents de votre invité et de vous même.

J'ai eu envie de réagir, mais faute de temps, je ne l'ai pas fait...

Mais la souffrance, c'est insuffisant, les souffrances pour êtres plus exactes, celles qu'on "ose " reconnaître à son conjoint et celles cachées plus enfouies par "honte", "peur" du jugement de la réaction de l'autre, peurs et souffrances qui sont parfois extérieurs au couple et qui aggravent le tout, jusqu'à l'infidélité qui n'excuse rien, ne résous rien, mais qui est un exutoire temporaire, qui permet aussi de prendre du recul si on l'utilise comme expérience "pour soi" pour se "retrouver" seul face à soi même, car à force de rejeter la faute sur l'autre, le conjoint, finalement le changement ne doit il pas plutôt s’opérer en nous pour que l'autre puisse par mimétisme se "réveiller" pour ne pas qu'on lui échappe définitivement en réaffirmant son amour, son désir et sa place au sein du couple, car la place trop longtemps laissé vacante, finira forcement à terme occupée...

Bonjour,

Et si tout simplement l'Homme n'est pas naturellement monogame!?
On s'efforce à quelque chose qui n'est pas dans notre nature, certains y arrivent mieux que d'autres...

Et si c'était dans notre nature de coucher avec qui on peut et pas uniquement avec LA personne avec qui on a décidé de faire notre vie?

Le couple étant une création sociale, comment peut-on être sur que nos gènes ont suivi la même évolution?

Pourquoi faut-il toujours chercher des causes aux relations extra-conjugales, peut-on envisager que cela vient juste d'une envie animale et primaire qu'on ne veut pas ou on ne peut pas contrôler?

28/01/2016 à 18:03

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

nemesis a dit : 

MysteriousMans a dit : 

Brigitte a dit : 

Lilipuce34 a dit : 

Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)

Oui bien sûr la souffrance est normale puisque nous sommes des êtres vivants. Je dirai même qu’il vaut mieux être conscient de sa souffrance car ceux qui la musèlent le payent plus cher. Maladies, mauvais choix, incompréhensions avec leurs proches, etc...

En effet, l’infidélité est souvent une réaction à de la souffrance dans le couple, en tout cas à un manque de quelque chose. Les hommes ont besoin de se sentir aimés, désirés, admirés. Quand leur épouse ne cesse de les critiquer ils peuvent vite se retrouver dans les bras d’une maîtresse.

Idem bien sûr pour les femmes même si les raisons de l’adultère sont un peu différentes. Les femmes ont besoin d’une oreille attentive, d’être sans cesse séduites, mais en finale, le résultat reste le même.

En fait l’infidélité en soit n’est pas forcément le problème, le problème c’est l’éloignement alors encore plus grand dans le couple et surtout la découverte de l’adultère qui abîme la confiance.
Brigitte

 Bonjour Brigitte, totalement d'accord...j'ai d'ailleurs bien aimé votre émission sur la baisse du désir de la femme dans le couple, aussi bien les témoignages des auditeurs que les conseils toujours pertinents de votre invité et de vous même.

J'ai eu envie de réagir, mais faute de temps, je ne l'ai pas fait...

Mais la souffrance, c'est insuffisant, les souffrances pour êtres plus exactes, celles qu'on "ose " reconnaître à son conjoint et celles cachées plus enfouies par "honte", "peur" du jugement de la réaction de l'autre, peurs et souffrances qui sont parfois extérieurs au couple et qui aggravent le tout, jusqu'à l'infidélité qui n'excuse rien, ne résous rien, mais qui est un exutoire temporaire, qui permet aussi de prendre du recul si on l'utilise comme expérience "pour soi" pour se "retrouver" seul face à soi même, car à force de rejeter la faute sur l'autre, le conjoint, finalement le changement ne doit il pas plutôt s’opérer en nous pour que l'autre puisse par mimétisme se "réveiller" pour ne pas qu'on lui échappe définitivement en réaffirmant son amour, son désir et sa place au sein du couple, car la place trop longtemps laissé vacante, finira forcement à terme occupée...

Bonjour,

Et si tout simplement l'Homme n'est pas naturellement monogame!?
On s'efforce à quelque chose qui n'est pas dans notre nature, certains y arrivent mieux que d'autres...

Et si c'était dans notre nature de coucher avec qui on peut et pas uniquement avec LA personne avec qui on a décidé de faire notre vie?

Le couple étant une création sociale, comment peut-on être sur que nos gènes ont suivi la même évolution?

Pourquoi faut-il toujours chercher des causes aux relations extra-conjugales, peut-on envisager que cela vient juste d'une envie animale et primaire qu'on ne veut pas ou on ne peut pas contrôler?

 
Bonsoir Nemesis, vous dites vrai aussi, 
Il y a plusieurs responsables:
La biologie, Brigitte a reçue à plusieurs reprises une specialiste dans son domaine (biologie/anthropologie)
On voit bien sur le rôle social qui tend à disparaitre quand on voit les stats ce ne sera bientôt plus un mariage sur 3 qui finiera en divorce mais plus près de 1/2 si ça continu...
La diversite des modes monoparentaux/ pacs/mariages/recomposes etc...les difficultes lies au travail...les deplacements à rallonge/domicile travail, 
Rajoutez à ça les tentations consumeristes quotidiennes (mails/spams sites de rencontres/ sites adulteres/ publicites/cinema/musique plus sexuelle...tout est fair pour nous surexcite en nous facilitant l acces à tout cet univers aux multiples tentations...
Meme si la part d animal, d instinct subsiste, on peut quand meme la dompter et ne pas sauter sur tout ce qui bouge...lol
On est plus au temps de la prehistoire...la survie de l espece n est plus menace: merci la fiv et la science...
Donc si ce n est davantage l ennuie, les difficultes de communications propre au couple, les problemes divers (precarite de l emploi en 1er lieu, le poids de l education et aussi pour les concernes par le tabou religieux et tous les tabous autres propres à chacun...
On a tous accès à l information pourtant le Sida persiste, les grossesse non desirees les manques de contraception volontaire... ...on voit bien que de nombreuses femmes @40-50 ans n ont quasi jamais connu un orgasme digne de ce nom...
Bref...dans un monde consumeriste ou l on accumule sans cesse au dela de nos besoins reels...ou l on jette sans même avoir eu le temps de consommer...on se lasse de tout plus vite on veut tout plus vite...on veut coucher avant de se connaitre se deshabiller avant de se seduire ...avoir des gosses avant d eprouver la solidite de son couple zn vivant ensemble...bref...le sexe l amour tout se marchande tout est devenu perissable...

28/01/2016 à 18:29

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970

MysteriousMans a dit : 

nemesis a dit : 

MysteriousMans a dit : 

Brigitte a dit : 

Lilipuce34 a dit : 

Bonjour,
Je viens de lire une interview de Brigitte http://www.temps-libre.info/brigitte-lahaie-lanimatrice-radio-de-rmc-se-confie/ et elle fait reference à cette idée dans l'article : "un homme qui trompe sa femme est souvent un homme qui souffre"
Qu'est ce que vous en pensez?

Souffre dans son couple ou souffre tout court?
La souffrance est le propre de l'humain, alors on pourrait adapter cet adage à beaucoup de sujet en fait...
Si c'est une souffrance juste dans le couple, dans le sens "insatisfaction", il est possible que ce soit fort vrai. En tout cas quelquechose n'est pas aligné.

Pensez vous que l'on peut transposer cette reflexion aux femmes aussi?
(je sais c'est un peu philosophique mais ça change un peu heinWink)

Oui bien sûr la souffrance est normale puisque nous sommes des êtres vivants. Je dirai même qu’il vaut mieux être conscient de sa souffrance car ceux qui la musèlent le payent plus cher. Maladies, mauvais choix, incompréhensions avec leurs proches, etc...

En effet, l’infidélité est souvent une réaction à de la souffrance dans le couple, en tout cas à un manque de quelque chose. Les hommes ont besoin de se sentir aimés, désirés, admirés. Quand leur épouse ne cesse de les critiquer ils peuvent vite se retrouver dans les bras d’une maîtresse.

Idem bien sûr pour les femmes même si les raisons de l’adultère sont un peu différentes. Les femmes ont besoin d’une oreille attentive, d’être sans cesse séduites, mais en finale, le résultat reste le même.

En fait l’infidélité en soit n’est pas forcément le problème, le problème c’est l’éloignement alors encore plus grand dans le couple et surtout la découverte de l’adultère qui abîme la confiance.
Brigitte

 Bonjour Brigitte, totalement d'accord...j'ai d'ailleurs bien aimé votre émission sur la baisse du désir de la femme dans le couple, aussi bien les témoignages des auditeurs que les conseils toujours pertinents de votre invité et de vous même.

J'ai eu envie de réagir, mais faute de temps, je ne l'ai pas fait...

Mais la souffrance, c'est insuffisant, les souffrances pour êtres plus exactes, celles qu'on "ose " reconnaître à son conjoint et celles cachées plus enfouies par "honte", "peur" du jugement de la réaction de l'autre, peurs et souffrances qui sont parfois extérieurs au couple et qui aggravent le tout, jusqu'à l'infidélité qui n'excuse rien, ne résous rien, mais qui est un exutoire temporaire, qui permet aussi de prendre du recul si on l'utilise comme expérience "pour soi" pour se "retrouver" seul face à soi même, car à force de rejeter la faute sur l'autre, le conjoint, finalement le changement ne doit il pas plutôt s’opérer en nous pour que l'autre puisse par mimétisme se "réveiller" pour ne pas qu'on lui échappe définitivement en réaffirmant son amour, son désir et sa place au sein du couple, car la place trop longtemps laissé vacante, finira forcement à terme occupée...

Bonjour,

Et si tout simplement l'Homme n'est pas naturellement monogame!?
On s'efforce à quelque chose qui n'est pas dans notre nature, certains y arrivent mieux que d'autres...

Et si c'était dans notre nature de coucher avec qui on peut et pas uniquement avec LA personne avec qui on a décidé de faire notre vie?

Le couple étant une création sociale, comment peut-on être sur que nos gènes ont suivi la même évolution?

Pourquoi faut-il toujours chercher des causes aux relations extra-conjugales, peut-on envisager que cela vient juste d'une envie animale et primaire qu'on ne veut pas ou on ne peut pas contrôler?

 
Bonsoir Nemesis, vous dites vrai aussi, 
Il y a plusieurs responsables:
La biologie, Brigitte a reçue à plusieurs reprises une specialiste dans son domaine (biologie/anthropologie)
On voit bien sur le rôle social qui tend à disparaitre quand on voit les stats ce ne sera bientôt plus un mariage sur 3 qui finiera en divorce mais plus près de 1/2 si ça continu...
La diversite des modes monoparentaux/ pacs/mariages/recomposes etc...les difficultes lies au travail...les deplacements à rallonge/domicile travail, 
Rajoutez à ça les tentations consumeristes quotidiennes (mails/spams sites de rencontres/ sites adulteres/ publicites/cinema/musique plus sexuelle...tout est fair pour nous surexcite en nous facilitant l acces à tout cet univers aux multiples tentations...
Meme si la part d animal, d instinct subsiste, on peut quand meme la dompter et ne pas sauter sur tout ce qui bouge...lol
On est plus au temps de la prehistoire...la survie de l espece n est plus menace: merci la fiv et la science...
Donc si ce n est davantage l ennuie, les difficultes de communications propre au couple, les problemes divers (precarite de l emploi en 1er lieu, le poids de l education et aussi pour les concernes par le tabou religieux et tous les tabous autres propres à chacun...
On a tous accès à l information pourtant le Sida persiste, les grossesse non desirees les manques de contraception volontaire... ...on voit bien que de nombreuses femmes @40-50 ans n ont quasi jamais connu un orgasme digne de ce nom...
Bref...dans un monde consumeriste ou l on accumule sans cesse au dela de nos besoins reels...ou l on jette sans même avoir eu le temps de consommer...on se lasse de tout plus vite on veut tout plus vite...on veut coucher avant de se connaitre se deshabiller avant de se seduire ...avoir des gosses avant d eprouver la solidite de son couple zn vivant ensemble...bref...le sexe l amour tout se marchande tout est devenu perissable...

Hello MysteriousMans,

Je ne suis pas un grand optimiste par nature mais je trouve que vous avez une vision assez pessimiste de l'homme et de sa sexualité.

Reprenez mon message précèdent et ajouter du respect, de l'envie et du désir partagés par les adultes consentants  et vous verrez que les chose sont un peu moins noires que ce vous les décrivez...

Ce que vous vous décrivez dans le mail existe mais c'est pas à cela que j'ai pensé en écrivant notre message. Vous dites que l'espèce n'est plus menacée, certes, mais je ne suis pas sur que nos gènes soient au courant. Wink

17/02/2016 à 18:54

Lilipuce34

Type :
Messages : 7
Membre depuis : 01/01/1970
Merci à toutes et tous de vos interventions, ça laisse à reflechir. Vous avez tous des angles différents, c'est intéressant
29/02/2016 à 16:30

reve44

Type :
Messages : 119
Membre depuis : 01/01/1970
ah l'adultère!!  Perso j'ai trompé une fois, par vengeance! Et je n'en tire aucune fierté. Juste un assouvissement sur le coup.
Et encore trompé est un grand mot, je n'ai jamais remis le couvert, avec ce partenaire là!!!
Bon il est clair, que d'aller voir ailleurs engendre 2 maîtres mots pour moi:
Respect (de soit et de l'autre)
confiance.
Et perso, l'un ne va pas sans l'autre.
Mon mari, je lui ai dit dès le début de notre relation:
-" toi je ne te tromperais pas, je te quitterais, s'il le faut". (et le choix est Cornélien, le risque de quitter la proie pour l'ombre...)

Qui a parlé plus haut d'une histoire "finie" et quand il ou elle, a rencontré LA bonne personne, à quitté son EX???
Ben voilà ma vision des choses.
Tromper mon conjoint, je ne crois pas que je saurais me regarder dans la glace le lendemain.
Mais suis je un peu vieille France? Peut-être.
29/02/2016 à 18:14

Albator71

Type :
Messages : 289
Membre depuis : 01/01/1970
j'ai des defauts mais j'ai une qualité c'est la fidelité, que ce soit en amitiée ou en amour, si je dois " tromper " c'est que vraiment on m'aura fait dans les " bottes ", mais étant scorpion quand on me fait une crasse c'est fini.

Je sais une chose, tromper la femme que j'aime et la regarder en face comme si de rien était c'est quelque chose que je ne pourrais pas.

Mais je peux comprendre les raisons qui pousseraient certains à le faire.

Cela dit pour l'instant je suis celibataire, donc le probleme ne se pose pas.
01/03/2016 à 11:20

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970

reve44 a dit : 

ah l'adultère!!  Perso j'ai trompé une fois, par vengeance! Et je n'en tire aucune fierté. Juste un assouvissement sur le coup.
Et encore trompé est un grand mot, je n'ai jamais remis le couvert, avec ce partenaire là!!!
Bon il est clair, que d'aller voir ailleurs engendre 2 maîtres mots pour moi:
Respect (de soit et de l'autre)
confiance.
Et perso, l'un ne va pas sans l'autre.
Mon mari, je lui ai dit dès le début de notre relation:
-" toi je ne te tromperais pas, je te quitterais, s'il le faut". (et le choix est Cornélien, le risque de quitter la proie pour l'ombre...)

Qui a parlé plus haut d'une histoire "finie" et quand il ou elle, a rencontré LA bonne personne, à quitté son EX???
Ben voilà ma vision des choses.
Tromper mon conjoint, je ne crois pas que je saurais me regarder dans la glace le lendemain.
Mais suis je un peu vieille France? Peut-être.

Salut reve,
Je ne pense pas qu'il y ait de la fierté à tirer d'un adultère mais je suis autant persuadé qu’il ne faut pas en avoir honte (ou de culpabilité) non plus. Après trompé par vengeance, ce n'est probablement pas la meilleur raison et surtout si cela ne t'a pas fait du bien...

Sinon, je me reconnais bien dans tes paroles, je crois même que j'ai du les tenir à ma femme au début de notre relation mais voilà depuis quelques temps je tiens plus le même discourt. La question qui se pose, pourquoi ce changement à 180°!

Je vois les relations extraconjugales comme un exutoire qui fait partie de notre jardin secret dont l'autre n'a pas besoin d'avoir connaissance. Je sens que j'ai ce besoin et je ne souhaite pas m'en priver au risque de me renier... Ca peut paraitre un peu brutal et égoïste de ma part mais cela est aussi lié à mon histoire et mon vécu!!

Je ne sais pas si ton discourt fait vieille France mais beaucoup le tiennent et ils font tout le contraire, personnellement je souhaite rester cohérent et avoir un discourt qui soit en accord avec mes actes. Bien sur, sans le crier sur tous les toits, tout cela doit se passer dans le respect (mais aussi de la confiance, oui oui!!!) de l'autre et de soi, comme tu l'as bien noté au début de ton message.

15/11/2016 à 10:29

coq1

Type : Homme
Messages : 202
Membre depuis : 23/08/2015
Chacun a sa morale, ses principes

a une epoque de sa vie, et d autre a une autre epoque...

chacun determine ce qui est bien pour lui,

le principal c est d etre clair dans sa tete.... Et ne pas faire souffrir aussi inutilement..

l ange