TENTATION

27/01/2015 à 09:05

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

Coucou, en fait c'est un peu brouillon ma façon de présenter mes textes car celui ci se recoupe avec un d'avant, mais je ne le trouvais plus. Je suis consciente qu'il n'est pas très érotique, plus psy on va dire...ça peut ouvrir un regard sur l’infidélité, les fantasmes

"Ce n'était pas l'homme de sa vie, son mari la satisfaisait. Mais pourquoi avait-il prit tant de place dans son imaginaire. Pour combler un vide ? Peut-être mais il lui rappelait quelque chose de si familier. Quelque chose à la fois d'enfantin, d'immoral, de noir, d'angoissé, d'aliéné.

Elle luttait contre ce qui était puissant , la situation d'interdit était jouissive et elle ne voulait pas la détruire. Qu'y aurait-il après si elle réalisait son fantasme? Le néant et cela lui faisait peur, elle préférait rêver.

Dans on imaginaire, elle lui appartenait, elle se soumettait à tous ses désirs et devinait qu'il aurait pu dans un autre contexte l'enlever ou pire encore tuer son mari. Il était la flamme, la passion, l'insécurité, le danger. Il l'attendait. Elle le sentait rôder.

Elle savait exactement quelles seraient ses sensations, ce qu'il lui murmurerait s'il l'attrapait alors à quoi bon se faire attraper. Elle avait l'impression de le connaitre par cœur. Mais son désir de le satisfaire, de le choyer, de le dorloter presque comme une mère, de le rendre heureux, de se sentir belle, telle une déesse ne lui laissait pas de répit. Elle était tiraillée.

Ils restaient passifs tous les deux ne sachant pas aller l'un vers l'autre, ne sachant pas prendre de décision, peut-être parce que la vie leur donnait l'espoir d'avoir l'occasion de se recroiser... peut être parce qu'elle préférait une image fantasmée construite à partir de ce qu'elle percevait plutôt que prendre le risque d'être déçue par la réalité.
Il lui était déjà arrivé de se sentir complètement indifférente à son charme et elle n'aimait pas ça. Dans ses rêves il était toujours à la hauteur.

Elle songeait que lui aussi se raisonnait et n'était pas vraiment conscient de la puissance de ce qu'ils vivaient. Il devait penser que c'était juste une histoire de sexe, d'attirance. Il ne devait pas mesurer à quel point leur côtés sombres étaient enchaînés à une liaison imaginaire. Elle pensait qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble et qu'une passion réelle, de chair serait décevante par rapport à l'intensité de la passion cérébrale qui était encore plus déraisonnable.

L'absence, le manque, les « retrouvailles » ou plutôt les croisements n'en étaient que plus intenses, imprévisibles, déroutants presque métaphysique quand il s'agissait de sorte de prémonition. Les regards suffisaient.

Dans ses fantasmes, son mari l'offrait à cet homme par pitié pour lui et la laissait se salir un peu avec lui, puis il exigeait qu'elle se baigne dans une source d'eau très pure. Il n'y avait pas de pénétration, il ne résistait parfois pas à une fellation ou sinon il se finissait lui-même puis il la regardait se faire prendre avec son mari, humilié, souffrant qu'elle obéisse docilement à un autre. Elle ne le lâchait pas du regard et il aimait cela. Mais il en aurait voulu plus, qu'elle ne soit qu'à elle, il le lui disait pendant les ébats en cachette mais il devait se contenter de ce trio.

Puis, elle se demandait si ce ne serait pas plutôt le contraire qui lui plairait à elle, regarder son mari pendant que l'autre la prenait. Dans tous les cas, elle l'imaginait avec comme but ultime de la faire jouir, d'essayer de la posséder et elle sentait sa langue la parcourir et la mordre partout.

Il y avait un autre scénario dans ce trio où il regardait de plus en plus son mari et cela l'excitait aussi beaucoup."

12/03/2015 à 10:36

ancolie

Type :
Messages : 92
Membre depuis : 01/01/1970
J'aime beaucoup le fait que rien ne se réalise, que cela reste un fantasme qui alimente le désir...
Merci Smile