récit érotique: la séance de massage

04/12/2014 à 14:50

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970
bon tant pis je n'ai pas trouvé de rubrique, alors je me lance ici, c'est un récit d'il ya un an!!!, je n'ai pas tout publié, si vous voulez la suite il faut réclamer, bonne lecture!

"" J’étais ce jour-là au mieux de ma forme, disons comme une fleur qui s’éveille au printemps.

Je me rendais pour la première fois dans ce cabinet de massage dans une tenue sobre et légère. Ma jupe en dentelle rouge permettait de sentir l’air doux de cette belle journée sur mes cuisses. Je m’étais offert ce cadeau d’être massée par un homme car j’étais curieuse et attirée par l’expérience. J’avais choisi ce masseur qui me paraissait très professionnel et qui était bel homme. Je voulais vivre une expérience dont ambiguïté faisait travailler mon imagination.
Je suis quelqu’un qui aime jouer avec les limites et tenter une expérience comme celle-là m’excitait depuis que j’avais pris le rendez-vous, d’autant que sa voix m’avait plu. Il y avait eu comme un moment suspendu, comme si  nous avions ressentis quelque chose au même moment mais je me disais que c’était probablement ma grande imagination qui travaillait.

 

Peut-être cela expliqua le trouble que je ressentis quand il ouvrit la porte d’entrée, mais son trouble ne m’échappât pas non plus, je ne lui étais visiblement pas indifférente. Je le vis dans sa façon de me regarder, comme quelqu’un qu’on reconnait, sa respiration sembla retenue un instant.

Il sembla reprendre le contrôle en  m’invitant à entrer dans la cabine de massage. Il ne m’avait pas serré la main, peut-être par pudeur... La cabine me donna tout de suite une impression sécurisante par son aspect douillet et sa  propreté. J’aimais le parfum subtil qui m’enveloppait et qui venait de l’ensemble : le lieu et l’homme. Je ne pus m’empêcher de regarder ses mains et la naissance de son torse. Il était appétissant tout simplement. Je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il était un homme avant d’être un masseur quel que soit son professionnalisme.

Tandis qu’il m’expliquait le protocole avec tout son sérieux, je me raisonnais, un peu honteuse et revenais à la raison en me disant de ne pas me faire de film, que de toute façon ce qui comptait était la qualité du massage et du bien-être que je renforcerai en moi. Je ne voulais rien provoquer mais simplement être moi-même.  De plus, c’était du shiatsu et je n’avais pas besoin de me déshabiller. Je n’avais pas pensé à mettre une tenue plus appropriée. Il  m’indiqua que ce serait plus pratique d’enfiler un sarouel qu’il avait de secours.
J’allais donc me vêtir dans les toilettes. J’en profitais pour me caresser, je me sentais déjà chaude, prête à être prise. Je me résonnais encore et je revins me raisonnant qu’avec cette tenue ma féminité était davantage mise de côté et que c’était mieux ainsi. Je prie tout de même conscience qu’ayant enlevé mon soutien-gorge, le tissu un peu transparent laissait deviner mes seins et pointer mes tétons.

 Je m’installais allongée sur le ventre finalement décidée de rester neutre malgré tout et satisfaite de constater que mes fantasmes n’étaient que des fantasmes et que je n’avais aucune frustration à les laisser à leur place. Avant d’être un homme et une femme, nous étions deux êtres humains et je cessais de me sentir comme une proie pour l’homme qu’il était. Pendant cette première partie sur le dos, je sentis sa qualité de toucher me faire lâcher-prise, je voyageais à l’intérieur de moi-même dans une immense et profonde détente.
Je me laissais aller à ma sensualité de façon neutre, sans penser à lui, j’étais complètement bien en moi. Ses mains étaient un outil merveilleux et je me sentais en sécurité, il ne pouvait m’arriver que de bonnes choses. Je remarquai qu’il s’occupa de mes reins mais qu’il ne descendit pas jusqu’à mon sacrum, j’aurais bien aimé.   Puis, il me retourna progressivement en me faisant basculer par la hanche et en me tenant la main. Je fus alors allongée sur le dos, il ne m’avait pas lâché la main et commença à masser chacun de mes doigts.

A ce moment, ce ne fut pas neutre. Toute ma féminité se réveilla en sentant ma main dans ses mains. Je sentais la douceur de ma peau enveloppée par ses mains  chaleureuses et épaisses.  Malgré moi, je m’entendis gémir très doucement. J’avais l’eau à la bouche et des frissons d’appel dans le bas ventre. J’ouvris automatiquement les yeux pour croiser rapidement son regard. Je me sentis rougir et lui était pareil, je vis sa pomme d’adan bouger, il sembla avaler sa salive....




04/12/2014 à 19:24

Montagnardd

Type :
Messages : 3889
Membre depuis : 01/01/1970

eaubraise a dit : 

bon tant pis je n'ai pas trouvé de rubrique, alors je me lance ici, c'est un récit d'il ya un an!!!, je n'ai pas tout publié, si vous voulez la suite il faut réclamer, bonne lecture!

"" J’étais ce jour-là au mieux de ma forme, disons comme une fleur qui s’éveille au printemps.

Je me rendais pour la première fois dans ce cabinet de massage dans une tenue sobre et légère. Ma jupe en dentelle rouge permettait de sentir l’air doux de cette belle journée sur mes cuisses. Je m’étais offert ce cadeau d’être massée par un homme car j’étais curieuse et attirée par l’expérience. J’avais choisi ce masseur qui me paraissait très professionnel et qui était bel homme. Je voulais vivre une expérience dont ambiguïté faisait travailler mon imagination.
Je suis quelqu’un qui aime jouer avec les limites et tenter une expérience comme celle-là m’excitait depuis que j’avais pris le rendez-vous, d’autant que sa voix m’avait plu. Il y avait eu comme un moment suspendu, comme si  nous avions ressentis quelque chose au même moment mais je me disais que c’était probablement ma grande imagination qui travaillait.

 

Peut-être cela expliqua le trouble que je ressentis quand il ouvrit la porte d’entrée, mais son trouble ne m’échappât pas non plus, je ne lui étais visiblement pas indifférente. Je le vis dans sa façon de me regarder, comme quelqu’un qu’on reconnait, sa respiration sembla retenue un instant.

Il sembla reprendre le contrôle en  m’invitant à entrer dans la cabine de massage. Il ne m’avait pas serré la main, peut-être par pudeur... La cabine me donna tout de suite une impression sécurisante par son aspect douillet et sa  propreté. J’aimais le parfum subtil qui m’enveloppait et qui venait de l’ensemble : le lieu et l’homme. Je ne pus m’empêcher de regarder ses mains et la naissance de son torse. Il était appétissant tout simplement. Je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il était un homme avant d’être un masseur quel que soit son professionnalisme.

Tandis qu’il m’expliquait le protocole avec tout son sérieux, je me raisonnais, un peu honteuse et revenais à la raison en me disant de ne pas me faire de film, que de toute façon ce qui comptait était la qualité du massage et du bien-être que je renforcerai en moi. Je ne voulais rien provoquer mais simplement être moi-même.  De plus, c’était du shiatsu et je n’avais pas besoin de me déshabiller. Je n’avais pas pensé à mettre une tenue plus appropriée. Il  m’indiqua que ce serait plus pratique d’enfiler un sarouel qu’il avait de secours.
J’allais donc me vêtir dans les toilettes. J’en profitais pour me caresser, je me sentais déjà chaude, prête à être prise. Je me résonnais encore et je revins me raisonnant qu’avec cette tenue ma féminité était davantage mise de côté et que c’était mieux ainsi. Je prie tout de même conscience qu’ayant enlevé mon soutien-gorge, le tissu un peu transparent laissait deviner mes seins et pointer mes tétons.

 Je m’installais allongée sur le ventre finalement décidée de rester neutre malgré tout et satisfaite de constater que mes fantasmes n’étaient que des fantasmes et que je n’avais aucune frustration à les laisser à leur place. Avant d’être un homme et une femme, nous étions deux êtres humains et je cessais de me sentir comme une proie pour l’homme qu’il était. Pendant cette première partie sur le dos, je sentis sa qualité de toucher me faire lâcher-prise, je voyageais à l’intérieur de moi-même dans une immense et profonde détente.
Je me laissais aller à ma sensualité de façon neutre, sans penser à lui, j’étais complètement bien en moi. Ses mains étaient un outil merveilleux et je me sentais en sécurité, il ne pouvait m’arriver que de bonnes choses. Je remarquai qu’il s’occupa de mes reins mais qu’il ne descendit pas jusqu’à mon sacrum, j’aurais bien aimé.   Puis, il me retourna progressivement en me faisant basculer par la hanche et en me tenant la main. Je fus alors allongée sur le dos, il ne m’avait pas lâché la main et commença à masser chacun de mes doigts.

A ce moment, ce ne fut pas neutre. Toute ma féminité se réveilla en sentant ma main dans ses mains. Je sentais la douceur de ma peau enveloppée par ses mains  chaleureuses et épaisses.  Malgré moi, je m’entendis gémir très doucement. J’avais l’eau à la bouche et des frissons d’appel dans le bas ventre. J’ouvris automatiquement les yeux pour croiser rapidement son regard. Je me sentis rougir et lui était pareil, je vis sa pomme d’adan bouger, il sembla avaler sa salive....




 très bien écrit , beaucoup de sensualité, alors oui la suite !!!

04/12/2014 à 20:14

Barbamama

Type :
Messages : 189
Membre depuis : 01/01/1970
Comme déjà cité par Montagnardd, très bien écrit, prometteur. Y a pas que le masseur qui avale sa salive.... Wink
J'attends la suite... Smile
04/12/2014 à 21:30

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970
Merci de m'avoir lue... contente que ça vous plaise ... vous aurez la suite alors!Wink
05/12/2014 à 03:27

Montagnardd

Type :
Messages : 3889
Membre depuis : 01/01/1970

eaubraise a dit : 

Merci de m'avoir lue... contente que ça vous plaise ... vous aurez la suite alors!Wink  bravo pour ce beau texte, on attends , on attends !!!!
05/12/2014 à 07:28

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970
Oui, très beau et très prometteur ... On attend la suite Tongue Out
05/12/2014 à 07:44

Barbamama

Type :
Messages : 189
Membre depuis : 01/01/1970
Ca me fait penser à du E.L James ou du Sylvia Day.... J'aime  Laughing
05/12/2014 à 11:11

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

Barbamama a dit : 

Ca me fait penser à du E.L James ou du Sylvia Day.... J'aime  Laughing

 ok, je ne connais pas mais ça a l'air intéressant, merci ça me fait plaisir

"Il me dit alors : « écoutez, c’est la première fois que cela m’arrive, je suis désolé, vous me faites un effet que je n’arrive pas à contrôler, qui m’envahit et le manque de neutralité nuira à la qualité de mon soin. Vous ne me devez rien. »

Il semblait sincère et déterminé mais je l’étais sans doute aussi car sans réfléchir je m’entendis répondre en reprenant ses mains qu’il avait retirées : « cela ne gêne pas de savoir ça. Je tiens à ce que vous continuiez, votre massage est très bénéfique pour moi, votre trouble va peut-être passer, je vous en prie. »

Je fermais les yeux en ne lui laissant pas le choix. Je ne pensais à rien, je n’avais plus du tout envie que son trouble passe. Il passa alors derrière moi pour s’occuper de ma tête. Il effleurait mes cheveux tout d’abord, il allait très doucement. Le bout de ses doigts touchait alors ma nuque à la naissance de mes cheveux. Ce que je ressentis me traversa tout le corps, un frisson de jouissance proche de l’orgasme. Je commençais à me sentir très humide et je me mis à gémir plus profondément. J’ouvris les yeux, il était immobile et me regardait fixement. Sa respiration que je percevais de plus en plus me sécurisait, m’attirait toute entière. Je voulais cet homme.

Tout en lui prenant la main pour l’encourager, je lui dis  « continuez s’il vous plait et si à un moment vous n’arrivez plus à me masser avec vos mains, vous pourrez continuer avec 2 de vos doigts par ici. Je guidais sa main vers mon bas ventre, ses doigts étaient à la naissance de mon pubis.

Il céda enfin à son désir. Fougueux. 
Il se mit en action et son autre main me frôlait les tétons tout d’abord par-dessus mon chemisier. Nous nous regardions, je vis ses lèvres entrouvertes, nous avions l’eau à la bouche et il s’approcha, je sentis son souffle chaud et il commença à me goûter, à me sucer la lèvre inférieure tout doucement, nos langues se mêlèrent. J’étais excitée au maximum quand il trouva enfin un passage sur le côté de ma culotte pour glisser ses doigts. 

Avec sa bouche, il découvrait mon cou, ma nuque, mes seins, mon ventre et son nez vint fouiner autour de ma chatte qui se gonflait de bonheur, mon petit ruisseau se transformait vite en rivière chaude. Il mit moins de délicatesse à enlever ma culotte pour venir chercher mon clitoris avec sa langue. En même temps il me plottait énergiquement les fesses et me massait le sacrum enfin.

« tu es merveilleuse … tu vois dans quel état tu me mets»

Je touchais ce beau phallus enfin à travers les vêtements. Au comble de l’extase je n’avais pas encore été très active mais mon côté tigresse se réveilla d’un coup et je goûtais sa peau douce et tendre, son odeur. J’adore cette odeur d’homme pleine de testostérone. Ce corps plein de volupté et de force, bandant entièrement me rendait déchaînée. Je lui enlevai sa ceinture et pendant quelques temps je me régalais de son sexe.

« Tu vas me la mettre aussi mais j’en profite avant que la capote recouvre ton trésor...

Oui si tu es un homme tu vas me la mettre n’est-ce pas ? »

« Ah oui tu la veux », il avalait mon clitoris à pleine bouche tout en stimulant mon point g de ses doigts. De mon côté, je cherchais à caresser ses fesses musclées en cherchant délicatement son anus du bout de mes doigts, j’adore l’humidité des fesses des hommes, leurs poils.

« Oui, mon beau, je suis faible moi », je commençais à le pincer, le griffer, le mordre

« Vas-y ma belle, tu vas me tuer, tu vas voir ce qui arrives quand on se fait attraper par le loup

Tu veux que je te prenne comment… Mais d’abord, aide-moi si tu peux » : je lui enfilais la capote tout en le suçant

Je lui offris ma croupe et je me laissais faire. Il me baisait maintenant de tout son cœur tout en me tirant les cheveux et en me massant le dos. J’étais à sa merci.

Je pensais qu’il allait jouir mais il se retira, j’avais envie de m’occuper de lui à cet instant. « Tu aimerais me voir au-dessus de toi ? », j’avais bien deviné son intention.

Je m’accroupie au-dessus de lui et glissais sa verge dans mon vagin. Tandis que j’allais et venait,  j’avais le plaisir de le voir au comble du bonheur et ce spectacle me ravissait, je lui caressais doucement le torse, je lui roulais et lui tirait les tétons de mes doigts tandis que ma langue les humidifiait.

J’osais faire tout cela et cela m’étonnait, j’en rougissais car il m’encourageait en me caressant les fesses : « vas-y lâche toi  ma belle, tu me plais trop, c’est trop bon ». J’allais doucement, je calmais le jeu par moment car je voulais profiter au maximum  de ce partage,  de son érection.  Je ne m’appuyais pas sur lui, seuls nos sexes se touchaient, puis sans sortir de moi, il se redressa pour me porter puis finalement me reposa rapidement sur la table, ôta sa capote et m’offrit sa verge et son feu d’artifice sur les seins et le cou. J’en pris un peu pour le goûter.

 

Je me rhabillais, je voulais rapidement lui échapper peut-être pour garder intacte cette sauvagerie. Il était toujours allongé, somnolent mais me couvrant de son regard passionné. Je lui dis en partant,  « je ne vous paie pas car il n’y a pas de prix pour ce que tu viens de m’offrir ». Je lui embrassais les lèvres, il me replotta les fesses tendrement sous ma jupe et m’attira vers lui pour me respirer une dernière fois."
fin

05/12/2014 à 14:21

Barbamama

Type :
Messages : 189
Membre depuis : 01/01/1970

eaubraise a dit : 

Barbamama a dit : 

Ca me fait penser à du E.L James ou du Sylvia Day.... J'aime  Laughing

 ok, je ne connais pas mais ça a l'air intéressant, merci ça me fait plaisir

"Il me dit alors : « écoutez, c’est la première fois que cela m’arrive, je suis désolé, vous me faites un effet que je n’arrive pas à contrôler, qui m’envahit et le manque de neutralité nuira à la qualité de mon soin. Vous ne me devez rien. »

Il semblait sincère et déterminé mais je l’étais sans doute aussi car sans réfléchir je m’entendis répondre en reprenant ses mains qu’il avait retirées : « cela ne gêne pas de savoir ça. Je tiens à ce que vous continuiez, votre massage est très bénéfique pour moi, votre trouble va peut-être passer, je vous en prie. »

Je fermais les yeux en ne lui laissant pas le choix. Je ne pensais à rien, je n’avais plus du tout envie que son trouble passe. Il passa alors derrière moi pour s’occuper de ma tête. Il effleurait mes cheveux tout d’abord, il allait très doucement. Le bout de ses doigts touchait alors ma nuque à la naissance de mes cheveux. Ce que je ressentis me traversa tout le corps, un frisson de jouissance proche de l’orgasme. Je commençais à me sentir très humide et je me mis à gémir plus profondément. J’ouvris les yeux, il était immobile et me regardait fixement. Sa respiration que je percevais de plus en plus me sécurisait, m’attirait toute entière. Je voulais cet homme.

Tout en lui prenant la main pour l’encourager, je lui dis  « continuez s’il vous plait et si à un moment vous n’arrivez plus à me masser avec vos mains, vous pourrez continuer avec 2 de vos doigts par ici. Je guidais sa main vers mon bas ventre, ses doigts étaient à la naissance de mon pubis.

Il céda enfin à son désir. Fougueux. 
Il se mit en action et son autre main me frôlait les tétons tout d’abord par-dessus mon chemisier. Nous nous regardions, je vis ses lèvres entrouvertes, nous avions l’eau à la bouche et il s’approcha, je sentis son souffle chaud et il commença à me goûter, à me sucer la lèvre inférieure tout doucement, nos langues se mêlèrent. J’étais excitée au maximum quand il trouva enfin un passage sur le côté de ma culotte pour glisser ses doigts. 

Avec sa bouche, il découvrait mon cou, ma nuque, mes seins, mon ventre et son nez vint fouiner autour de ma chatte qui se gonflait de bonheur, mon petit ruisseau se transformait vite en rivière chaude. Il mit moins de délicatesse à enlever ma culotte pour venir chercher mon clitoris avec sa langue. En même temps il me plottait énergiquement les fesses et me massait le sacrum enfin.

« tu es merveilleuse … tu vois dans quel état tu me mets»

Je touchais ce beau phallus enfin à travers les vêtements. Au comble de l’extase je n’avais pas encore été très active mais mon côté tigresse se réveilla d’un coup et je goûtais sa peau douce et tendre, son odeur. J’adore cette odeur d’homme pleine de testostérone. Ce corps plein de volupté et de force, bandant entièrement me rendait déchaînée. Je lui enlevai sa ceinture et pendant quelques temps je me régalais de son sexe.

« Tu vas me la mettre aussi mais j’en profite avant que la capote recouvre ton trésor...

Oui si tu es un homme tu vas me la mettre n’est-ce pas ? »

« Ah oui tu la veux », il avalait mon clitoris à pleine bouche tout en stimulant mon point g de ses doigts. De mon côté, je cherchais à caresser ses fesses musclées en cherchant délicatement son anus du bout de mes doigts, j’adore l’humidité des fesses des hommes, leurs poils.

« Oui, mon beau, je suis faible moi », je commençais à le pincer, le griffer, le mordre

« Vas-y ma belle, tu vas me tuer, tu vas voir ce qui arrives quand on se fait attraper par le loup

Tu veux que je te prenne comment… Mais d’abord, aide-moi si tu peux » : je lui enfilais la capote tout en le suçant

Je lui offris ma croupe et je me laissais faire. Il me baisait maintenant de tout son cœur tout en me tirant les cheveux et en me massant le dos. J’étais à sa merci.

Je pensais qu’il allait jouir mais il se retira, j’avais envie de m’occuper de lui à cet instant. « Tu aimerais me voir au-dessus de toi ? », j’avais bien deviné son intention.

Je m’accroupie au-dessus de lui et glissais sa verge dans mon vagin. Tandis que j’allais et venait,  j’avais le plaisir de le voir au comble du bonheur et ce spectacle me ravissait, je lui caressais doucement le torse, je lui roulais et lui tirait les tétons de mes doigts tandis que ma langue les humidifiait.

J’osais faire tout cela et cela m’étonnait, j’en rougissais car il m’encourageait en me caressant les fesses : « vas-y lâche toi  ma belle, tu me plais trop, c’est trop bon ». J’allais doucement, je calmais le jeu par moment car je voulais profiter au maximum  de ce partage,  de son érection.  Je ne m’appuyais pas sur lui, seuls nos sexes se touchaient, puis sans sortir de moi, il se redressa pour me porter puis finalement me reposa rapidement sur la table, ôta sa capote et m’offrit sa verge et son feu d’artifice sur les seins et le cou. J’en pris un peu pour le goûter.

 

Je me rhabillais, je voulais rapidement lui échapper peut-être pour garder intacte cette sauvagerie. Il était toujours allongé, somnolent mais me couvrant de son regard passionné. Je lui dis en partant,  « je ne vous paie pas car il n’y a pas de prix pour ce que tu viens de m’offrir ». Je lui embrassais les lèvres, il me replotta les fesses tendrement sous ma jupe et m’attira vers lui pour me respirer une dernière fois."
fin

 
E.L James a écrit 50 nuances de Grey et Sylvia Day à écrit la trilogie Crossfire. Je préfère cette dernière et j'aime beaucoup aussi ton style.... vraiment ça ne me laisse pas indifférente. 

Aurais-je la joie d'en relire d'autre ????



05/12/2014 à 14:47

sylviecaline

Type :
Messages : 55
Membre depuis : 01/01/1970

eaubraise a dit : 

Barbamama a dit : 

Ca me fait penser à du E.L James ou du Sylvia Day.... J'aime  Laughing

 ok, je ne connais pas mais ça a l'air intéressant, merci ça me fait plaisir

"Il me dit alors : « écoutez, c’est la première fois que cela m’arrive, je suis désolé, vous me faites un effet que je n’arrive pas à contrôler, qui m’envahit et le manque de neutralité nuira à la qualité de mon soin. Vous ne me devez rien. »

Il semblait sincère et déterminé mais je l’étais sans doute aussi car sans réfléchir je m’entendis répondre en reprenant ses mains qu’il avait retirées : « cela ne gêne pas de savoir ça. Je tiens à ce que vous continuiez, votre massage est très bénéfique pour moi, votre trouble va peut-être passer, je vous en prie. »

Je fermais les yeux en ne lui laissant pas le choix. Je ne pensais à rien, je n’avais plus du tout envie que son trouble passe. Il passa alors derrière moi pour s’occuper de ma tête. Il effleurait mes cheveux tout d’abord, il allait très doucement. Le bout de ses doigts touchait alors ma nuque à la naissance de mes cheveux. Ce que je ressentis me traversa tout le corps, un frisson de jouissance proche de l’orgasme. Je commençais à me sentir très humide et je me mis à gémir plus profondément. J’ouvris les yeux, il était immobile et me regardait fixement. Sa respiration que je percevais de plus en plus me sécurisait, m’attirait toute entière. Je voulais cet homme.

Tout en lui prenant la main pour l’encourager, je lui dis  « continuez s’il vous plait et si à un moment vous n’arrivez plus à me masser avec vos mains, vous pourrez continuer avec 2 de vos doigts par ici. Je guidais sa main vers mon bas ventre, ses doigts étaient à la naissance de mon pubis.

Il céda enfin à son désir. Fougueux. 
Il se mit en action et son autre main me frôlait les tétons tout d’abord par-dessus mon chemisier. Nous nous regardions, je vis ses lèvres entrouvertes, nous avions l’eau à la bouche et il s’approcha, je sentis son souffle chaud et il commença à me goûter, à me sucer la lèvre inférieure tout doucement, nos langues se mêlèrent. J’étais excitée au maximum quand il trouva enfin un passage sur le côté de ma culotte pour glisser ses doigts. 

Avec sa bouche, il découvrait mon cou, ma nuque, mes seins, mon ventre et son nez vint fouiner autour de ma chatte qui se gonflait de bonheur, mon petit ruisseau se transformait vite en rivière chaude. Il mit moins de délicatesse à enlever ma culotte pour venir chercher mon clitoris avec sa langue. En même temps il me plottait énergiquement les fesses et me massait le sacrum enfin.

« tu es merveilleuse … tu vois dans quel état tu me mets»

Je touchais ce beau phallus enfin à travers les vêtements. Au comble de l’extase je n’avais pas encore été très active mais mon côté tigresse se réveilla d’un coup et je goûtais sa peau douce et tendre, son odeur. J’adore cette odeur d’homme pleine de testostérone. Ce corps plein de volupté et de force, bandant entièrement me rendait déchaînée. Je lui enlevai sa ceinture et pendant quelques temps je me régalais de son sexe.

« Tu vas me la mettre aussi mais j’en profite avant que la capote recouvre ton trésor...

Oui si tu es un homme tu vas me la mettre n’est-ce pas ? »

« Ah oui tu la veux », il avalait mon clitoris à pleine bouche tout en stimulant mon point g de ses doigts. De mon côté, je cherchais à caresser ses fesses musclées en cherchant délicatement son anus du bout de mes doigts, j’adore l’humidité des fesses des hommes, leurs poils.

« Oui, mon beau, je suis faible moi », je commençais à le pincer, le griffer, le mordre

« Vas-y ma belle, tu vas me tuer, tu vas voir ce qui arrives quand on se fait attraper par le loup

Tu veux que je te prenne comment… Mais d’abord, aide-moi si tu peux » : je lui enfilais la capote tout en le suçant

Je lui offris ma croupe et je me laissais faire. Il me baisait maintenant de tout son cœur tout en me tirant les cheveux et en me massant le dos. J’étais à sa merci.

Je pensais qu’il allait jouir mais il se retira, j’avais envie de m’occuper de lui à cet instant. « Tu aimerais me voir au-dessus de toi ? », j’avais bien deviné son intention.

Je m’accroupie au-dessus de lui et glissais sa verge dans mon vagin. Tandis que j’allais et venait,  j’avais le plaisir de le voir au comble du bonheur et ce spectacle me ravissait, je lui caressais doucement le torse, je lui roulais et lui tirait les tétons de mes doigts tandis que ma langue les humidifiait.

J’osais faire tout cela et cela m’étonnait, j’en rougissais car il m’encourageait en me caressant les fesses : « vas-y lâche toi  ma belle, tu me plais trop, c’est trop bon ». J’allais doucement, je calmais le jeu par moment car je voulais profiter au maximum  de ce partage,  de son érection.  Je ne m’appuyais pas sur lui, seuls nos sexes se touchaient, puis sans sortir de moi, il se redressa pour me porter puis finalement me reposa rapidement sur la table, ôta sa capote et m’offrit sa verge et son feu d’artifice sur les seins et le cou. J’en pris un peu pour le goûter.

 

Je me rhabillais, je voulais rapidement lui échapper peut-être pour garder intacte cette sauvagerie. Il était toujours allongé, somnolent mais me couvrant de son regard passionné. Je lui dis en partant,  « je ne vous paie pas car il n’y a pas de prix pour ce que tu viens de m’offrir ». Je lui embrassais les lèvres, il me replotta les fesses tendrement sous ma jupe et m’attira vers lui pour me respirer une dernière fois."
fin

 Très excitant! Bien écrit! J'adore! On s'y croirait... Tongue Out

05/12/2014 à 18:11

ptibou76200

Type :
Messages : 814
Membre depuis : 01/01/1970
Message supprimé
05/12/2014 à 21:42

Jilgero

Type : Homme
Messages : 541
Membre depuis : 22/05/2013
Très sensuel excitant prenant hummmmmm  j'étais bien dur au fil des lignes lues....

Merci... pour ce moment érotique.
Je crois que je vais me reconvertir  (sourire)
06/12/2014 à 04:46

Montagnardd

Type :
Messages : 3889
Membre depuis : 01/01/1970
vraiment très beau récit ! bravo ! ya aussi des filles dans ce salon ???
06/12/2014 à 17:39

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

eaubraise a dit : 

bon tant pis je n'ai pas trouvé de rubrique, alors je me lance ici, c'est un récit d'il ya un an!!!, je n'ai pas tout publié, si vous voulez la suite il faut réclamer, bonne lecture!

 

 Bonjour, je viens de vous "classer" dans la rubrique "érotisme"... Et bravo continuez !

08/12/2014 à 11:25

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

Ambre a dit : 

eaubraise a dit : 

bon tant pis je n'ai pas trouvé de rubrique, alors je me lance ici, c'est un récit d'il ya un an!!!, je n'ai pas tout publié, si vous voulez la suite il faut réclamer, bonne lecture!

 

 Bonjour, je viens de vous "classer" dans la rubrique "érotisme"... Et bravo continuez !

 ah ok j'ai trouvé le salon, merci!!!Cool

08/12/2014 à 14:56

gourmande67

Type :
Messages : 387
Membre depuis : 01/01/1970
très joli récit continu
08/12/2014 à 16:02

guko84

Type :
Messages : 2732
Membre depuis : 01/01/1970
Superbe récit .. On couche une femme avec le bout des doigts ...
11/12/2014 à 17:00

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

Jilgero a dit : 

Très sensuel excitant prenant hummmmmm  j'étais bien dur au fil des lignes lues....

Merci... pour ce moment érotique.
Je crois que je vais me reconvertir  (sourire)

 Surprisedc'est le genre de compliment que j'adore!!!Wink
tu peux te reconvertir ou simplement faire un jeu de rôle...!

11/12/2014 à 17:04

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

 

 

 
E.L James a écrit 50 nuances de Grey et Sylvia Day à écrit la trilogie Crossfire. Je préfère cette dernière et j'aime beaucoup aussi ton style.... vraiment ça ne me laisse pas indifférente. 

Aurais-je la joie d'en relire d'autre ????



 bonjour! oui, je pense que j'ai des choses qui traînent déjà écrites et sûrement plein dans la tête qui mûrissent, pas indifférente ça me touche aussiWink

11/12/2014 à 19:05

Jilgero

Type : Homme
Messages : 541
Membre depuis : 22/05/2013

eaubraise a dit : 

Jilgero a dit : 

Très sensuel excitant prenant hummmmmm  j'étais bien dur au fil des lignes lues....

Merci... pour ce moment érotique.
Je crois que je vais me reconvertir  (sourire)

 Surprisedc'est le genre de compliment que j'adore!!!Wink
tu peux te reconvertir ou simplement faire un jeu de rôle...!

 Merci pour ta dédicace.... au plaisir Kiss