Pénalisation des clients

21/04/2016 à 09:43

margaux01

Type :
Messages : 1
Membre depuis : 01/01/1970

Bonjour, Je suis journaliste à Toulouse pour un magazine de société et je souhaite réaliser un papier "témoignages" d'hommes et de femmes qui ont recours aux services de prostituées (via internet et/ou dans la rue).

Des témoignages "vrais", sans aucun tabou, ni préjugés. Je sais que cela peut-être compliqué pour vous de témoigner , mais suite à la loi de pénalisation des clients, qui vient d'être adoptée par le Parlement, je pense qu'il est important de faire entendre vos histoires et votre position concernant cette pénalisation.

Vos témoignages resteront anonymes bien entendu.

Vous pouvez me contacter par mail : robert.margaux01@gmail.com.

10/05/2016 à 18:13

Victor

Type :
Messages : 8
Membre depuis : 01/01/1970
Ma position sur la loi de pénalisation donné en gros dans un post Victor qui date ci-dessous :

pour ma part  après avoir beaucoup voyagé ici et ailleurs , je considère cette loi inadéquate. Il y aurait d'après le gouv 37 000 professionnelles    en France, soit 37 000x5 passes /jrx 20 jrs d'activité /mois= 3 750 000 personnes demandant ces services /mois, ce qui fait du monde.    Ces personnes hommes et femmes prostitué-e-s sont un stabilisateur social collectif apaisant : car pour avoir vécu longtemps  dans ces quartiers

leurs visiteurs sont en immense majorité des gens en difficulté sexuelle temporaire ou longue dans leur propre vie, jeunes ouvriers,en solitude,     handicapés, immigrés isolés, vieilles personnes veuves etc. Ces personnes ont un grand mérite social non reconnu , eles n'apportent pas qu'une

étreinte physique mais aussi très très souvent pour ce que j'en ai entendu  une aide voir un secours psychologique et affectif . Le fantasme de

"l'égoût" concernant le phénomène tient l'opinion génerale mais il est faux. C'est surtout une misère de dimension pas négligeable que la gauche qui

normalement se veut et devrait être libératrice aurait dû réduire et diminuer  en l'organisant et en le contrôlant , en sortant ces femmes-hommes  

professionnel-e-s et clients ,de la stigmatisation et du mépris, sans pour autant laisser les choses à la dérive. Et pas en encore punissant.   Les Grecs de l'antiquité l'avaient bien compris en ayant établi la prostitution sacrée dans les temples d'Athéna où le citoyen payait à la fois la vestale

et l'Etat. Le Japon avec les Geishas aussi. En d'autres endroits aussi .   La Suède est un pays protestant à 80% et cette loi qui y a décuplé le taux de viols depuis 1999 (50 /100 000) vis  vis des pays européens où

l'activité est légalisée (Espagne 3/100 000, Allemagne 5/) de type moralisatrice "religieuse" qui ne dit pas son nom, ne vaut pas pour la France   qui a un autre état d'esprit (sur sondage, et plusieurs, au moins 70% des français y étaient opposés ).   Elles ne sont absolument toutes victimes des réseaux et des proxénètes, le fond idéologique affirmé de cette loi (les clients sont aussi très souvent    des "en difficulté"  de la vie) et ces exploiteurs parfois violents doivent eux être évidemment poursuivis séverement par la police et la justice ici ou via

Interpol : il y a des femmes adultes (et hommes -escorts, 15 % chiffre officiel ) indépendants qui ont choisi cette activité librement (au moins 40%:

80% d'étrangères dit-on et parmi elles 60% d'obligé-e-s , ce qui donne  48% qui seraient obligées au total ), et  cette loi telle quelle est

liberticide,une atteinte indiscutable au libre-arbitre adulte des personnes . Echange de services (intimes) rémunérés entre adulte consentants.     Les raisons de l'activité pour les personnes libres et indépendantes ?...c'est tout bêtement, sans spécialité professionnelle , de "gagner sa vie" et en

quantité mince  un certain goût du luxe . Des raisons d'adultes libres qui doivent être respectées. "C'est pas bien" disent certains, mais personne

n'oblige personne ni à être prostitué-e ni à être utilisateur. Le phénomène touche à un intime fondamental humain  et choque ce qui est normal:

chez des femmes qui l'expriment on voit un mécanisme de transfert de même nature que vers un décédé exposé :"ça pourrait être moi !". Mais là

non, personne n'est obligé s'il s'agit de choix adulte et libre : ne le fais pas c'est tout, ou le prostitué-e ou le client-e. Mais par contre tu n'as pas à

imposer ta loi et ta vision à la collectivité.   D'autres voudraient décapiter toute sexualité vénale voir toute sexualité  hors mariage chez des intégristes , sous pretexte qu'on peut s'en passer

que les besoins naturels sont le boire et le manger sauf que Freud et beaucoup d'autres ont montré que la sexualité est un besoin psycho-affectif

pour l'immense majorité des humains.   L'A-N n'a rien voté contre l'utilisation de la GPA en Inde ou en Amérique du sud et a laissé passer un décret de Mme Taubira donnant d'office la

nationalité française à l'enfant mais sans obliger je crois le couple homo à conserver le lien avec la mère biologique ce qui humainement devrait avoir

lieu. Mr Pierre Bergé pour justifier celà avait dit "louer un vagin de femme c'est tout comme louer les bras d'un ouvrier!", argument  qu'il devrait

continuer concernant les personnes prostitu-é-es, et tout le lobby homosexuel influent avec lui. Afin  de les sortir tous les uns et les autres de la

discrimination "honteuse" dont les homos ont eux aussi tant souffert dans l'histoire .   Donc je suis pour la légalisation des personnes prostitué-e-s adultes libres en France et le contrôle sanitaire et sécure du phénomène. Avec aide

psychologique et financière d'Etat pour ceux-celles qui voudraient quitter cette activité. Un passage devant un juge ou une autorité pour se déclarer

sur l'honneur prostitu-é-e libre, payer des cotisations sociales jusque vers une retraite évitant à certaines qu'ont peut rencontrer qui le grand âge

venu, la beauté de la jeunesse envolée , terminent parfois dans une grande misère. On vous dira qu'il y aura quelquefois des mensonges de

personnes otages du proxénetisme, possible, cependant au cas où ce serait leur donner légalement la puissance une fois reconnu-e-s socialement de

dégager alors facilement et soutenus par la loi en les dénonçant enfin, les voyous recruteurs, exploiteurs voir terrorisants.   C'est ce que selon moi en vertu du principe philosophique du libre arbitre (échange rémunéré de services entre adultes libres et consentants, ce que

pourrait reconnaître le Conseil Constitutionnel qu'on dit des Sages ?)  nécessaire en pays civilisé devrait faire un jour le Parlement.   Vous demandiez des positions, voici la mienne: si on veut vraiment une loi  et une loi juste sur le sujet, c'est la Légalisation contrôlée.   En espérant vous avoir été un peu utile dans votre travail de journaliste ,

cordialement .               
23/05/2016 à 14:41

Albator71

Type :
Messages : 289
Membre depuis : 01/01/1970
Je reste sur mes positions et je dis qu'il faudrait reouvrir des " maisons closes " ca permettrait que la prostitution et pourtant je n'aime pas ce mot soit mieux encadré.