Parodie Dan Brown : essai autour de mes vacances

19/10/2014 à 13:22

nicolas84rmc

Type : Homme
Messages : 1006
Membre depuis : 13/09/2012

INFERNAL

Un peu Inferno, discount et un peu bancal

 

1- Le départ

 

7h – L'ex professeur d'art plastiques Robert Langdouille, venait de fêter son 42éme anniversaire. Ex comme Ex-Pert, se plaisait il à penser. Expert en déchiffrement des symboles perfectionnés cachés au yeux novices de tous. Il était le maître incontesté de sa discipline : la symbiologie et l'art de jouer sur les mots. Il était aussi le seul. De tous les incrédules qui se prélassaient devant la mort imminente, il devait utiliser son potentiel pour les éclairer. Il se leva soudainement. Sa mission, qu'il s'était attribuée depuis treize ans : révéler au monde la fin chaotique qui leur est promise ! Mieux : l'anticiper ! Si le peuple l'écoutait aveuglément, dans une hyper lucidité qu'il espérait  grâce à sa confiance inébranlable en l'être humain, il pouvait enrayer l'apocalypse et devenir le sauveur des temps modernes.

 

7h01- comme chaque mardi, le professeur, scrutait la rue dans l'attente du moindre indice. Déjà cet été, il avait perçu des mouvements suspects. Toute la journée, des cris se faisaient entendre. Un trafic s'installait, des étrangers pullulaient devant sa fenêtre. Toutes les nationalités ! Il tentait de démasquer les membres d'une organisation mafieuse super secrète crapuleuse qui devait le surveiller. Certains lui dirent que c'était la coupe du monde, foutaise ! Lui simple ex professeur, représentait une menace pour toutes les organisations, dont les buts allaient à l'encontre des siens. Il était devenu l'ennemi privé n°0, celui que personne ne connaît dans la sphère sociétale, mais qui est bien plus recherché que le public n°1 pensait il en souriant.

 

7h03 : le grille pain sonna deux fois, la cafetière finit le café au même moment, synchronisation étrangement parfaite. Robert Langdouille, y vit un signe, celui de déjeuner. 7H06 : première brûlure, au 17éme degré, au niveau de l'annulaire gauche. Robert pensa à l'amputation puis oublia. Finalement un pansement avec dessiné dessus, le symbole païen de la guérison miraculeuse lui parut une solution fiable et réfléchie.

 

Depuis treize ans, ces techniques de traquage s'étaient perfectionnées. Dans ses débuts, l'homme travaillait sous couverture, mais il changea du tout au tout, l 'été il passa au drap. Puis plus rien. Douze années de traversée du désert. Aucun suspect, aucune affaire, aucun problème. C'est quand l'arbre cache la forêt qu'il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Voilà ce qu'était son leitmotiv.

 

7h30 : Robert inspecta sa boite aux lettres. Aujourd'hui encore, aucun courrier de menace et pas de tentative de crime chimique. Tout devenait suspect ces derniers jours !

 

 

7h28 : Quand Murielle, 37 ans, QI de 55 sur l'échelle de Richter et blonde à ses heures perdues, alla chercher son courrier, elle n'aurait pu imaginer, si elle était capable de le faire, l'aventure qui se dressait, implacable devant elle 

 

 Murielle aimait la vie mais ce n'était sans doute pas réciproque.Son créateur devait être un peintre méticuleux et un esthète. Mais une fois l’œuvre accomplie il oublia certainement d'y ajouter de la matière. En quelque sorte, même chez les blondes, elle se trouvait dans la catégorie blonde-blonde.
 

Dans la rue, une voiture, conduite, par un couple cinquantenaire sans histoires, s'engagea. Ils échangeaient sur la médiocrité des générations succédant la leur. La théorie de l'évolution mais à l'envers si vous voulez faire simple. La chaussée étant de même qualité que le débat, le parallélisme et le lissage routier n'étaient plus parfaits, un nid de poule aux dimensions impressionnantes, se présenta devant la voiture. Le pneu arrière droit roula sur un œuf et la coquille le fit éclater.

 

Un passant se dirigeait vers Murielle, il regardait dans sa direction (sans qu elle en soit tout à fait sûre), et lui dit :

 

J’espère qu'il reviendra de Parme entier ! Il semblait fouiller dans sa poche … Et tout s’enchaîna.

 

Robert tiqua, un bruit sourd se fit entendre dans la rue, le pseudo passant partit en courant.

Robert sauta sur Murielle pour la protéger des balles, pensait il. Quand ils se relevèrent, il la prit pas le bras pour la relever et la poussa dans le dos pour qu'elle presse le pas, tout en lui criant :

 

- Vous n'êtes plus en sécurité ici ! Suivez moi !

Mais vous êtes derrière moi, je ne peux pas vous suivre !

Très bien, plan B !

Robert pivota et exerça tous ses talents de valse afin d'arriver à un angle plat de rotation qui résolut le souci.

 

Maintenant suivez moi !

 

2 – La débandade

 

Murielle abasourdie, admira son génie et suivit son sauveur. Le criminel pseudo passant ayant quitté son champs de vision, Robert décida de se diriger vers son champs de tulipe, en taxi. Peut être y aurait il des réponses là bas. Finalement non.

 

Avant de revenir dans le véhicule, il tenta une première approche graveleuse, il lui tendit quelques fleurs :

 

Et comme on dit, tulipe, mon beau paquet et non pas tu lapes mon beau …

 

Elle ne comprit pas tout à fait, Robert roula des yeux et reprit sa marche l'air de rien.

 

Ils reprirent le même véhicule, ils devaient aller vite, comme dans les films, il lança alors :

 

chauffeur suivez ce véhicule imaginaire, qui fonce à toute allure vers la gare d'Avignon TGV !

Oui monsieur dit machinalement le chauffeur

 

Alors que le véhicule zigzaguait à travers la circulation imaginaire, Robert utilisa ce court moment de répit.

 
A suivre ...

20/10/2014 à 22:42

nicolas84rmc

Type : Homme
Messages : 1006
Membre depuis : 13/09/2012

Murielle je me présente donc, Robert, ex … pert en symbiologie post préhistoire moderne.

Enchanté Robert, puis je vous appelé Rob ?

 

Il se regardèrent. Avec la brutalité des événements, ils s'étaient rapprochés comme jamais.

 

Moi c'est Murielle, autant de consonnes que de voyelles !

 

Et ils se mirent à rire en chœur.

 

Robert trouva le moment inopportun mais il alla droit au but.

 

Murielle, pourquoi cet homme en voulait il à votre vie ?

Je ne sais pas du tout.

Quelle est votre profession ?

Je travaille dans l’événementiel

Vous participez à un événement politique, économique, social planétaire controversé ?

Non ce que je veux dire c'est que je travail que pour l’événement de Noël, je fais le bœuf dans la crèche.

Un silence s'installa dans la voiture, ferma la porte et mit sa ceinture.

 

Réfléchissons, qui peut bien en vouloir au bœuf de la crèche. Je sens la conspiration idéologique des extrémistes religieux. Si c'est ça, vous êtes en danger en ce moment même !

Han ! Paniqua Murielle

Vous pouvez mourir à tout moment !

C'est horrible !

Même hier !

Je ne veux pas mourir hier, s'il vous plaît, aidez moi.

 

Robert posa un doigt sur sa bouche et le regard sur ses …

 

ROBERT ! Euh je veux dire Rob, s'il vous plaît ! Par pitié, sortez moi de là.

 

Robert inspecta la vitre, elle ne passera pas.

 

chauffeur arrêtez vous, madame veut partir ! Mais je viens avec vous ajouta Robert en la fixant plein de désir.

 

Par chance la gare n'était pas loin. A peine 1H15 de marche militaire suffit à entrevoir la première pancarte qui indiquait la gare. Quant ils arrivèrent, la navette gratuite les dépassa de justesse.

 


3) Le départ

Murielle, nous allons partir mais nous devons être performants sur la destination à suivre, rappelez vous ce que le criminel vous a dit :

 

J’espère qu'il reviendra de Parme entier !

Je propose de partir directement pour Turin et de là, nous mènerons l'enquête à Parme car tout nous y mènent. Nous montrerons à cet homme que nous ne sommes pas des jambon !

 

Mais Murielle le coupa. Le deuxième annulaire, c'était un signe. Mais personne ne comprit vraiment, même à la fin.

 

Robert, il y a un souci, je ne suis pas Italienne, je n'ai jamais été en Italie, je n'ai aucune origine de prés ou de loin là bas et surtout aucune connaissance qui a quelconque rapport avec l'Italie !

 

Robert réfléchit et pris un papier. Il écrivit son seul indice. Son visage s'éclaircit d'un coup.

 

Murielle je sais où nous devons aller, prenons le prochain train pour Marne la Vallée. Ça sera moins cher et cela nous rapprochera de notre véritable destination ; Paris !

 

Dans le train, tout se mélangeait dans les esprits de Murielle. Alors que le monstre affûté d'acier tranchait le paysage, les pensées de Robert étaient encore plus rapides.

 

Robert nous avons plus de deux heures de route, expliquez moi votre idée.

 

Robert reprit le papier (par terre qui s'était transformé en avion) où il avait inscrit la phrase et la posa sur le support seconde classe de son siège.

 

Regardez nous faisions fausse piste. Parme n'était pas la destination, il n y a jamais eu de Parme ! Cet homme parlait de Parmentier ! En tant qu'expert, je peux vous assurer que Paris est la ville parfaitement associée à ce plat, lourd en symboles.

 

Murielle continuait d'écouter, Robert dû improviser pour justifier son rang d'expert.

 

En pleine crise alimentaire, doublée d'une famine chronique, le nutritionniste Parmentier inventa ce plat qui rentra dans la famille royale puis de siècle en siècle dans les familles les plus modestes et médiocres. Vous même en mangerez bientôt, ce sera votre tour, dit il avec bienveillance.

Murielle ne comprit pas si c'était un compliment ou une remarque désobligeante. Robert qui pédalait dans la purée, continuait l'air sûr de lui.

Ce qui en a fait son succès c'est la place prépondérante de la pomme de terre,(grâce à un stratagème de Parmentier) tubercule présente dans tous les foyers et qui représente le remède du peuple. Donc en allant à Paris, nous devons remonter le chemin de la pomme de terre !

 

Murielle était ébahie par tant de connaissances.

 

 

4) L'enquête commence

Ils arrivèrent le dimanche midi. Ils enquêtèrent quelques jours. Passant d'un restaurant d'hippopotames, à un aquarium, passant même dans un musée d'histoire naturelle où il apprirent que la pomme de terre n'était pas une espèce en voix d'extinction. Mais sans avancée majeure ! Le mercredi matin, Robert eut une idée.

 

Murielle sortons, rien de mieux qu'aller manger dans un restaurant à base de patates pour remonter la piste.

 

Ils allèrent dans un restaurant réputé pour leur menu Bagel Sushi frites maisons. Robert étaient dans ses pensées ou dans les pensées de Murielle si on les considéraient concentrées dans ses deux énormes poumons.

 

Puis je avoir le Poivre et le Sel s'il vous plaît ?

Bien sur Rob ! Tenez

 

Les yeux de Rob fixèrent les frites puis d'un coup se figèrent.

 

Muriel, nous sommes sur la bonne piste !

Comment ça ?

Regardez ce P et ce S inscrit par les trous en montrant les deux épices. C'est le symbole du Prieuré de Sion, une organisation franc maçonne, existante depuis des siècles. De nombreuses personnalités de tous milieux connus de la vie publique y sont passés et se sont légués un lourd secret. Encore aujourd'hui, l'homme fort de l'organisation, représentée par une truelle, est influent sur le monde entier.

 

Quand le serveur demanda la CB avec un clin d’œil à peine perceptible par des yeux lambda, Robert y vit un signe. Et il comprit le message. Il devait se rendre immédiatement à CherBourg !

 

Murielle nous allons faire une escale à Caen, je dois mener mon enquête. C'est la principale ville de commerce de la région, et la dernière avant le désert de la campagne morbide de la Manche. Jusqu'au vicissitudes de l'enfer du Cotentin. Un bras de mer qui nous étrangle jour après jour selon la légende dit il joyeusement. Murielle se sentir étrangement démotivée à cette idée de voyage. Quand ils arrivèrent mercredi en fin de journée, le temps était au beau fixe. Tout clochait depuis quelques jours pensa Robert ! Comme des églises menaçantes : se risqua t 'il à plaisanter en croisant les doigts.

 

C'est au café du coin – Café de la liberté, dans un bled, dans la périphérie de Caen, que Robert put récolter quelques informations sur la tradition patatière de la région.

 

Puis ils allèrent au centre ville rencontrer la populace et les gendarmes montés à cheval. Ils analysèrent la situation démographique de la ville, au sommet du château, autour des étudiant d'arts plastiques. Robert se sentit comme chez lui, au milieu de ces nouveaux talents, angoissé et malade de jalousie. Il aurait voulu en tuer juste un pour l'exemple, son œuvre.