manque de désir masculin, que faire?

13/02/2016 à 09:05

EvaBella

Type :
Messages : 2
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour,

Je suis en couple depuis 12 ans et mariée depuis 8 ans. J'ai 33 ans et mon mari en a 38. Notre couple souffre de plus en plus de son manque de désir. Avec le recul, je me rends compte que le problème a toujours été présent mais je pensais que tout rentrerait dans l'ordre naturellement. Au début tout était parfait, il me désirait souvent mais dès la 3ème année, c'est moi qui allais beaucoup plus vers lui. J'ai toujours été à l'aise avec ma sexualité, j'aime avoir des rapports, je connais bien mon corps et j'aime aussi surprendre, tenter de nouvelles choses, mettre du piment. Son manque de désir s'est aggravé lorsque nous nous sommes installés ensemble. Mon mari était toujours mal à l'aise quand j'initiais le rapport sexuel, il semblait déstabilisé. Dès que je m'approchais de lui pour l'embrasser ou le caresser, il se mettait à rire nerveusement. Si je voulais utiliser des accessoires types menottes ou anneau vibrant pour jouer un peu, il refusait. Pour lui, l'anneau était une concurrence directe, je devais avoir du plaisir grâce à lui seulement.
Au final, mes avances étaient très souvent rejetées, je ne comprenais vraiment pas ce qu'il se passait, je lui en ai parlé et il m'a répondu qu'il était stressé par notre déménagement que tout rentrerait dans l'ordre d'ici peu. J'ai donc moins initié les rapports et attendais que ce soit lui. Nous avions alors un rapport par mois. Je vivais mal la situation, j'étais souvent en pleur. Une fois, j'ai voulu acheter des draps léopard pour mettre une ambiance un peu sexy dans notre chambre et là il s'est énervé et m'a dit: "tu veux devenir actrice porno ou quoi?"!! En fait, dès que je montrais le moindre signe d'une envie sexuelle, cela le bloquait.
Après cela il a trouvé du travail dans une autre région et nous avons vécu séparés pendant deux ans (je devais attendre une mutation). On se voyait tous les 2 mois alors nous ne pensions plus trop au problème. Lorsque je l'ai rejoint, nous avons acheté notre maison et la situation n'a pas changé. Les rapports sexuels n'avaient lieu qu'une fois par mois, à son initiative et souvent au milieu de la nuit alors que je dormais. Je lui ai dit que ça ne pouvait plus durer que je me sentais frustrée et que je ne pouvais pas exprimer mes désirs comme je l'entendais. Il m'a dit qu'il comprenait, qu'il était très stressé par son travail et que tout rentrerait dans l'ordre. Pendant les vacances, c'était à peu près la même chose. Une fois, il m'a alors dit qu'il n'avait peut-être pas les mêmes besoins que la moyenne. Il essayait de comprendre pourquoi il agissait comme ça. Il m'a dit que je donnais trop d'importance à cela, que j'en parlais trop souvent (quand quelque chose vous manque et vous fait souffrir, c'est dur de ne pas y penser souvent) et que ce n'était pas le plus important dans un couple (je suis d'accord mais c'est quand même une partie essentielle, non?)
Il y a eu une période où la situation s'est un peu améliorée et je suis alors tombée enceinte. Pendant la grossesse les choses ont repris de plus belle et cela coïncidait avec sa reprise d'études, il était très anxieux. Nous avons maintenu les rapports sexuels une fois par mois jusqu'au 8ème mois. A partir du 6ème mois mes hormones se sont envolées, je ne vous dis pas la frustration!! Mais bon, je comprends qu'une femme enceinte peut bloquer.

D'un commun accord, nous avons consulté 2 sexologues. La première m'a dit que mon mari souffrait de dépression et que je devais être patiente. Il allait juste la voir pour parler de ses angoisses mais rien ne changeait. La 2ème nous a assuré que le désir était toujours là et qu'il fallait juste l'entretenir. Elle nous a donné des exercices à faire type se masser 3 fois par semaine mais cela n'a rien changé. Au contraire, j'ai eu l'impression que d'en parler, cela l'a bloqué encore plus. Il m'a expliqué que son blocage devait être aussi lié à son éducation très religieuse qui lui avait donné une image plutôt négative de la sexualité et sûrement d'une femme demandeuse. Mon mari veut que les choses changent mais il ne sait pas comment. Il dit m'aimer énormément et ne pas pouvoir vivre sans moi. Il est toujours très tendre, attentionné et aimant. Lorsque nous faisons l'amour tout se passe bien, il pense beaucoup à mon plaisir et pas assez au sien. Il se met une grande pression sur les épaules et du coup les rapports deviennent un devoir, une obligation. Il n'y a plus du tout de spontanéité. J'ai maintenant perdu confiance en moi, petit à petit mes propres désirs s’essoufflent. J'ai l'impression que toute une partie de moi est réprimée. Je le vis de plus en plus mal; je pense régulièrement à ce problème, je suis épuisée psychologiquement, nerveusement et je fais maintenant de l'insomnie. Nous avons construit tellement de choses ensemble, nous nous entendons très bien, je n'arrive pas à concevoir une séparation pour un problème sexuel mais si je mets une croix sur ma sexualité je pense que je vais finir aigrie et dépressive. J'essaye de trouver des solutions mais en vain. Je veux tout faire pour sauver mon couple et ma famille (ça me brise le cœur que notre petite puisse avoir des parents séparés). Je ne me vois pas prendre un amant, ça n'aurait aucun sens pour moi.
Dernièrement, nous avons fait des recherches et nous avons conclu que mon mari pourrait souffrir d'anaphrodisie: absence d’intérêt pour la sexualité.
On parle très souvent du manque de désir féminin mais rarement du manque de désir masculin, je pense que c'est très tabou et on se sent donc très seul. Y aurait-il des personnes qui ont vécu cela et qui ont trouvé une solution? Aussi bien des femmes dans mon cas ou des hommes qui souffrent de manque de désir. Comment l'expliquez-vous? Comment dois-je agir pour améliorer les choses? Auriez-vous des conseils?

Merci d'avoir pris le temps de me lire!
25/02/2016 à 17:04

Taloulette

Type :
Messages : 1
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour EvaBella,

Ton message me fait me sentir mon seule. Je me reconnais en effet dans ton message. Je suis depuis 3 ans avec un homme adorable, très câlin et attentionné avec qui tout se passait parfaitement sexuellement parlant lors de la première année. Depuis un an environ, en revanche, son désir pour moi n'a fait que baisser, et cela alors même que nous venons d'une certaine façon de nous engager car nous faisons construire ensemble.

Alors que nous faisions très souvent l'amour au début, il se contente de le faire une fois par semaine environ. Si cela durait longtemps et que c'était bien, tout irait bien mais, la plupart du temps, c'est très rapide et insatisfaisant (même si je jouis - il n'y a pas que cela qui compte). Un quickie de temps en temps, je ne suis pas contre, mais à condition qu'il y ait autre chose par ailleurs ! J'ai envie de faire l'amour et de baiser sauvagement (selon les momentsSmile!) mais tout est très plan plan maintenant...

Il est très peu souvent en demande et nous avons essayé d'en discuter. Il m'a dit de ne pas hésiter à prendre les devants quand j'en avais envie mais, presque chaque fois que cela se produit, il me repousse. Comme toi, j'ai droit aux petits rires nerveux à chaque fois que je m'approche de lui pour lui faire un câlin (tout simplement le prendre dans mes bras !), comme s'il avait peur que je veuille aller plus loin.
Il y a trois semaines, il s'est même mis à bailler alors que je lui faisais une fellation (sachant qu'il apprécie énormément quand cela se passe à un moment qu'il a choisi) ! Du coup, je suis vexée et frustrée. Pire, je me sens de moins en moins femme. Je suis obligée de me faire plaisir toute seule, y compris parfois, quand il est là dans la maison... L'autre jour, je lui ai avoué me masturber de temps en temps alors qu'il était dans la pièce à côté ou en train de dormir. Je pensais que cela le ferait peut-être réagir, mais rien.
Bref, je me sens de plus en plus vide et déprimée...

J'ai l'impression d'avoir tout essayé mais rien ne marche. Je nous ai organisé de petits week-ends en amoureux, ai essayé de l'accueillir en tenue d'Eve quand il rentrait du travail (ça l'a fait rire !)... Aujourd'hui, quand je passe devant un magasin de lingerie, cela me met le moral à zéro, j'ai envie de pleurer. J'adorais mettre des sous-vêtements sexy et, de temps en temps, des guêpières, des porte-jarretelles, mais il s'en fiche royalement... J'ai également essayé de le laisser faire le premier pas, mais je dois parfois attendre longtemps (et je deviens complètement frustrée !) . Du coup, quand il lui arrive de venir vers moi, je le laisse faire, même si je n'en ai pas particulièrement envie à ce moment donné.

J'ai un peu l'impression qu'il ne veut faire l'amour que quand lui en a envie, question de garder le contrôle. Il sait, par exemple, que trop tard le soir (vers 11h), je commence à être fatiguée et que cela va m'empêcher de dormir, et c'est ce moment-là qu'il va choisir alors que, moi, je ne suis pas au top de ma forme. Ou alors, il en a envie le matin, ce qui n'est pas non plus mon moment préféré car j'ai l'impression que c'est juste qu'il se réveille avec une érection et que moi, je suis là, alors... pourquoi pas ? Bref, je n'ai pas vraiment l'impression d'y être pour grand chose... Et, comme toi, j'ai l'impression qu'en avoir discuté l'a encore plus bloqué.

Je souhaiterais pouvoir aller consulter un sexologue, mais il s'y refuse. Il me dit qu'il vieillit (il a 46 ans !!!) et que c'est normal qu'il ait de moins en moins de désir (ce qui est bien entendu du grand n'importe quoi), que l'important, c'est qu'il m'aime. Je sais qu'il a beaucoup papillonné entre son divorce et notre rencontre, et qu'il aimait le sexe. Idem au début de notre relation.

Bref, je n'ai malheureusement pas de conseil à te donner dans la mesure où, de mon côté, je n'ai encore rien trouvé. Je me demande parfois si je vais juste me faner (c'est un peu l'impression que j'ai parfois) ou si un jour je craquerai devant les avances d'un homme qui me désirera (ce que je ne souhaite absolument pas).

Courage à toi, et n'hésite pas à me tenir au courant !
05/03/2016 à 18:44

EvaBella

Type :
Messages : 2
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour Taloulette,

Tout d'abord un grand merci d'avoir pris le temps de me répondre. En effet, je me reconnais beaucoup dans ta situation, il semble que nous vivions à peu près la même chose. Mais vous semblez avoir des rapports plus souvent, non? Il me semble que cela arrive une fois par semaine. Lorsque tu attends qu'il prenne les initiatives, combien de temps s'écoule? De toute façon, ce n'est pas toujours la fréquence qui compte mais la façon dont les choses se déroulent. S'il passe à l'acte juste pour s'en débarrasser, faire son devoir ou se vider, ça n'a rien d'épanouissant (je ne parle par forcément de votre cas mais en général).

J'ai eu exactement le même sentiment que toi en entrant dans une boutique qui vendait entre autre de la lingerie coquine pendant la Saint-Valentin; comme toi j'adorais la lingerie, être sexy, séduisante, ça fait partie des plaisirs de la vie. Maintenant, après 8 ans de sexualité en berne, je ne me sens plus attirante, je ne mets plus rien de sexy. Je pense que c'est une erreur. Ce n'est pas parce que nos partenaires ont peu de libido que nous devons laisser notre féminité et notre sensualité de côté. J'ai décidé de me prendre en main, de prendre soin de moi.

Comme toi, je me suis masturbée pendant un temps mais on se lasse vite, ça ne remplace pas le contact avec son amoureux, l'échange passionnel qu'il peut y avoir. Je me rends compte que ce qui me manque ce n'est pas tant le sexe en lui-même mais plutôt le manque de proximité avec mon partenaire, le fait d'être désirée, de me sentir vivre quoi!
Comme toi, j'ai l'impression de me faner un peu plus chaque jour et je pense ne plus pouvoir supporter cette situation bien longtemps. Je me suis même mise il y a quelques années à reprendre contact avec mon ex et avec le recul je comprends que j'ai fait cela car une distance s'était installée dans mon couple. J'ai voulu ressentir de nouveau un peu d'adrénaline surtout qu'avec lui sexuellement c'était très passionnel. Habitant dans deux pays différents, on s'écrit simplement de temps en temps et je garde mes distances mais c'est un jeu dangereux.

J'ai encore discuté avec mon mari sur son problème de libido car je sentais que j'allais exploser, finir en dépression; je me voyais partir, sa présence me devenait insupportable. Je ne pouvais même plus dormir à ses côtés sachant qu'il ne se passe jamais rien. Nous avons décidé de partir quelques jours en vacances et il s'est motivé pour que l'on refasse l'amour. Cela n'a pas été facile de me remettre dedans car on le fait si peu souvent qu'il faut remettre la machine en route. En plus quand tu sais qu'il faudra attendre un mois avant de recommencer, ça coupe l'envie. Je me suis dis que je n'allais pas permettre qu'un mois passe encore alors j'ai tenté une approche deux jours plus tard. Encore une fois, j'ai vu qu'il y allait à reculons, je voyais sur son visage qu'il n'en avait pas envie. Je ne me suis pas démontée, j'ai commencé à l'embrasser langoureusement mais il ne m'a pas laissée atteindre sa langue. Je sentais qu'il essayait de la retirer, encore une fois un moyen de me fuir. On a quand même eu un rapport mais il n'a pas réussi à éjaculer puisqu'il n'en avait pas vraiment envie. Je pense qu'il n'y a rien de pire que de faire l'amour avec quelqu'un qui n'en a pas envie, ce n'est pas attirant, stimulant et du coup je n'ai plus envie de lui non plus.


J'ai parlé à une amie récemment qui m'a un peu secouée, elle m'a dit que cette situation ne pouvait plus durer, qu'à chaque fois qu'elle m'avait au téléphone, je lui racontais les mêmes choses, que rien n'avait évolué. Elle ne comprends pas pourquoi mon mari ne réagit pas. Elle m'a dit qu'il me cachait peut-être quelque chose, une infidélité ou un évènement traumatisant pendant son enfance. Bref, on essaye à tout prix de trouver une explication à cette situation qui ne tourne pas rond. J'ai encore confronté mon mari, il m'a certifié qu'il ne m'avait pas trompée et qu'il ne comprenait pas pourquoi il agissait comme ça. On a reparlé de notre dernier rapport et il m'a dit qu'il n'avait pas apprécié que je l'embrasse comme ça, ça n'était pas agréable pour lui. En fait, il ne m'embrasse jamais avec la langue. C'est toujours un bisou tellement sage. Je me dis qu'il ne m'embrasse pas comme c'est un préliminaire, ça donne envie et comme il repousse le sexe, il évite. Est-ce que ton compagnon fait la même chose? T'embrasse t-il souvent avec la langue?

En tout cas, mon mari sent bien que ce n'est plus possible de continuer comme ça; il sait que je me distance de plus en plus de lui. Mes sentiments commencent à s'estomper, il m'attire de moins en moins et j'en ai marre d'être frustrée et pas désirée.
J'ai encore fait des recherches et je me demande si dans son cas tout n'est pas lié à une dépression. Il est tout le temps très sérieux, il voit les choses en noir, il ne s'amuse pas et passe tout son temps sur son ordinateur à faire des recherches sur la politique. Il est très angoissé, fait de l'insomnie. Je pense qu'il va mal mais je ne sais pas quoi faire pour l'aider, je ne suis pas psychologue et j'ai peur d'être entrainée dans ce tourbillon d'anxiété et de tristesse. C'est difficile à gérer.
En tout cas, il a maintenant décidé d'aller voir un magnétiseur, cela pourra peut-être l'aider. On veut tout tenter pour que notre couple aille mieux mais j'espère qu'il n'est pas trop tard.

Dans ton cas, ton compagnon doit faire un effort et écouter tes frustrations. Pourquoi ne veut-il pas consulter un sexologue? S'il tient à toi, il faut vraiment qu'il fasse l'effort pour veiller à ton bonheur. A 46 ans, un homme a toujours beaucoup de désir, c'est une excuse.
Je vous conseille de ne pas faire comme nous, de penser que tout va rentrer dans l'ordre tout seul. Les années vont passer les unes après les autres et la situation va s'aggraver et vous aurez de plus en plus de mal à vous en sortir. Lorsque j'ai fait mes recherches, j'ai lu qu'il fallait agir tout de suite et ne pas laisser le problème s'installer. Je regrette de ne pas avoir mis la pression à mon mari dès que le problème est apparu. J'ai cru à ses excuses et j'ai patienté...8 ans! Maintenant, on risque de se séparer alors on aurait dû faire quelque chose bien avant!!
Si tu souffres, ton conjoint doit prendre ça en considération. Chacun doit veiller au bonheur de l'autre et ne pas prendre les frustrations à la légère. Dans un couple il faut faire des compromis, chacun doit faire un pas vers l'autre. Il faut trouver un terrain d'entente. Comment se passe votre relation en dehors de ça? Vous sentez-vous proches en ce moment? Est-ce qu'il est distant ou semble triste, déprimé? Comment ça se passe du côté de son boulot? Je demande car le travail est très important pour un homme, le stress peut être à l'origine de beaucoup de problèmes.

N'hésite pas à me tenir au courant toi aussi, ou à écrire si tu as besoin de réconfort; Il faut se serrer les coudes! ;)


Bon courage!




26/03/2016 à 10:09

Perdu13

Type :
Messages : 22
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour ,
Je n'ai pas de réponse à vous apporter mais ce que je peux vous dire c'est qu'aller voir un sexologue peut être trés difficile. Commencer par essayer de voir votre mèdecin traitant pour vérifier s'il y a dépression ou pas. J'ai mis des mois pour que mon compagnon accepte d'aller voir le mèdecin. Il me disait je vais y aller mais rien alors un jour aprés lui en avoir parlé, je l'ai emmené. J'ai expliqué moi même au mèdecin. Il n'a rien voulu lui prescrire car la démarche doit venir de lui mais lui a donnez rendez vous 2-3 jours après. Ce 1er pas ensemble lui a permis d'y retourner seul et il fait bien une depression, a un traitement mais ce n'est pas magique, il faut être patiente. Accepter le fait d'être dépressif alors qu'on a une maison, une famille, un boulot c'est vraiment pas facile.
Pour ce qui est du manque de désir, je suis comme vos maris (mais je me soigne depuis peu !) Je n'ai jamais osé aller consulter pour ce problème, peur qu'on me demande de faire des "exercices". Mais souvent je me disais , il voudrait que je vienne mais là je ne me sens pas et puis si d'un coup ,je viens il va trouver ça bizarre , je connaissais ses attentes et j'avais peur de mal faire alors je ne préférais pas faire. Le fait d'en parler souvent me mettait encore plus mal parce que je n'étais pas normale , j'avais la pression. C'est un cercle vicieux, trop en demander peut encore plus bloquer la personne et ne rien dire vous frustre. A défaut de sexologue, un psychologue pourrait être aussi bénéfique. Ou vous pourriez peut-être consulter vous afin d'arriver à aborder les choses autrement.
Enfin, ce que je peux vous dire, c'est que même si vos maris voudraient changer c'est trés difficile. Est-ce que cette situation leur convient, est-ce qu'ils ont l'air épanoui comme cela ? Avez vous d'autres moments ou activités à partager en couple que la routine du quotidien ?Discuter peut-être de leur vie en général, de leur épanouissement et pas que du sexe?