Les enjeux de l'assistance sexuelle

09/02/2014 à 15:38

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
En France, ils seraient moins d’une dizaine à exercer l’activité d’assistant sexuel et ce, en toute clandestinité. En effet, le droit français assimile l’assistance sexuelle à de la prostitution. Pourtant, il n’est pas rare de croiser sur la toile des témoignages de personnes handicapées vantant les bienfaits de l’assistance sexuelle.

.../...

Le magazine Faire Face définit l’assistance sexuelle comme le fait de « prodiguer, dans le respect, une attention sensuelle, érotique et/ou sexuelle à une personne en situation de handicap ou de permettre, à leur demande, l’acte sexuel à deux personnes qui ne peuvent pas l’accomplir sans aide ». Néanmoins, cette définition reste vaste et reflète les divergences de point de vue quand à une définition de cette pratique. En effet, certains y voient uniquement des caresses et de la tendresse tandis que d’autres évoquent la pénétration. La notion de rémunération divise également l’opinion publique puisque certains pensent que la rémunération des actes d’assistance sexuelle est indispensable tandis que d’autres pensent que c’est le bénévolat qui l’est.

Tout le monde s’accorde donc pour dire que l’assistance sexuelle a pour but d’aider les personnes handicapées à soulager leur désir et leur frustration sexuelle mais c’est en ce qui concerne la manière de faire et le cadre de cette pratique que les avis restent partagés.

.../...

Les personnes lourdement handicapées n’ont, parfois, jamais touché leur corps ou le corps d’une tierce personne. Certains se décrivent même comme « prisonnier de leur corps » et la possibilité de connaître, ne serait-ce qu’une fois, le contact physique serait alors une aide pour se sentir véritablement homme ou femme.

Le témoignage de Patricia Assouline, comédienne et handicapée moteur, paru dans Libération permet de mieux comprendre ce besoin, finalement humain, de contact physique  « j’entends tous les jours les appels au secours de mon corps. Il ne cesse de me réclamer de la tendresse, des caresses, des baisers ».

Pour Charly, atteint de la maladie des os de verre, l’assistance sexuelle est une forme de thérapie symptomatique « quand je suis dans un contact charnel, dans l’heure qui suit le rapport toutes mes douleurs disparaissent. On se sent mieux, on a le sourire, on a l’impression qu’on peut décrocher la lune » explique-t-il lors d’une interview sur France Inter.

L’assistance sexuelle permettrait donc de soulager des souffrances et de s’épanouir en tant qu’homme ou femme. Elle permettrait également d’avoir des réponses à certaines interrogations telles que « A quoi ressemble un corps masculin ? » ou « Qu’est-ce qu’un orgasme ? », questions que tout être humain se pose un jour ou l’autre.

.../...

Dans le droit français, l’assistance sexuelle rémunérée est assimilée à de la prostitution. Ainsi, si des parents, auxiliaires de vie, directeurs d’établissement mettent une personne handicapée en relation avec un(e) assistant(e) sexuel(le), cet acte sera assimilé à du proxénétisme, punit par la loi française. Le Comité national d’éthique a rejeté le 11 mars dernier la demande de reconnaissance du métier d’assistant sexuel, demande qui avait été saisie en 2011 par Roseline Bachelot alors Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. L’une des raisons évoquée, en plus de la marchandisation du corps, a été celle du caractère privé de la sexualité d’un individu qui ne relèverait pas de la responsabilité de l’État.

L’assistance sexuelle est autorisée dans d’autres pays européens tels que l’Allemagne ou les Pays-Bas. Cette pratique est très encadrée, notamment en Suisse, où il faut avoir suivi 300 heures de formation pour avoir le droit d’exercer. Les partisans de l’assistance sexuelle en France insistent sur la volonté de donner un cadre à la pratique pour éviter toutes dérives : formations, entretien préalable et suivi. Pour reprendre une expression de Patricia Assouline, l’assistance sexuelle semble être, actuellement, le seul moyen de délivrer les personnes lourdement handicapées d’une « mort affective ».

 

02/03/2014 à 06:17

Lancelot

Type :
Messages : 17
Membre depuis : 01/01/1970
C'est une honte.
Pourquoi ne pas leurs laisser le choix d'y avoir recours, que celà soit fait dans un cadre qui existe plutot qu'en toute clandestinité.
Ce pays à peur de tout !
En retard sur beaucoup de chose.
Pourtant beaucoup de personnes atteinte d'handicap sont demandeurs, et beaucoup de leurs soignants entendent leurs requetes et les comprennent, mais dans un cadre strict que peuvent ils faire, sans etre sanctionné si ils les emmenez vers ces personnes ?
02/03/2014 à 14:36

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970
Encore un exemple prouvant que la France est un pays extrêmement conservateur ... au sens négatif du terme !
03/03/2014 à 19:54

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

Lancelot a dit : 

C'est une honte.
Pourquoi ne pas leurs laisser le choix d'y avoir recours, que celà soit fait dans un cadre qui existe plutot qu'en toute clandestinité.
Ce pays à peur de tout !
En retard sur beaucoup de chose.
Pourtant beaucoup de personnes atteinte d'handicap sont demandeurs, et beaucoup de leurs soignants entendent leurs requetes et les comprennent, mais dans un cadre strict que peuvent ils faire, sans etre sanctionné si ils les emmenez vers ces personnes ?

 Il va falloir d'abord faire un grand pas (un pas de géant - dirais-je) envers les prostitués et particulièrement leur statut.......... Après on pourra avancer sur l'assistanat sexuel. Mais on y est pas encore - loin de là.

15/04/2014 à 13:46

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
Je viens de découvrir ce fil en réagissant au wiki de la semaine :
http://www.brigittelahaie.fr/m/wiki/view/handicap/

15/04/2014 à 20:37

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
On peut compter sur le lobbying féministe pour qu'une telle chose n'arrive jamais en France..

Ce serait faire marche arrière sur tout "les acquis féministe" de ces trentes dernières années, et sur le fait que la société doit approuver le fait qu'acheter du sexe est un acte socialement innacceptable, que les hommes des générations future doivent intégrer ça en eux dans leurs parcours éducatif, que celles ou celui qui se vend est une victime en situation de vulnérabilité économique, du système patriarcale.

Ce serait faire un bond de trente mille ans en arrière tant le fait que d'avoir recours au service d'une prostituée- pour un handicapé ou non - soit maintenant en passe d'être considéré comme quelque chose de criminelle selon ces mêmes féministes, dans notre pays.

Ce serait aussi envoyer un message négatif sur les pays réglementariste pour les conforter dans leurs décisions, et donner les coudés franche au proxénète, même s'il s'agit d'assistant sexuel.

Ojn va tous vivre heureux et en bonne santé mentale et physique, grâce au féministe..

Et bien sûr on trouve des prostituées qui approuvent ou acquiessent ces courants de pensées, remarquez quand on cherche on trouve.

Et tant qu'à faire on trouve même des handicapés qui refusent d'être assisté sexuellement..que bien sûr on va mettre en exergue.

Mais les féministes ne se parlent pas qu'entre elles ?
16/04/2014 à 07:25

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

Venom a dit : 

On peut compter sur le lobbying féministe pour qu'une telle chose n'arrive jamais en France..

Ce serait faire marche arrière sur tout "les acquis féministe" de ces trentes dernières années, et sur le fait que la société doit approuver le fait qu'acheter du sexe est un acte socialement innacceptable, que les hommes des générations future doivent intégrer ça en eux dans leurs parcours éducatif, que celles ou celui qui se vend est une victime en situation de vulnérabilité économique, du système patriarcale.

Ce serait faire un bond de trente mille ans en arrière tant le fait que d'avoir recours au service d'une prostituée- pour un handicapé ou non - soit maintenant en passe d'être considéré comme quelque chose de criminelle selon ces mêmes féministes, dans notre pays.

Ce serait aussi envoyer un message négatif sur les pays réglementariste pour les conforter dans leurs décisions, et donner les coudés franche au proxénète, même s'il s'agit d'assistant sexuel.

Ojn va tous vivre heureux et en bonne santé mentale et physique, grâce au féministe..

Et bien sûr on trouve des prostituées qui approuvent ou acquiessent ces courants de pensées, remarquez quand on cherche on trouve.

Et tant qu'à faire on trouve même des handicapés qui refusent d'être assisté sexuellement..que bien sûr on va mettre en exergue.

Mais les féministes ne se parlent pas qu'entre elles ?

 Pour ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, je trouve important de préciser que ce dont tu parles avec justesse ce sont des dérives du féminisme ! Et que le féminisme ne saurait être réduit à cela.

16/04/2014 à 12:20

guko84

Type :
Messages : 2732
Membre depuis : 01/01/1970

melusinefee a dit : 

Encore un exemple prouvant que la France est un pays extrêmement conservateur ... au sens négatif du terme !

 Hooo je te suit ... mais quel âges les Grands Aristocrates qui nous dirigent .. 

16/04/2014 à 19:38

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012

melusinefee a dit : 

 

 Pour ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, je trouve important de préciser que ce dont tu parles avec justesse ce sont des dérives du féminisme ! Et que le féminisme ne saurait être réduit à cela.

  hmm.. peut être, mais il semblerait qu'il faut que ce soit la norme pour être qualifié de "vrai" féministe, celles ou ceux qui ont un avis contraire ou cherche même à débattre sont qualifié-es de féministe de pacotille, féministe has-been, qui défenderaient des positions archaïque et honteuse à des fins patriarcale..C'est aussi le courant de pensé majoritaire au sein de nos instances gouvernementale.

C'est devenu aussi une guerre intellectuelle de bobos parisien qui ne foutent rien de leurs journées et qui tiennent le monopole sur ce débat depuis quelques temps.

Ils/Elles veulent sois disant élevé le niveau de conscience collective sur l'exploitation sexuelle, le proxénétisme donc les proxéneurs, et que la société mette tout en oeuvre pour réussir à abolir la prostitution et ses contours, ses dérivés ( Industries du x par exemple ), et donc tout ce qui s'en rapprocherai comme l'assistanat sexuel pour les handicapés..

Et même si un jour ils/Elles arrivent à leurs projets sur le nouvel ordre moral sociétal et comportemental dans les sexualités humaine ( Je suis loin d'être sûr de toute façon qu'une majorité de gens aient besoins d'eux pour abonder dans leurs sens ) qui va se poser la question pour savoir comment mettre en oeuvre pour réussir d'un point de vue pratique, moi j'ai la réponse : personne. 

La prostitution se fera de toute façon car la demande est avant tout féminine pas masculine..

Ils /Elles ne veulent pas comprendre que les prostituées ont leurs rapports au monde donc leurs rapports à leurs sexualité comme tout le monde..

Pour les plus pauvre ils/Elles ont une sexualité de pauvre..donc monnaitarisent leurs rapports au monde. Dans un marché de l'emploi saturé et une surabondance humaine dans la recherche d'emplois..

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article1076





17/04/2014 à 04:01

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970
Evidemment, si on résume le féminisme à l'actuel et ridicule combat contre la prostitution ... c'est ce que j'appelle la dérive, dont les médias se font actuellement malheureusement trop largement l'écho.
Il est sûr que le féminisme est actuellement à la recherche d'une nouvelle définition, mais il reste beaucoup de féministes "raisonnables". Elisabeth Badinter, par exemple, a pris position contre la pénalisation des clients et affirme que l'état n'a pas à légiférer sur ce sujet.
19/04/2014 à 09:38

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
C'est de la dérive sectaire, ces gens qui se regroupent en associations ou collectif sont dans un total délire narcissique..