la limite de la prostitution...

12/05/2014 à 14:19

juliette

Type :
Messages : 67
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour, mon neveu me pose une colle ..à savoir la différence entre une femme qui se prostitue sur un trottoir et celles qui organisent des rdv avec des messieurs dans un hôtel ?
Il me précise que ces femmes donnent des rdv à des hommes via un site (je lui ai demandé lequel mais ne m'a pas répondu...) afin de se voir dans un hotel pour assouvir les besoins du monsieur.
ma question: y a t il une différence ou toutes ces forment font elles parties de la prostitution ?
et quelle est donc la différence avec une call girl ?
Merci
12/05/2014 à 14:37

Montagnardd

Type :
Messages : 3889
Membre depuis : 01/01/1970
la différence avec une call girl c'est souvent le prix !
14/05/2014 à 15:38

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
Il y'a un livre intéressant sur le sujet, Vingt-trois prostituées de chester brown.

...après un acte sexuel contre de l'argent, peut importe la couleur des rideaux c'est de la prostitution dans sa définition.
15/05/2014 à 10:48

juliette

Type :
Messages : 67
Membre depuis : 01/01/1970
Merci Davy22
17/05/2014 à 07:18

tequierolibertad

Type :
Messages : 36
Membre depuis : 01/01/1970

Davy22 a dit :


...après un acte sexuel contre de l'argent, peut importe la couleur des rideaux c'est de la prostitution dans sa définition.

 Quel pourcentage de mariage est inclus dans ce constat fataliste?


17/05/2014 à 07:48

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

tequierolibertad a dit : 


 Quel pourcentage de mariage est inclus dans ce constat fataliste?


 L'INSEE n'établit pas ce genre de statistiques Wink

17/05/2014 à 16:52

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970

tequierolibertad a dit : 

Davy22 a dit :


...après un acte sexuel contre de l'argent, peut importe la couleur des rideaux c'est de la prostitution dans sa définition.

 Quel pourcentage de mariage est inclus dans ce constat fataliste?


 Je parle pas de constat mais de définition. Historiquement, le mariage tire ses origines de la sécurité économique, dans un partage des tâches nécessaires à la survie...Même en noircissant le tableau, je comprend pas la comparaison entre mariage et  prostitution...Déjà on ne peut se marier qu'avec une personne, ça fait déjà pas mal de différence.

18/05/2014 à 13:49

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970

Davy22 a dit : 

tequierolibertad a dit : 

Davy22 a dit :


...après un acte sexuel contre de l'argent, peut importe la couleur des rideaux c'est de la prostitution dans sa définition.

 Quel pourcentage de mariage est inclus dans ce constat fataliste?


 Je parle pas de constat mais de définition. Historiquement, le mariage tire ses origines de la sécurité économique, dans un partage des tâches nécessaires à la survie...Même en noircissant le tableau, je comprend pas la comparaison entre mariage et  prostitution...Déjà on ne peut se marier qu'avec une personne, ça fait déjà pas mal de différence.

 Je ne vois pas pourquoi un mariage par intérêt nécessiterait une multiplication des client(e)s si l'époux ou l'épouse suffit seul(e) à combler toutes les attentes financière ? A la base le mariage est une institution pour organiser les intérêts financiers et les droits de successions de 2 familles. Un business comme un autre, comme la prostitution donc.
Cette conception est elle plus claire pur toi à présent Davy ? 

18/05/2014 à 18:24

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
Quelle conception ? Que la prostitution est un business comme un autre ? Question de point de vu je suppose...
19/05/2014 à 07:04

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970

Davy22 a dit : 

tequierolibertad a dit : 

Davy22 a dit :


...après un acte sexuel contre de l'argent, peut importe la couleur des rideaux c'est de la prostitution dans sa définition.

 Quel pourcentage de mariage est inclus dans ce constat fataliste?


 Je parle pas de constat mais de définition. Historiquement, le mariage tire ses origines de la sécurité économique, dans un partage des tâches nécessaires à la survie...Même en noircissant le tableau, je comprend pas la comparaison entre mariage et  prostitution...Déjà on ne peut se marier qu'avec une personne, ça fait déjà pas mal de différence.

 Non Davy c'était en réponse à ton incompréhension du lien que faisait tequierolibertad entre prostitution et mariage.
Comme tu le dis, l'origine du mariage est socio-économique et parfois elle n'est réduite qu'à cela et que parfois le mariage revient à signer un contrat d'échange de sexe contre une sécurité financière.

19/05/2014 à 08:14

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
Je veux bien concevoir qu'il y'ai mariage de raison, mais de là à comparer à de la prostitution, ça me parait excessif. La prostitution c'est "pour simplifier" juste du sexe pour de l'argent, alors que le mariage, il y'a normalement beaucoup plus que cela, dormir chaque nuit avec la personne, manger ensemble, rencontré des amis, passé noël, les vacances ou les anniversaire ensemble, avoir des enfants, partagé le même nom de famille, vivre sous le même toit...enfin bon, c'est exagéré je trouve de comparer cela à une passe.

Dans l'autobiographie de Chester Brown, justement à un moment il parle d'une relation quasi exclusive avec une prostitué qui à duré plusieurs années...et à la fin même je crois qu'elle n'avais que lui comme client et parfois il n'y avais même pas d’échange d'argent...c'était devenu des amants, ce n'était pu vraiment de la prostitution.
19/05/2014 à 12:00

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
Il semblerait en effet qu'il y ait 2 définitions de la prostitution l'une plus restreinte qui se bornerait à un acte sexuel contre de l'argent sonnant et trébuchant et l'autre plus large concernant tout usage de son corps à des fins lucratives.

Ce que je trouve intéressant dans le sujet proposé c'est justement de comprendre les conceptions qui sont en jeu derrière ces 2 différentes définitions.

Mon questionnement est celui ci : en quoi cela serait il genant de considérer que l'on puisse convenir d'un contrat pour échanger des services sexuels contre des avantages matériels ?
19/05/2014 à 12:31

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
"Gênant" dans le sens morale ? La morale je me méfie de ce mot, chacun est je suppose libre de ses choix en âme et conscience (et celle qui n'ont pas le choix, ce serait même de l'esclavage sexuel et non de la prostitution), j’essaye d'éviter les jugements facile. Dans un contrat par définition personne n'est dupé.

Ce que je voulais dire dans ma première intervention, qui semble être un malentendu "peut importe la couleur des rideaux" je voulais juste dire que payé une fille sur le trottoir ou payé une fille dans un palace 'escorte', reste de la prostitution...

juliette a dit : 

Bonjour, mon neveu me pose une colle ..à savoir la différence entre une femme qui se prostitue sur un trottoir et celles qui organisent des rdv avec des messieurs dans un hôtel ?
Il me précise que ces femmes donnent des rdv à des hommes via un site (je lui ai demandé lequel mais ne m'a pas répondu...) afin de se voir dans un hotel pour assouvir les besoins du monsieur.
ma question: y a t il une différence ou toutes ces forment font elles parties de la prostitution ?

 Qu'il n'y a donc pas de différence, peut importe si le cadre est plus ou moins luxueux.

19/05/2014 à 13:01

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
Tout à fait d'accord pour ce qui est de la notion de contrat communément convenu et de considérer les activités d'escort de luxe et de prostitué-e-s comme relevant toutes deux de la prostitution. A chacun-e en effet de se définir.

La dimension morale vient sans doute de la notion de débauche qui a été associée aux métiers du sexe.

Ce qui me semble plus intéressant est l'intitulé du sujet "les limites de la prostitution".
Le terme "prostitution" viendrait du latin prostitutio qui signifierait d'abord "exposer au regard" puis "mettre en vente".
Se prostituer reviendrait donc à mettre en vente l'image fantasmée de son corps en quelque sorte.

En ce cas les acteurs, les danseurs, les strip teaseurs et toute activité qui consisterait à utiliser l'image sexuelle de son corps pour en retirer des intérêts matériels pourrait rentrer dans la catégorie prostitution. D'où l'idée que certains contrats de mariage puissent également relever de la prostitution. La liste est fnalement infinie.

Toute la limite de l'acte de prostitution résiderait donc davantage dans l'intention de l'utilisation de son image sexuelle et dans les termes du contrat que dans la nature ou le contexte de l'activité sexuelle en elle-même.

Pour en revenir à l'exemple donné par Davy de Chester Brown, la limite entre prostitution et relation serait donc lorsque les sentiments s'en mêlent puisqu'alors les termes du contrat changent.

Pour autant on peut également concevoir pouvoir exercer les métiers de la prostitution avec plus ou moins de plaisir, comme n'importe quel autre métier, tout en restant dans le cadre du contrat de vendre l'image sexuelle de son corps (sans sentiments donc).

19/05/2014 à 13:35

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
hum c'est vrais que la définition peut se lire au sens large...mais pour ma part je la définie vraiment au sens d'une passe, d'un coït ou même d'une fellation. A savoir l'échange de son sexe à un client contre rémunération. J'associe la fellation aussi car donner sa bouche au sexe du client, il y'a un rapport 'pénétrant' que je trouve aussi intime que son sexe...Apres pour le reste, mais ça n'engage que moi je ne l'associe pas à la prostitution, Masturbation, massage, photos de charme, porno, webcam, danseuses, téléphone rose...et tous autre rapport plus complexe comme le mariage, l’échangisme, le don de sperme, l'assistant sexuel etc 

Ce qui me pose un peu problème c'est que de définir la prostitution comme un peu four tous, ça en réduit le sens et ça fait passer à coté du problème...Pour tous dire, j'ai le sentiment encore de nos jours, que le fait de tous mélanger ça n'aide pas à comprendre et trouver des solutions pour une prostitution encore trop taboo et souvent violent. Le vrai courage est parfois celui de choisir. 

https://www.youtube.com/watch?v=H5AL8hEVyaE Innocent
20/05/2014 à 12:11

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
Mais  le problème n'est il pas justement dans l'inquiétude qu'il y a à juger qu'un acte sexuel soit de l'ordre de la prostitution ou pas, plutôt que de savoir définir clairement où on se situe à chaque acte sexuel, quelqu'il soit ?

Une conception plus large de la prostitution constitue à mon sens davantage une entrée dans la nuance et permet d'éprouver un concept à fond après en avoir clairement défini le cadre, plutôt qu'un fourre tout... ou une simplification bien commode mais qui ne mène pas bien loin.

Accueillir la complexité c'est aussi s'ouvrir à d'autres possibles.

La seule motivation que je vois à borner la prostitution à une liste fermées d'actes sexuels tarifés semble être de ne pas se prendre la tête et de laisser en zone d'ombre des notions qui pourraient déranger sa conscience, ses valeurs ou sa morale.

Nous avons sans doute tous été, d'une façon ou d'une autre auteur-e d'un acte de prostitution en somme. Je trouve que quand on voit les choses comme cela on devient plus tolérant, plus respectueux des autres et de soi-même.

Ebranler un peu les cases bien remplies, cela me semble plutôt sain et bénéfique parfois, dans le respect des limites et des croyances de chacun, bien évidemment.
20/05/2014 à 12:53

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
C'est intéressant...ce que tu veux dire c'est que à un moment ou à un autre chacun peut utiliser son sexe à des fin matériel et en cela ça peut être assimilé à de la prostitution. Et que le renier, ce serait en soit un problème de conscience et ou de morale...d'où l’intérêt de le ramener à quelques chose de violent mais donc par contraste, rassurant, qui est la fille qui se prostitue. "Je ne suis pas cette pauvre fille qui se prostitue dans la bourbe...donc je ne me prostitue pas. Donc mon acte est plus morale" (j’exagère exprès pour bien faire ressortir le sens).

Ça peut se tenir et ça expliquerait en effet plein de comportement pathologique qu'on à dans nos sociétés...En somme, gardé la prostitution dans un vide juridique, laissant ainsi à l’affût de toute les perversités humaine, serait quelque part pour protéger la "pseudo-conscience / morale" de nos sociétés.

Que quelque part assumer que nous avons tous des comportements de prostitué, serait remettre en cause bien trop de choses que nos modèles de société favorise...et que finalement si on l'assumerai mieux, nos société serait plus humaine et plus tolérante.

Mwhai.....même si ça a du sens, c'est un peu tiré par les cheveux quand même. Moi de la prostitué j'en ai une vision triste...elle risque leur vie au vrais sens du terme, pour une reconnaissance inexistante, actuellement ce sont elle qui m’inquiète....pas la femme marié de 40 ans, au foyer, qui taille des pipes chaque soir pour garder la BMW et sa maison...elle au moins elle peut faire ce qu'elle veut...celle dans les hôtels, pas sur qu'elles ont toujours le choix.
20/05/2014 à 13:17

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
Tu illustres tout à fait bien ma pensée oui Davy22.

Quant à la réalité de ta représentation de la prostitution je dirais que l'on peut penser le monde ou on peut  dire ce que l'on pense du monde.
L'un n'empêche pas l'autre tant que l'on ne se sert pas de l'un pour convaincre de l'autre. ^^
20/05/2014 à 13:26

Davy22

Type :
Messages : 915
Membre depuis : 01/01/1970
Ou on se sert de l'autre pour se convaincre soit même...non mais c'est intéressant comme discussion, on pourrait faire campagne avec des affiches "Nous sommes tous des prostitués, droit à la reconnaissance et à la sécurité !"....ça peut être une bonne accroche dans une manif Wink
20/05/2014 à 17:03

CheyN

Type :
Messages : 280
Membre depuis : 01/01/1970
belle synthèse en effet. Wink