Je ne sais plus quoi faire...

23/11/2015 à 14:37

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour à  tous,
Je suis marié depuis 10ans, j'ai 40 ans et deux enfants. 
Pour faire court,  ma femme ne me désire plus depuis 8 ans. Des petits câlins que l'on peut compter sur les doigts des mains mais rien de plus.
J'ai essayé tout ce qui était en mon pouvoir, j'ai maigri, je suis super attentionné, je l'aide beaucoup dans les taches ménagères, je l'ai emmené en week-end amoureux, même les trucs les plus ridicules je les ai faites !!! Mais rien, elle en est contiente mais pour elle, elle ne ressent pas le besoin donc pas de soucis.
En avril de cette année j'ai pété un plomb. Raz le bol !!! Du coup c'est moi qui suit passé pour le bourreau. J'ai consulté, ect... mais elle, ne veut pas consulter. En août je l'ai menacé de divorce. Je suis encore passé pour le méchant car c'est ma décision, pas la sienne. Mais elle a eu très peur. Du coup je lui ai laissé " une chance " . On a eu des moments délicieux, sex, complicité. 
Mais voilà, ça n'a pas duré longtemps. Aujourd'hui ça fait 3 semaine que rien du tout, je ne sais plus quoi faire.
Je ne supporte plus de me sentir rejeter, elle me dit qu'elle m'aime mais je n'arrive plus a la croire. Je pense qu'elle aime surtout sa petite vie tranquille. 
Aidez moi s'il vous plait... je suis en détresse !!!
Merci d'avance.
23/11/2015 à 17:10

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour Raphaelpie,
A priori vous avez déjà fait ce qu'on conseille ici habituellement aux personnes qui se trouvent dans votre situation. Si je comprends bien, ca fait 8 ans que votre femme éprouve des difficultés à avoir des rapports sexuels. En effet, c'est long, très long, je trouve même que vous avez attendu bien longtemps avant de réagir. Il semble que votre femme est dans une réelle situation de blocage et je pense qu'elle pourra pas s'en sortit sans aide d'un professionnel or vous nous dites qu'elle refuse de consulter. Vous avez essayer le chantage et ça a marché pendant un certain temps, en effet cela n'est pas une bonne méthode (sinon vous serez pas là pour nous en parler).

Je suppose que vous ne souhaitez pas non plus quitter votre femme sinon vous l'aurez fait sans passer par les menaces au préalable. Je comprends parfaitement que vous choisissez le divorce au dernier recourt.

Avez-vous vous pensez à vous épanouir sexuellement ailleurs que dans votre couple? Peut-être si vous faisiez comprendre à votre femme que si vous n'arrivez pas à vous épanouir dans votre couple vous envisagerez des relations extra-conjugales, ca peut faire l'effet d'un électrochoc qui la fasse consulter, sinon vous pouvez toujours décider de franchir le pas et la quitter.

Pour anecdote, y a quelque temps mon couple traversait une petite crise sexuelle (pas forcément comparable à votre), ce qui m'a ramené à provoquer une discussion avec ma compagne car je commençais à être frustré et lui en vouloir. On a pu parler posément, elle ne se rendait pas compte de ma souffrance. Dans la discussion, je lui ai fait comprendre qu'au delà d'un certain nombre de rapports par mois, le contrat exclusivité ne tiendrait plus et que je reprendrais ma liberté sexuelle (je ne pense pas que c'est cela qui la fait régir).

Pour le moment ça tient et j'espère aussi que vous trouverez une solution à votre problème. Je pense qu'autant que homme on ne peut pas forcer nos femmes à avoir des rapports sexuels si elles n'ont pas envie mais de la même manière je pense qu'on ne peux pas accepter qu'elles décident que notre vie sexuelle est terminée ou se réduit à simple sexualité de maintenance ou hygiène.
23/11/2015 à 17:42

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Merci Nemesis d'avoir répondu a mon message.

Aller voir ailleurs... oui j'y ai songé, je l'ai fait, mais ce n'est pas une solution. Ça ne règle pas le problème à la maison. Et j'ai trouvé ça irrespectueux par rapport à ma femme que, quoi qu'il en soit j'aime ou je respecte... je ne sais plus...
Puis pourquoi ce serait moi qui devrait passer pour celui qui a tout foutu en l'air ?
Si je la trompe, je suis un salop, si je la quitte, je suis un salop aussi !!!
Je me sens prisonnier, incompris, rejeté, je n'ai plus d'assurance.
23/11/2015 à 19:52

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Avez-vous repris la conversation ensemble depuis ? je pense qu'il faut encore parler avec ta femme, pour savoir ce qu'elle attend de la vie avec toi, si ça sera toujours comme ça, sans plus aucune relation sexuelle ; peut-être y a t'il eu quelque chose qui l'a bloquée, qui l'a blessée lors d'un de vos moments d'intimité, mais qu'elle n'a jamais osé t'en parler ? parce qu'à ton âge (je pense qu'elle doit avec le même âge que toi) on ne peut pas passer sa vie à n'avoir aucune relation, surtout si on aime toujours la personne avec laquelle on vit ; même si on n'est pas accro au sexe, on ne peut pas sans passer complètement ; l'appel du corps, la chaleur, les baisers, les bisous et tout le reste vont ensemble et font que l'on désire toujours l'autre et on passe à l'acte Smile
Tu dis si je la trompe je suis un salop ; si je divorce je suis un salop ;
mais tu comptes finir ta vie comment ? et elle, que ressent-elle vis à vis de toi et de tout ce que tu ressens ? de la prison dans laquelle tu vis ? comment voit-elle la vie à tes côtés, qu'attend t'elle de cette vie ? tu crois que ça lui plairait de savoir que tu es malheureuse, que tu te sens prisonnier, rejeté, auprès d'elle ? quand on aime vraiment quelqu'un on veut que cette personne soit heureuse, joyeuse, fière d'être avec nous, de tout partager....
si votre vision de l'avenir n'est plus le même que celui que vous aviez à vos débuts, il vaut mieux pour l'un et l'autre que vos chemins se séparent ; de toute façon à mon avis tu ne tiendras pas bien longtemps avant de péter à nouveau un câble, et dans la colère tu risquerais soit encore de la menacer de divorce, et peut-être de vraiment faire tout ce qu'il faut pour y arriver, soit d'aller voir ailleurs, et de continuer à le faire en ne pensant plus que c'est irrespectueux envers ta femme, parce que tu seras au bout.....
Je pense qu'il faut avoir encore une, ou plusieurs, discussion, ne pas lâcher l'affaire, et si les choses ne changent pas, n'évoluent pas, prendre la décision qu'il faut....
23/11/2015 à 20:03

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Waou !!! Merci  Madison, tu as tout dis.
Les discussions il y en a eu des milliers, des promesses aussi, non tenues évidemment. Aujourd'hui nos discussions se terminent quand elle pleur car je ne supporte pas de la voir pleurer et elle le sait. 
J'ai toujours été gentil avec elle depuis qu'on est ensemble. Elle a voulue un chien, elle a eu son chien, elle a voulu une maison, elle l'a, les enfants c'est pareil. En fait je n'est pas été assez dur à certains moments avec elle.
23/11/2015 à 20:03

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Waou !!! Merci  Madison, tu as tout dis.
Les discussions il y en a eu des milliers, des promesses aussi, non tenues évidemment. Aujourd'hui nos discussions se terminent quand elle pleur car je ne supporte pas de la voir pleurer et elle le sait. 
J'ai toujours été gentil avec elle depuis qu'on est ensemble. Elle a voulue un chien, elle a eu son chien, elle a voulu une maison, elle l'a, les enfants c'est pareil. En fait je n'est pas été assez dur à certains moments avec elle.
23/11/2015 à 20:22

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970

Raphaelpie a dit : 

Merci Nemesis d'avoir répondu a mon message.

Aller voir ailleurs... oui j'y ai songé, je l'ai fait, mais ce n'est pas une solution. Ça ne règle pas le problème à la maison. Et j'ai trouvé ça irrespectueux par rapport à ma femme que, quoi qu'il en soit j'aime ou je respecte... je ne sais plus...
Puis pourquoi ce serait moi qui devrait passer pour celui qui a tout foutu en l'air ?
Si je la trompe, je suis un salop, si je la quitte, je suis un salop aussi !!!
Je me sens prisonnier, incompris, rejeté, je n'ai plus d'assurance.

Oui, ça ne règle pas le problème à la maison mais ça n'est pas le but non plus. Est-ce un acte irrespectueux, en temps normal, je dirais oui mais là ça fait 8 ans que vous n'arrivez pas à avoir une vie sexuelle, votre femme refuse de se faire soigner car cela semble bien avoir un problème (phsy. ou physique) de l'ordre médical. Il n'est pas normal qu'une femme d'une trentaine d'années n'ait plus de vie sexuelle or elle refuse de consulter.


Vu la situation, vous êtes coincé! Madison l'a bien décrit, quoi que vous fassiez vous risquez de passer pour un salop, alors il vous reste la solution de la frustration et de son soulagement en vous masturbant à condition que vous arriviez à accepter l'idée que votre vie sexuelle est terminée.
Je suis vraiment désolé mais la solution miracle que vous espériez trouver en venant ici n'existe pas. Vous avez déjà envisagé, essayé tout ce qu'on fait habituellement dans un couple mais cela ne semble pas marcher.

Dans la mesure où votre femme refuse de consulter (ou d'évoluer sur le sujet d'une manière ou d'une autre), il vous reste trois solutions:

divorce relation extra-conjugales frustration Malheureusement dans ce même cas de figure on est tous loti à la même enseigne, le miracle n'existe pas.

Désolé d'être un peu direct et brutal mais votre situation me touche, probablement par ce que je m'y identifie.
23/11/2015 à 22:50

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Je ne sais pas si j'ai tout dit, j'écris ce que je ressens en lisant ton histoire et en fonction de mon vécu, ça n'est peut-être pas une référence, mais on donne nos avis selon nos expériences aussi.
Je n'ai une qu'une vie de couple pendant presque 26 ans avec le père de mon enfant ; j'ai mis longtemps avant de pouvoir partir, l'excuse de l'enfant certainement, mais je savais que je ne voulais pas vieillir avec le père de mon enfant car je n'avais plus rien en commun avec lui, et d'ailleurs je n'ai quasiment jamais eu grand chose en commun avec lui ; faire les boutiques, aller au ciné, aller voir la famille, tout ça non ça ne lui plaisait pas, j'y allais seule, ou avec mon fils ; je sortais avec les copines seule, j'allais manger chez les ami(e)s, seule ; enfin bref, je me suis adaptée ; mais les dernières années ont été plus compliquées ; refus d'un 2ème enfant, d'un mariage, et à force de ruminer tout ça, les sentiments pour lui se sont éclatés, envolés ; je savais que je ne finirais pas ma vie avec lui ; avec des relations, ppppfff ça me portait peine, vraiment ; je me couchais le plus tard possible, bien après lui pur être tranquille, en plus il est devenu hypocondriaque, excessivement, donc très dur à supporter mais bon fallait faire avec..... et l'année dernière le déclic a eu lieu ; je me suis rapprochée de quelqu'un, et j'ai su que j'aimais cette nouvelle personne, donc je suis partie de chez moi ; malgré la situation je n'ai jamais trompé mon ex et je n'aurais jamais accepter qu'il le fasse lui aussi ; je préfère être quittée que trompée ; que l'on mette les choses au clair plutôt que d'aller voir ailleurs ; donc avant de faire quoique ce soit avec mon nouvel amour, je suis partie de chez moi ; il n'y avait plus rien à faire, je ne pouvais plus rester, je ne ressentais plus rien depuis trop longtemps.

Dans mon nouvel amour, je sais que je l'aime vraiment, même si on ne vit pas ensemble (un jour peut-être ?), je sais que je ne pourrais pas vivre sans relation intime, même si ça n'est pas tous les jours ou tous les 2 jours ou à cadence régulière on va dire, mais vu l'amour que je ressens pour lui je sais que j'en ai besoin, que j'en ai envie ; et j'ai envie d'être avec lui, d'aller me balader avec lui, se donner la main, s'embrasser, se caliner, regarder la télé collés l'un contre l'autre, aller au ciné, au resto, en balade tranquille, faire plein de choses, partager plein de choses, mais avoir du contact physique aussi.
Et je crois que si lui ne ressentait pas tout ça pour moi, je devrais le laisser partir, car on ne peut pas retenir quelqu'un prisonnier près de soi ; et puis ça sert à quoi d'avoir quelqu'un à ses côtés qui n'a pas envie d'être avec nous, qui ne ressent rien pour nous ? C'est faire du mal aux 2 personnes, à soi-même, mais à l'autre aussi....

J'espère que tu réussiras à parler, même avec les larmes, tant pis, toute façon il faut que ça sorte, pleurer permet aussi d'évacuer, même si ça fait mal de voir l'autre pleurer, et de pleurer soi-même, mais il faut en passer par là, pour tout dire, et refaire le point, et voir où on va, si l'on continue ensemble, ou si l'on se sépare.. et puis peut-être une séparation de quelques mois pourrait permettre de faire comprendre des choses à ta femme, soit qu'elle t'aime vraiment et qu'elle va accepter de consulter pour sauver votre amour, soit qu'il n'y a plus rien....????
24/11/2015 à 04:50

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Merci pour vos conseils !!! Vous êtes géniaux ! Je suis remonté à bloque. J'ai le droit de vivre la vie dont j'ai envie!!!!! 

24/11/2015 à 09:53

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
L'important est que tout le monde soit heureux, même s'il faut passer par les pleurs ; à toute séparation il y a des pleurs, mais au fil du temps on s'aperçoit que c'était la meilleure chose à faire pour le bonheur de tout le monde, mais il faut laisser passer du temps ;
Il faut aussi prendre le temps de discuter, d'être sûr de ses sentiments, et tout faire pour vivre ensemble heureux si vraiment l'amour est là ; tout le monde a droit au bonheur, à vivre heureux, amoureux, ensemble ; la discussion aide à ça ; et peut-être un temps, une séparation, histoire de faire le point...
Bon courage, et tiens nous au courant
24/11/2015 à 10:08

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Bonjour Raphaelpie,

C'est facile, quand on se sent rejeté et frustré, de penser que l'autre ne nous aime plus, malgré ce qu'il affirme. Mais dites-vous bien que pour votre compagne, c'est pareil : elle se sent incomprise et souffre aussi de la situation. Les humains ne sont pas programmés pour la monogamie exclusive ! C'est un choix lourd de conséquence qui entraîne quasi systématiquement lassitudes et chute de désir (chez la femme... ou chez l'homme) et donc frustrations. Pour certains, on arrive à y remédier avec des scénarios, des artifices, de l'imagination... pour d'autres (nombreux), c'est plus dur.

Je crois que la résolution de vos problèmes de couple passe en partie par le fait de retrouver de la complicité ailleurs que dans le sexe. Rire ensemble, vous câliner, faire des trucs que vous aimez. Faire en sorte que le sexe ne soit plus un enjeu. À mon avis, c'est indispensable si on veut que la sensualité et le désir renaissent chez une femme qui n'en ressent absolument plus l'envie. Dire à une femme "il faut que tu t'y mettes même si tu ne veux pas", c'est prôner le devoir conjugal et établir on ne peut plus sûrement le manque d'entrain chez elle. Or je suppose que ce que vous aimeriez, c'est de la complicité érotique et du plaisir partagé, pas juste qu'elle vous "soulage".

Dites-vous aussi que si vous posez simplement (sans reproches ni menaces) votre frustration et dites à votre compagne que pour vous, ce n'est pas viable ainsi et que vous envisagez - pour respecter son absence de désir - d'avoir une aventure, vous ne la tromperez pas, puisque les règles ont changé... La vie de couple ne doit pas s'envisager sous l'angle qui sera le salop aux yeux des autres. Pensez à votre équilibre et à ce que vous avez envie de partager en couple !

 

Demandez-vous aussi ce que vous trouvez encore à vote compagne (pour faire le point sur vos sentiments). Et re-séduisez-la... Remettez du jeu dans votre duo ! Sans ramener forcément le sexe au centre de la discussion. Oui, c'est du boulot, non, ce n'est pas une solution facile et rapide (rien de magique) mais si vous tenez tous deux à votre couple, il faut communiquer et inventer ensemble de nouvelles manières de vous aimer. Bon courage ;-)

24/11/2015 à 11:09

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour,
Je partage l'avis de Parvati, ce n'est pas parce que votre femme n'a plus de libido (ou très peu) qu'elle ne vous aime pas et vous, vous aussi dites l'aimer (ou au moins la respecter). Se quitter est une solution qui peut paraitre évidente mais avec les conséquences que cela comporte pour toute la famille. Les choix que vous allez faire vous sont propres et là-dessus vous êtes le seul maître à bord, oui je vous rejoins quand vous dites "J'ai le droit de vivre la vie dont j'ai envie!!!!! ".

Concernant les relations extra-conjugales, je pense pas non plus que vous passerez pour un salaud (si jamais vous faites ce choix-là), je rejoins Parvati sur "Dites-vous aussi que si vous posez simplement (sans reproches ni menaces) votre frustration et dites à votre compagne que pour vous, ce n'est pas viable ainsi et que vous envisagez - pour respecter son absence de désir - d'avoir une aventure, vous ne la tromperez pas, puisque les règles ont changé...". Je pense que l'exclusivité sexuelle dans le couple tiens tant que la vie sexuelle existe (à un niveau satisfaisant pour les deux) sinon la règle tient plus. Je m’interroge juste sur un "détail", faut-il le dire (au risque qu'elle ne soit pas d'accord et au quel cas il y a un très fort risque que la situation se gâte encore un peu plus) ou se taire et rester discret pour protéger sa compagne, son couple et sa famille. Je peux comprendre que même pour une femme sans libido et qui n'arrive pas à satisfaire son homme, il reste très dur de savoir et donc d'accepter que son homme s'épanouit sexuellement avec une autre.
Alors se taire ou tout dire?

Parvati, je vous cite, "Les humains ne sont pas programmés pour la monogamie exclusive ! C'est un choix lourd de conséquence qui entraîne quasi systématiquement lassitudes et chute de désir (chez la femme... ou chez l'homme) et donc frustrations. Pour certains, on arrive à y remédier avec des scénarios, des artifices, de l'imagination... pour d'autres (nombreux), c'est plus dur.", alors pourquoi est-on fidèle et pourquoi notre société valorise ce comportement? Personnellement je dissocie la sexualité de l'amour, les deux ensembles c'est parfait mais selon moi les deux peuvent aussi exister l'un sans l'autre. Lors d'une discussion (un peu animée) avec ma compagne sur la sexualité et la vie de couple, après certains de mes propos (dont je ne me rappelle plus exactement), elle m'a demandé , "alors pour quoi on est fidèle" et je me suis trouvé con car incapable de répondre. J'ai juste eu l'impression de faire partie du troupeau qui suit les comportements imposés par la société sans partager valeurs qui les accompagnent.
24/11/2015 à 12:49

Evelyne

Type :
Messages : 193
Membre depuis : 01/01/1970

nemesis a dit : 

 "alors pour quoi on est fidèle" et je me suis trouvé con car incapable de répondre. J'ai juste eu l'impression de faire partie du troupeau qui suit les comportements imposés par la société sans partager valeurs qui les accompagnent.

 L'infidélité a tjs existé mais avant cela ne se disait pas, car ce n'était pas admissible.

Je trouve qu'on communique trop sur l'infidélité en en faisant qqch ds l'air du tps!
Chacun fait sa vie comme il l'entend, mais envisager de tromper qqn parce que bcp en parlent c'est effectivement sans  intérêt.

Soit on es infidèle et on en assume les risques et les avantages, soit on reste fidèle tout simplement!

Parce que ça n'aurait pas de sens de dire: "je me sens malheureux de devoir tromper ma femme"
mais "je ne me sens pas heureux non plus en ne le faisant pas...." dans ce cas  ça voudrait dire que la relation entière s'est enlisée.

Comme dit Parvati, dans ce cas, il faudrait revoir aussi toute la communication du couple car le sexe ne serait pas le seul problème finalement.

24/11/2015 à 13:25

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

nemesis a dit : 

Parvati, je vous cite, "Les humains ne sont pas programmés pour la monogamie exclusive ! C'est un choix lourd de conséquence qui entraîne quasi systématiquement lassitudes et chute de désir (chez la femme... ou chez l'homme) et donc frustrations. Pour certains, on arrive à y remédier avec des scénarios, des artifices, de l'imagination... pour d'autres (nombreux), c'est plus dur.", alors pourquoi est-on fidèle et pourquoi notre société valorise ce comportement? Personnellement je dissocie la sexualité de l'amour, les deux ensembles c'est parfait mais selon moi les deux peuvent aussi exister l'un sans l'autre. Lors d'une discussion (un peu animée) avec ma compagne sur la sexualité et la vie de couple, après certains de mes propos (dont je ne me rappelle plus exactement), elle m'a demandé , "alors pour quoi on est fidèle" et je me suis trouvé con car incapable de répondre. J'ai juste eu l'impression de faire partie du troupeau qui suit les comportements imposés par la société sans partager valeurs qui les accompagnent.

 Très vaste question, des bouquins entiers ont été écrits sur ce sujet. Alors je ne prétends pas faire un exposé complet, mais en gros nous reprenons générations après générations des codes sociaux, moraux et religieux collectifs qui ont été imposés plus ou moins de force. Et nous avons tellement intégré ces codes que nous pensons effectivement qu'ils sont naturels... c'est ce qu'on appelle l'inconscient collectif et nous en sommes en quelque sorte les héritiers avec le sentiment inconscient de devoir perpétuer ces codes pour être quelqu'un de bien. N'oublions pas qu'un des principes fondamental de notre civilisation judéo-chétienne est la culpabilité et que, même sans nous en rendre compte, nous sommes conditionnés.
Au départ le mariage, en tant que contrat civil, a été instauré pour préserver les patrimoines et les biens au sein d'une même famille et pour la fidélité sexuelle c'est un peu la même idée: éviter les batards et les problèmes d'héritage. C'est d'ailleurs pourquoi l'adultère féminin a toujours été plus durement jugé, voire même sanctionné. Ajoutons à cela le fait que les hommes, par l'intermédiaire de l'église, ont pendant des siècles tout fait pour rabaisser la conditon féminine.
A une époque plus contemporaine, notre société qui vise à un idéal de perfection s'est mise à imposer une image d'Epinal du mariage "à la vie, à la mort" où les partenaires seraient toute leur vie amants, parents, partenaires, amis etc.... , selon le principe qu'à partir du moment où les mariages n'étaient plus imposés par les parents mais libres de choix, eh bien on n'avait plus le droit de se tromper, ni d'évoluer, ni de changer d'avis au fil du temps... version moderne du principe de cupabilisation. etc. etc. etc. ....
Alors oui, ta dernière phrase a du sens.


24/11/2015 à 14:28

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970
Je rajouterais aux propos de Melusinefee que notre vision du couple moderne est extrêmement exigeante. Si jadis, ce qui primait, c'était stabilité de la cellule sociale et la légitimité de la descendance, l'épanouissement affectif et sexuel avaient peu d'importance. Aujourd'hui nous attendons de notre conjoint qu'il soit notre ami, notre confident, qu'il nous comprenne, nous soutienne, qu'il ait envie de partager tous nos jeux érotiques de manière engagée, optimiste et en faisant preuve d'inventivité. Or les rythmes de la sexualité ne sont pas les mêmes chez les hommes et les femmes. Si c'est relativement simple aux débuts d'une histoire, sous l'effet des hormones du désir et de la passion, avec le temps, les différences deviennent plus marquées et perturbent l'harmonie si chèrement convoitée.

D'autres sociétés (plus rares) ne valorisent pas ce modèle : chez certains, la jalousie (dont les racines remontent à la fusion mère enfant) est moquée. Les enfants de certaines tribus africaines jouent à l'amant et à la maîtresse en allant se cacher dans les bois (car c'est ainsi que font les adultes). Chez les Moso en Chine, le mot père n'existe pas, car l'organisation est matrilinéaire. Les femmes ont plusieurs amants, pas de maris.

Pour faire simple, d'un point de vue évolutionniste, le couple est ce qui permettait à une descendance d'avoir les meilleures chances de survie dans notre modèle culturel. Les pulsions adultères des hommes se sont toujours exprimées de manière socialement plus acceptable que celles des femmes, car ils ne possèdent pas d'utérus. Dans un système patriarcal, ça s'explique aisément. Néanmoins, le désir adultérin féminin existe aussi. Les femmes semblent (généralement) se lasser plus vite de leur compagnon, mais elles répriment leur envie d'aller voir ailleurs plus facilement du fait du poids moral et culturel. Quel homme frustré supporterait d'entendre que sa femme n'a plus envie de lui mais qu'elle fantasme sur un autre ? Pourtant, c'est tout aussi naturel que pour un homme d'avoir envie d'autres femmes. La nature nous pousse à brasser nos gènes pour une meilleure qualité de reproduction de l'espèce. Le couple, c'est une construction sociale qui favorise une reproduction optimale dans un contexte donné (je pourrais développer, mais ce serait long). Le couple monogame exclusif, c'en est une autre. Et c'est un idéal régulièrement mis à mal par les désirs adultères naturels (honnis par les religions patriarcales) depuis la nuit des temps. Le couple monogame exclusif sexuellement libéré et parfaitement épanoui, c'est encore plus exigeant (utopique presque) comme modèle idéal !

La difficulté, quand on tient à entretenir une relation monogame exclusive, c'est de tenir compte des difficultés naturelles liées à la poursuite de cet objectif. Cela nécessite beaucoup de compréhension mutuelle, de communication et de complicité ludique. Dès qu'on en fait un enjeu grave, où l'on condamne l'un ou l'autre pour ne pas être à la hauteur de ses attentes sur le plan sexuel, on dérive vers la séparation ou vers une vie de couple terne et pesante. Je suis persuadée que la clé réside en grande partie dans le fait de construire une relation de couple amusante, joyeuse, où on accepte que sur le plan du désir sexuel, il puisse y avoir des perturbations, sans que l'affection sincère qu'on se porte soit en cause. Il n'y a rien de pire que de croire que si on s'aime, ça doit forcément être facile. C'est un défi. Beau, mais pas évident à relever sur le long terme.
Peut-être que nos enfants inventeront d'autres modes relationnels, avec un versant polyamoureux, pour moins de tensions et d'exigences dans le couple... À moins que le couple (comme cellule sociale) ne vienne simplement à disparaître dans un futur lointain...
24/11/2015 à 15:10

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Merci pour vos commentaires. C'est passionnant votre vision des choses. 
J'ai déjà évoqué ce sujet avec ma femme et il en est hors de question. 
Quand je dis que j'ai tout fais pour la reconquérir... je vous assure que vous n'imaginez même pas.
J'ai toujours tout fait dans son sens, c'est peut être la le problème. 
Aujourd'hui,  soit je continue dans son sens en espérant toujours...  soit quoi ?
Je ne sais même pas.
Elle me dit qu'elle m'aime, m'appelle mon chouchou comme d'habitude... comme si elle attendait que ma petite crise passe...
24/11/2015 à 15:21

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Raphaelpie a dit : 

Merci pour vos commentaires. C'est passionnant votre vision des choses. 
J'ai déjà évoqué ce sujet avec ma femme et il en est hors de question. 
Quand je dis que j'ai tout fais pour la reconquérir... je vous assure que vous n'imaginez même pas.
J'ai toujours tout fait dans son sens, c'est peut être la le problème. 
Aujourd'hui,  soit je continue dans son sens en espérant toujours...  soit quoi ?
Je ne sais même pas.
Elle me dit qu'elle m'aime, m'appelle mon chouchou comme d'habitude... comme si elle attendait que ma petite crise passe...

 Il faut continuer à montrer que vous êtes désirant, mais sans lui mettre la pression. La prendre dans vos bras, lui dire qu'elle est belle, que sa tenue lui va bien, poser une main sur sa hanche, lui envoyer un sms coquin, revenir avec une fleur, lui tapoter les fesses, mettre de la musique et danser avec elle, lui proposer un bain... Sans rien attendre (ne planifiez pas de sexe, laissez venir...), juste planter des graines de désir et de connivence. Pour qu'elle puisse vous rejoindre dans un élan complice.

La difficulté, c'est que certains hommes se disent : si c'est pour me faire rembarrer, c’est pas la peine. J'arrête de lui proposer des câlins (limite je boude) et j'attends qu'elle vienne. Ils deviennent distants. En attendant qu'elle fasse le premier pas. Sauf que lorsqu'une femme est sortie du circuit du désir, il n'est pas évident qu'elle y revienne d'elle-même... Surtout si elle perçoit la contrariété de son compagnon...

Donc, sans être dans la proposition sexuelle directe, restez toujours sur le terrain de la séduction coquine, jouez, jouez, faites-la sourire. Gardez le contact... Pour qu'à un moment, elle glisse naturellement vers l'érotisme. Là, vous vous amuserez vraiment ensemble !  ;-)

24/11/2015 à 16:59

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Merci parvati, mais, je ne veux paraître du style de rejeter tout ce que vous me dites, mais j'ai déjà fait tout ça ! Pendant des années. Les bains, les fleures, un lit de ballons, les week-end a deux, le champagne juste comme ça, je lui ai meme fais un jour un rzpas et je m'etais deguisé en serveur. 
Je m'essoufle , j'ai l'impression que rien ne fonctionne. Elle ne veut pas entendre parler de jeux erotiques.
Ce matin elle m'a dit je te pourri la vie... je lui ai dis que je n'avais pas envie d'entendre ca. Que je veux juste qu'elle reagisse.
24/11/2015 à 17:22

nemesis

Type :
Messages : 124
Membre depuis : 01/01/1970

Raphaelpie a dit : 

Merci parvati, mais, je ne veux paraître du style de rejeter tout ce que vous me dites, mais j'ai déjà fait tout ça ! Pendant des années. Les bains, les fleures, un lit de ballons, les week-end a deux, le champagne juste comme ça, je lui ai meme fais un jour un rzpas et je m'etais deguisé en serveur. 
Je m'essoufle , j'ai l'impression que rien ne fonctionne. Elle ne veut pas entendre parler de jeux erotiques.
Ce matin elle m'a dit je te pourri la vie... je lui ai dis que je n'avais pas envie d'entendre ca. Que je veux juste qu'elle reagisse.

Au vu de vos messages précédents, je m'en doutais un peu que vous alliez revenir avec ce commentaire. Je ne veux pas non plus contredire Pravati, Madison et Evelyne, mais je me demande si elles ont bien réalisé que vous essayez d'avancer dans votre couple depuis 8 ans (corrigez moi si je me trompe). Je suis assez surpris qu'elles ne vous ont pas parlé de consultations chez sexologue pour votre femme ou tous les deux ensembles. Je ne suis pas un expert dans le domaine mais vu le temps depuis que ça dure, je pense que vous aurez du mal à vous en sortir tout seul.

Vous avez quand même été jusqu'à mettre les ballons dans le lit et vous déguiser en serveur, c'est vrai que c'est original, et d'ailleurs c'est tout à votre honneur!

Sinon, si vous aviez obtenu l'accord de votre femme de vivre votre sexualité en dehors de votre couple, est-ce que dans ce cas vous auriez pu opter pour cette option et vivre votre couple sans le sexe (ou quasiment) et s'épanouir sexuellement avec une autre ou des plans occasionnel ( sans avoir vraiment une maitresse)?

24/11/2015 à 17:26

Raphaelpie

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970
Je lui en ai parlé, oui, mais il en est hors de question pour elle. Et puis très franchement, ce n'est pas mon truc.