Infidèle chez nous,

19/07/2015 à 20:06

Rouge2015

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour, voilà je me lance...la souffrance, l'incertitude, le vertige du vide...
je découvre son infidélité chez nous, pendant que je suis à la maison, avec une copine a moi, hébergée une semaine pour du travail saisonnier. Je les surprend a se rouler une méga pelle alors que j'ai été me coucher après une journée bien remplie et une soirée bien arrosée. Grosse crise, je pars malgré ses excuses: tu ne comprend pas, j'ai fait une connerie parceque saoul, je suis désolé.... la copine ne dit pas un mot, se cache le visage. Je suis partie de la maison pour ne pas exploser sur place. Le matin, lorsque je reviens, elle est toujours la. Je lui dit qu'elle doit partir tout de suite. Après 2 jours nous arrivons a parler un peu avec mon compagnon. Il me dit la même chose, connerie sous alcool, que ça ne compte pas.... Seulement moi ça m'a réveillée. Et je réalise a quel point nous nous sommes éloignés depuis 2ans et pleins de "petits "trucs qui me dérangent. Je lui en parle, il refuse, dit que c'est normal, la routine après 14 ans de vie commune. Il fuit complètement mais son malaise ne sens pas bon. Ah hih l'intuition...après 3 mois de tentatives de discutions que je croyait franches, Je finis par fouiller son portable et ordi, mal très mal à l'aise. J'ai besoin de savoir, afin de pouvoir avancer, et arrêter de cogiter. Et là, ok, de échanges cul, avec la copine, mais aussi avec une autre...re discutions, me dit que ça ne compte pas pour lui qu'il m'aime, qu'il ne sait pas ce qui lui a pris, ce n'était qu'un jeu pour s'exister , que je dois tout oublier pour continuer ensemble  Mais je sais que ce n'est pas tout. Y a encore des choses a cracher. Et j'ai besoin de savoir jusqu'où il a été afin de savoir avec qui je vis. après 5 mois, maintes péripéties, des hauts et des bas, il arrive a reconnaître avoir déjà couché avec la copine il y a un an, de nouveau sur une soirée arrosée, mais que ça ne compte pas, qu'il ne comprend pas comment il a pu, que sa honte était si forte qu'il pensait résister losqu'elle est revenue. Mais non, 2 mois après, il reconnait aussi l'avoir "tirée"dans la cuisine, pendant que j'étais à l'étage. Et moi, rien vu, n'y avais même pas pensé...  Double trahison, la copine, le conjoint.... Suis je si naïve, autruche, ou la confiance m'a aveuglée? Je ne sais plus quoi faire... Il refuse de comprendre le mal que ça m'a fait, ou plutôt emploie le mal que ça m'a fait pour justifier les mensonges, les blocages, et de devoir avancer en oubliant, qu'on a d'autres choses a faire, que le reste n'a pas compté. Que comprendre, donner un sens a la tromperie ne veut rien dire, qu'il n'y a jamais pensé... 

20/07/2015 à 11:25

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

Rouge2015 a dit : 

Bonjour, voilà je me lance...la souffrance, l'incertitude, le vertige du vide...
je découvre son infidélité chez nous, pendant que je suis à la maison, avec une copine a moi, hébergée une semaine pour du travail saisonnier. Je les surprend a se rouler une méga pelle alors que j'ai été me coucher après une journée bien remplie et une soirée bien arrosée. Grosse crise, je pars malgré ses excuses: tu ne comprend pas, j'ai fait une connerie parceque saoul, je suis désolé.... la copine ne dit pas un mot, se cache le visage. Je suis partie de la maison pour ne pas exploser sur place. Le matin, lorsque je reviens, elle est toujours la. Je lui dit qu'elle doit partir tout de suite. Après 2 jours nous arrivons a parler un peu avec mon compagnon. Il me dit la même chose, connerie sous alcool, que ça ne compte pas.... Seulement moi ça m'a réveillée. Et je réalise a quel point nous nous sommes éloignés depuis 2ans et pleins de "petits "trucs qui me dérangent. Je lui en parle, il refuse, dit que c'est normal, la routine après 14 ans de vie commune. Il fuit complètement mais son malaise ne sens pas bon. Ah hih l'intuition...après 3 mois de tentatives de discutions que je croyait franches, Je finis par fouiller son portable et ordi, mal très mal à l'aise. J'ai besoin de savoir, afin de pouvoir avancer, et arrêter de cogiter. Et là, ok, de échanges cul, avec la copine, mais aussi avec une autre...re discutions, me dit que ça ne compte pas pour lui qu'il m'aime, qu'il ne sait pas ce qui lui a pris, ce n'était qu'un jeu pour s'exister , que je dois tout oublier pour continuer ensemble  Mais je sais que ce n'est pas tout. Y a encore des choses a cracher. Et j'ai besoin de savoir jusqu'où il a été afin de savoir avec qui je vis. après 5 mois, maintes péripéties, des hauts et des bas, il arrive a reconnaître avoir déjà couché avec la copine il y a un an, de nouveau sur une soirée arrosée, mais que ça ne compte pas, qu'il ne comprend pas comment il a pu, que sa honte était si forte qu'il pensait résister losqu'elle est revenue. Mais non, 2 mois après, il reconnait aussi l'avoir "tirée"dans la cuisine, pendant que j'étais à l'étage. Et moi, rien vu, n'y avais même pas pensé...  Double trahison, la copine, le conjoint.... Suis je si naïve, autruche, ou la confiance m'a aveuglée? Je ne sais plus quoi faire... Il refuse de comprendre le mal que ça m'a fait, ou plutôt emploie le mal que ça m'a fait pour justifier les mensonges, les blocages, et de devoir avancer en oubliant, qu'on a d'autres choses a faire, que le reste n'a pas compté. Que comprendre, donner un sens a la tromperie ne veut rien dire, qu'il n'y a jamais pensé... 

 Bonjour,
toi et ton compagnon tournez depuis un moment en rond sans avancer, au contraire cela semble s'enliser de plus en plus. Il serait sans doute temps de faire un bilan: chacun pour soi d'abord et après ensemble. Définir quelle est votre conception personnelle et respective du couple, vos valeurs ? Où en etes-vous chacun dans votre vie ? Quel degré de satisfaction ou d'insatisfaction avez-vous dans votre couple ? Quelles attentes pour l'avenir ? Quels projets ? etc.... Si vous n'y arrivez pas seuls, envisagez une thérapie de couple.

20/07/2015 à 14:30

Rouge2015

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Faire un bilan de couple, voir psy chacun et ensemble a été fait. Il en est ressorti un envie de continuer car il y a un vrai amour, que nous nous sommes bien trouvé. Quoique maintenant j'en doute car certains besoins et satisfactions semblent être très différents. Plutôt positif pour moi car j'ai mis des mots sur une vieille blessure  Ça n'peche pas la souffrance, mais j'ai une explication sur sa force. Pour mon compagnon... Hum hum, la psy lui a dit que c'etait difficile de trouver des raisons a l'infidélité, que souvent ça se jouait sur l'inconscient. Ça, il a retenu et interprété comme mission impossible, donc point barre. la psy lui a conseillé d'avancer sans culpabiliser, ça aussi il a retenu. Alors il veut encore plus oublier, ne comprend pas que je veuille comprendre. Il me le reproche, ainsi que mes angoisses et coups de blues. En même temps il fait des efforts, est attentif, mais me secoue: aller c'est du passé. Hier il a reconnu comme pour s'excuser qu'il n'a a aucun moment pensé aux risques qu'il nous faisait prendre, au mal que ça pouvait faire. Il n'a jamais pensé a moi. Comme si je n'existais pas. Comme si les 14 ans de vie commune n'existaient pas. Mais que maintenant c'est finis. Il ne le refera jamais, le promet. Comment promettre si on n'a pas compris un minimum ce qui c'est passé? Comment promettre si on ne sait pas s'écouter dans ses pulsions?
20/07/2015 à 15:09

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

Rouge2015 a dit : 

Faire un bilan de couple, voir psy chacun et ensemble a été fait. Il en est ressorti un envie de continuer car il y a un vrai amour, que nous nous sommes bien trouvé. Quoique maintenant j'en doute car certains besoins et satisfactions semblent être très différents. Plutôt positif pour moi car j'ai mis des mots sur une vieille blessure  Ça n'peche pas la souffrance, mais j'ai une explication sur sa force. Pour mon compagnon... Hum hum, la psy lui a dit que c'etait difficile de trouver des raisons a l'infidélité, que souvent ça se jouait sur l'inconscient. Ça, il a retenu et interprété comme mission impossible, donc point barre. la psy lui a conseillé d'avancer sans culpabiliser, ça aussi il a retenu. Alors il veut encore plus oublier, ne comprend pas que je veuille comprendre. Il me le reproche, ainsi que mes angoisses et coups de blues. En même temps il fait des efforts, est attentif, mais me secoue: aller c'est du passé. Hier il a reconnu comme pour s'excuser qu'il n'a a aucun moment pensé aux risques qu'il nous faisait prendre, au mal que ça pouvait faire. Il n'a jamais pensé a moi. Comme si je n'existais pas. Comme si les 14 ans de vie commune n'existaient pas. Mais que maintenant c'est finis. Il ne le refera jamais, le promet. Comment promettre si on n'a pas compris un minimum ce qui c'est passé? Comment promettre si on ne sait pas s'écouter dans ses pulsions?

Tes questionnements sont compréhensibles mais il n'y a jamais de garantie dans la vie! Peut-être réussira-t-il à tenir sa promesse, et peut-être qu'un jour il retombera ? Mais l'essentiel c'est que vous vouliez continuer ensemble. Tu ne pourras pas effacer le passé, essaye de te concentrer sur ce que tu vis au présent et sur vos projets d'avenir.
Tu dis que tu doutes en raison de besoins et satisfactions différents: c'est plutôt normal ! Un couple c'est deux personnalités différentes avec chacune son évolution propre. Tant que ces différences sont supportables ou compensées par d'autres choses fortes á partager en commun, il n'y a pas de probléme. Si cela créeun déséquilibre trop fort, á terme cela risque de ne plus être vivable. Donc laisse un peu les choses se faire, laisse le temps aussi faire son oeuvre.

21/07/2015 à 17:50

Rouge2015

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Ce n'est pas la garantie à vie que je veux, j'y crois pas. Tout comme aux promesses. Je n'avais jamais estimé l'amour comme un sentiment acquis, ni la personne. C'était de la théorie. Comme on peut se cacher les choses Jusqu'à ce que... 
Mais la douleur me dit que c'est à un autre niveau que ça se joue. 
J'ai bien compris l'ego, puis la blessure narcissique, puis la blessure de l'enfance.... J'en fais quoi maintenant? 
J'en parle, mais lorsque l'autre n'est pas au même stade de développement personnel, et n'arrive pas à parler ni de lui, ni de moi, ni d'elle, ni de ce qui c'est passé dans notre couple avant, comment on est arrivé là... 
Je comprend son incapacité, je l'accepte, c'est aussi pour son côté plus réactionnel qu'émotionnel que je l'ai "choisit". 
Mais la vie avance, et nos besoins aussi, et une mise en danger pareille, une inconscience, un égoïsme, sans autre raison que : je ne comprend pas, ce n'est pas constructif. Et surtout c'est ce cacher des choses a sois même. Il m'a jeter a la gueule son insatisfaction, ses manques dans notre relation, en "baisant une copine " chez nous pendant que j'étais à la maison.  Était ce du courage, pour me réveiller, du courage pour dépasser ses limites? Était ce de la lâcheté, si elle nous surprend, je n'ai rien à "avouer" et je ne porte pas cette culpabilité tout seul? Il l'a compris que j'avais des besoins et pour me garder il s'est mis au boulot... Il lit, et nous avons eu une bonne discussion ou je met le plus possible en situation hors émotions. 
Laisser du temps, j'ai pas le choix, il ne s'est jamais écouté sur ses émotions et c'est nouveau pour lui. Entre peur, culpabilité, incompréhensions et douleurs, ça fait beaucoup. Alors c'est lent, mais lent. Et moi je suis en souffrance, alors je me met en quête silencieuse sur moi, et j'attend. Quand il arrive a lâcher quelque chose, je dois être compréhensive, patiente, bien faisante pour ne pas le braquer. Mais qui l'est pour moi? 
C'est le sens que je retire de cette Aventure à deux. Je suis seule dans mes blessures et je ne peux pas le lui faire porter. La souffrance qu'il a provoqué par son aventure a réveillé une fêlure que seule moi même peux gérer. 
La personne qui subit l'infidélité est niée dans son droit de vivre!  je dis qu l'infidélité n'est pas qu'une question d'insatisfactions dûes a la relation. C'est d'abord ses propres fêlures qu'on cherche a compenser. Et il est moins douloureux de rejeter la responsabilité sur l'autre, puisqu'il ne sait pas les soigner.... C'est la CO responsabilité. 
Mais admettons que nos hommes ont un comportement d'enfant. J'arriverai presque à avoir de la tendresse pour cette faiblesse. 
Et que faire de la femme qui a paticipé à l'infidélité? Elle est comme moi, une femme qui ressent, qui a du recule sur elle même... Comment a t elle pu venir chez moi, revenir, me regarder en face? 
C'est une double trahison..... On ne parle jamais de la maîtresse, c'est intéressant ça.... 
21/07/2015 à 18:58

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Rouge2015 a dit : 

Ce n'est pas la garantie à vie que je veux, j'y crois pas. Tout comme aux promesses. Je n'avais jamais estimé l'amour comme un sentiment acquis, ni la personne. C'était de la théorie. Comme on peut se cacher les choses Jusqu'à ce que... 
Mais la douleur me dit que c'est à un autre niveau que ça se joue. 
J'ai bien compris l'ego, puis la blessure narcissique, puis la blessure de l'enfance.... J'en fais quoi maintenant? 
J'en parle, mais lorsque l'autre n'est pas au même stade de développement personnel, et n'arrive pas à parler ni de lui, ni de moi, ni d'elle, ni de ce qui c'est passé dans notre couple avant, comment on est arrivé là... 
Je comprend son incapacité, je l'accepte, c'est aussi pour son côté plus réactionnel qu'émotionnel que je l'ai "choisit". 
Mais la vie avance, et nos besoins aussi, et une mise en danger pareille, une inconscience, un égoïsme, sans autre raison que : je ne comprend pas, ce n'est pas constructif. Et surtout c'est ce cacher des choses a sois même. Il m'a jeter a la gueule son insatisfaction, ses manques dans notre relation, en "baisant une copine " chez nous pendant que j'étais à la maison.  Était ce du courage, pour me réveiller, du courage pour dépasser ses limites? Était ce de la lâcheté, si elle nous surprend, je n'ai rien à "avouer" et je ne porte pas cette culpabilité tout seul? Il l'a compris que j'avais des besoins et pour me garder il s'est mis au boulot... Il lit, et nous avons eu une bonne discussion ou je met le plus possible en situation hors émotions. 
Laisser du temps, j'ai pas le choix, il ne s'est jamais écouté sur ses émotions et c'est nouveau pour lui. Entre peur, culpabilité, incompréhensions et douleurs, ça fait beaucoup. Alors c'est lent, mais lent. Et moi je suis en souffrance, alors je me met en quête silencieuse sur moi, et j'attend. Quand il arrive a lâcher quelque chose, je dois être compréhensive, patiente, bien faisante pour ne pas le braquer. Mais qui l'est pour moi? 
C'est le sens que je retire de cette Aventure à deux. Je suis seule dans mes blessures et je ne peux pas le lui faire porter. La souffrance qu'il a provoqué par son aventure a réveillé une fêlure que seule moi même peux gérer. 
La personne qui subit l'infidélité est niée dans son droit de vivre!  je dis qu l'infidélité n'est pas qu'une question d'insatisfactions dûes a la relation. C'est d'abord ses propres fêlures qu'on cherche a compenser. Et il est moins douloureux de rejeter la responsabilité sur l'autre, puisqu'il ne sait pas les soigner.... C'est la CO responsabilité. 
Mais admettons que nos hommes ont un comportement d'enfant. J'arriverai presque à avoir de la tendresse pour cette faiblesse. 
Et que faire de la femme qui a paticipé à l'infidélité? Elle est comme moi, une femme qui ressent, qui a du recule sur elle même... Comment a t elle pu venir chez moi, revenir, me regarder en face? 
C'est une double trahison..... On ne parle jamais de la maîtresse, c'est intéressant ça.... 

 Il y'a le temps de la blessure et le temps de la cicatrisation...

Je développerai plus tard, mais effectivement je te rejoins, sur le besoin de se réparer soi soigner ses fêlures par l'infidélité (manque de confiance en soi etc...etc...)

@Bientôt

Courage.

21/07/2015 à 19:43

Rouge2015

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Cool, j'attends.... C'est plus ce sujet que les histoires salaces qui m'intéressent. Quoique.... Elles en font partie...
22/07/2015 à 07:23

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

Rouge2015 a dit : 

Ce n'est pas la garantie à vie que je veux, j'y crois pas. Tout comme aux promesses. Je n'avais jamais estimé l'amour comme un sentiment acquis, ni la personne. C'était de la théorie. Comme on peut se cacher les choses Jusqu'à ce que... 
Mais la douleur me dit que c'est à un autre niveau que ça se joue. 
J'ai bien compris l'ego, puis la blessure narcissique, puis la blessure de l'enfance.... J'en fais quoi maintenant? 
J'en parle, mais lorsque l'autre n'est pas au même stade de développement personnel, et n'arrive pas à parler ni de lui, ni de moi, ni d'elle, ni de ce qui c'est passé dans notre couple avant, comment on est arrivé là... 
Je comprend son incapacité, je l'accepte, c'est aussi pour son côté plus réactionnel qu'émotionnel que je l'ai "choisit". 
Mais la vie avance, et nos besoins aussi, et une mise en danger pareille, une inconscience, un égoïsme, sans autre raison que : je ne comprend pas, ce n'est pas constructif. Et surtout c'est ce cacher des choses a sois même. Il m'a jeter a la gueule son insatisfaction, ses manques dans notre relation, en "baisant une copine " chez nous pendant que j'étais à la maison.  Était ce du courage, pour me réveiller, du courage pour dépasser ses limites? Était ce de la lâcheté, si elle nous surprend, je n'ai rien à "avouer" et je ne porte pas cette culpabilité tout seul? Il l'a compris que j'avais des besoins et pour me garder il s'est mis au boulot... Il lit, et nous avons eu une bonne discussion ou je met le plus possible en situation hors émotions. 
Laisser du temps, j'ai pas le choix, il ne s'est jamais écouté sur ses émotions et c'est nouveau pour lui. Entre peur, culpabilité, incompréhensions et douleurs, ça fait beaucoup. Alors c'est lent, mais lent. Et moi je suis en souffrance, alors je me met en quête silencieuse sur moi, et j'attend. Quand il arrive a lâcher quelque chose, je dois être compréhensive, patiente, bien faisante pour ne pas le braquer. Mais qui l'est pour moi? 
C'est le sens que je retire de cette Aventure à deux. Je suis seule dans mes blessures et je ne peux pas le lui faire porter. La souffrance qu'il a provoqué par son aventure a réveillé une fêlure que seule moi même peux gérer. 
La personne qui subit l'infidélité est niée dans son droit de vivre!  je dis qu l'infidélité n'est pas qu'une question d'insatisfactions dûes a la relation. C'est d'abord ses propres fêlures qu'on cherche a compenser. Et il est moins douloureux de rejeter la responsabilité sur l'autre, puisqu'il ne sait pas les soigner.... C'est la CO responsabilité. 
Mais admettons que nos hommes ont un comportement d'enfant. J'arriverai presque à avoir de la tendresse pour cette faiblesse. 
Et que faire de la femme qui a paticipé à l'infidélité? Elle est comme moi, une femme qui ressent, qui a du recule sur elle même... Comment a t elle pu venir chez moi, revenir, me regarder en face? 
C'est une double trahison..... On ne parle jamais de la maîtresse, c'est intéressant ça.... 

 Tu te poses les bonnes questions et tu as compris qu'il arrive `toujours un moment où on est seul en face de soi-même et de ses blessures. L'autre n'est finalement qu'un miroir et la situation (en l'occurence l'infidélité) n'est qu'une expérience qui nous fait réagir par rapport à ce qui est au fond de nous. Par ex. quand tu dis  : La personne qui subit l'infidélité est niée dans son droit de vivre! 
c'est un ressenti très individuel, très personnel. Stricto sensu, ce n'est pas une vérité.
Oui, il y a des moments où l'autre ne veut pas avancer, ou pas comme nous on voudrait. Mais ne te freine pas... continue ta recherche.
Quant à se poser des questions sur la maîtresse ? Pourquoi ? Si ce n'est de nouveau pour te détourner de toi-même. Elle a ses raisons personnelles, qui ont sûrement á voir avec ses propres blessures ... ce n'est pas ton problème.

24/07/2015 à 11:26

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Rouge2015 a dit : 

Cool, j'attends.... C'est plus ce sujet que les histoires salaces qui m'intéressent. Quoique.... Elles en font partie...

 
Bonjour Rouge,
Comme promis je reviens...
Beaucoup de choses dans ton temoignage et visiblement chacun de vous essaie de faire des efforts et de cheminer vers un developpement personnel...Monsieur declare avoir honte de son comportement purement sexuel/pulsionnel il a eu envie de...elle etait la sous la main...sous son toit...l alcool deshinhibant...te savoir a l etage...lui seul avec elle situation dangereuse et diablement excitante...le risque de se faire surprendre...le jeu de seduction avec elle a ton insu visiblement...preuve s il en est que tu ne fais plus trop attention a ton homme...sans vouloir te jeter la pierre car c est lui qui a faute...certes...incapabable de te dire exactement ce qui lui passe par la tete a ce moment la....certainement pas vos 14 annees de vie commune et cette fille n a aucune importance a ces yeux...ca aurait pu etre une autre ailleurs...au travail ou autre...ca s est presente comme ca et il a eu une forte envie un fort desir et la situation etait trop forte pour resister...il le dit lui meme: il l a tiree dans la cuisine...il n est pas en relation amoureuse avec elle donc ne lui donne pas l importance qu elle n a pas...ne te mets pas au meme niveau qu elle...tu te fais du mal pour rien...et d ou la blessure qui s ouvre et qu il faut reparer...ce n est pas l infidelite qui nie ton droit de vivre ni qui efface symboliquement ce que tu as contruit comme relation depuis 14ans avec ton mari...non c est l image idyllique du "couple solide/parfait/ avec des enfants une situation donc a l abri des balles et des aggressions exterieures...alors que tu me dis toi meme...rien n est acquis ni garantie a vie en amour...deja tu progresses.
Visiblement il se cultive pour mieux comprendre les enjeux profonds inconscients qui l ont pousse a...et il souhaite oeuvrer pour votre couple...donc vous etes en bonne voie...oui c est long oui c est difficile et oui chacun souffre a niveau different donc la patience le dialogue et l ecoute...
Si la douleur est toujours vive c est parce que tu as aussi peur qu il recidive...qu il te quitte pour une autre? Or pour l heure il t aime malgre tout et c est bien avec toi qu il a choisit de rester...donc laisse faire le temps continuer d oeuvrer ensemble et voyer dans qq mois comment ce travail porte ou non ces fruits...redefinisses ensemble votre contrat d engagement de couple et tenez vous y...Voila

24/07/2015 à 13:51

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Bonjour,

14 ans de vie commune et encore de l'amour, c'est beau. S'il y a encore de quoi continuer l'aventure, il est indispensable de passer au-dessus de cette crise, potentiellement signe d'un nouveau départ, sur d'autres bases, avec d'autres objectifs. Peu importe ce qu'ils ont fait, combien de fois, peu importe les motivations de la copine, la chose est tellement humaine... Fourrer votre nez là-dedans, c'est vous imposer de nouvelles souffrances ! En avez-vous vraiment envie ? À quelles fins ?

 

Pour aller de l'avant, il va falloir accepter de perdre votre douleur, de l'abandonner (sentez-vous à quel point c'est difficile ?). C'est en effet elle qui crie votre sentiment d’injustice, vos doutes, vos peurs, de ne pas être la seule, l'unique, la plus belle, celle pour qui on fait le sacrifice de pulsions qu'on imagine bassement charnelles et à ce titre, méprisables. Votre douleur hurle pour être reconnue, et à travers elle, qu'on atteste de votre valeur.

Or votre valeur n'est pas forcément remise en cause ici... Et c'est surtout à vous de prendre conscience d'elle. Votre douleur se taira quand vous vous serez fait ce cadeau : reconnaître votre valeur, qui ne dépend pas de l'appréciation de votre conjoint. Vous n'êtes ni mieux ni moins bien que les filles avec lesquelles il a pu "fauter". Vous êtes "vous", et c'est pour cela qu'il vous aime, qu'il a choisi de vivre avec vous, et souhaite encore aujourd'hui continuer à vivre à vos côtés.

À un moment, de manière très égoïste, il faut se dire : "J'ai le droit d'être heureuse. Je décide d'être heureuse. Je choisis de ne plus laisser cet épisode me hanter car cela me fait du mal. Aujourd'hui, j'avance...". Et je refais confiance. Bon courage.

24/07/2015 à 17:08

Brigitte

Type : Femme
Messages : 1251
Membre depuis : 15/09/2012

Rouge2015 a dit : 

Bonjour, voilà je me lance...la souffrance, l'incertitude, le vertige du vide...
je découvre son infidélité chez nous, pendant que je suis à la maison, avec une copine a moi, hébergée une semaine pour du travail saisonnier. Je les surprend a se rouler une méga pelle alors que j'ai été me coucher après une journée bien remplie et une soirée bien arrosée. Grosse crise, je pars malgré ses excuses: tu ne comprend pas, j'ai fait une connerie parceque saoul, je suis désolé.... la copine ne dit pas un mot, se cache le visage. Je suis partie de la maison pour ne pas exploser sur place. Le matin, lorsque je reviens, elle est toujours la. Je lui dit qu'elle doit partir tout de suite. Après 2 jours nous arrivons a parler un peu avec mon compagnon. Il me dit la même chose, connerie sous alcool, que ça ne compte pas.... Seulement moi ça m'a réveillée. Et je réalise a quel point nous nous sommes éloignés depuis 2ans et pleins de "petits "trucs qui me dérangent. Je lui en parle, il refuse, dit que c'est normal, la routine après 14 ans de vie commune. Il fuit complètement mais son malaise ne sens pas bon. Ah hih l'intuition...après 3 mois de tentatives de discutions que je croyait franches, Je finis par fouiller son portable et ordi, mal très mal à l'aise. J'ai besoin de savoir, afin de pouvoir avancer, et arrêter de cogiter. Et là, ok, de échanges cul, avec la copine, mais aussi avec une autre...re discutions, me dit que ça ne compte pas pour lui qu'il m'aime, qu'il ne sait pas ce qui lui a pris, ce n'était qu'un jeu pour s'exister , que je dois tout oublier pour continuer ensemble  Mais je sais que ce n'est pas tout. Y a encore des choses a cracher. Et j'ai besoin de savoir jusqu'où il a été afin de savoir avec qui je vis. après 5 mois, maintes péripéties, des hauts et des bas, il arrive a reconnaître avoir déjà couché avec la copine il y a un an, de nouveau sur une soirée arrosée, mais que ça ne compte pas, qu'il ne comprend pas comment il a pu, que sa honte était si forte qu'il pensait résister losqu'elle est revenue. Mais non, 2 mois après, il reconnait aussi l'avoir "tirée"dans la cuisine, pendant que j'étais à l'étage. Et moi, rien vu, n'y avais même pas pensé...  Double trahison, la copine, le conjoint.... Suis je si naïve, autruche, ou la confiance m'a aveuglée? Je ne sais plus quoi faire... Il refuse de comprendre le mal que ça m'a fait, ou plutôt emploie le mal que ça m'a fait pour justifier les mensonges, les blocages, et de devoir avancer en oubliant, qu'on a d'autres choses a faire, que le reste n'a pas compté. Que comprendre, donner un sens a la tromperie ne veut rien dire, qu'il n'y a jamais pensé... 

 

Quatorze ans de vie commune ne se balaye pas comme ça. Il est tout à fait normal que vous souffriez mais tant que vous réagissez comme ça, il aura du mal à avoir une autre attitude.

Qu’est ce que vous voulez ? Continuer avec lui ou rompre ? Je suppose que si vous nous envoyez ce message, c’est parce que vous voulez continuer. Alors acceptez que la vie de couple n’est pas simple. Prenez votre part de responsabilité, en quoi la distance dans votre couple s’est un peu instaurée ? Ensuite, essayez de le comprendre. Il a en effet dérapé plusieurs fois sans doute sous l’effet de l’alcool, mais il vous aime et ne veut pas vous perdre.   Bien sûr, il devrait avoir une autre attitude, plus d’empathie pour vous mais, sa réaction certes stupide, est une réaction défensive. au fond, il se sent con et coupable alors il se justifie. Mais votre colère et ses réactions vives ne vont pas permettre à votre couple de rebondir.

Vous n’êtes pas naïve, vous êtes juste de nature plus fidèle ou entière que lui et donc, vous avez projeté votre fonctionnement sur lui, sans doute moins entier ou plus faible que vous. Je pencherai d’ailleurs plus sur le côté un peu faible, mais c’est souvent le moins fort qui a besoin du plus fort. Cet homme a sans doute besoin de vous, de votre force de caractère.

Croyez-moi, pardonner est un geste d’amour pour l’autre mais aussi un moyen de se sentir tellement meilleure. Et quant à votre copine, elle a, comme de nombreuses femmes, eu envie de se faire le super mec de sa rivale. Elle ne vaut pas la peine de se pencher sur son cas.
Bon courage.   Brigitte