Frigidité

01/12/2014 à 15:04

CheyN

Type :
Messages : 266
Membre depuis : 01/01/1970
je viens de réagir au wiki de l'amour du jour et me suis rendue compte qu'il y avait sur le forum de nombreux sujets sur le manque, l'absence, l'extinction du désir et du plaisir, correspondant en tout point à la définition proposée dans le wiki mais jamais nommée.
http://www.brigittelahaie.fr/wiki/frigidite


Or il me semble qu'affronter clairement une problématique permet de mieux la résoudre non ?

Une autre interrogation, quand on parle de frigidité je pense aux femmes uniquement, or on devrait aussi pouvoir parler de frigidité masculine ?

Personnellement, j'ai connu une perte de désir et de plaisir durant une période de ma vie et je dois dire que cela a fait comme si une partie de moi était morte et a engendré une grande tristesse dépressive.

Je ne peux m'empêcher enfin de repenser à ces merveilleuses scènes cul-tes dans le film Les Valseuses de B. Blier où Marie-Ange (Miou Miou) frigide notoire découvre la jouissance ! On en pleurerait de bonheur pour elle. Embarassed

Peut être que vos témoignages lèveront ce qui est en passe de devenir un tabou ?
01/12/2014 à 18:58

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

CheyN a dit : 

je viens de réagir au wiki de l'amour du jour et me suis rendue compte qu'il y avait sur le forum de nombreux sujets sur le manque, l'absence, l'extinction du désir et du plaisir, correspondant en tout point à la définition proposée dans le wiki mais jamais nommée.
http://www.brigittelahaie.fr/wiki/frigidite


Or il me semble qu'affronter clairement une problématique permet de mieux la résoudre non ?

Une autre interrogation, quand on parle de frigidité je pense aux femmes uniquement, or on devrait aussi pouvoir parler de frigidité masculine ?

Personnellement, j'ai connu une perte de désir et de plaisir durant une période de ma vie et je dois dire que cela a fait comme si une partie de moi était morte et a engendré une grande tristesse dépressive.

Je ne peux m'empêcher enfin de repenser à ces merveilleuses scènes cul-tes dans le film Les Valseuses de B. Blier où Marie-Ange (Miou Miou) frigide notoire découvre la jouissance ! On en pleurerait de bonheur pour elle. Embarassed

Peut être que vos témoignages lèveront ce qui est en passe de devenir un tabou ?

Effectivement, la frigidité chez les hommes existe bel et bien et je crois même de plus en plus fréquente. Mais pour eux, on parle plus d'anaphrodisie (non désir sexuel)... Et il peut y avoir du plaisir après.. En ce qui concerne la frigidité, c'est non seulement une absence de désir mais aussi de plaisir... (Ce qui est plus courant chez les femmes)
Attention aussi à bien distinguer la frigidité primaire de la frigidité secondaire. Le premier cas est bien plus "grave" (si je peux m'exprimer ainsi parce que des personnes peuvent vivre très bien sans avoir jamais envie de faire l'amour), rare et difficile à traiter : c'est l'absence de désir depuis toujours.
La frigidité secondaire est malheureusement fréquente et peut survenir chez une femme ou un homme à des moments bien précis de la vie : rupture, deuil, dépression, chômage, etc... Et CheyN, vous décrivez malheureusement très bien cette sensation de perte de "souffle de vie". 
C'est pour celà que la frigidité primaire est si difficile à traiter ; car ils ne savent pas ce qu'est la sexualité...

02/12/2014 à 14:14

Davy22

Type :
Messages : 894
Membre depuis : 01/01/1970
En dehors de l'aspect psychologique, la frigidité peut être aussi d'ordre physique, comme par exemple le manque de sérotonine qui provoque un manque dans la communication cellulaire et qui engendre la dépression...

D'ailleurs le manque de sérotonine impacte aussi sur la frigidité, mais ça peut être aussi du à une baisse dans la production d'œstrogène.
14/01/2015 à 08:54

alice

Type :
Messages : 549
Membre depuis : 01/01/1970
bonjour CheyN

J'ai connu durant de très longues années cette période de frigidité.
Durant mon adolescence, j'avais ces envies secrètes que beaucoup vivent. Je ressentais une certaines hontes vis à vis de l'éducation Judéo chrétienne que j'avais reçu. J'avais des goûts musicaux, des envies vestimentaires que je ne comprenais pas car assez osés. En parler ? mon Dieu,non,au risque de déclencher un cataclysme autour de moi. Alors j'ai garder ces idées, ces envies en fond de moi et elles se sont endormies.
J'ai rencontré celui avec qui j'ai eu mes premières relations et avec qui je suis restée plus de 15 ans. La sexualité avec lui était très très très basique et uniquement centrée sur lui. Très vite, je me suis convaincue que le sexe n'était fait que pour la reproduction sans désir, ni plaisir.
Je me suis enfoncée un peu plus chaque jour du fait de mon éducation, cet homme envers qui je ressentais de plus en plus du dégoût et par manque de connaissance.
Cette frigidité  a proprement dit, je ne l'ai pas mal vécu en apparence, car inconsciemment , et ça je ne l'ai compris que des années plus tard, une partie de moi mourrait petit à petit.

le jour où j'ai enfin pu découvrir la sexualité, la vraie celle qui amène la jouissance extrême, la connaissance de mon corps, le partage avec mon partenaire, j'ai ressenti comme une libération. Cette partie qui mourrait en moi reprenait enfin vie et cette sensation n'est pas descriptible tellement elle est délicieuse.

Quoi qu'on dise, personne ne réussira a me faire changer d'avis :la sexualité épanouie a une grosse part dans notre épanouissement d'homme et de femme.
14/01/2015 à 09:48

alice

Type :
Messages : 549
Membre depuis : 01/01/1970

je cite car je ne peux pas modifier et j'ai rajouter un oubli

alice a dit : 

bonjour CheyN

J'ai connu durant de très longues années cette période de frigidité.
Durant mon adolescence, j'avais ces envies secrètes que beaucoup vivent. Je ressentais une certaines hontes vis à vis de l'éducation Judéo chrétienne que j'avais reçu. J'avais des goûts musicaux, des envies vestimentaires que je ne comprenais pas car assez osés. Quand je me retrouvais seule le soir à la maison, je regardais les films porno à la télévision. En parler ? mon Dieu,non,au risque de déclencher un cataclysme autour de moi. Alors j'ai garder ces idées, ces envies en fond de moi et elles se sont endormies.
J'ai rencontré celui avec qui j'ai eu mes premières relations et avec qui je suis restée plus de 15 ans. La sexualité avec lui était très très très basique et uniquement centrée sur lui. Très vite, je me suis convaincue que le sexe n'était fait que pour la reproduction sans désir, ni plaisir.
Je me suis enfoncée un peu plus chaque jour du fait de mon éducation, cet homme envers qui je ressentais de plus en plus du dégoût et par manque de connaissance.
Cette frigidité  a proprement dit, je ne l'ai pas mal vécu en apparence, car inconsciemment , et ça je ne l'ai compris que des années plus tard, une partie de moi mourrait petit à petit.

le jour où j'ai enfin pu découvrir la sexualité, la vraie celle qui amène la jouissance extrême, la connaissance de mon corps, le partage avec mon partenaire, j'ai ressenti comme une libération. Cette partie qui mourrait en moi reprenait enfin vie et cette sensation n'est pas descriptible tellement elle est délicieuse.

Quoi qu'on dise, personne ne réussira a me faire changer d'avis :la sexualité épanouie a une grosse part dans notre épanouissement d'homme et de femme.

 

14/01/2015 à 10:37

Barbamama

Type :
Messages : 189
Membre depuis : 01/01/1970

alice 

Quoi qu'on dise, personne ne réussira a me faire changer d'avis :la sexualité épanouie a une grosse part dans notre épanouissement d'homme et de femme.

 
Entièrement d'accord.

14/01/2015 à 11:45

Coquintendre

Type :
Messages : 880
Membre depuis : 01/01/1970
J' irais même plus loin....

une sexualite epanouie dans le couple en fait souvent un couple épanoui dans tous les domaines.
14/01/2015 à 12:21

alice

Type :
Messages : 549
Membre depuis : 01/01/1970
Cela va sans dire, Coquin. A la base nous sommes homme et femme, et c'est cet homme et cette femme qui fait de nous un père, une mère, un(e) ami(e)......
Il est vrai qu'il est important de préciser
14/01/2015 à 15:14

cepamoi

Type :
Messages : 9
Membre depuis : 01/01/1970

Coquintendre a dit : 

J' irais même plus loin....

une sexualite epanouie dans le couple en fait souvent un couple épanoui dans tous les domaines.

 Et reciproquement ...

14/01/2015 à 15:18

cepamoi

Type :
Messages : 9
Membre depuis : 01/01/1970

Ambre a dit : 

CheyN a dit : 

je viens de réagir au wiki de l'amour du jour et me suis rendue compte qu'il y avait sur le forum de nombreux sujets sur le manque, l'absence, l'extinction du désir et du plaisir, correspondant en tout point à la définition proposée dans le wiki mais jamais nommée.
http://www.brigittelahaie.fr/wiki/frigidite


Or il me semble qu'affronter clairement une problématique permet de mieux la résoudre non ?

Une autre interrogation, quand on parle de frigidité je pense aux femmes uniquement, or on devrait aussi pouvoir parler de frigidité masculine ?

Personnellement, j'ai connu une perte de désir et de plaisir durant une période de ma vie et je dois dire que cela a fait comme si une partie de moi était morte et a engendré une grande tristesse dépressive.

Je ne peux m'empêcher enfin de repenser à ces merveilleuses scènes cul-tes dans le film Les Valseuses de B. Blier où Marie-Ange (Miou Miou) frigide notoire découvre la jouissance ! On en pleurerait de bonheur pour elle. Embarassed

Peut être que vos témoignages lèveront ce qui est en passe de devenir un tabou ?

Effectivement, la frigidité chez les hommes existe bel et bien et je crois même de plus en plus fréquente. Mais pour eux, on parle plus d'anaphrodisie (non désir sexuel)... Et il peut y avoir du plaisir après.. En ce qui concerne la frigidité, c'est non seulement une absence de désir mais aussi de plaisir... (Ce qui est plus courant chez les femmes)
Attention aussi à bien distinguer la frigidité primaire de la frigidité secondaire. Le premier cas est bien plus "grave" (si je peux m'exprimer ainsi parce que des personnes peuvent vivre très bien sans avoir jamais envie de faire l'amour), rare et difficile à traiter : c'est l'absence de désir depuis toujours.
La frigidité secondaire est malheureusement fréquente et peut survenir chez une femme ou un homme à des moments bien précis de la vie : rupture, deuil, dépression, chômage, etc... Et CheyN, vous décrivez malheureusement très bien cette sensation de perte de "souffle de vie". 
C'est pour celà que la frigidité primaire est si difficile à traiter ; car ils ne savent pas ce qu'est la sexualité...

 On se lasse de tout ...