Fourre tout (ou presque)

24/09/2013 à 11:13

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour à vous.

Voici un texte que j'ai fais je sais plus quand... j'espère qu'il sera pas trop terrible et n'hésitez pas à me donner des suggestions pour son amélioration etc (j'essaierai de réécrire plus tard quand j'aurai le temps.)


Texte.



CHIMÈRE : SCÈNE.

 

 

Nina.

 

 

John entra dans la salle de bain, fatigué à cause de son « patch génétique » qui l'avait cloué au lit durant deux jours trois jours plus tôt. Il se sentait mieux que hier, nettement mieux, mais il avait surtout très faim, un gros appétit. Nina, la femme lynx aux traits de renard et à la fourrure blanche ainsi que ses cheveux blonds clairs et ses yeux de fauve jaunes orangés, finissait de se coiffer et de prendre soin d'elle dans la douche. Vêtue d'une simple culotte grise et d'un T-shirt de même couleur avec un soutien-gorge noir en toile fine laissant librement s'exprimer ses seins un peu menus, ronds et fermes, elle s'adressa à l'homme d'une voix douce et amicale.

 

_Tu as meilleurs mine aujourd'hui (lui sourit dans le miroir) et avec cette chemise blanche et se jean noir ça te va bien.

 

_Merci, tu es... tu es une femme formidable... merci pour ce... ce patch.

 

_Tu devrais être plus performant au lit maintenant... si tu veux, nous pouvons essayer pour voir?

 

Il eut un instant de silence et de flottement, recevant les informations qu'il traitait et qu'il comprenait puis analysant la situation il lui répondit en se rapprochant doucement.

 

_Je sais que tu es amoureuse de moi mais qu'est ce que tu peux bien trouver à un humain semblable à un barbare comparé à ton monde d'origine?

 

_Je t'aime, tu me plais, je te trouve gentil et sympathique, tu fais un bon père pour ta fille... tu es quelqu'un de bien et tu ne t'opposes pas farouchement aux libertés individuelles sacrées comme l'avortement et la contraception. Tu sais à quel point nous y tenons dans notre monde. Je t'aime, plus que tu ne le crois mais je me suis tenue en retrait, dans le silence, je ne voulais pas que ça s'ébruite et que tout le monde le sache. Les médias ont beaucoup fait parler de moi et je ne veux pas être une espèce de star ou je ne sais quoi.

 

_Je comprends... je suis un peu fatigué mais si tu insistes tant ça ne me gêne pas de partager quelques bons moments avec une femme que j'aime... je ne te l'ai pas dis mais tu l'as sans doute ressentie? Tu me plais, aussi dingue que cela puisse paraître.

 

_Je me demande pourquoi je plaît comme ça à des hommes alors que je suis mi-humaine mi-animale, alors que je ne correspond pas forcément à vos critères de beauté. C'est étrange.

 

_Tu es réellement belle, très charmante et attirante...

 

_Excitante aussi (mutine) et sans doute objet de fantasmes pour certains?

 

Il eut un sourire, elle lui sourit également dans le miroir, n'attendant qu'une chose, qu'il passe à l'acte avec elle. Mais sans doute avait-il compris dans son regard, dans ses tics, pseudo nerveux, dans les signaux quelle lui envoyait, discrètement.

 

_Oui tu es sans doute excitante, mais tu n'es pas une chose, tu n'es pas un objet... mais on fantasme sans doute sur toi...

 

_Ça t'es arrivé (sens une main se poser sur son flanc, le longer vers le haut) et tu as du désir pour moi en ce moment même, depuis un certain temps, n'est-ce pas?

 

_Oui (se penche sur elle, vient contre cette femme presque surnaturelle à la nature dérangeante) et je ne veux pas te quitter, si toi aussi tu veux rester avec moi.

 

_Tu sais, à mon âge certaines choses me travaillent...

 

_Tu veux un enfant?

 

_Je n'osais pas te le demander, et ça me gêne d'en faire un dans un monde aussi... laid.

 

_Je comprends (passe son autre main sur le ventre de celle qu'il convoite ardemment) c'est à toi de choisir... je ne peux pas maîtriser ma fertilité contrairement à toi et de toute façon c'est ton corps, c'est toi qui choisis, personne n'a rien à t'imposer et encore moins à violer ton corps, ton ventre, à t'obliger, à te forcer, à une chose monstrueuse que tu ne veux pas.

 

_Cette chose n'est bien ou bonne, n'est belle ou merveilleuse, que quand elle est consentie. Et ce sera consentis ne t'inquiètes pas. Si tu veux on peut essayer dans quelques jours le temps que mon corps soit prêt à accueillir la vie et que je sois fertile.

 

Il déposa un baisé d'affection et de désir dans son cou, elle ferma les yeux pour y goûter. Il sentait que l'acte arriverait très vite et son excitation s'en retrouvait augmentée. Il la voulait, littéralement. Elle savourait pleinement chaque instant avec cet homme, son homme, son amoureux, cette personne qui l'aimait et la désirait ardemment et qu'elle même aimait et désirait de tout son cœur.

 

Il caressa le ventre de la femme féline aux traits de renard avec entrain, descendant peu à peu, l'autre main sur son flanc qui montait jusqu'à un des seins de la créature mi-humaine mi-animale. La température commençait à grimper entre eux. Nous étions en 2016, dans un monde qui aux yeux de la jeune femme paraissait bien primitif et barbare comparé à ce qu'elle avait connu, à celui dans lequel elle vivait mais Nina voulait changer les choses, améliorer cette humanité malade sur une planète mourante. Elle n'avait aucune envie de voir l'humanité sombrer dans les ténèbres.

 

Elle leur avait offert la technologie solaire à haut rendement, peu onéreuse, non polluante et rapide à produire et très rentable. Une technologie permettant de transformer la matière fut aussi offerte et elle l'avait répandu de partout sur Terre mais seul une quarantaine de pays en bénéficiaient vraiment. Les autres continuaient d'exploiter les mines de la planète entière. Elle leur avait offert un moyen de contraception sans égal et un patch génétique permettant d'améliorer la vie humaine mais aussi de limiter bon nombre de maladies inscrites dans le code génétique humain.

 

Mais les religieux s'y opposaient fermement, à ces trois technologies formidables qu'étaient la pouvoir de créer, celui de maîtriser son corps et enfin celui d'améliorer son existence et de limiter les maladies génétiques. Un autre patch était aussi décrié par les pro natalistes qui se disaient aussi « pro vie »... un patch génétique qui permettrait aux générations suivantes de contrôler les corps et leur fertilité en plus d'être héréditaire. À quoi bon toutes ces merveilles si les êtres les plus infectes l'interdisaient fermement pour des raisons religieuses absurdes, grotesques et dépourvues de tout sens, de toute logique?

 

L'homme y repensait, à toutes ces choses merveilleuses qu'elle avait apporté. Il lui en était reconnaissant et il avait pris les deux patch l'un après l'autre à un moi d'intervalle. Mais elle préparait un troisième patch... bien plus sujet à polémique s'il venait à sortir de l'ombre... celui qui permettrait aux femmes d'avorter jusqu'à environ trois mois et de détecter ou déceler plus vite une grossesse, d'avoir des symptômes presque systématiques et bien précis, bien marqués, plus que d'habitude. Elle attendait que les choses se tassent, que le temps passe, pour le proposer notamment à la France, un pays qui était tout sauf un exemple par rapport au « traitement de faveur » qu'il avait réservé aux femmes les siècles derniers.

 

Tout en la caressant, il y pensait mais son esprit se recentrait très vite sur ce qui se passait ici et maintenant avec sa douce. Elle voulait un enfant, ça ne le dérangeait pas et ils allaient en avoir un. Personne n'aurait rien à y redire... certainement pas ces religieux stupides qui montraient bêtement de leur horrible doigt grossier la jeune femme de vingt-six ans. Ils l'avaient traité de toutes sortes d'insultes religieuses plus insensées et absurdes les unes que les autres, à même titre que ceux qui les avaient proférés, toutes à leur image. Mais ceux qui l'insultèrent étaient souvent des intégristes.

 

Elle n'était ni un monstre ni une meurtrière pour avoir avorté ou pour le simple fait d'être une hybride. La barrière humain/animal restait fermement en place mais plus là où elle était. Elle s'en retrouvait changée, différente mais toujours aussi solide. Elle n'avait strictement rien d'un animal dans son comportement ou sa psychologie, sa façon d'être ou son caractère. Elle gardait tout d'un humain tout comme son apparence. Alors qu'il passait une main sous la culotte de la créature humaine et animale, venant toucher son entre-jambe, le titiller de ses doigts désireux d'exciter et de donner du plaisir, il finit de défaire sa braguette, déjà très excité justement.

 

Nina ne disait rien, elle le regardait avec un sourire mutin dans la glace, croisant son regard dans le miroir. Il la voulait, littéralement, ils s'appartenaient l'un à l'autre sans jalousie et avec une confiance totale l'un envers l'autre. Jamais elle ne se permettrait de le tromper et jamais il ne s'accorderait de la tromper également. Ses doigts commencèrent par passer entre les premières lèvres intimes de la chimère, délicates et recouvertes d'un fin duvet, blanc comme le reste de la fourrure. Ils touchèrent des lèvres plus fines encore et colorées en les parcourant avec douceur.

 

Ils se regardaient intensément dans le miroir de la salle de bain, ils avaient fait un choix et ils l'assumeraient tous les deux. John ne commettrait pas deux fois la même erreur, avoir été distant avec son ex femme sans même le vouloir ou s'en apercevoir. Il n'espérait qu'une chose, finir ses vieux jours avec elle, avec cette personne géniale et adorable qui ne venait pas de son monde et que tout les opposait sur nombre de points. En dépit du fait d'être d'un monde primaire et sauvage elle ne l'avait ni jugé ni pris de haut. Nina avait toujours pris les autres comme des personnes plutôt que comme des êtres primitifs sous-évolués.

 

Ses doigts, qui parcouraient les fines lèvres intimes de l'hybride, commencèrent par entrer entre celles-ci, à glisser à l'intérieur et à titiller les parties extérieures, avec un peu plus d'entrain. Il ne voulait pas la brusquer et elle de même. Il n'avait jamais touché une femme de ce genre là et il ne s'était pas spécialement préparé à cela. Ça arrivait spontanément entre eux. De nouveau Nina lui adressa un sourire, les joues empourprées par le plaisir qu'il commençait à lui procurer. Il n'hésitait pas à aller le plus profond possible avec ses doigts, à glisser de plus en plus vivement en elle. Le jeune homme de trente-trois ans fouillait en elle, la caressait intimement, très intimement, avec de plus en plus d'entrain.

 

Il poussa gentiment ses cheveux sur le côté, des cheveux longs arrivant jusqu'aux omoplates de couleur presque blanche légèrement blonds, et il déposa une succession de baissés dans son cou, partant de derrière jusque dans le côté tandis qu'elle releva la tête, tendant son cou et s'offrant à lui en fermant les yeux, excitée par les caresses de son bien aimé tant désiré, tant convoité depuis des mois et des mois sans jamais se permettre quoi que ce soit ou presque à son égard. Une main arriva à un des seins qu'elle saisit doucement, le massant sans violence, en douceur, deux doigts venant exciter le téton déjà durcis par le plaisir et l'excitation qu'il conférait à la belle créature.

 

Il sentait que la jeune femme commençait à mouiller sur ses doigts en elle, dans son intimité déjà très humide au départ. Il se fit encore plus insistant, plus vif en elle, la jeune femme se pinça la lèvre inférieur, elle serra le lavabo de ses mains, fermement, comme pour décharger son bien être ou pour l'exorciser. Elle souffla lentement, comme pour prendre son souffle après des efforts physiques, et respira de plus en plus fort, les joues bien roses. Finalement il finit par se retirer, abaissant la culotte grise qui chut au sol sans bruit. Elle retira son T-shirt de même couleur et son soutien-gorge, s'offrant à lui, entièrement.

 

_Comment je suis?

 

_Tu es magnifique (prend ses seins qu'il excite gentiment en l'embrassant dans le cou) et tu es merveilleuse. Tu mérites d'être heureuse, tu en as largement le droit... ce que tu as vécue, la guerre, est une horreur...

 

_J'ai tout perdu et je me dis que je peux peut-être tout reconstruire avec un homme que j'aime... avec toi mon doux compagnon.

 

Elle lui lança un regard de défit, comme pour le provoquer, comme pour l'appeler, presque à l'implorer de venir en elle. Il ne se fit pas attendre, abaissant son caleçon prêt à pénétrer en elle.

 

_Tu devrais être nettement plus... productif qu'avant, maintenant que le patch est correctement appliqué...

 

_Nous ferons un enfant?

 

_Si tu en as envie oui, j'aimerais bien en avoir au moins un ou deux.

 

_Va pour deux (met en contact son membre contre les délicates lèvres intimes de la jeune femme qui se baisse un peu en écartant les jambes) si tu n'y vois pas d'inconvénients ?

 

_Pas le moins du monde...

 

Il commença à entrer en elle, à la pénétrer, tout en douceur, comme s'il était méfiant. Les sensations arrivèrent, une pure volupté autour de son sexe agréablement enserré dans un endroit chaud, humide et très agréable, une pure sensation voluptueuse et chaleureuse indescriptible. Il sentit son sang s'échauffer dans ses veines, elle sentit aussi la chaleur monter dans son être. Il continua de pénétrer, de s'enfoncer au plus profond de sa douce, de celle qu'il aimait et qu'il désirait ardemment. Il finit par arriver au bout, ils étaient pile poile au bout tous les deux. Les sensations différaient légèrement d'une humaine ordinaire mais restaient très semblables.

 

_Normalement ça devrait être un peu serré pour toi je me trompe?

 

_Juste ce qu'il faut, comme il faut.

 

_Bien, alors ça va dans ce cas... sache que je n'aurais aucun mal à mettre au monde un bébé et que je risque moins d'avoir de problèmes pour ça surtout que (remue légèrement les fesses et les hanches) avec mes hanches, ça devrait passer sans encombre et assez vite. Disons qu'à ce niveau là je suis dans la moyenne là d'où je viens, il n'y a presque pas de césariennes chez nous sauf dans certains cas et encore quand on peut léviter on le fait, surtout avec nos moyens médicaux.

 

_Donc peu de femmes ont des hanches trop petites pour mettre au monde un enfant?

 

_Je fais partie des quatre-vingt seize pour cents des femmes qui ont mon tour de hanches... la génétique à permis beaucoup de chose et de régler pas mal de problèmes, en grande partie...

 

_Alors je ne m'inquiéterais pas tant que ça pour nos enfants...

 

Il commença à faire des allez et venus en elle, tout doucement, sans violence, passant une main sur son ventre ou son bas ventre, encore à déposer un baisé d'affection dans son cou, l'autre main restait posée sur le flanc de la jeune femme hybride. Il allait et venait en douceur durant de longues et interminables minutes, la faisant vibrer et souffler de plaisir. Sa première main quitta le ventre de sa douce et vint à côté de l'autre, agrippant l'arrière de la chimère folle d'excitation. Un regard lui fut lancé au travers du miroir, il comprit immédiatement le message et pénétra lentement mais sûrement de plus en plus vite, cherchant à aller encore plus profond en elle, entre ses cuisses en feu.

 

Elle restait agrippée au lavabo, ses mains crispées dessus, tous les deux sous la lumière chaude des lampes de la douche. Il allait et venait dans l'intimité de sa douce avec plus d'entrain, plus vite mais en évitant d'y venir trop fort. John n'avait aucune envie de lui faire mal. Au bout de quelques minutes il sentit la pression monter, son sexe durcir, elle lui jeta un regard insistant, il sentait quelques contractions autour de son membre, elle devait être entrain de jouir ou alors sur le point d'y être, de connaître la jouissance avec lui. Il continua de venir en elle, plus vite encore, plus fort aussi, cherchant à pénétrer autant que possible dans l'intimité de la jeune femme qui poussait de petits souffles de plaisir, des couinements étouffés par la chaleur qui l'envahissait.

 

Elle ferma les yeux et se mordit la lèvre inférieur, il ralentit immédiatement croyant lui avoir fait mal mais elle lui jeta un regard qui en demandait encore et John continua de plus belle à aller et venir entre les cuisses de Nina qui n'en pouvait plus. Il l'entendait pousser de petits gémissements de bien être et enfin arriva le moment tant attendu où elle jouit. Il redoubla d'efforts pour prolonger l'extase de sa compagne, sentant les agréables contractions autour de son sexe en feu prêt à ensemencer la chimère humaine. Ivre de plaisir, il agrippa sa fiancée plus fermement et s'enfonçant autant que possible en elle il finit par jouir sans retenue entre les cuisses brûlantes de Nina qui fut ainsi entièrement satisfaite de sentir la jouissance de son compagnon en elle.

 

Tous les deux soufflèrent un moment, écrasés par leur euphorie, par leur extase. Elle se détendit complètement, comme lui, et finit par lâcher le lavabo et se relever. Il restait en elle, la caressant tendrement, passant ses mains sur son ventre, sur ses flancs et ses seins. La jeune femme se laissait faire docilement, plus que consentante. Il déposa encore une bise dans un cou qui lui était tendu. Ils fermèrent les yeux ensembles, savourant chaque instants tous les deux. Il ouvrit les yeux en premier, mains sur le ventre de sa douce et se retirant en prenant un mouchoir pour éviter de salir le par terre en le plaçant à l'intimité de sa fiancée.

 

_Il faut combien de temps avant de continuer?

 

_Et bien... au moins quelques petites minutes... tu veux continuer ici?

 

_Dans la chambre si tu veux.

 

_Va pour la chambre.

 

Nue et sans aucun complexe, sans la moindre gêne, elle marcha tranquillement dans le salon et prit la direction de la chambre pour continuer avec son amoureux avant de s’endormir dans ses bras.

24/09/2013 à 16:05

florestan

Type : Homme
Messages : 2975
Membre depuis : 13/09/2012
La je sent que Ambre va avoir de la concurrence!!
25/09/2013 à 10:54

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Elle aussi elle écrit, où sont les textes, que je puisse voir xd.

Moi je rentre surtout en concurrence avec ma propre connerie mdr... (blague bidon à part lol.)

25/09/2013 à 14:40

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

florestan a dit : 

La je sent que Ambre va avoir de la concurrence!!

 Tu trouves que çà ressemble ? Surprised

25/09/2013 à 18:10

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Salut, si vous en voulez un autre n'hésitez pas par contre si vous avez de suggestion (détaillées car je peine des fois à comprendre, il me manque des notions...) allez-y je suis là pour ça.^^

merci bien.
27/09/2013 à 13:32

Cathy

Type :
Messages : 1204
Membre depuis : 01/01/1970

Zarem a dit : 

Salut, si vous en voulez un autre n'hésitez pas par contre si vous avez de suggestion (détaillées car je peine des fois à comprendre, il me manque des notions...) allez-y je suis là pour ça.^^

merci bien.

 Moi j'en veux bien d'autres des histoires !! :) 
Je t'ai posté le texte et les coms. Bises

02/10/2013 à 17:26

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Coucou tout le monde, voici un deuxième texte et je mettrai la suite si vous voulez.

j'espère que ça vous plaira merci bien.

Bonne lecture à vous.



NARA ET WARÈNE.

 

 

 

La lune berçait les lieux de sa douce lumière. La ville dormait paisiblement, peu active, même si certains regardaient un film, lisaient un livre, surfaient sur le réseau libre ou vaquaient à toutes autres activités. Parmi les quelques lueurs allumées sur une des faces argentées luisantes d'un grand et large immeuble aux lignes épurées, l'une d'entre elles était bien moins importante, moins intense que les autres.

 

Il restait assis sur son vaste lit aux draps noirs soyeux. L'éclairage chaleureux donnait des ombres douces et rassurantes ici et là. Le démon fixait la jeune fille, l'adolescente de quinze ans qui était habillée d'une jupe courte en tissus raffiné et de couleur noire lui arrivant à mi cuisses. Toute fine, toute menue mais néanmoins assez bien portante également, elle arborait une poitrine à l'image de son corps, discrète. Nara adressa un sourire de bien être à son démon, plantant ses yeux bleus turquoise dans ceux oranges flamboyant de celui qu'elle convoitait. Sa superbe voix le ravit.

 

_Tu sais… je l'ai déjà fait un certain nombre de fois, avant toi.

 

_Je n'ai pas envie de jouer à ça avec une gamine...

 

_Oh, c'est une question de point de vu, tu sais ( vient vers le démon qui a vingt ans) je suis assez mature, assez mûre, pour mon âge. Et sache que ça ne me pose absolument aucun problème...

 

_Et bien ça me gêne. Je ne peux pas le faire avec toi, désolé.

 

_Tu vas nier encore longtemps tes sentiments ? Fuir le bonheur que nous pourrions partager ensemble ? Tu veux te torturer avec ça, combattre le bien être que nous aurons une fois vraiment ensemble tous les deux ?

 

Le jeune démon soupira d'exaspération mais il devait s'avouer qu'elle avait en partie raison. Le jeune homme ne savait pas lui dire « non » et elle en profitait... mais le faisait-elle pour son intérêt, de façon malsaine ? Loin de là. Nara était très gentille et certainement pas manipulatrice ou profiteuse surtout dans le mauvais sens du terme. Elle ne faisait rien sans intentions néfastes.

 

_Mes parents sont au courant de tout et ils souhaiteraient te connaître d'avantage. Ils ne te jugeront pas. Je pense que tu pourrais très bien t'entendre avec eux. Et sache que dans la mesure où nous aurions des ennuis ils seraient peut-être même prêts à nous aider.

 

Le Tee-shirt noir que portait l'adolescente mettait bien en valeur ses formes, sa mince silhouette. Ses longs cheveux légèrement ondulés couleur or un peu foncé, ainsi que son allure élancée, tout la rendait très élégante. Elle était pieds nus dans la grande chambre avec à côté la belle baie vitrée renforcée qui donnait sur les autres buildings de la ville. Elle s'approcha encore, souriante, sûre d'elle. Il ne pouvait résister à ce désir brûlant qu'elle provoquait en lui, cette passion qui enflammait son être et l'écrasait comme jamais. Aucune autre fille, si jeune, n'aurait pu faire battre son cœur comme la belle adolescente qui se tenait devant lui. Seules les femmes de son âge l'attiraient, pas les jeune adolescentes. Il s'en fichait totalement et elle le savait très bien.

 

Nara avait quelque chose en plus qui lui plaisait, dans son intelligence, dans son esprit, dans son caractère doux et pourtant ferme à la fois. Quand elle voulait quelque chose la jeune fille l'obtenait, presque par tous les moyens. Pour cette raison elle avait déjà un BAC littéraire et un diplôme dans le domaine de la mécanique et de la technologie générale. En ce moment la belle étudiait pour travailler dans l'informatique. Il s'agissait d'autant de domaines différents qu'elle voulait de cordes à son arc. Il ne pouvait qu'être admiratif devant une telle force de caractère à cet âge, une telle volonté. Elle réussissait souvent et souvent haut la main grâce à ses efforts.

 

Il la respectait, sans doute trop dans un sens, pour oser franchir le pas, être avec elle autrement qu'en discutant, qu'en partageant des moments simples comme se faire un plateau télé, aller au cinéma ou dans un restaurant. Il était incapable de résister à celle qui, il fallait l'avouer, faisait vibrer son cœur et son être. Elle passa délicatement les mains sur la joue de Warène, souriante. Il avait peur de comment pouvaient sa passer les choses s'ils allaient plus loin, trop loin. Il craignait de ne pas être à la hauteur, d'être trop excité dans un sens du terme qui lui plaisait guère.

 

_Si tu pouvais arrêter avec tes principes, avec cette éthique inutile entre nous et qui n'a aucun sens pour moi, ce ne serait pas si mal. Tu ne sais pas ce que tu loupes et c'est bien dommage. De plus, les choses sont loin d'être aussi difficiles que tu ne le crois et diffèrent de ce qu'on peut penser.

 

_Si mes parents l'apprennent je vais avoir de sérieux problèmes... mais je ne peux pas leur mentir non plus. Je n'en n'ai pas envie, je ne peux me le permettre. Ce sera sans doute pire s'ils le découvrent. De plus ils savent bien qu'il doit se passer des choses entre nous.

 

_C'est pour cette raison que j'ai tout dit à mes proches. Au moins ils savent à quoi s'en tenir, ce qui peut se passer et ils ne sont pas pris au dépourvu ni surpris.

 

Elle planta ses yeux dans les siens, captivant son attention, toute son attention. Il ne dit rien, la laissant s'approcher, comme hypnotiser par cette fille très charmante, très attirante... irrésistible avec son visage fin et son teint clair. Nara approcha son visage du sien, provoquant un mouvement de recul chez le démon àa la peau sombre, très sombre, aux avants bras avec les mains recouverts d'une délicate fourrure douce et agréable. Elle le retint sans violence, sans forcer, avec douceur.

 

_Je n'ai pas du tout peur d'être avec toi et de m'offrir à un démon nettement plus âgé que moi... même si là c'est plus que limite ce n'est probablement pas encore vraiment un énorme problème.

 

_Tes parents en pensent quoi ?

 

_Tant que notre relation reste saine, tant que je suis heureuse, vu qu'ils ont bien remarqué que ces derniers temps que je me sentais très bien, alors ils ferment les yeux. Ils ne veulent pas me contrarier, ils tiennent trop à la relation très proche que nous avons, puisque nous nous disons tout sans gêne ni retenue. Et moi aussi j'y tiens, tout comme je tiens à toi. Ce n'est qu'un amour d'adolescente je sais bien, mais je suis quand même amoureuse de toi, et les choses changeront, évolueront avec le temps, ce qui est intéressant je trouve, si nous restons ensembles.

 

_Et tu l'as fait à quelle fréquence?

 

_Hum... Quelques fois avec mon petit copain. Mais j'ai finis par le larguer car il ne m'a pas convenu. Il était trop superficiel et immatures.

 

_Je comprend. Tu es très en avance...

 

Elle se jeta presque à ses lèvres, si bien qu'il n'eut pas le temps de réagir. Surpris, il ne bougea pas, puis après quelques secondes d'hésitation et de lutte, il se laissa aller, l'embrassant également, passant une main sur son visage. Il n'avait aucune envie de la contrarier ou de la repousser. Cet instant sembla durer une éternité avant qu'elle ne cesse d'étreindre son cou et qu'elle le regarde droit dans les yeux, encore une fois. Il ne savait pas lui dire « non » ni lui refuser quoi que ce soit… et il le regrettait… mais d'un autre côté il savait qu'elle n'en profiterait jamais à son encontre.

 

_Je sais très bien que tu as beaucoup de désir pour moi, que c'est réciproque, alors laisse-toi aller, ne résiste plus, laisse moi venir à toi, ne me repousses pas. Dans environ huit mois j'aurai seize ans et là ça ira déjà mieux...

 

_Je... pourquoi...?

 

Elle posa un doigt sur ses lèvres, forçant son démon à se taire, gentiment, sans méchanceté ni domination. L'adolescente lui adressa un sourire doux, il ne dit rien et la laissa faire.

 

_Avoue que je suis une fille vraiment superbe non ?

 

_Je confirme, on doit avoir de la chance tous les deux... parce que nous nous sommes sans doute... bien trouvés, il faut l'avouer...

 

_Mais encore ?

 

_Je... nous nous sommes bien trouvés parce qu'on s'entend bien, parce que tout va sans encombres entre nous et... et que...

 

_Pourquoi tu te retiens, ce n'est pas malsain, tu le sais autant que moi... le hasard a bien fait les choses en réunissant deux êtres qui ne pouvaient que s'entendre et... s'aimer. Les autres ne t'attirent pas, je suis la seule, tu le sais autant que moi.

 

_Je suis effectivement amoureux de toi, oui, je t'aime...

 

Elle se pencha sur lui, avec une grâce enchanteresse, murmurant quelques mots délicats à son oreille pointue, douce, tendre.

 

_Avant toutes choses, j'aimerais être caressée... le premier n'a pas été terrible à ce niveau là, je préfère ne pas avoir à revivre ces sensations dérangeantes.

 

_Je comprends... je t'aime, Nara...

 

Elle l'embrassa une seconde fois, tendrement, venant plus sur lui, sur son démon à elle. Passant ses mains sous sa jupe sans aucune gêne devant Warène, le démon aux nez de fauve avec son côté légèrement félin sur ses traits, elle fit glisser sa culotte blanche entre ses jambes, mutine. Là encore il ne pouvait résister, incapable de refuser quoi que ce soit à sa bien aimée.

 

_Au fait (viens vers le démon, prête à s'asseoir sur ce dernier) je suis ta première petite amie, non ?

 

_Oui en effet...

 

Elle cueillit ses lèvres une troisième fois et il céda littéralement. Le démon glissa sa main sous la jupe, caressant la cuisse de sa belle. De son côté, elle commença à défaire la ceinture de son jean noir, puis la braguette, tandis qu'ils continuaient de s'embrasser. Nara sentait son cœur sursauter dans sa poitrine, le désir l'enflammer et la brûler comme jamais. D'un autre côté elle appréhendait quelque peu de le faire avec lui, avec ce jeune homme que certes elle aimait mais qui était bien plus grand et sans doute... risquait de faire mal suivant les cas. Nara sentait son cœur battre fort dans sa jeune poitrine. Elle avait peur, elle le désirait et ne savait pas à quoi s'attendre.

 

_Tu es prêt ?

 

_Pas vraiment, donne-moi un peu de temps, s'il te plaît.

 

_Je comprends... Ne t'inquiète pas, tout ira bien.

 

Elle s'assit sur la créature démoniaque, sur le lit, l'enlaçant de ses bras, venant encore le goûter avec joie. La jeune fille mesurait un mètre cinquante quatre tandis que lui faisait un mètre quatre-vingt huit. Autant dire que leur différence de taille était frappante. C'était une petite souris avec un lion. Elle le laissait prendre ses marques, venir à elle tout doucement. Lui aussi appréhendait, sentait la peur l'étreindre, la peur de cet inconnue, de ce qui se passerait, du fait qu'il ignorait comment il allait se comporter avec elle et si tout allait bien se passer entre eux. Il avait peur de mal réagir. Nara murmura de nouveau à son oreille, gentiment.

 

_Caresse-moi, cela ne me gêne pas, au contraire même. Je pense que... quelques préliminaires seraient l'idéal.

 

Il obtempéra, s'habituant à ce nouveau contact. Il passa sa main sous le Tee-shirt de son amoureuse, sentant la douce peau de celle-ci. Le démon descendit son autre main sous la jupe de l'adolescente jusqu'à l'entre jambes de cette fille qui n'attendait que ça. Encouragé par son regard insistant, il commença à la caresser à cet endroit sensible, tandis qu'elle levait son haut, dévoilant son soutien gorge blanc en toile fine qui laissait librement s'exprimer ses douces formes dont elle était très fière. Elle lui retira le sien, découvrant son torse glabre musclé et ses tablettes de chocolat alléchantes.

 

_Tu es folle...

 

_Non, je veux juste être heureuse... avec toi...

 

Elle l'incita à continuer, commençant à le caresser de façon très intime, provoquant son excitation, faisant tomber les dernières barrières. Nara retira son soutien gorge, dévoilant ses seins menus, ronds et fermes qui pointaient fièrement vers le haut, déjà excitée. Elle n'avait pas peur et restait confiante. Elle avait de moins en moins peur et de plus en plus confiance, enhardie. Il continua de toucher son entre jambes, de moins en moins gêné, de plus en plus confiant lui aussi. Ils vinrent s'embrasser à nouveau, n'hésitant pas à lier leurs langues pour la première fois. Elle passa ses mains sur son corps, parcourant ses muscles avec avidité.

 

Il la caressait et ses mains la parcouraient avec tendresse. Ils se regardèrent dans les yeux une fois de plus, tendrement, prêts à passer à l'acte et à être ensembles pour de bon. Une de ses mains remonta doucement, sur le côté, parvenant à un sein et le saisit avec délicatesse, commençant à le masser doucement, titillant le téton du bout des doigts tandis qu'il commença à durcir. De son autre main il massait l'entre jambes de sa fiancée, deux doigts venant glisser le long de ses fines et délicates lèvres intimes, un autre s'occupant du clitoris. Elle souffla de plaisir et d'excitation.

 

Elle commençait et mouiller, se préparant ainsi à bien le recevoir entre ses cuisses. Elle n'hésita pas une seconde à caresser le sexe de Warène qui était déjà assez dur et tendre à la fois avec un aspect humain et animal en même temps et de couleur rose virant au rouge très sombre. Elle ne se rasait pas, ce qui faisait qu'un fin duvet recouvrait ses fines lèvres intimes que deux doigts commençaient à pénétrer doucement. Sous le regard brûlant de sa douce il enfonça progressivement ses doigts en elle, les remuant et les faisant glisser encore et encore.

 

L'adolescente sentait la chaleur monter, tout comme la tension. Pour une première fois il se débrouillait assez bien. Ils s'embrassèrent encore en liant leur langues, celle du démon étant plus longue et pointue que celle de l'humaine, plus sombre aussi. Retirant sa main de l'intimité de sa belle, il la laissa faire, croisant son regard mutin. Elle était sulfureuse, provocante, folle de désir. Elle mit en contact leur sexes l'un contre l'autre, le faisant frotter sans retenue, en douceur. Ils sentaient encore la tension monter, l'envie de passer à l'acte de chair. Ils se fixèrent à nouveau droit dans les yeux, intensément.

 

Nara commença à le faire entrer en elle, sentant bien passer la chose dure et tendre de son homme démon entre ses cuisses. Elle crut que ça allait lui mal mais par chance ce ne fut pas le cas, elle le sentait très bien passer, un peu trop même, mais sans avoir mal pour autant. Pour lui c'était serré, doux, chaud, agréable... un pur délice. Une fois entièrement en elle, ils cessèrent tout mouvement, s'habituant l'un à l'autre, sentant une vague de plaisir commencer à les étreindre avec force. Elle lui adressa un sourire radieux. Une bonne minute passa ainsi pendant que leurs joues s'empourpraient.

 

_Alors, comment c'est, mon cher Warène?

 

_C'est délicieux...

 

_Je m'offre entièrement à toi (l'embrasse tendrement) parce que je t'aime.

 

La jeune fille commença à faire un mouvement de va et viens avec son corps et ses belles hanches, sentant la chose glisser en elle, non sans une légère douleur tout en ayant des sensation de plaisir très agréables. Il posa ses mains sur ses côtés non loin des cuisses, elle les déplaça à ses jolies fesses qu'il saisit, accompagnant son mouvement d'allez et venus en elle, dans son intimité chaleureuse. Ils y allaient en douceur, pour ne pas risquer de faire trop mal à Nara qui sentait bien passer le sexe de son homme en elle. Ils se regardèrent et se sourirent mutuellement avec gentillesse.

 

_Je te veux Warène, je te veux en moi encore et encore. Je veux qu'on ait une première fois mémorable, que tu jouisses en moi autant que tu le voudras, sans retenue. Je n'ai pas peur, j'en ai terriblement envie. Le désir me consume plus que tout désormais... un désir fou que j'ai pour toi mon chéri. (se serre contre lui) Si tu savais comme je t'aime...

 

_Je sais mon amour, je sais, et j'ai aussi très envie de toi. .

 

Elle accéléra, sentant une piqûre entre ses jambes. Ils se turent, goûtant à ces moments délicieux, jouissifs, à ce plaisir écrasant tandis qu'il sentait son sexe glisser en elle, se retirer et de nouveau pénétrer avec douceur et intensité. Ils soufflèrent sous les effets si bons, si doux, si chauds pour eux. Incapable de se contrôler, il serra un peu les fesses de son amoureuse aussi folle d'excitation que lui. Il entrait et sortait avec plus d'assurance, sans trop se gêner, sans être violent, sans faire trop de mal. Elle commença à faire des mouvements légèrement circulaires en se déhanchant de façon modérée.

 

Ces sensations douces et agréables entre les cuisses de sa jeune compagne, avec cette volupté autour de son sexe, le rendaient fou. Il sentait la tension monter, l'envie de jouir en elle arriver à vive allure tandis que la jeune fille continuait de le faire aller et venir. Voyant les joues rosées de son démon, elle aussi ivre de plaisir, ses propres joues bien roses, l'adolescente redoubla d'efforts pour le faire venir en elle de façon plus directe, plus insistante, plus jouissive. Ses mains quittèrent les fesses de sa douce bien aimée, remontant sur les côtés, glissant vers les seins bien fermes, les prenant sans violence en les massant doucement, titillant les tétons.

 

Il sentait le souffle de sa fiancée sur son cou. Elle continuait de le faire venir, appuyée contre lui, une main sur son épaule, un bras autour de son cou. La température montait en puissance, leur corps s'échauffait vivement. La légère douleur s'estompait un peu, laissant place à plus de plaisir encore.

 

_On a oublié le spermicide on devrait arrêter, Nara...

 

_Hors de question... je veux aller jusqu'au bout sans interruption, que tu viennes en moi, être avec toi. On avisera de toute façon, on verra bien.

 

_Très bien alors dans ce cas... nous verrons bien...

 

Entraîné par sa dulcinée, il engagea des allez retours en elle, en concert avec sa fiancée. Elle ne put s'empêcher d'émettre des couinements d'extase étouffés, le laissant entrer et sortir, bien synchronisés ensembles. De son bras autour du cou du démon, elle se serra contre lui, mettant en contact sa poitrine contre son torse. Il sentit sa toute jeune compagne jouir, les contractions autour de son sexe et il pénétra en elle alors que celle-ci s'était arrêtée en jouissant, en gémissant de plaisir et de bien être mêlés avec une grande joie et de la douceur.

 

Ainsi il prolongeait le moment si intense de son amoureuse et ce fut à son tour de jouir, entrant en elle autant que possible, prenant ses fesses et la plaquant contre lui, mettant en contact leurs corps bouillants et sentant sa semence partir. Il émit lui aussi une plainte quand cela arriva, sentant encore le souffle de sa fiancée dans sa nuque et elle le siens aussi sur son cou. Un moment s'écoula avant qu'ils ne se calment, avant qu'ils décident de continuer autrement. Il se retira, elle s'allongea sur le lit, ouvrant les cuisses, prête à le recevoir à nouveau, à jouir encore avec lui, à partager ces moments si doux en compagnie de son compagnon... son homme, son démon.

 

_Les démons sont très productifs... je ne pensais pas que ce serait à ce point, même si une amie me l'avait dit je ne m'en doutais pas tellement.

 

_Tu n'es pas au bout de tes surprises, nous sommes endurants et vigoureux...

 

_J'ai hâte de voir ça mon doudou...

 

_Mais vos désirs sont des ordres votre altesse...

 

Elle sentait la semence du démon en elle, entre ses jambes, s'écouler, sachant que ce n'était pas terminé et la jeune fille était désireuse de continuer avec plus d'ardeur et d'intensité. Nara le laissa venir sur elle, l'embrasser, prendre ses seins menus et la pénétrer doucement, sans aucune violence. Une fois entièrement en elle, il commença son mouvement de va et viens, entrant avec de plus en plus d'entrain, goûtant encore à ces sensations si agréables, si belles, si excitantes. Il commença à déposer des baisés dans son cou, descendant et prenant le sein dans ses lèvres, léchant le téton durcis de sa langue qui y goûtait avec délice.

 

De sa main valide il massa le clitoris de sa douce tout en la pénétrant avec plus d'aisance qu'au début, de façon plus directe, sans jamais lui faire trop de mal, sans jamais être une brute, toujours en douceur. Elle fermait les yeux, se cabrant parfois en arrière sous de telles sensations qui faisaient encore grimper la température et s'échauffer son corps qui tremblait de désir et d'excitation. Elle saisit et serra les draps de ses mains crispées de bien être, très excitée. Il redoubla d'intensité dans ses pénétrations, dans ses attouchements excitants. La jeune fille se retenait d'émettre des plaintes d'extase tandis qu'il faisait tout son possible pour qu'elle jouisse au plus vite, pour jouir à son tour.

 

Il releva un peu les jambes de sa bien aimée tout en les écartant pour pénétrer sous un autre angle. Il était sur elle et n'hésitait pas un instant à la toucher, à prendre du plaisir avec cette jeune fille qui aurait, aux premiers abords, presque parue pure et innocente. Pour la deuxième fois elle jouit, se cabrant pour de bon en arrière, ne pouvant se contenir, poussant une plainte fort plaisante aux oreilles du démon qui redoubla d'intensité en venant en elle, sentant sa propre jouissance arriver, sentant qu'il était au bord de sa propre extase et les contractions autour de son sexe en feu.

 

Puis il ensemença sa fiancée, se retirant en partie mais toujours en elle. Nara sentit alors la semence jaillir entre ses cuisses brûlantes et se répandre plus bas, s'écouler, débordant de son intimité jusque sur ses fesses pour finir sur les draps. C'était une semence écarlate, chaude, huileuse, celle d'un démon. Il soufflait fort, lovant sa tête dans le cou de l’adolescente qui l'enlaça de ses bras, doucement, les joues bien empourprées.

 

_Tu peux encore le faire, une dernière fois, juste pour ce soir...

 

_Pas que pour ce soir mon amour... pas que pour ce soir ma douce...

 

Se retirant, il laissa sa compagne choisir une position. Elle décida de se mettre à quatre pattes à sa plus grande surprise, désireuse de le recevoir ainsi. Il commença par caresser l'entre jambes de l'adolescente, puis introduisit deux doigts qu'il fit glisser vivement, massant le clitoris d'un autre doigt, provoquant une nouvelle décharge de chaleur et de plaisir qui, comme aux deux premiers coups, envahit tout le ventre et le corps de la belle Nara. Il retira ses doigts et commença par faire glisser son sexe sur celui de sa jeune compagne qui visiblement n'attendait qu'une chose... être pénétrée et ensemencée encore une fois par son bien aimé.

 

_Tu peux y aller... je suis prête... j'avais envie de tester cette façon de faire avec toi...

 

Il entra en elle, ses mains venant saisir les seins, les masser doucement, un doigt venant à chaque fois exciter le téton, le caresser. Chaque sein tenait facilement dans une main, ils n'étaient pas gros du tout mais vraiment beaux. Jamais elle ne se ferait opérer pour avoir une plus grosse poitrine car elle s'aimait comme ça. Elle se trouvait plus belle ainsi qu'autrement. Cette fois il décida d'y aller un peu plus fort, un peu plus vite, entrant en elle avec d'avantage d'entrain et de façon plus franche, évitant de lui faire trop mal, faisant attention à ne pas la brusquer.

 

Il entendait le souffle chaud de son élue, sentait son excitation, son plaisir, sa chaleur, ce qui lui en procurait aussi beaucoup. Presque à chaque fois il se plaquait contre elle en la pénétrant avec plus d'ardeur qu'au début, sans violence, avec un minimum douleur. Il sentait encore comme c'était serré, doux, chaud et agréable. Il continua de masser les seins, les tenant avec plus d'insistance, pénétrant avec plus de vigueur, parfois en faisant de vif et court allez retour en elle puis redonnant des coups de bassin après, doucement.

 

Ils sentaient encore une fois la tension monter, la chaleur les envahir, les enivrer, les rendre fous. Il agrippa les belles hanches de l'adolescente qui gémissait, au bord de l'extase. Puis il prit en partie les fesses de Nara qui visiblement n'en pouvait plus, folle de plaisir. Le démon à la peau sombre sentit pour la troisième fois la jeune fille jouir, les agréables contractions qui lui plaisaient tant, et ne put s'empêcher de pénétrer un peu plus vite, un peu plus fort, pour faire durer ce moment pour elle.

 

Elle gémit sous autant d'effets, ne pouvant plus se contrôler, sentant alors la jouissance de son démon en elle tandis qu'il pénétrait aussi profond que possible. Il gardait les mains sur les fesses de sa jeune fiancée qui sentait la semence démoniaque continuer de couler en elle. L'adolescente se coucha sur le côté, respirant fortement, toujours écrasée par le plaisir, l'entre jambes plus enflammé que jamais et brûlant. Son corps surchauffait et ses joues restaient empourprées.

 

Il s'allongea à côté d'elle, baladant sa main sur son corps, souriant de bien être. Nara se colla à son homme maléfique, sentant avec délectation son corps bouillant, sa peau douce légèrement humide. Elle le laissait faire, sans gêne, sentant la main délicate épouseter ses courbes, prendre un sein, puis l'autre. La main descendit, caressant alors le ventre chaud de la jolie jeune fille qui se détendait complètement. Il déposa un baisé dans son cou.

 

_Je t'aime...

 

_On a pris un très gros risque Warène... si je tombe enceinte il faudra prendre une décision car je ne sais pas encore si je le garde ou pas.

 

_Techniquement être père ne me dérange pas mais qu'une fille si jeune ait un enfant avec moi c'est assez chaud... cela me dérange un peu... mais je te suivrai quelque soit ton choix, c'est ta liberté, elle est sacrée et personne n'a à l'entraver.

 

_Tu sais que quand je veux quelque chose je l'ai même si là il est probable que je me débarrasse de cet embryon si effectivement je tombe enceinte. Ce n'est pas un crime et c'est incontestable.

 

_Je ne te le fais pas dire. Quelque soit ta décision je serai là avec toi, je t'accompagnerai jusqu'au bout. Je ne veux pas te laisser tomber et je t'aime. Je sais aussi que... enfin peut-être, je pense, que tu pourrais être une bonne mère. La raison à cela est très simple. Si tu le gardes je sais parfaitement que tu vas t'impliquer, que tu vas assumer et aussi t'investir.

 

_Oui effectivement. Déjà j'irai chercher des informations au planning familial et de quoi m'instruire pour savoir comment bien s'occuper d'un bébé et surtout, vu que je suis jeune et que je sais qu'à mon âge il y a des risques, je chercherai à savoir quels sont ces risques et à les limiter au maximum. De plus nous avons l'exemple de nos parents à suivre, de bons exemples je pense.

 

_Je serai là avec toi si tu décides de le garder et ça ne me gêne pas d'être père. Et puis le bon côté, c'est que nos parents et nous même nous aurons un bébé à aimer et à chouchouter. J'irai en parler à ma famille, de ce qui s'est passé ce soir entre nous. Tu feras de même je suppose.

 

_Oui... ils s'y attendent, ils le savent. Ne t'inquiète pas, ça ira, j'en suis sûre. Bonne nuit mon preux chevalier, l'homme que j'aime et que je désire tant.

 

_Bonne nuit ma belle et douce dulcinée.

 

Ils s'endormirent l'une dans les bras de l'autre, dans leur chambre dont les lumières furent éteintes. Ils ne laisseraient rien ni personne leur barrer la route. Elle ne savait pas si elle garderait l'embryon dans le cas d'une grossesse. C'était un choix délicat qu'il fallait faire à deux et aussi beaucoup réfléchir et ils le savaient aussi bien l'un que l'autre. Seul l'avenir leur dirait s'ils seraient parents ou s'ils ne le seraient pas si tôt. Une chose était sûre. S'ils avaient un enfant il y aurait sans doute beaucoup d'amour à lui donner et beaucoup de chaleur. Mais rien n'était fixé, rien n'était sûr... ils prendraient une décision et personne n'aurait rien à leur dire là-dessus.

23/12/2013 à 18:06

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Salut, pour savoir si ça vous a pas trop choqué ou mis en froid le deuxième texte?

Parce que c'est un peu chelou quand même l'éccart d'âge entre les deux personnages...
24/12/2013 à 15:59

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
J'ai lu et vraiment j'aime beaucoup le style...

Troublant que tu sois "troublé" par la différence d'age des deux protagonistes... 5 ans, c'est bien çà ? Effectivement la petite de 15 ans est plutôt experte et dans le genre : je sais ce que je veux... Mais quoi de mieux dans une histoire, un roman, un récit de science-fiction ?.... que quelque chose qui ne colle pas vraiemnt à la réalité ?
Persistes... Il y a un vrai style et des choses intéressantes à raconter aussi. Ce n'est que mon humble avis.Wink
25/12/2013 à 10:16

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Merci bien... quelle(s) genre(s) de chose(s) intéressante(s) pourrait-il y avoir à raconter?^^

Vous voulez la suite?^^
02/01/2014 à 19:28

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Bonsoir/bonsjour Ambre.

J'ai un soucis, j'aimerai poster un texte pour demander de l'aide afin de l'améliorer...

Mais il est assez chaud, cru et explicite en plus d'être long et j'ai atteint mes limites pour le corriger.

Je n'arrive pas à te contacter par mp aussi...

Parce que j'aimerais bien le faire partager mais surtout pour avoir de l'aide dans le but de l'améliorer etc (avec les moyens du bord et comme je peux, merci bien.^^)

Bien sûr faudra que je fasse un avertissement en rouge etc pour le publique majeur et mineur car c'est pas à moins de dix-huit ans au vu de son contenu, merci bien.
04/01/2014 à 14:53

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour Zarem, tout le monde peut m'envoyer un message privé. J'attends ton texte pour "l'appréciation" Wink.
05/01/2014 à 09:29

Zarem

Type :
Messages : 57
Membre depuis : 01/01/1970
Bien merci, je m'en charge au plus vite.^^