Démence sénile et vie sexuelle

09/05/2015 à 12:20

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
J'ai lu récemment cet article sur le net :

"Un jury de l'Iowa a déclaré un homme non-coupable d’abus sexuel sur sa femme atteinte de la maladie d'Alzheimer. Il était accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec elle dans un établissement de soins alors que les membres du personnel lui avaient dit qu'elle n’était pas en mesure de donner son consentement..."

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-personnes-atteintes-de-demence-166499

Je travaille auprès des personnes très très âgées (beaucoup le savent ici) et je connais plutôt bien ce type de pathologie. C'est un domaine très sensible pour moi et je pense qu'on nie aujourd'hui en France, la sexualité des personnes âgées, tout comme celle des personnes handicapées. Néanmoins, il y a le souci du "consentement" avec la démence sénile, Alzheimer ou même le handicap psychique et/ou mental... Alors viol ou pas viol ?

Qu'en pensez-vous ? Je lance le débat.
10/05/2015 à 17:28

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Ambre a dit : 

J'ai lu récemment cet article sur le net :

"Un jury de l'Iowa a déclaré un homme non-coupable d’abus sexuel sur sa femme atteinte de la maladie d'Alzheimer. Il était accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec elle dans un établissement de soins alors que les membres du personnel lui avaient dit qu'elle n’était pas en mesure de donner son consentement..."

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-personnes-atteintes-de-demence-166499

Je travaille auprès des personnes très très âgées (beaucoup le savent ici) et je connais plutôt bien ce type de pathologie. C'est un domaine très sensible pour moi et je pense qu'on nie aujourd'hui en France, la sexualité des personnes âgées, tout comme celle des personnes handicapées. Néanmoins, il y a le souci du "consentement" avec la démence sénile, Alzheimer ou même le handicap psychique et/ou mental... Alors viol ou pas viol ?

Qu'en pensez-vous ? Je lance le débat.

C'est hallucinant : en clair, quand on a Alzheimer, on ne peut plus avoir de rapports sexuels – même pas avec conjoint ! – parce qu'on n'est plus reconnue apte à consentir ?

 

Franchement, je suis persuadée qu'on n'en aurait pas fait un plat (et que personne n'aurait crié au viol) si c'était madame qui avait été rejoindre son mari atteint d'Alzheimer pour se livrer avec lui à l'acte de chair...