culpabilité après la séparation

07/03/2015 à 16:19

finistfemme

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Après 15 ans de vie commune, presque 10 ans de mariage et 2 enfants, on s'est séparé.
Tout allé bien en apparence, on était le couple idéal. Peu de disputes, bonne entente. Mais, depuis quelque temps, 3 ans environ, je me posais de plus en plus de question.
Mon mari passait son temps à bricoler, à vouloir tout gérer. Je trouvais ça super, j'étais super fière de dire que mon mari faisait bcp pour m'aider, qu'il était très bricoleur. 
Mais il me regardait de moins en moins, était de moins en moins tendre.
Il est parti pendant plusieurs semaines en formation et ne revenait que 1 semaine sur 2. Je me suis dit qu'avec l'éloignement, quand il reviendrait, il se rendrait compte qu'on avait besoin d'être tous les 2. Car moi aussi, avec son manque d'attention, je me sentais m'éloigner de lui.
Malheureusement, dès son retour, pas plus de tendresse, ni d'attention. Mais de plus en plus de bricolage.
J'avais beau lui dire que j'en avais besoin, je lui disais souvent que je l'aimais. Mais pas de retour. Quand je lui demandais de me dire "je t'aime", la seule réponse que j'avais, c'était : "regarde, tout ce que j'ai fait pour toi. La maison, le jardin, ...".
En même temps, son caractère changeait. Il dormait de moins en moins, était de plus en plus nerveux, ...
J'avais beau lui dire de se reposer, de prendre du temps. C'était toujours "j'ai pas le temps.  Si je ne le fais pas, qui le fera.".
Ca devenait de plus en plus tendu entre nous. 
Quand je rentrais du travail et que je voulais discuter, il ne m'écoutais pas et j'avais comme réponse "c'est bon, on en parlera plus tard. Le plus intéressant, c'est de savoir ce qu'on fait les enfants et non pas ta journée". 
J'avais beau vouloir en parler, il coupait court à la conversation. Du coup, pour évacuer mon stress et mon énervement, je me disputais pour un oui et pour un non avec tout mon entourage. Et en particulier avec ma famille (parents, frère et soeur).
Je ne voulais pas de conflits dans mon couple.
Et il y a 2 ans, j'ai fait un essai avant de m'inscrire à un nouveau sport. Quand j'ai rencontré celui qui faisait le cours, il m'a plu. Mais, ça s'arrêtait là. J'étais mariée avec 2 enfants.
J'ai commencé les cours à la rentrée suivante. Cet homme me plaisait toujours. Je ne pouvais m'empêcher de penser à lui. Mais, je me disais que c'était rien. Ca peut arriver que quelqu'un vous plaise même si on est en couple. C'est pas pour autant qu'on ira plus loin.
Et puis, il y a un an, en revenant des courses, je trouve ma fille en pleurs. Elle s'était une nouvelle fois disputée avec son papa. Et pendant leur dispute, elle s'est blessée. Après être allée aux urgences, je suis rentrée et j'ai voulu en parler avec mon mari. Il a refusé. Je suis revenue le lendemain à la charge afin qu'on discute. Car ça faisait des mois que c'était de plus en plus tendu. On se prenait la tête. Mais il ne voulait jamais disputer, poser les choses, comprendre pourquoi c'était comme ça. Le soucis, c'est que cette tension se répercutée sur nos enfants. Mais une nouvelle fois, il a refusé de parler.
Ca m'a mis dans une colère noire et je n'arrivais pas du tout à me calmer.
Et là, j'ai commencé à discuter, via internet, avec mon prof de sport. Ca me faisait du bien de parler et enfin d'être écoutée. Ca faisait tellement longtemps.
J'avais besoin d'espace, de poser les choses. Mais, mon mari ne voulait pas me laisser cette pause. Il faisait tout pour me récupérer, mais je n'étais pas réceptive. Et quand je voulais parler, lui expliquer ce que je ressentais, il s'énervait et ne voulait rien entendre.
Ca devenait invivable. Dès qu'on était ensemble, c'était soit des pleurs, soit des disputes. Infernal.
D'un autre côté, je me suis rapprochée de mon prof de sport. Il m'apportait ce que j'avais toujours voulu. 
Depuis fin juillet, on est, mon mari et moi, officiellement séparé, mais pas encore divorcé. J'ai un nouveau logement depuis 4 mois. Et on a les enfants 1 semaine sur 2. Et je suis avec mon prof.
Je suis bien et heureuse quand je suis avec mon nouveau compagnon. Mais, je n'arrive pas à être parfaitement sereine.
Je me sens coupable d'avoir laissé le père de mes enfants, seul. Il a très mal vécu la séparation. Il a fait une dépression. Il est passé par des phases très difficile. Ca a l'air d'aller mieux maintenant, mais ...
Il accepte qu'on se voit et se parle (après des mois de contact uniquement par mail). Mais refuse de me regarder et de me tutoyer.
Ce qui m'empêche d'être sereine, c'est que le papa de mes enfants n'a pas eu une vie facile (perdu très tôt son papa, peu de soutien quand il était enfant...) et que j'ai l'impression de lui avoir enlevé son bonheur.
Nos enfants, après avoir encaissé la séparation, accepte cette nouvelle situation. 
Je suis heureuse avec mon nouveau compagnon, mais cette culpabilité me dévore de l'intérieur.
Je ne sais plus comment faire.
Si vous pouviez m'aider à surmonter cette culpabilité.
D'avance merci
07/03/2015 à 20:24

Barbamama

Type :
Messages : 189
Membre depuis : 01/01/1970
Oui, pas facile tout cela.
Je comprends ta culpabilité.
Je pense que tout n'est pas réglé entre ton futur ex mari parce que tu n'a pas pu lui dire les choses ou plutôt parce qu'il n'a pas voulu t'entendre.
Maintes fois tu as essayé. Autant de fois il n'a pas voulu écouter.
Essaie de te dire que cela ne t'appartient plus. Et tu n'es pas responsable de tous ces malheurs.
Bon courage.
08/03/2015 à 23:11

finistfemme

Type :
Messages : 4
Membre depuis : 01/01/1970
Merci de ta réponse Barbamama.
Ce qui est "drôle", c'est que ta réponse, c'est exactement ce que je dirai à une amie qui se trouverait dans cette situation.
Malheureusement, ce n'est pas toujours évident d'appliquer ses propres conseils.
J'ai toujours fait en sorte que les autres, et en particulier mon futur ex-mari, soient bien et heureux. 
Je sais que je ne suis pas responsable de ses malheurs passés. Mais en le quittant, j'ai le sentiment de lui avoir arraché le bonheur qu'il avait tellement attendu.
Je sais aussi que si j'étais restée, j'aurai, c'est sûr, gardé ma stabilité (familiale, financière, ...), mais  je n'aurai pas été pleinement heureuse. On aurait continuer comme on était, sans vraiment se rendre compte qu'on cohabitait.
Mais, le fait d'être partie, pour être vraiment moi et heureuse, me donne l'impression d'être égoïste et de n'avoir pensé qu'à moi, avant de penser aux autres.
Je sens que ça va être long avant que cette culpabilité ne me quitte. En espérant qu'un jour, cela arrive.
09/03/2015 à 09:25

Coquintendre

Type :
Messages : 880
Membre depuis : 01/01/1970

finistfemme a dit : 

Merci de ta réponse Barbamama.
Ce qui est "drôle", c'est que ta réponse, c'est exactement ce que je dirai à une amie qui se trouverait dans cette situation.
Malheureusement, ce n'est pas toujours évident d'appliquer ses propres conseils.
J'ai toujours fait en sorte que les autres, et en particulier mon futur ex-mari, soient bien et heureux. 
Je sais que je ne suis pas responsable de ses malheurs passés. Mais en le quittant, j'ai le sentiment de lui avoir arraché le bonheur qu'il avait tellement attendu.
Je sais aussi que si j'étais restée, j'aurai, c'est sûr, gardé ma stabilité (familiale, financière, ...), mais  je n'aurai pas été pleinement heureuse. On aurait continuer comme on était, sans vraiment se rendre compte qu'on cohabitait.
Mais, le fait d'être partie, pour être vraiment moi et heureuse, me donne l'impression d'être égoïste et de n'avoir pensé qu'à moi, avant de penser aux autres.
Je sens que ça va être long avant que cette culpabilité ne me quitte. En espérant qu'un jour, cela arrive.

 Culpabilise pas....

je pense qu avant d arriver à cette décision , tu as tout mis en œuvre pour éviter cette séparation.

et je pense que si tu en es arrivé la, c est qu il n y a pas eu de changement notoire dans ton couple et surtout qu il pensait que ça n allais jamais arrive.....

alos os tans pis pour lui et tant mieux pour toi

croque la vie maintenant!

15/03/2015 à 21:51

Brigitte

Type : Femme
Messages : 1247
Membre depuis : 15/09/2012

finistfemme a dit : 

Après 15 ans de vie commune, presque 10 ans de mariage et 2 enfants, on s'est séparé.
Tout allé bien en apparence, on était le couple idéal. Peu de disputes, bonne entente. Mais, depuis quelque temps, 3 ans environ, je me posais de plus en plus de question.
Mon mari passait son temps à bricoler, à vouloir tout gérer. Je trouvais ça super, j'étais super fière de dire que mon mari faisait bcp pour m'aider, qu'il était très bricoleur. 
Mais il me regardait de moins en moins, était de moins en moins tendre.
Il est parti pendant plusieurs semaines en formation et ne revenait que 1 semaine sur 2. Je me suis dit qu'avec l'éloignement, quand il reviendrait, il se rendrait compte qu'on avait besoin d'être tous les 2. Car moi aussi, avec son manque d'attention, je me sentais m'éloigner de lui.
Malheureusement, dès son retour, pas plus de tendresse, ni d'attention. Mais de plus en plus de bricolage.
J'avais beau lui dire que j'en avais besoin, je lui disais souvent que je l'aimais. Mais pas de retour. Quand je lui demandais de me dire "je t'aime", la seule réponse que j'avais, c'était : "regarde, tout ce que j'ai fait pour toi. La maison, le jardin, ...".
En même temps, son caractère changeait. Il dormait de moins en moins, était de plus en plus nerveux, ...
J'avais beau lui dire de se reposer, de prendre du temps. C'était toujours "j'ai pas le temps.  Si je ne le fais pas, qui le fera.".
Ca devenait de plus en plus tendu entre nous. 
Quand je rentrais du travail et que je voulais discuter, il ne m'écoutais pas et j'avais comme réponse "c'est bon, on en parlera plus tard. Le plus intéressant, c'est de savoir ce qu'on fait les enfants et non pas ta journée". 
J'avais beau vouloir en parler, il coupait court à la conversation. Du coup, pour évacuer mon stress et mon énervement, je me disputais pour un oui et pour un non avec tout mon entourage. Et en particulier avec ma famille (parents, frère et soeur).
Je ne voulais pas de conflits dans mon couple.
Et il y a 2 ans, j'ai fait un essai avant de m'inscrire à un nouveau sport. Quand j'ai rencontré celui qui faisait le cours, il m'a plu. Mais, ça s'arrêtait là. J'étais mariée avec 2 enfants.
J'ai commencé les cours à la rentrée suivante. Cet homme me plaisait toujours. Je ne pouvais m'empêcher de penser à lui. Mais, je me disais que c'était rien. Ca peut arriver que quelqu'un vous plaise même si on est en couple. C'est pas pour autant qu'on ira plus loin.
Et puis, il y a un an, en revenant des courses, je trouve ma fille en pleurs. Elle s'était une nouvelle fois disputée avec son papa. Et pendant leur dispute, elle s'est blessée. Après être allée aux urgences, je suis rentrée et j'ai voulu en parler avec mon mari. Il a refusé. Je suis revenue le lendemain à la charge afin qu'on discute. Car ça faisait des mois que c'était de plus en plus tendu. On se prenait la tête. Mais il ne voulait jamais disputer, poser les choses, comprendre pourquoi c'était comme ça. Le soucis, c'est que cette tension se répercutée sur nos enfants. Mais une nouvelle fois, il a refusé de parler.
Ca m'a mis dans une colère noire et je n'arrivais pas du tout à me calmer.
Et là, j'ai commencé à discuter, via internet, avec mon prof de sport. Ca me faisait du bien de parler et enfin d'être écoutée. Ca faisait tellement longtemps.
J'avais besoin d'espace, de poser les choses. Mais, mon mari ne voulait pas me laisser cette pause. Il faisait tout pour me récupérer, mais je n'étais pas réceptive. Et quand je voulais parler, lui expliquer ce que je ressentais, il s'énervait et ne voulait rien entendre.
Ca devenait invivable. Dès qu'on était ensemble, c'était soit des pleurs, soit des disputes. Infernal.
D'un autre côté, je me suis rapprochée de mon prof de sport. Il m'apportait ce que j'avais toujours voulu. 
Depuis fin juillet, on est, mon mari et moi, officiellement séparé, mais pas encore divorcé. J'ai un nouveau logement depuis 4 mois. Et on a les enfants 1 semaine sur 2. Et je suis avec mon prof.
Je suis bien et heureuse quand je suis avec mon nouveau compagnon. Mais, je n'arrive pas à être parfaitement sereine.
Je me sens coupable d'avoir laissé le père de mes enfants, seul. Il a très mal vécu la séparation. Il a fait une dépression. Il est passé par des phases très difficile. Ca a l'air d'aller mieux maintenant, mais ...
Il accepte qu'on se voit et se parle (après des mois de contact uniquement par mail). Mais refuse de me regarder et de me tutoyer.
Ce qui m'empêche d'être sereine, c'est que le papa de mes enfants n'a pas eu une vie facile (perdu très tôt son papa, peu de soutien quand il était enfant...) et que j'ai l'impression de lui avoir enlevé son bonheur.
Nos enfants, après avoir encaissé la séparation, accepte cette nouvelle situation. 
Je suis heureuse avec mon nouveau compagnon, mais cette culpabilité me dévore de l'intérieur.
Je ne sais plus comment faire.
Si vous pouviez m'aider à surmonter cette culpabilité.
D'avance merci

 Bonsoir,

On voit bien que votre couple s’est tout doucement éloigné mais il y avait sans doute encore beaucoup d’amour malheureusement, vous n’avez pas su communiquer et maintenir le lien intime. Vous avez fait le choix d’aller vivre avec ce professeur et à priori, vous semblez heureuse avec lui. Pourquoi alors ne pas assumer votre choix? Vous vous sentez coupable vis à vis de votre mari et de vos enfants mais eux aussi sont peut-être mieux maintenant puisque la situation est plus claire. soit on s’arrange pour améliorer son couple, soit on se quitte, c’est un peu la morale actuelle ! une fois un choix fait, il s’agit de l’assumer. Je vous conseille de travailler plus en profondeur sur votre culpabilité, en vous posant certaines questions, comme quand est-ce que notre couple a commencé à dys fonctionner? Qu’est –ce que j’ai raté? Avais-je réalisé à quel point mon mari m’aimait encore? De quoi souffrent mes enfants actuellement? ....

 

15/03/2015 à 22:19

mickey30

Type :
Messages : 21
Membre depuis : 01/01/1970

finistfemme a dit : 

Je me sens coupable d'avoir laissé le père de mes enfants, seul. Il a très mal vécu la séparation. Il a fait une dépression. Il est passé par des phases très difficile. Ca a l'air d'aller mieux maintenant, mais ...

 Quand je lis la description de son comportement: la façon dont son attitude s'est dégradée, l’énervement sur les enfants, le refus de discuter, l'éloignement... Il me semble que sa dépression soient bien antérieure à votre séparation. En pourrait-elle être la cause?...

Je comprends ton sentiment, mais tu ne peux pas vivre sa vie à sa place. Si tu penses avoir fait ce que tu pouvais pour sauver ton couple, le reste lui appartient et c'est à lui de le gérer.

Bon courage pour ton épanouissement dans ta nouvelle vie.