Comment se quitter?

15/09/2015 à 17:31

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Je suis en couple depuis plus de 35 années et j'ai aujourd'hui 55 ans, mon épouse aussi.
Comme beaucoup de couples nous avons eu notre lot de souci, santé, travail, argent et aujourd'hui encore.
J'ai eu une période agitée, depuis 7 ans, de nombreuses maitresses, nous avons aussi libertiné.
Mon épouse était d'accord, elle se prêtait à des scénarios de charme, des scéances photos, aussi des sorties en club, elle rencontrait séparément, nous avions une sexualité exacerbée et depuis 2 ans environ elle s'est ravisée, notre sexualité s'est délitée au point de ne plus avoir de relation depuis plusieurs mois.
Elle considère que c'est normal avec le temps, l'âge, qu'il faut vivre avec d'autres pratiques!
Nous ne communiquons que pour les aspects pratiques, le travail, l'argent, les courses, etc et vivons l'un à coté de l'autre.
Je sais bien que j'ai mis le feu aux poudres, abusé, mais j'ai eu pendant longtemps un sentiment de solitude, d'isolement, mon conjoint se refermant sur elle, étudiant seule la psychologie, s'interrogeant beaucoup pendant que je travaillais beaucoup.
Je crois que le libertinage lui a révélé deux aspects contradictoires de sa personne, un festif, audacieux, aimant les plaisirs et l'autre censeur, moralisateur et qu'elle a ressenti une fracture en elle.
Les relations que j'ai eu étaient des compensations et me rassuraient aussi.
La maison est devenu comme un caveau elle recherche des souvenirs, s'adonne à la généalogie, s'isole avec sa tablette, nous dormons ensemble sans nous toucher et elle souhaite que nous restions ensemble!
Je n'y arrive plus, je vis avec l'angoisse de voir son visage se durcir à la moindre conversation personnelle que je tente d'avoir, elle parle du stress de la vie, de son analyse du passé, nous ne recevons jamais, nous sommes habités par la tristesse et je me dis que nous sommes toxiques l'un pour l'autre.
J'ai rencontré une jeune femme et je me réjoui de faire des choses simples, ciné, vélo, cuisine, beaucoup de rire, de la vitalité! Je retrouve mon naturel, j'ai renoué avec mon frère dont mon épouse avait voulu nous éloigné.
J'ai décidé de me séparer, je lui ai annoncé, sans lui dire que j'avais quelqu'un mais elle voit bien mes absences fréquentes et tardives et jamais ne me pose de questions pour me demander ce que je fais, avec qui j'étais, mais parce que je ne respirais plus, que je ne pouvais pas vivre sans vivre des choses même les plus simples avec une femme, que je n'acceptais pas l'isolement, d'être transparent en tant qu'homme, que si nous nous étions "trompés" nous l'avions fait ensemble, que cela ne serait jamais arrivé si nous n'étions pas désunis, que je refusais de ne plus avoir de sexualité ou d'avoir des relations épisodiques sans m'investir!
Mais voilà je ne suis pas certain de pouvoir aller au bout de ma démarche, je me culpabilise, vis à vis d'elle, de nos enfants alors que je sais que je me condamne à ne pas être moi même, à vivre en état de tension permanent dans une forme de soumission, et malgré cela je me trouve cruel! J'ai eu pour elle un amour très fort, protecteur, une fascination érotique pour son corps, je me dis que cela a pu la conduire à s'isoler, que j'aurai dû insister pour qu'elle quitte le foyer et travaille plus tôt par exemple! Lorsque nous nous sommes connus c'est comme si j'avais fait le serment de la protéger, je m'étais opposé à son père violent! J'ai l'impression de trahir cet engagement, d'avoir échoué, mais je n'en peux plus et je suis las de vivre d'expédients.
Comment dois je agir, ressentir? Une séparation est elle inévitable, doit elle être immédiate ou préparée et consentie?







15/09/2015 à 17:35

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970

thierry33 a dit : 

Je suis en couple depuis plus de 35 années et j'ai aujourd'hui 55 ans, mon épouse aussi.
Comme beaucoup de couples nous avons eu notre lot de souci, santé, travail, argent et aujourd'hui encore.
J'ai eu une période agitée, depuis 7 ans, de nombreuses maitresses, nous avons aussi libertiné.
Mon épouse était d'accord, elle se prêtait à des scénarios de charme, des scéances photos, aussi des sorties en club, elle rencontrait séparément, nous avions une sexualité exacerbée et depuis 2 ans environ elle s'est ravisée, notre sexualité s'est délitée au point de ne plus avoir de relation depuis plusieurs mois.
Elle considère que c'est normal avec le temps, l'âge, qu'il faut vivre avec d'autres pratiques!
Nous ne communiquons que pour les aspects pratiques, le travail, l'argent, les courses, etc et vivons l'un à coté de l'autre.
Je sais bien que j'ai mis le feu aux poudres, abusé, mais j'ai eu pendant longtemps un sentiment de solitude, d'isolement, mon conjoint se refermant sur elle, étudiant seule la psychologie, s'interrogeant beaucoup pendant que je travaillais beaucoup.
Je crois que le libertinage lui a révélé deux aspects contradictoires de sa personne, un festif, audacieux, aimant les plaisirs et l'autre censeur, moralisateur et qu'elle a ressenti une fracture en elle.
Les relations que j'ai eu étaient des compensations et me rassuraient aussi.
La maison est devenu comme un caveau elle recherche des souvenirs, s'adonne à la généalogie, s'isole avec sa tablette, nous dormons ensemble sans nous toucher et elle souhaite que nous restions ensemble!
Je n'y arrive plus, je vis avec l'angoisse de voir son visage se durcir à la moindre conversation personnelle que je tente d'avoir, elle parle du stress de la vie, de son analyse du passé, nous ne recevons jamais, nous sommes habités par la tristesse et je me dis que nous sommes toxiques l'un pour l'autre.
J'ai rencontré une jeune femme et je me réjoui de faire des choses simples, ciné, vélo, cuisine, beaucoup de rire, de la vitalité! Je retrouve mon naturel, j'ai renoué avec mon frère dont mon épouse avait voulu nous éloigné.
J'ai décidé de me séparer, je lui ai annoncé, sans lui dire que j'avais quelqu'un mais elle voit bien mes absences fréquentes et tardives et jamais ne me pose de questions pour me demander ce que je fais, avec qui j'étais, mais parce que je ne respirais plus, que je ne pouvais pas vivre sans vivre des choses même les plus simples avec une femme, que je n'acceptais pas l'isolement, d'être transparent en tant qu'homme, que si nous nous étions "trompés" nous l'avions fait ensemble, que cela ne serait jamais arrivé si nous n'étions pas désunis, que je refusais de ne plus avoir de sexualité ou d'avoir des relations épisodiques sans m'investir!
Mais voilà je ne suis pas certain de pouvoir aller au bout de ma démarche, je me culpabilise, vis à vis d'elle, de nos enfants alors que je sais que je me condamne à ne pas être moi même, à vivre en état de tension permanent dans une forme de soumission, et malgré cela je me trouve cruel! J'ai eu pour elle un amour très fort, protecteur, une fascination érotique pour son corps, je me dis que cela a pu la conduire à s'isoler, que j'aurai dû insister pour qu'elle quitte le foyer et travaille plus tôt par exemple! Lorsque nous nous sommes connus c'est comme si j'avais fait le serment de la protéger, je m'étais opposé à son père violent! J'ai l'impression de trahir cet engagement, d'avoir échoué, mais je n'en peux plus et je suis las de vivre d'expédients.
Comment dois je agir, ressentir? Une séparation est elle inévitable, doit elle être immédiate ou préparée et consentie?







 

16/09/2015 à 07:11

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Thierry,

C'est vraiment à vous de voir : vous avez de bonnes raisons de partir et de bonnes raisons de rester. Pourquoi forcément choisir entre ces deux femmes qui vous apportent des choses si différentes ? Parce qu'il me semble, mais je me trompe peut-être, que le fait d'avoir flashé sur une mignonne vous empêche de voir les qualités que possède votre compagne. 35 ans de complicité sexuelle et la voilà dénigrée parce que depuis 2 ans, ce n'est plus son truc. C'est compréhensible qu'elle ait bifurqué, surtout à la ménopause. Possible aussi qu'elle attende de vous plus de tendresse non orientée, plus d'intérêt pour ce qu'elle fait, et qu'elle prend de la distance par rancoeur.

 

Laissez-vous du temps, prenez du plaisir sans culpabiliser avec votre jeune amie. Vous pourriez aussi bien être heureux de votre choix de quitter votre épouse que le regretter amèrement. Pour votre jolie amoureuse, vous êtes un homme marié avec lequel elle entretient une liaison, un amant avec lequel on aime prendre du bon temps. Pas sûr qu'elle vous trouve aussi craquant comme compagnon de vie, pas sûr que l'euphorie survive à l'épreuve du quotidien. Alors, pas de précipitation serait mon conseil. Et puis, dans la mesure du possible, essayez de ramener un peu de cette légèreté extérieure dans votre foyer : vous trouvez que le visage de votre femme est fermé ; peut-être pense-t-elle la même chose à votre égard. 

16/09/2015 à 08:54

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour,
l'impression que j'ai en lisant tes lignes est celle d'une immense éloignement entre ta femme et toi au fil des années. Ça arrive très souvent. Maintenant, puisque tu n'es pas sûr que la séparation soit ta solution, tu peux tenter de travailler sur les raisons de cet éloignement et s'il y a des posibilités de rapprochement. L'idéal serait de le faire avec elle, mais si elle refuse dans un premier temps, tu peux le faire pour toi.
Personnellement, un livre m'a beaucoup aidée dans une phase similaire: "Ensemble mais seuls, Apprivoiser le sentiment de solitude dans le couple" du Dr Christophe Fauré. En plus si ta femme est branchée sur la psychologie, cette approche pourra aussi l'intéresser.
Au moins, tu auras tenté quelque chose.
22/09/2015 à 13:18

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Merci de vos réponses!

Mon épouse recherche la solitude, elle ne veut rien faire d'autre avec moi que le travail, recevoir les enfants et les voyages qui satisfont sa curiosité!
Elle refuse de sortir avec moi sauf obligation, me laisse faire seul les courses, ne propose jamais une sortie, un ciné, elle ne recherche aucun contact physique, nous dormons côte à côte, pas d'élan de tendresse! Ce sont des faits.
Pratiquement plus de sexualité depuis deux ans et plus depuis 3 mois!
A côté de cela elle est amicale!
Je ne vois pas comment sortir de cette situation puisqu'elle me dit que cela lui convient que c'est normal à notre âge!
Je lui ai expliqué que soit j'acceptais de vivre "castré", soit j'allais voir ailleurs, elle n'a pas réagi.
Il est devenu évident pour moi que je ne peux pas vivre de cette manière.
Désormais je n'ose rien lui proposer.
Les relations extra conjugales ponctuelles ne me satisfont plus. Je me sens bien avec mon amie parce que nous faisons des choses ensemble et il y a une complicité qui s'installe.
Il n'y a pas d'autres solutions que de vivre séparé avec le risque d'une rupture définitive.
Je lui ai proposé et son inquiétude est sociale, financière, elle n'a manifesté aucun élan contraire, aucune colère, aucun regret, elle n'a fait aucune proposition.
Je pense que consciemment ou inconsciemment elle agi pour que je la quitte.
22/09/2015 à 13:23

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970
Peut-être. C'est vrai qu'à un moment, il faut être lucide. Pas s'emballer, mais pas non plus continuer tête baissée sur une voie sans issue.
22/09/2015 à 13:33

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

thierry33 a dit : 


Je lui ai proposé et son inquiétude est sociale, financière, elle n'a manifesté aucun élan contraire, aucune colère, aucun regret, elle n'a fait aucune proposition.
Je pense que consciemment ou inconsciemment elle agi pour que je la quitte.

 Cett réaction ou plutôt ce manque de réaction est très révélateur. Elle a sans doute quitté votre relation depuis longtemps, pour elle c'est devenue une cohabitation et visiblement en plus elle s'en contente. D'après tes descriptions, elle vit dans sa bulle et ne veut pas t'y faire de place.
Donc effectivement, à toi de voir, pour toi et pour toi seul, si tu veux encore continuer cette vie.

22/09/2015 à 17:28

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Oui, à toi de voir si tu veux continuer à cohabiter avec quelqu'un qui n'éprouve plus d'amour pour toi ni toi pour elle, et donc "vivre" une vie fade, terne, sans rien faire ensemble, alors pourquoi être ensemble ?
ou si tu prends la décision de divorcer, et chacun de votre côté vous pourrez vivre la vie qui vous plait, avec qui vous voulez ; et au final il n'y aura plus de malheureux, car pour le moment tu es malheureux de vivre auprès d'elle puisqu'il ne se passe plus rien entre vous, et elle est certainement malheureuse de cette vie aussi, mais n'a pas l'air de vouloir prendre la décision de partir. Vous pouvez divorcer par consentement mutuel.
Enfin ce n'est que mon avis, mais je sais que je ne pourrais pas rester dans ta situation ni celle de ta femme.
05/10/2015 à 15:15

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Notre séparation est désormais en cours, en effet j'ai effectué les démarches pour obtenir un logement et c'est acquis pour décembre.
Je vis très mal cette période transitoire après 30 années de vie commune, avec un sentiment de tristesse et de manque, mais je ne vois pas d'autres solutions.
Mon épouse refuse toute intimité sans pouvoir me dire si cela sera durable ou non. Elle ne manifeste aucune colère, cherche à se montrer bienveillante.
Je me dis que si elle était encore amoureuse elle aurait cherché à me retenir.
Elle m'explique que cette séparation nous permettra de nous retrouver!!!
Je me sens manipulé, comme si elle avait tout fait pour que je parte et que j'assume les conséquences de notre séparation.
Je juge notre relation toxique, perverse, source de souffrance mais je suis en manque des moments de bonheur que nous avons pu avoir.
J'ai une souffrance de ne plus pouvoir caresser son corps, un manque depuis des mois. Ma mémoire sensorielle me rappelle notre intimité.
Cette souffrance est elle normale et s'estomper?
Pour l'atténuer je fais chambre à part mais je ne dors pratiquement plus.
Mon amie comprend cette situation et m'aide.
Nous avons une complicité réelle dans tous les domaines, je ressens que nous pouvons avoir une vraie harmonie, mon amie ayant vécue une situation similaire et  beaucoup de franchise, mais j'ai peur que la toxicité de ma relation avec mon épouse nous affecte.
Comment l'éviter?
Depuis que je suis avec mon amie je n'ai plus de relation avec mon épouse, elles étaient très rares!! Mais l'envie demeure, est ce compréhensible, comment faire pour passer à une autre vie?
05/10/2015 à 15:45

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

 Une séparation, ce n'est jamais facile, alors après 30 ans... Il n'est pas certain que votre épouse vous manipule, mais plutôt qu'elle n'y croie pas trop d'après sa réaction. Elle-même réalisera probablement qu'elle vous a perdu... quand vous serez parti.

Mais dites-moi, n'espériez-vous pas au fond que votre femme prenne conscience de votre souffrance et qu'elle réagisse en refusant que vous la quittiez ? Pourriez-vous avoir envie de continuer avec elle si c'était le cas ? 

Sinon, il y a le temps... Et puis, une thérapie pour ne pas laisser le passé polluer votre présent et votre avenir sentimental. Courage !

05/10/2015 à 17:18

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Oui j'aurai espéré.
Mais c'est devenu impossible, il aurait suffit qu'elle manifeste un peu d'intérêt pour une vie intime et qu'elle ait envisagé de m'entourer affectivement, ce que je pouvais évidemment faire.
Je lui ai expliqué.
Il pouvait y avoir un contrat moral, 2 ou 3 moments d'intimité par semaine, une sortie ensemble, un diner ensemble préparé à tour de rôle avec un peu de séduction!
Au lieu de cela elle revendique abstinence et distance; elle reste bienveillante comme un bon camarade et je déteste cela, un bisou sur le front, mes affaires pliées à merveille, etc!
Plus de sexualité, pas d'attention autre que ce qui se fait par devoir et répartition des tâches.
Je la juge égoiste, narcissique, passionné par son for intérieur et son intellect, sans affect, je rumine et me prends à la détester.
Mon départ est la seule solution, j'ai besoin de sentiments, d'exprimer, d'aimer, de donner et recevoir et de ne plus vivre dans un caveau!!! Mais que la transition est difficile!

05/10/2015 à 18:28

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Une chose m'interpelle..... Si ta femme décidait de revenir un peu vers toi, que deviendrait ton amie actuelle ?
Aimes-tu ton amie ?
Aimes-tu ta femme ?
Sais-tu vraiment quels sont tes sentiments envers l'une et l'autre ??
Je sais qu'il y a le poids des années et tout ce que tu as construit avec ta femme, mais imagine un instant si la relation avec ton amie s'arrêtait..... lequel des 2 arrêts te ferait le plus souffrir ?
désolée si mes questions sont tordues ou indiscrètes, mais je me mets facilement à la place de ton amie, et tu as entamé une séparation, mais j'ai l'impression que si ta femme changeait un peu d'attitude tu ferais machine arrière....
06/10/2015 à 09:25

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Tes questions ne sont pas tordues bien au contraire et je me les pose!
J'aime mon épouse mais je ne crois pas que nous puissions être heureux ensemble, je n'ai plus cette confiance! Je suis torturé avec elle, toujours inquiet, je m'interroge toujours sur mes attitudes, est ce que je fais bien ou mal, elle n'est jamais participative en dehors du travail, même si je suis toujours ému, attiré je n'y crois plus et je suis désabusé et en souffrance! Je pars pour me protéger. Elle est sans compromis et ne veut pas changer d'attitude, il y a comme un blocage.
Avec mon amie, il n'y a pas la mémoire des sens, les émotions liées à notre histoire, mais il y a une complicité qui fait son chemin, je lui parle avec facilité et elle aussi, nous avons des goûts communs, une attirance physique, elle a aussi vécu une séparation difficile et je crois que l'amour est une construction au jour le jour.
06/10/2015 à 10:03

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Thierry, et si je vous disais que d'ici quelques années, votre jeune amie pourrait très bien se comporter comme votre épouse (ou pire), et vous, vous retrouver dans la même situation (ou pire), que choisiriez-vous ?

Parce que très honnêtement, toutes les histoires d'amour commencent en général très bien pour arriver à un moment ou à un autre (très souvent dans les 3 ans qui suivent) à traverser des crises où les incompréhensions et les rancoeurs se cumulent de part et d'autre.

Je ne suis pas en train d'affirmer que quitter votre femme serait forcément négatif. Il se peut même que ce soit pour vous très positif. Mais attention, on n'est jamais seul responsable dans une relation. Il est indispensable que vous interrogiez votre part de responsabilité, même si vous devez quitter votre épouse.

Mais bon, perso, au bout de 35 ans dont 33 étaient marqués de complicité sur le plan érotique, je me demande si vous n'avez pas tout simplement, tous les deux, du mal à passer un petit cap. Et que vous pourriez très logiquement vous laisser éblouir outre mesure par votre jeune amie.

 

La réalité il me semble, c'est que vous n'avez pas envie de quitter votre femme, que vous aimez toujours malgré vos reproches, et que vous ne faites pas confiance à votre jeune amie pour une vie de couple. À trop attendre des autres, on finit par ne plus rien avoir... Et si vous vous concentriez sur les aspects positifs de votre vie de couple et sur les aspects positifs de votre histoire parallèle ? Plutôt que d'être négatif pour ce que vous n'y trouvez pas ?

07/10/2015 à 07:34

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Le comportement sera forcément différent et notre histoire n'est pas la même.
Mais je peux très bien me retrouver seul. Cette crainte n'est pas une raison pour rester.
C'est sûr que j'ai une part de responsabilité mais je ne vois plus rien de positif dans ma vie de couple et je n'ai pas confiance dans notre avenir.
07/10/2015 à 07:47

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Thierry, peut-être devrais-tu prendre un appart, seul ; cela te permettrait de comprendre ce que tu ressens vraiment pour ta femme, et si vivre loin d'elle, sans elle, te fais moins souffrir que de vivre sous le même toit. Tu dis que tu es en souffrance.... je pense que l'on doit plus rester ensemble quand l'un des deux souffre... Et il ne faut pas non plus que tu donnes de faux espoirs à ton amie. Est-elle au courant de ce que tu ressens pour ta femme et ce que tu fais avec elle (je parle au niveau du plan sexuel, calins, bisous etc...) ; Que lui as-tu dit dès le départ de votre relation ? Il ne faudrait pas qu'elle espère trop de toi, surtout si tu pars de chez toi, elle peut espérer que dans quelques temps vous puissiez enfin vous installer ensemble et vivre ensemble (si c'est la base de départ de votre relation et si les sentiments sont là).
07/10/2015 à 13:31

thierry33

Type :
Messages : 18
Membre depuis : 01/01/1970
Tu as raison, et j'ai un logement en novembre!
J'ai parlé avec franchise à mon amie. Je lui ai expliqué que j'avais encore des sentiments pour mon épouse et elle le comprend d'autant mieux qu'elle a quitté son conjoint alors qu'elle même avait encore des sentiments mais qu'elle n'arrivait plus à vivre avec lui.
Je n'ai plus de sexualité avec mon épouse depuis plus de deux mois, nous faisons chambre à part, il m'arrive effectivement de la câliner mais cela ne va pas plus loin. Elle se laisse faire mais ne provoque pas ces moments ni ne participe, elle les accepte poliment. Je ne conçois pas de ne plus avoir de tendresse même si je n'ai pas le retour de mon épouse. Elle m'a dit qu'elle n'était pas choqué mais comme souvent elle parait absente.
J'ai eu hier une conversation longue avec mon épouse, je lui ai expliqué que j'aurai aimé plus d'intimité, de tendresse, qu'elle s'investisse dans des loisirs communs ou non, qu'elle soit moins solitaire, je lui ai aussi expliqué que ses recherches personnelles en généalogie et même en psycho-généalogie ne devrait pas être entreprise seule et de manière aussi fréquente et importante, qu'elle faisait une addiction, que cela la conduisait à s'immerger dans un contexte irréel, mortifère. Elle m'a écouté gentiment et le soir elle repartait pour 3 heures de recherche sur internet, elle trouve des ancêtres, des photos, des parcours de vie, par exemple des personnes internées pendant la seconde guerre. Je conçois bien qu'elle puisse avoir des centres d'intérêts mais je crois que dans ce domaine il faut faire attention, c'est comme si elle se trouvait des racines avec des personnes qui ont souffert, elle se persuade ainsi qu'elle a une filiation lointaine avec des personnes juives et tsiganes, d'où des internements et bien des souffrances. Alors je me pose deux questions:
- Est ce psychologiquement prudent de s'investir seule dans de telles recherches? Faire de telles recherches pour d'autres personnes et pour soi sont deux choses bien différente je crois.
- Est ce acceptable pour un conjoint de voir son épouse accaparé par de telles recherches, y passer presque tout son temps libre et être mentalement accaparé au détriment d'une vie de couple, à toute intimité?
Enfin, je ressens mal cette ambiance, cette remontée de souvenir ancestraux reconstruits, et je lui ai expliqué que je ne vivrai pas dans un caveau.
J'ai décidé de mettre fin à 35 années de vie commune mais cela ne veut pas dire que je n'ai plus de sentiments, bien au contraire et le fait que nous travaillons ensemble complique la situation.
De tout cela j'ai parlé avec mon amie.
En fait nous ressentons une complicité, nous communiquons beaucoup.
Elle ne m'a pas poussé à partir et me disais de prendre mon temps, mais mon ressenti à la maison est insupportable, oppressant avec un poids constant sur la poitrine, un déchirement intérieur, je dors peu, je suis de passage le we même si je ne vois pas mon amie.
Hier mon épouse m'a dit qu'elle savait que j'avais quelqu'un, avec un peu d'inquiétude et que cela ne correspondait pas à ses valeurs.
Je lui ai répondu que je préfèrerai la savoir avec un amant mais heureuse que d'assister à ce que je vis quotidiennement et qu'en ce qui me concernait je ne me résignais pas à vivre sans joie.
Le soir même elle repartait dans ses recherches. Pas de colère, pas de pleurs.
En fait je crois que j'aime le passé, les bonnes et belles choses que nous avons faites, vécues ensemble et que le présent nourrit un sentiment d'échec que j'ai du mal à intégrer et à accepter.
Mais je crois que mon départ est une clarification nécessaire, avec ou sans mon amie d'ailleurs.
07/10/2015 à 19:45

Madison

Type :
Messages : 246
Membre depuis : 01/01/1970
Merci d'avoir répondu. J'ai l'impression que tu es honnête envers ton amie donc c'est déjà une très bonne chose. Et si pour le moment les choses lui conviennent, ainsi qu'à toi alors c'est que du bonheur. Tant que tu ne lui caches rien, et si les choses revenaient chez toi (sexualité et autre) j'espère que tu resteras toujours honnête envers ton amie pour lui en faire part.
Il est normal d'aimer le passé et toutes les belles choses que nous avons construites avec l'autre personne, tout ce que l'on a vécu, et c'est ça aussi qui pose souvent un problème pour se séparer, qui fait peur. Mais il faut savoir se poser les bonnes questions, et surtout savoir pourquoi on reste.... parce qu'on garde en tête le passé qui était beau et bon, alors que le présent n'est que tristesse, aucun sentiment, juste de l'habitude et peut-être de la pitié ? ; ça n'est pas évident de repartir sur un nouveau chemin et de reconstruire, mais si c'est pour être heureux, et vivre vraiment alors.... et si en plus c'est avec de l'amour c'est encore meilleur !
Bonne chance pour ton nouveau départ, que tu puisses enfin vivre la vie que tu aimes, dont tu as besoin pour être heureux, avec ton amie, ou sans elle ; c'est peut-être aussi l'amour que tu as pour elle qui t'a donné la force de changer de vie.
13/10/2015 à 07:30

reniflemoi

Type :
Messages : 9
Membre depuis : 01/01/1970
Salut. Voici mon nouveau blog fait avec des copines. On propose de fournir des sous-vêtements déjà porté à qui le désire. Tu peux même choisir le type de culotte et la fille !
Contact moi sur http://reniflemoi.wix.com/culotteetstring
Ou envoie moi un mail à renifle.moi@gmail.com
13/10/2015 à 07:30

melusinefee

Type :
Messages : 1010
Membre depuis : 01/01/1970

thierry33 a dit : 

Tu as raison, et j'ai un logement en novembre!
J'ai parlé avec franchise à mon amie. Je lui ai expliqué que j'avais encore des sentiments pour mon épouse et elle le comprend d'autant mieux qu'elle a quitté son conjoint alors qu'elle même avait encore des sentiments mais qu'elle n'arrivait plus à vivre avec lui.
Je n'ai plus de sexualité avec mon épouse depuis plus de deux mois, nous faisons chambre à part, il m'arrive effectivement de la câliner mais cela ne va pas plus loin. Elle se laisse faire mais ne provoque pas ces moments ni ne participe, elle les accepte poliment. Je ne conçois pas de ne plus avoir de tendresse même si je n'ai pas le retour de mon épouse. Elle m'a dit qu'elle n'était pas choqué mais comme souvent elle parait absente.
J'ai eu hier une conversation longue avec mon épouse, je lui ai expliqué que j'aurai aimé plus d'intimité, de tendresse, qu'elle s'investisse dans des loisirs communs ou non, qu'elle soit moins solitaire, je lui ai aussi expliqué que ses recherches personnelles en généalogie et même en psycho-généalogie ne devrait pas être entreprise seule et de manière aussi fréquente et importante, qu'elle faisait une addiction, que cela la conduisait à s'immerger dans un contexte irréel, mortifère. Elle m'a écouté gentiment et le soir elle repartait pour 3 heures de recherche sur internet, elle trouve des ancêtres, des photos, des parcours de vie, par exemple des personnes internées pendant la seconde guerre. Je conçois bien qu'elle puisse avoir des centres d'intérêts mais je crois que dans ce domaine il faut faire attention, c'est comme si elle se trouvait des racines avec des personnes qui ont souffert, elle se persuade ainsi qu'elle a une filiation lointaine avec des personnes juives et tsiganes, d'où des internements et bien des souffrances. Alors je me pose deux questions:
- Est ce psychologiquement prudent de s'investir seule dans de telles recherches? Faire de telles recherches pour d'autres personnes et pour soi sont deux choses bien différente je crois.
- Est ce acceptable pour un conjoint de voir son épouse accaparé par de telles recherches, y passer presque tout son temps libre et être mentalement accaparé au détriment d'une vie de couple, à toute intimité?
Enfin, je ressens mal cette ambiance, cette remontée de souvenir ancestraux reconstruits, et je lui ai expliqué que je ne vivrai pas dans un caveau.
J'ai décidé de mettre fin à 35 années de vie commune mais cela ne veut pas dire que je n'ai plus de sentiments, bien au contraire et le fait que nous travaillons ensemble complique la situation.
De tout cela j'ai parlé avec mon amie.
En fait nous ressentons une complicité, nous communiquons beaucoup.
Elle ne m'a pas poussé à partir et me disais de prendre mon temps, mais mon ressenti à la maison est insupportable, oppressant avec un poids constant sur la poitrine, un déchirement intérieur, je dors peu, je suis de passage le we même si je ne vois pas mon amie.
Hier mon épouse m'a dit qu'elle savait que j'avais quelqu'un, avec un peu d'inquiétude et que cela ne correspondait pas à ses valeurs.
Je lui ai répondu que je préfèrerai la savoir avec un amant mais heureuse que d'assister à ce que je vis quotidiennement et qu'en ce qui me concernait je ne me résignais pas à vivre sans joie.
Le soir même elle repartait dans ses recherches. Pas de colère, pas de pleurs.
En fait je crois que j'aime le passé, les bonnes et belles choses que nous avons faites, vécues ensemble et que le présent nourrit un sentiment d'échec que j'ai du mal à intégrer et à accepter.
Mais je crois que mon départ est une clarification nécessaire, avec ou sans mon amie d'ailleurs.

 Cela semble assez clair. Ta femme a pris - consciemment ou non - un autre chemin, pour elle seule; à toi de suivre ou non, cela a l'air de lui être indifférent. A mon avis, elle est passée à une autre étape de sa vie et vous ne vivez plus dans la même bulle. D'ailleurs, tu ne t'y reconnais plus ; cette femme semble être pour toi une inconnue et ce qui te rattache à elle est surtout la femme qu'elle a été et ce que vous avez vécu ensemble. Séparation ou pas, amie extérieure ou pas, il me semble que l'étape que tu vis actuellement c'est tout simplement un deuil: accepter que les choses et les gens changent, que tout est mouvement, que rien n'est immuable ... c'est très dur, mais accepter c'est déjà le premier pas ... et donne-toi le temps de faire ce deuil et de passer toi aussi à l'étape suivante; avec ou sans elle.