Besoin d'aide...

10/07/2015 à 22:43

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970
Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René
11/07/2015 à 20:58

batfou

Type :
Messages : 64
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

12/07/2015 à 02:37

Kalrak

Type :
Messages : 70
Membre depuis : 01/01/1970

batfou a dit : 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

 Il c'est inscrit sur "On Vas Sortir", j'espère que ça va lui changer les idées et que surtout il va y aller....

T'as entendu René ? fonce voir du monde ! pas un ordre mais pas loin....;)

12/07/2015 à 08:57

batfou

Type :
Messages : 64
Membre depuis : 01/01/1970

Kalrak a dit : 

batfou a dit : 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

 Il c'est inscrit sur "On Vas Sortir", j'espère que ça va lui changer les idées et que surtout il va y aller....

T'as entendu René ? fonce voir du monde ! pas un ordre mais pas loin....;)

 OUI !!! arrete de faire la TAUPE ..rené  ( jeux de mots jesperes que tu le prendras pas mal un peut d'humour pour te remonter le moral !! )  biz 

12/07/2015 à 09:57

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Kalrak a dit : 

batfou a dit : 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

 Il c'est inscrit sur "On Vas Sortir", j'espère que ça va lui changer les idées et que surtout il va y aller....

T'as entendu René ? fonce voir du monde ! pas un ordre mais pas loin....;)

 OUI !!! arrete de faire la TAUPE ..rené  ( jeux de mots jesperes que tu le prendras pas mal un peut d'humour pour te remonter le moral !! )  biz 

Kalrak, il y a longtemps que je n'ai plus le goût de sortir. Je m'en tiens au stricte minimum : aller bosser, faire les courses, sorties indispensables (médecin, nécessités administratives...). Je sens bien qu'il y a un gros décalage entre ce que je peux penser, ressentir, percevoir de tout ce qui m'environne ainsi que des gens qui m'entourent.

Batfou, René La Taupe, je ne connaissais pas. Sympa comme bestiole. Après, si je suis mignon, ce n'est pas à moi de le dire. En tous cas personne ne s'est encore prononcé à ce sujet. Si je suis gros ? ... pas encore !!! 88 kg pour 1,86m je pense que c'est encore tolérable. Si je sais me tenir en société ? J'ai encore de bons restes, et comme je suis plutôt respectueux des usages de tradition, je suis sûr qu'on pourrait dire de moi que j'ai un côté "vieille France". Je n'ai jamais été en phase avec mon âge. Enfant, j'avais déjà des activités "de grands". Adolescent, on pensait que j'étais plus âgé qu'en réalité (manières d'écrire, de m'exprimer...). Adulte, le décalage s'est certainement accentué. Je suis persuadé que des personnes de 60/65 ans, voire plus, sont plus "jeunes" que moi dans leurs façons de faire, leur mentalité et autres... En gros, une formule quelque peu triviale pourrait résumer aisément ma situation : "Mais qu'est-ce que je fous ici ?". Je n'ai plus envie de chercher la réponse. Je suis devenu pragmatique, j'avance comme je peux, fataliste aussi, je me suis fait une raison. Parfois, j'arrive à apprivoiser la solitude pour qu'elle me soit moins pesante. Mais on ne la maîtrise jamais !!! Ce n'est qu'une illusion que de penser pouvoir la dompter. J'ai eu la naïveté de penser que je pourrais être le plus fort mais j'ai appris douloureusement que le combat inégal était en ma défaveur. Il faut être deux pour terrasser la solitude : un duo pour gagner le duel. Pour le moment, je suis seul face à mon adversaire le plus fidèle...

12/07/2015 à 11:43

Agueev

Type :
Messages : 32
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Renedu33 a dit : 

Kalrak a dit : 

batfou a dit : 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

 Il c'est inscrit sur "On Vas Sortir", j'espère que ça va lui changer les idées et que surtout il va y aller....

T'as entendu René ? fonce voir du monde ! pas un ordre mais pas loin....;)

 OUI !!! arrete de faire la TAUPE ..rené  ( jeux de mots jesperes que tu le prendras pas mal un peut d'humour pour te remonter le moral !! )  biz 

Kalrak, il y a longtemps que je n'ai plus le goût de sortir. Je m'en tiens au stricte minimum : aller bosser, faire les courses, sorties indispensables (médecin, nécessités administratives...). Je sens bien qu'il y a un gros décalage entre ce que je peux penser, ressentir, percevoir de tout ce qui m'environne ainsi que des gens qui m'entourent.

Batfou, René La Taupe, je ne connaissais pas. Sympa comme bestiole. Après, si je suis mignon, ce n'est pas à moi de le dire. En tous cas personne ne s'est encore prononcé à ce sujet. Si je suis gros ? ... pas encore !!! 88 kg pour 1,86m je pense que c'est encore tolérable. Si je sais me tenir en société ? J'ai encore de bons restes, et comme je suis plutôt respectueux des usages de tradition, je suis sûr qu'on pourrait dire de moi que j'ai un côté "vieille France". Je n'ai jamais été en phase avec mon âge. Enfant, j'avais déjà des activités "de grands". Adolescent, on pensait que j'étais plus âgé qu'en réalité (manières d'écrire, de m'exprimer...). Adulte, le décalage s'est certainement accentué. Je suis persuadé que des personnes de 60/65 ans, voire plus, sont plus "jeunes" que moi dans leurs façons de faire, leur mentalité et autres... En gros, une formule quelque peu triviale pourrait résumer aisément ma situation : "Mais qu'est-ce que je fous ici ?". Je n'ai plus envie de chercher la réponse. Je suis devenu pragmatique, j'avance comme je peux, fataliste aussi, je me suis fait une raison. Parfois, j'arrive à apprivoiser la solitude pour qu'elle me soit moins pesante. Mais on ne la maîtrise jamais !!! Ce n'est qu'une illusion que de penser pouvoir la dompter. J'ai eu la naïveté de penser que je pourrais être le plus fort mais j'ai appris douloureusement que le combat inégal était en ma défaveur. Il faut être deux pour terrasser la solitude : un duo pour gagner le duel. Pour le moment, je suis seul face à mon adversaire le plus fidèle...

René, on a déjà un peu échangé sur ta situation. Je pense que tu as besoin de te faire aider et accompagner. Au point où tu en es cela va être difficile, peut être trop difficile de faire le chemin vers les autres tout seul. Il faut que tu apprennes à te réconcilier avec toi même suffisamment pour te sentir à l'aise avec l'idée d'avoir des relations sociales. C'est la première étape avant une rencontre plus intime. 

A te lire en tous cas j'ai vraiment l'impression que ta souffrance prend le dessus sur ta motivation de te sortir du bourbier dans lequel tu t'es empêtré. Pourtant tu es là sur ce forum parce que tu sais que tu as besoin d'aide. Le forum pourra t'apporter du soutien, mais seul un spécialiste pourra t'aider. Parfois il faut persévérer avant de trouver le bon. Courage à toi !

12/07/2015 à 12:29

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970
Merci à tous et à toutes. C'est vraiment sympa à vous de vous pencher sur mon cas. Je me sens un peu moins seul même si ça reste virtuel. Internet est une béquille mais pas une panacée. Vous êtes là, c'est réconfortant. Si j'avais la possibilité de vous rencontrer, ce serait un petit plus. Le tchat c'est sympa mais j'ai vraiment envie de rencontrer du monde et paradoxalement, je redoute le fait de sauter le pas.
12/07/2015 à 17:02

batfou

Type :
Messages : 64
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Merci à tous et à toutes. C'est vraiment sympa à vous de vous pencher sur mon cas. Je me sens un peu moins seul même si ça reste virtuel. Internet est une béquille mais pas une panacée. Vous êtes là, c'est réconfortant. Si j'avais la possibilité de vous rencontrer, ce serait un petit plus. Le tchat c'est sympa mais j'ai vraiment envie de rencontrer du monde et paradoxalement, je redoute le fait de sauter le pas.

 TU CONNAIS PAS RENE LA TAUPE ????  ( humour  !! )  bha c'est sur que ton cas est difficile mais garde le moral mec !

24/07/2015 à 17:03

Brigitte

Type : Femme
Messages : 1251
Membre depuis : 15/09/2012

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 

On peut tout à fait avoir des relations sociales et pourtant être incapable d’avoir une vie affective réelle ; tout simplement parce que l’investissement affectif est en effet plus dangereux. Il y a sans doute chez vous une peur terrible de vous engager vraiment. Peut-être par peur de trop souffrir si cela se terminait et donc, vous n’arrivez pas à vous lier avec une femme. Mais le résultat, c’est que de toute façon vous souffrez.

Il n’y a pas de multiples solutions dans votre cas : - soit vous vous jetez plus à l’eau, mais visiblement cela n’a pas l’air de vraiment marcher ; - soit vous entrez dans des groupes de parole ou des associations afin de multiplier les contacts avec la gent féminine, donc pas d’associations sportives à dominance masculine ; - soit vous entreprenez une thérapie afin de comprendre votre peur et commencer à la désamorcer.

Brigitte
24/07/2015 à 18:01

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970

 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 

On peut tout à fait avoir des relations sociales et pourtant être incapable d’avoir une vie affective réelle ; tout simplement parce que l’investissement affectif est en effet plus dangereux. Il y a sans doute chez vous une peur terrible de vous engager vraiment. Peut-être par peur de trop souffrir si cela se terminait et donc, vous n’arrivez pas à vous lier avec une femme. Mais le résultat, c’est que de toute façon vous souffrez.

Il n’y a pas de multiples solutions dans votre cas : - soit vous vous jetez plus à l’eau, mais visiblement cela n’a pas l’air de vraiment marcher ; - soit vous entrez dans des groupes de parole ou des associations afin de multiplier les contacts avec la gent féminine, donc pas d’associations sportives à dominance masculine ; - soit vous entreprenez une thérapie afin de comprendre votre peur et commencer à la désamorcer.

Brigitte

 Bonsoir Brigitte...

... et merci pour votre intervention.

Lorsque vous parlez "investissement affectif", j'ai toujours l'impression qu'il y a déséquilibre systématique : je l'aime plus qu'elle ne m'aime. Attention !!! Je ne fais pas mon Caliméro en disant cela. Simplement, je constate que les femmes que j'ai pu apprécier au-delà de la simple amitié n'ont jamais eu une quelconque manifestation de ce que j'aurais pu percevoir comme une réciprocité de sentiments.

"La peur de l'engagement" telle que vous l'évoquez est surtout perturbée par un sentiment presque inverse : la peur de la tentation. J'ai assez peu d'amies car, j'éprouve assez rapidement, pour certaines d'entre elles, un besoin que cette relation aille plus loin. Mais c'est rarement possible de concrétiser ce désir pour de multiples raisons les concernant. Plutôt que d'être tenté, je limite donc les... tentations.

"La peur que tout s'arrête" est certainement aussi le frein le plus important à ma démarche.

Les solutions :
- Pour ce qui est de se "jeter à l'eau", je suis peut-être séduisant (c'est à voir, ce n'est pas à moi de le dire...) mais certainement pas séducteur. On rentre là dans une démarche artificielle, superficielle, qui m'est totalement étrangère et qui ne m'intéresse pas. La drague, n'est pas du tout mon style. Je suis comme je suis, je ne supporte pas de jouer un rôle, en plus surtout dans ce domaine, je serais certainement un piètre acteur, qui jouerait faux à coup sûr !!!

- Les associations, groupes, situations qui me donnent l'occasion de multiplier les contacts ont été une tentative mais avec le revers de la tentation évoquée plus haut et j'y ai donc renoncé pour cette raison.

- Pour la thérapie, de multiples essais me laissent toujours l'impression de perdre mon temps (et mon argent dans le cas de praticiens certainement très compétents mais hors du système classique). Je n'ai sûrement pas suffisamment persévéré dans cette voie. Je ne sais plus vers qui me tourner pour que ma démarche soit efficace.

Ceci dit, je suis très impressionné par le fait que vous preniez le temps de vous pencher sur mon cas. Vous ne devez pas en croiser tous les jours et c'est aussi pour cela qu'il m'est difficile d'échanger avec qui que ce soit sur un sujet aussi sensible et douloureux. Je vous remercie encore pour l'attention que vous me portez et la patience dont vous faites preuve pour essayer d'aider ceux qui sont en détresse dans leur intimité.

René

25/07/2015 à 12:59

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour René,

Deux choses m'interpellent :

Vous dites que d'une part, vous trouvez que systématiquement, les femmes vous manifestent pas une réciprocité de sentiments (le côté systématique laisse penser que quelque chose vient de vous...)

D'autre part vous évoquez une tentation systématique (là encore) de papillonnage. Donc, vous évitez de rencontrer des femmes. Ou alors, vous approchez des femmes qui ne peuvent pas satisfaire votre désir "pour de multiples raisons les concernant" (déjà engagées par ailleurs ?).

Vous repoussez une femme qui est folle de vous, vous tombez fou amoureux d'une femme dont vous savez qu'avec elle c'était "perdu d'avance"...

Finalement, votre peur de la tentation peut traduire une peur de l'engagement (et vice versa !) ; en tout cas, elle vous mène au même point : vous êtes seul.

Comme ça, ma première impression, c'est qu'il existe un conflit entre ce que vous affirmez souhaiter et vos actes. Votre attirance pour de nombreuses femmes (que vous gérez mal, puisque vous optez pour la fuite) et le fait que vous repoussiez vos conquêtes en estimant qu'elles ne s'attachent pas assez à vous me laisse penser que finalement, vous faites tout ce qu'il faut pour rester célibataire et frustré. La thérapie me semble la meilleure voie à explorer pour comprendre ce qui se joue et changer de cap !
25/07/2015 à 13:58

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970

Parvati a dit : 

Bonjour René,

Deux choses m'interpellent :

1° ) Vous dites que d'une part, vous trouvez que systématiquement, les femmes vous manifestent pas une réciprocité de sentiments (le côté systématique laisse penser que quelque chose vient de vous...)

2°) D'autre part vous évoquez une tentation systématique (là encore) de papillonnage. Donc, vous évitez de rencontrer des femmes. Ou alors, vous approchez des femmes qui ne peuvent pas satisfaire votre désir "pour de multiples raisons les concernant" (déjà engagées par ailleurs ?).

3°) Vous repoussez une femme qui est folle de vous, vous tombez fou amoureux d'une femme dont vous savez qu'avec elle c'était "perdu d'avance"...

Finalement, votre peur de la tentation peut traduire une peur de l'engagement (et vice versa !) ; en tout cas, elle vous mène au même point : vous êtes seul.

4°) Comme ça, ma première impression, c'est qu'il existe un conflit entre ce que vous affirmez souhaiter et vos actes. Votre attirance pour de nombreuses femmes (que vous gérez mal, puisque vous optez pour la fuite) et le fait que vous repoussiez vos conquêtes en estimant qu'elles ne s'attachent pas assez à vous me laisse penser que finalement, vous faites tout ce qu'il faut pour rester célibataire et frustré. La thérapie me semble la meilleure voie à explorer pour comprendre ce qui se joue et changer de cap !

 Pour plus de simplicité, je vous réponds en reprenant vos propos. Je les énumère en gras à partir de votre message :

1°) Jusqu'à présent, je n'ai jamais perçu un attrait d'une femme pour moi. Peut-être que je ne suis pas suffisamment réceptif à d'éventuels signaux émis à mon encontre ou plus prosaïquement, l'occasion ne s'est réellement pas présentée.

2°) Présenté comme ça, on dirait un Don Juan qui butine à tout va. Je me suis peut-être mal exprimé. Lorsque je suis en présence de femmes, j'ai rapidement tendance à imaginer une relation plus aboutie, plus concrète, plus "intime" sans forcément en tomber véritablement amoureux du moins au départ. Effectivement, ce sont souvent des femmes qui ont un vécu par ailleurs (avec un compagnon par exemple, orientation sexuelle différente, etc...).

3°) Je n'ai repoussé personne. Il s'agissait d'un coup de foudre de lycéen et déjà je n'ai pas su saisir l'opportunité que cette fille me donnait, tétanisé par l'idée "que peut-être, à vouloir aller plus loin, j'allais aller trop loin", par maladresse, être trop "gourmand" du premier coup... Par manque d'expérience tout simplement ! Je m'en suis rendu compte à posteriori...trop tard évidemment !
Pour ce qui est de la deuxième situation (qui mériterait d'être développée mais ce serait assez long), j'ai essayé de lutter contre cet attrait pour une femme divorcée, exerçant une profession (ce n'était pas encore le cas pour moi, venant de quitter mes études), plus âgée que moi (une douzaine d'années de plus) et surtout que je n'intéressais pas sur un plan sentimental.

4°) "le fait que vous repoussiez vos conquêtes en estimant qu'elles ne s'attachent pas assez à vous" Il faut également préciser que je ne les aide pas non plus, car elles ne savent jamais ce que j'éprouve pour elles. Jamais je n'ai été capable de leur dire que je les aimais, il est donc logique qu'elles ne se sentent pas obligées de répondre par la pareille, puisqu'elles n'ont jamais eu de ma part cette affirmation même si j'étais capable de beaucoup pour leur faire comprendre ou du moins deviner...

25/07/2015 à 17:22

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Oui, et j'en reviens à ce que je vous disais : il me semble que, bien malgré vous, vous faites tout pour rester célibataire et frustré :-) C'est assurément à creuser avec un thérapeute !

Je ne vous comparais pas à un Don Juan et ne portais pas de jugement négatif sur vous. C'est bien ce que j'avais compris : quand vous êtes en présence de femmes vous êtes tenté de papillonner (ce qui vous met suffisamment mal à l'aise pour limiter les rencontres). Cela contribue à ce que votre célibat perdure...

Cette tentation puise ses racines en vous ! À quoi est-elle due ? (à creuser aussi : pourquoi cette peur de la tentation ? ) Votre incapacité à dire Je t'aime parle aussi, reste à comprendre avec un thérapeute ce que cela raconte... pour mieux le dépasser. La solution est en vous !

Je suis surprise de l'évocation de ce coup de foudre au lycée... Vous avez 43 ans. Or vous avez écrit : "Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi". Cela signifie t-il que ces 2 expériences mémorables remontent à aussi loin ? Plus rien de marquant depuis ?

 

Je crois que la plus précieuse aide que vous pourrez trouver ici, c'est de comprendre que la réponse est en vous. Il faut la trouver accompagné d'un bon thérapeute.Wink

Il suffit de vous relire : vous donnez toutes les explications de votre malheur. Reste à répondre aux questions "pourquoi" et "à quelles fins". Ça, c'est avec un pro ! Pourquoi pas un tour sur ConsultOnline ?

 

 

25/07/2015 à 17:45

Parvati

Type :
Messages : 743
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

 Ça aussi, c'est très évocateur...

Frappez à la bonne porte, René ! Vous avez envie de donner un nouvel élan à votre vie affective, il est temps de faire tomber vos barrières intérieures. Bon courage à vous.

25/07/2015 à 18:19

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970
Lorsque vous dites "Je suis surprise de l'évocation de ce coup de foudre au lycée... Vous avez 43 ans. Or vous avez écrit : "Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi". Cela signifie t-il que ces 2 expériences mémorables remontent à aussi loin ? Plus rien de marquant depuis ?


Je vous l'avoue, effectivement, depuis le 19 mai 1995, il ne s'est plus rien passé. Si on prend en compte les deux échecs précédents, il ne s'est rien passé du tout dans ce domaine. J'ai été heureux de ce que j'ai vécu quand je fréquentais la deuxième femme plus âgée. Nous avons passé de très bon moments, très gais, festifs, mais aucun beaucoup plus intime.

Et quand je dis que cette situation me fait tourner en rond, le souvenir du malaise consécutif à ces deux échecs est une souffrance qui ne me met pas en condition pour renouveler l'expérience, par peur de l'échec de trop certainement et donc la partenaire potentielle n'est pas, non plus, disposée à faire un effort à mon égard, ce qui est pleinement justifié au regard de ma situation.

Comme vous le rappelez, et j'en suis tout à fait conscient, j'ai analysé méticuleusement la situation, restent effectivement quelques paramètres qui m'échappent pour trouver la solution pour m'en sortir. Il faut assurément faire appel à un professionnel pour cela, mais je ne sais pas trop à quelle porte frapper...
04/08/2015 à 22:03

eaubraise

Type :
Messages : 187
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

 


4°) "le fait que vous repoussiez vos conquêtes en estimant qu'elles ne s'attachent pas assez à vous" Il faut également préciser que je ne les aide pas non plus, car elles ne savent jamais ce que j'éprouve pour elles. Jamais je n'ai été capable de leur dire que je les aimais, il est donc logique qu'elles ne se sentent pas obligées de répondre par la pareille, puisqu'elles n'ont jamais eu de ma part cette affirmation même si j'étais capable de beaucoup pour leur faire comprendre ou du moins deviner...

 Beaucoup de femmes sont habituées, attendent que l'homme fasse le premier pas...
vous commencez par dire que vous aimeriez connaitre le plaisir... avez vous déjà fait la démarche tout simplement dans un premier temps d'aller voire une prostituée?
Vous avez l'air d'être quelqu'un d'original qui ne l'assume pas au milieu des autres, avez vous des amis très proches, intimes? 
en tous cas, le premier pas de prendre conscience que vous avez besoin d'aide pour profiter de la vie est fait.
Vous pouvez trouver un psycho thérapeute et parallèlement intégrer des groupes de paroles sur la phobie sociale même si ce n'est pas exactement votre cas... Vous avez progressé mais il y a des blessures, voire des traumatismes... vous devez avoir une hypersensibilité derrière une carapace de contrôle, de patience, de tabous, c'est un grand pas d'être venu sur ce forum, ce serait bien aussi que vous vous présentiez et mettiez une photo qui montre qqchose de vous. Bon courage

05/08/2015 à 09:30

Renedu33

Type :
Messages : 23
Membre depuis : 01/01/1970
Bonjour Eaubraise,

Concernant la découverte du plaisir, vous évoquez la solution de la prostitution. Effectivement, une nuit de cafard plus fort que les autres, j'ai essayé de chercher des solutions. La seule qui soit apparue vraiment "efficace" (sur le moment !!!) a été celle de "la femme qu'on paie pour ça". Rassuré, je me suis endormi, apaisé d'avoir enfin avancé sur le sujet. Par contre, le lendemain, au réveil et après, j'ai pris conscience d'avoir eu cette idée-là et ça m'a rendu malade. Vous allez me dire "pleins de gens font ça..." Peut-être, mais j'aimerais tellement qu'il en soit autrement, surtout pour la découverte de cette chose certainement si agréable à partager avec une femme.

Pour ce qui est de l'originalité me concernant, je suis curieux de savoir ce que vous souhaitez me voir développer. Je serais ravi de le faire pour peu que vous me donniez des précisions dans le domaine qui vous intéresse.

Les ami(e)s, le dossier est mince. J'ai surtout des relations de travail avec qui j'ai quelques rapports extraprofessionnels. Pour celles avec qui je m'entend bien, elles sont au courant de mon célibat. Peu me questionnent sur le sujet et encore moins sur des questions plus sensibles. Quant aux amies intimes, la proportion chute vers le néant.

Me concernant, j'ai été très longtemps timide jusque vers l'adolescence, puis la maturité aidant, je suis devenu moins "sauvage". Socialement, j'arrive assez bien à intégrer un groupe (professionnel, associatif...) mais rapidement parfois, je ne trouve plus aucun attrait à poursuivre une quelconque participation de ma part et j'abandonne (association, chorale, etc...). Sentimentalement, c'est beaucoup plus compliqué, je tomberais assez facilement amoureux, très souvent unilatéralement car la "partenaire" ou plutôt l'élue n'est au courant de rien. Si sa fréquentation commence à durer un peu, je deviens alors très démonstratif mais toujours sans rien exprimer. Alors je tombe amoureux et je ne m'en relève pas. La dernière fois que ça a été le cas, elle a bien failli m'être fatale tellement je tenais à cette femme. J'ai pris le parti de ne plus rien tenter qui pourrait être vraiment destructeur en cas d'échec. J'en suis là et j'en souffre depuis tout ce temps-là. C'est depuis un peu plus d'un an que la situation m'est devenue pénible. Les collègues de travail bien plus jeunes que moi, ce sont mariées, ont eu des enfants. J'ai eu un gros coup de blues à cause de cette remise en question et depuis j'ai essayé de reprendre les choses en main. J'avais commencé à reprendre le chemin d'un thérapeute mais ça reste un malaise pour moi de le consulter j'ai donc arrêté. Par dépit, lassitude, que sais-je, j'ai fini par atterrir ici après avoir voulu passer par des sites de rencontre qui ne m'ont rien apporté de réellement concret.

Heureusement, il me reste mon travail que je vais reprendre à la fin du mois et qui est encore la seule chose à laquelle je me consacre avec persévérance.

Voilà ce que je peux vous dire de la situation telle qu'elle est et telle que je la vie au quotidien...
10/08/2015 à 13:56

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 

On peut tout à fait avoir des relations sociales et pourtant être incapable d’avoir une vie affective réelle ; tout simplement parce que l’investissement affectif est en effet plus dangereux. Il y a sans doute chez vous une peur terrible de vous engager vraiment. Peut-être par peur de trop souffrir si cela se terminait et donc, vous n’arrivez pas à vous lier avec une femme. Mais le résultat, c’est que de toute façon vous souffrez.

Il n’y a pas de multiples solutions dans votre cas : - soit vous vous jetez plus à l’eau, mais visiblement cela n’a pas l’air de vraiment marcher ; - soit vous entrez dans des groupes de parole ou des associations afin de multiplier les contacts avec la gent féminine, donc pas d’associations sportives à dominance masculine ; - soit vous entreprenez une thérapie afin de comprendre votre peur et commencer à la désamorcer.

Brigitte

 Bonsoir Brigitte...

... et merci pour votre intervention.

Lorsque vous parlez "investissement affectif", j'ai toujours l'impression qu'il y a déséquilibre systématique : je l'aime plus qu'elle ne m'aime. Attention !!! Je ne fais pas mon Caliméro en disant cela. Simplement, je constate que les femmes que j'ai pu apprécier au-delà de la simple amitié n'ont jamais eu une quelconque manifestation de ce que j'aurais pu percevoir comme une réciprocité de sentiments.

"La peur de l'engagement" telle que vous l'évoquez est surtout perturbée par un sentiment presque inverse : la peur de la tentation. J'ai assez peu d'amies car, j'éprouve assez rapidement, pour certaines d'entre elles, un besoin que cette relation aille plus loin. Mais c'est rarement possible de concrétiser ce désir pour de multiples raisons les concernant. Plutôt que d'être tenté, je limite donc les... tentations.

"La peur que tout s'arrête" est certainement aussi le frein le plus important à ma démarche.

Les solutions :
- Pour ce qui est de se "jeter à l'eau", je suis peut-être séduisant (c'est à voir, ce n'est pas à moi de le dire...) mais certainement pas séducteur. On rentre là dans une démarche artificielle, superficielle, qui m'est totalement étrangère et qui ne m'intéresse pas. La drague, n'est pas du tout mon style. Je suis comme je suis, je ne supporte pas de jouer un rôle, en plus surtout dans ce domaine, je serais certainement un piètre acteur, qui jouerait faux à coup sûr !!!

- Les associations, groupes, situations qui me donnent l'occasion de multiplier les contacts ont été une tentative mais avec le revers de la tentation évoquée plus haut et j'y ai donc renoncé pour cette raison.

- Pour la thérapie, de multiples essais me laissent toujours l'impression de perdre mon temps (et mon argent dans le cas de praticiens certainement très compétents mais hors du système classique). Je n'ai sûrement pas suffisamment persévéré dans cette voie. Je ne sais plus vers qui me tourner pour que ma démarche soit efficace.

Ceci dit, je suis très impressionné par le fait que vous preniez le temps de vous pencher sur mon cas. Vous ne devez pas en croiser tous les jours et c'est aussi pour cela qu'il m'est difficile d'échanger avec qui que ce soit sur un sujet aussi sensible et douloureux. Je vous remercie encore pour l'attention que vous me portez et la patience dont vous faites preuve pour essayer d'aider ceux qui sont en détresse dans leur intimité.

René

 Bonjour René,

En vous lisant, j'ai eu envie d'intervenir et peut-être, à mon humble niveau, vous aider un peu.

1èrement: "Qui ne tente rien n'a rien!"
2èmement: "Ce n'est pas parce que les tentatives précédentes ont foiré que la suivante sera "automatiquement" "perdue d'avance"!

Quand à votre peur d'être tenté "d'aller plus loin et au delà d'une simple amitié homme femme: quoi de plus normal?
Si vous êtes célibataire et que l'autre aussi, si elle partage le même désir que vous, si c'est réciproque???
Et si ça ne l'est pas...si vous y mettez les formes avec vos mots, je ne penses pas qu'une femme qui se sente "désirée" et en même temps respectée par un parfait gentlemen, ne soit pas au minimum flattée, au mieux "tentée" d'accepter.
Un refus peut-être perçu par vous comme un échec, soit c'en est un si l'on regarde à court terme.

Pour ma part, ma première relation extra conjugale (cf mon témoignage section infidélité), a mis plusieurs semaines à s'opérer.
Dès le départ, même si j'ai la chance de ne pas être un "grand timide", j'ai proposé à ma collègue de travail qui était âgée de 50 ans et moi de 34, de simplement déjeuner ensemble, ce qui signifie déjà se voir en dehors du cadre de notre travail...
Elle m'a refusé plusieurs fois sous de faux prétextes, peut-être parce qu'elle ne voulait pas, peut-être parce qu'elle ne comprenait pas que je puisse être intéressé par elle (plus âgée)...Dans tous les cas, c'est bien mon culot et ma persévérance qui m'ont permis, un midi de déjeuner une première fois tout en parlant de banalités, puis un autre midi etc etc...jusqu'à ce que nous ayons accepter un rdv intime unique éphémère et librement consenti et réciproque.
Bref, si je n'avais pas "oser" faire le premier pas, le second, puis le suivant, Je n'aurai jamais eu la chance de vivre cette expérience là j'y suis aller en douceur à son rythme sans la brusquer, en la respectant etc etc...mais en disant les choses très clairement, en exprimant mon ressenti pour elle, mes désirs sans détours...
Je pars du principe que dans la vie, il n'y a rien d'acquis, rien de facile, rien qui nous tombe tout cuit dans l'assiette!
Et que quand on a une envie, un objectif, un but, il faut y aller et se donner tous les moyens d'y arriver!
Et franchement, même s'il y'a des obstacles, des difficultés des peurs, quel plaisir  et qu'elle satisfaction à l'arrivée à l'atteinte de notre objectif!
Au plus petit objectif tout simple déjà d'oser faire le premier pas sous la forme d'un vrai compliment sincère, d'un trait d'humour ou d'une petite audace (demander un numéro de portable? un rdv pour aller boire un verre?) oser le faire, le ridicule ne tue pas! et plus vous oserez moins vous aurez d'appréhension à le faire, c'est une question d'entraînement.
Encore une fois, vous pourrez vous dire, oui mais pour vous c'est facile, vous n'êtes pas timide!
Ce n'est pas tout à fait exact!
Récemment une vendeuse très charmante, ma tellement subjuguée que je n'ai pas été capable d'exprimer immédiatement mon émotion, je l'ai remerciée pour ses conseils, je suis sorti de sa boutique, reprendre mes esprits, faire le point et j'ai fais demi tour, bien décidé à tenter une approche, voir même lui demander son numéro de portable. J'y suis donc retourné, je lui ai dit droit dans les yeux: "je m'excuse, mais, j'ai tellement été troublé tout à l'heure, que j'ai oublié de vous dire ce que j'avais envie de vous dire et qu'on vous a surement déjà dit mais je vous trouve tout simplement très charmante!, voilà!" Elle m'a dit oui on me le dit souvent, mais à quand même rougit du compliment, pour quelqu’un d'habituée, j'ai su que j'avais fait mouche, je l'ai à nouveau remercié pour sa gentillesse et ses bons conseils et je me suis retiré en lui souhaitant une bonne journée, J'étais fier de mon audace, et aussi soulagé d'un poids que j'aurai ruminé pendant des jours de ne pas avoir osé le faire...Je l'ai fait! Mais une fois dans la voiture, je me suis rendu compte après mon état d'euphorie que j'avais oublié de lui demander son numéro. En fait, je n'ai pas voulu "gâcher" mon compliment sincère par une demande trop directe de son numéro.
à charge de revanche, j'y retournerai prochainement pour déjà voir si elle se souvient de moi ou si elle m'a déjà oublié et là je passerai à la deuxième étape la demande du numéro...on verra bien si elle me remballe, prétextant qu'elle a déjà un petit ami, ou qu'elle ne flirt jamais avec des clients ou si au contraire, elle accepte avec plaisir de me donner son numéro, si ça se trouve, c'est elle même qui me le donnera sans que je lui demande (mais ça arrive rarement), là elle est en congé, je ne sais pas exactement quand elle rentre, comme j'y passe tous les jours devant sa boutique, je finirai bien par la voir revenir.
Outre l'objectif final qui est de la séduire et peut-être de sortir avec elle, le simple fait d'avoir oser "provoquer cette rencontre" c'est déjà pour moi une grande réussite. Qu'elle accepte ou qu'elle refuse, peu importe, du moment que j'ai pu "vaincre" cette "timidité" ou appel ça comme tu veux, je dirai plutôt "appréhension" à aborder une parfaite inconnue, déjà j'en serai heureux, "grandi".
Mon seul regret, si je devait en avoir, c'est de ne pas avoir osé le faire, ne pas connaître sa réponse ni savoir si au final elle et moi nous aurions pu vivre quelque chose de fort...pire de savoir qu'entre temps un plus audacieux que moi, ait tout simplement été au bout de la démarche et lui a donner ou demander son numéro et aujourd'hui c''est son mec, là pour le coup je serai hyper dégouté d'avoir hésité une seconde de trop et qu'on m'ait piqué ma place...lol
Voilà, j’espère que sur ces deux exemples là, ça te donnera un coup de boost à tes futurs rencontres, rappelle toi que tu n'a rien à perdre, ose le faire et soi le premier surpris de ton audace...
NB: je parle d'audace, de compliment sincère, je ne parle pas de drague ni de techniques que l'ont voit arriver à dix km à la ronde et qui n'ont aucun charme. Si ça se trouve, c'est tes imperfections, ta timidité, ton bégaiement limite qui la toucheront plus que tes mots et c'est cela qui lui donnera envie de te dire oui et d'accepter une rencontre...le reste sera à construire à deux.
Bon courage!!! Et donne nous de tes nouvelles!!!

10/08/2015 à 14:20

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Renedu33 a dit : 

Kalrak a dit : 

batfou a dit : 

Renedu33 a dit : 

Bonsoir,

J'ai 43 ans, je voudrais connaitre le plaisir. Petit, j'ai été un grand timide. La maturité aidant, j'ai réussi à faire d'énormes progrès "socialement". Je vous rassure, j'ai une activité professionnelle, je suis ouvert au dialogue, j'ai cessé d'être "sauvage". "Sentimentalement", le handicap demeure. Je suis, par exemple, incapable de dire à une femme que je l'aime même si je peux être très démonstratif (attentions, caresses, cadeaux, etc...). Résultat : je suis passé à côté d'un coup de foudre certainement réciproque. Peu de temps après, je suis tombé progressivement (mais éperdument !!!) amoureux d'une femme plus âgée que moi, même si je savais que c'était perdu d'avance par manque de réciprocité. Résultat, depuis cette non-histoire : plus de vingt ans de solitude. C'est invivable et particulièrement destructeur. J'ai beau essayer de m'en sortir, je suis englué dans cette situation qui me handicape tel un chien qui se mord la queue.

René

 hello comme on en a parlé l'autre soir sur le tchat faut que tu t'inscrit sur les site de rencontres ...meme si tu vas prendre des "vents " ca vas te redonner la peche pour chercher ....20 ans c'est trop long ..
contacte aussi brigite pour te "decoincer" de cette situation ..le manque de confiance te fait croire que tu est le seul dans cette situation mais ya certainement d'autres personnes dans ton cas ..ecoutes brigites l'apres midi sur rmc a 14h ...
courage a bientot 

 Il c'est inscrit sur "On Vas Sortir", j'espère que ça va lui changer les idées et que surtout il va y aller....

T'as entendu René ? fonce voir du monde ! pas un ordre mais pas loin....;)

 OUI !!! arrete de faire la TAUPE ..rené  ( jeux de mots jesperes que tu le prendras pas mal un peut d'humour pour te remonter le moral !! )  biz 

Kalrak, il y a longtemps que je n'ai plus le goût de sortir. Je m'en tiens au stricte minimum : aller bosser, faire les courses, sorties indispensables (médecin, nécessités administratives...). Je sens bien qu'il y a un gros décalage entre ce que je peux penser, ressentir, percevoir de tout ce qui m'environne ainsi que des gens qui m'entourent.

Batfou, René La Taupe, je ne connaissais pas. Sympa comme bestiole. Après, si je suis mignon, ce n'est pas à moi de le dire. En tous cas personne ne s'est encore prononcé à ce sujet. Si je suis gros ? ... pas encore !!! 88 kg pour 1,86m je pense que c'est encore tolérable. Si je sais me tenir en société ? J'ai encore de bons restes, et comme je suis plutôt respectueux des usages de tradition, je suis sûr qu'on pourrait dire de moi que j'ai un côté "vieille France". Je n'ai jamais été en phase avec mon âge. Enfant, j'avais déjà des activités "de grands". Adolescent, on pensait que j'étais plus âgé qu'en réalité (manières d'écrire, de m'exprimer...). Adulte, le décalage s'est certainement accentué. Je suis persuadé que des personnes de 60/65 ans, voire plus, sont plus "jeunes" que moi dans leurs façons de faire, leur mentalité et autres... En gros, une formule quelque peu triviale pourrait résumer aisément ma situation : "Mais qu'est-ce que je fous ici ?". Je n'ai plus envie de chercher la réponse. Je suis devenu pragmatique, j'avance comme je peux, fataliste aussi, je me suis fait une raison. Parfois, j'arrive à apprivoiser la solitude pour qu'elle me soit moins pesante. Mais on ne la maîtrise jamais !!! Ce n'est qu'une illusion que de penser pouvoir la dompter. J'ai eu la naïveté de penser que je pourrais être le plus fort mais j'ai appris douloureusement que le combat inégal était en ma défaveur. Il faut être deux pour terrasser la solitude : un duo pour gagner le duel. Pour le moment, je suis seul face à mon adversaire le plus fidèle...

 Au risque de vous surprendre René, je suis marié, et père de deux enfants, pourtant quand je cogite sur mes problèmes existentiels, sentimentaux ou sexuels, je me sens englué dans une profonde solitude, je fais tout pour ne pas me laisser envahir par elle, je lutte au quotidien, même si elle peut-être un refuge, un sanctuaire où l'on peut se retrouver seul face à soit même et faire le point, prendre du recul etc...s'enfermer trop longtemps, rester seul, ne pas vouloir sortir etc...là c'est déjà des symptômes d'une dépression, heureusement que vous avez comme vous le dites une vie sociale et professionnelle car sinon...
Donc, quand vous dites: "il faut être deux pour terrasser la solitude" je répondrai Non! car même en couple, marié etc...je me sens seul...d'où mon besoin d'ailleurs...d'où ma présence ici parfois...Chercher en l'autre le moyen de "combler" "réparer" sa solitude c'est un leurre dangereux car il peut vous entrainer vers une dépendance affective. Avant d'être marié, je n'avais pas d’appréhension à être seul, même si parfois ça me pesait, normal...Aujourd'hui, ce qui me retient de partir, de quitter ma femme au delà du fait que je l'aime encore, que je ne veux pas briser ma famille ni déstabiliser mes enfants, c'est clair que si déjà en couple et avec une famille à mes côté je me sens seul de manière "chronique", qu'est ce que ça va être quand je le serai vraiment et que j'aurai tout détruit par égoïsme ou par volonté d’assouvir des envies d'ailleurs si attrayantes au premier abords mais si lourdes en conséquences si elles venaient à se savoir.
Voilà...j’espère que mon éclairage vous apportera des pistes de réflexions intéressantes?
encore une fois: Bon courage!!!

10/08/2015 à 14:32

MysteriousMans

Type :
Messages : 288
Membre depuis : 01/01/1970

Renedu33 a dit : 

Merci à tous et à toutes. C'est vraiment sympa à vous de vous pencher sur mon cas. Je me sens un peu moins seul même si ça reste virtuel. Internet est une béquille mais pas une panacée. Vous êtes là, c'est réconfortant. Si j'avais la possibilité de vous rencontrer, ce serait un petit plus. Le tchat c'est sympa mais j'ai vraiment envie de rencontrer du monde et paradoxalement, je redoute le fait de sauter le pas.

René qu'est ce qui vous empêche de rencontrer les gens que vous appréciez ici dans le virtuel ou ailleurs dans la vraie vie?
Il n'y a rien à redouter à "sauter le pas"!
Il vaut mieux être déçu d'avoir essayé et d'avoir vécu quelques bons moments plutôt que d'être triste de ne rien avoir "osé tenter" et donc pas vécu..."
Un petit conseil d'ami "virtuel": Postez une annonce sur la section concernée dans le forum soyez surpris de lire des réponses faites connaissances avec ceux et celles qui prendront le temps d'y répondre et inviter en "réel" ce qui vous plaisent le plus avec qui vous accrochez, avez des affinités, des points communs des passions communes etc...
Après dans la vraie vie réelle, il y'a déjà de nombreuses associations ça peut être une piste sérieuse, sinon, par le biais de votre travail, il y'a peut-être une ou deux collègues sympathiques qui seraient ravie de déjeuner avec vous dans parc en été, c'est les vacances, il y'a moins de collègues qui vous gêneront, vous serez plus tranquilles, détendus et donc opportunités...
Votre Ce organise peut être un voyage ?des sorties? pourquoi pas?