Pour ou contre l'adoption ?

12/09/2012 à 20:09

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
Apparemment le mariage homosexuel est en passe de devenir une réalité en France. Pour autant, les avis sont très mitigés quant à l'adoption d'un enfant par un couple femmes ou hommes...

Mais çà se fait déjà non (Jodie Foster) ?

Pourquoi invoquer le fait que l'enfant sera forcément moins bien élevé par deux femmes ou deux hommes ?
12/09/2012 à 22:59

Micky79

Type : Homme
Messages : 69
Membre depuis : 13/09/2012
C'est délicat car quand on parle enfant on parle aussi de conception et le fait que deux hommes et deux femmes aient un enfant peut paraitre contre nature au premier abord. Quid des repères perçus par l'enfant au fil des années? Nous ne sommes qu'à l'aube d'une nouvelle ère sur l'adoption et l'essentiel la dedans c'est que l'enfant soit élevé dans l'amour !
14/09/2012 à 07:43

Elisa

Type : Femme
Messages : 1497
Membre depuis : 13/09/2012
Je trouve que ça va être une bonne chose, ça va enfin légaliser ce qui se fait déjà, et ça va permettre aux homos de n'être plus "hors la loi" et d'être mieux accepter par notre société. Donner de la sécurité à ces enfants qui existent déjà.
16/09/2012 à 16:32

Slowhand

Type :
Messages : 1
Membre depuis : 01/01/1970
Oups... j'ai mis un commentaire sur le blog et j'ai vu ensuite qu'il y avait ce sujet sur le forum...

L'argument classique de la stabilité de l'enfant avec un père et une mère s'écroule bien vite avec le taux de divorces galopant : 1/2 du coté de Paname et 1/3 ailleurs. C'est d'ailleurs l'arbre qui cache la forêt, car on ne tient pas compte des couples hors mariage qui se séparent sans passer par la case "justice". Donc, ... c'en en fait des familles qui explosent en plein vol !

Alors, des homos ne peuvent pas faire pire... Autant les autoriser.
On met toujours le bien-être des enfants en avant.
Oui, certes, l'enfant ne doit pas être l'ultime objet de consommation, ni un enjeu de droits dans la bataille égalitaire.
Ok, ok...
Ce n'est pas la bonne question à se poser.
La question est : "Est-ce qu'un enfant ne serait pas mieux dans une famille au lieu de la DDASS ?"

J'ai juste une impression rémanente de schémas classiques : "un petit enfant a besoin de sa mère".  D'où cette idée qui va faire hurler malgré tout : je vois 2 femmes s'en sortir mieux que 2 hommes.

Mais de là à faire une loi pour autoriser SEULEMENT les couples de femmes, bof... C'est juste une remarque. Je n'ai aucune prétention d'être législateur !
16/09/2012 à 19:36

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
Je suis d'accord avec vous slowhand du moins pour la première partie de votre post (La stabilité).
Ma fille ainnée est entrée en sixième cette année et quand j'entends devant le collège comment beaucoup de jeunes parlent ça me débecte, ils sont infoutus de faire une phrase sans qu'il y ais les mots " enculé, fils de p... , t'es un bâtard " et j'en passe et des meilleurs il faut voir le niveau de conversation, et aussi biens les garçons que les filles....et quand on se renseigne ils sont tous des gosses de parents divorcés ou des situations familiale bancale... bref ces parents là en ont  riens à foutre  en tout cas de leurs gosses, ils ne leurs parlent et les éduquent mal, évidemment ce n'est pas propice à tout les couples qui divorcent, heureusement...bref l'éducation et la stabilité de l'enfant ne dépend pas de l'homoparentalité ou de parents hétéro, mais de l'amour et de l'attention qu'ont leurs portent.


18/09/2012 à 07:39

Rosminet

Type : Homme
Messages : 24
Membre depuis : 16/09/2012
J'ose espérer que le langage et les comportements déplorables décrits précédemment ne sont pas le fait des seuls enfants de parents divorcés... Cry
18/09/2012 à 13:56

Fiona

Type : Femme
Messages : 451
Membre depuis : 12/09/2012
Je ne supporte pas les jugements à deux balles qui font des parents divorcés ou séparés des mauvais parents.

A bas les préjugés !

@ Venom, l'éducation parentale est un autre sujet, sont logés à la même enseigne les couples mariés ou pacsés, démissionnant de leur rôle de parent en pensant à tort que l'éducation nationale peut les remplacer.


Si on accorde le droit à l'adoption, ils vont réclamer le droit à la procréation médicalement assistée et on n'en finira plus. Admettons qu'on leur donne également ce droit, autant autoriser le marchandage du corps humain comme les mères porteuses
18/09/2012 à 19:17

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012

Fiona a dit :

Je ne supporte pas les jugements à deux balles qui font des parents divorcés ou séparés des mauvais parents.

A bas les préjugés !

@ Venom, l'éducation parentale est un autre sujet, sont logés à la même enseigne les couples mariés ou pacsés, démissionnant de leur rôle de parent en pensant à tort que l'éducation nationale peut les remplacer.




Si je t'ai vexé je suis désolé.Cool
Mais je ne suis pas non plus assez sot pour savoir qu'une séparation est préférable plutôt qu'une ambiance détestable  où le gosse va ne voir que des engueulades, des règlements de compte ect .
J'ai jamais dit que les défaillances étaient imputable au seul couple divorcé, mais dans ces cas que je cite c'est biens le cas, alors désolé...
Mais certainement qu'ils ont vécus et vues beaucoup de conflits de leurs parents avant qu'ils ne divorcent.

19/09/2012 à 04:34

Florina

Type : Femme
Messages : 285
Membre depuis : 13/09/2012

Cette loi qui sort maintenant n'est que l'accomplissement de quelque chose qui se veut tout simplement humain, parce que vécu par des humains et non par des machines.

Va savoir si nos amis de cromagnon n'avaient pas déjà vécu cela : deux bons potes élevant un ti cromagnon qui n'avait plus sa maman cromignone...

On est en train de pointer du doigt une réalité de la vie qui se veut tout simplement humaine dans son échange. Qu'importe si un enfant manquant de foyer trouve son épanouissement dans un couple hommes ou femmes, tant qu'il se nourrit d'amour et d'éducation. La vraie valeur humaine ne veut-elle pas qu'un être soit tout simplement : heureux. Où qu'il soit.

Il ne nous faudrait ni bloquer sur le siècle que nous traversons, ni voir pas plus loin que le bout du nez. Mais plutôt prendre le recul nécessaire qui convient à toute nouvelle condition de vie humaine.

Oui c'est vrai : si l'Enfance ne trouve pas sa place d'amour dans un couple dit normal, il trouvera à combler son besoin vital affectif dans un couple présumé "anormal".

L'Amour tel qu'il Est est assez grand, large, haut et bas pour trouver l'espace nécessaire où s'accomplir. Et Il trouve place chez les couples homosexuels pour continuer son Oeuvre jusqu'à la fin des Temps. Comme chez tout humain qui se respecte.

 

19/09/2012 à 07:36

Rosminet

Type : Homme
Messages : 24
Membre depuis : 16/09/2012
Yep !
Mieux vaut un enfant soit adopté dans une famille (quelle qu’en soit sa structure, classification, etc... si on aime coller des étiquettes...) plutôt que de le laisser à la DDASS.
19/09/2012 à 15:58

stephyduclos

Type : Femme
Messages : 4556
Membre depuis : 18/09/2012
Je pense que nous mélangeons peut être un peu tout....

peu importe si le couple est hommo ou hétéro tant qu'il y a de l'amour comme vous disiez au dessus. 

par contre, je pense sincèrement que les enfants ont besoin d'un modèle pour se construire..

je m'explique : 

Il ne faut pas forcément un papa ou une maman, mais un modèle masculin pour un garçon, 
ou un modèle féminin pour une fille.

alors si nous prenons un exemple de deux hommes qui élèvent une fille,
il est préférable de pouvoir envoyer son enfant régulièrement auprès d'une femme pour que la petite puisse s'identifier au modèle féminin...
une bonne amie, une tante etc feront très bien l'affaire tant qu'il y a de l'amour et que la petite puisse lui poser toutes les questions qu'elle se pose ou se posera surtout quand elle grandira.

Pour ce qui est des enfants de parents séparés,
on ne peut pas nier que c'est une souffrance pour eux,
pour leur alléger leur peine le mieux est que le papa et la maman ne se déclarent pas la guerre parce-que là...bonjour le modèle et les dégâts !  

Pour ce qui est des grossièretés laissons les faire, si ce n'est pas dans les murs du foyer no  problèm.

Après comme dit une amie Homo à moi :
"homo ou hétéro, question couple c'est toujours les mêmes merdes"

en tout cas nous sommes TOUS des homo...sapiens 

14/10/2012 à 19:14

Lithium

Type :
Messages : 351
Membre depuis : 01/01/1970

Je suis d'accord avec Stephy pour l'idée du modèle masculin et féminin.

Ici un article tiré de 7sur7.be Témoignages d'enfants d'homo très intéressant.  Le regard des autres....


"Les enfants nés ou élevés dans des couples homosexuels interrogés par l'AFP assurent tous qu'ils "vont bien". "Ce qui compte, c'est l'amour qu'on a reçu" et qu'"on ne nous ait pas menti", disent-ils, conscients des angoisses qu'ont pu ressentir leurs parents.

Aujourd'hui adultes, ils ont été contactés par le bouche à oreille ou via des associations. Ils ne sont donc pas forcément représentatifs.

Thomas, 27 ans, père d'une petite fille, se dit "fier" de sa situation familiale. Mais il a tenu à changer son prénom, pour protéger ses "deux mamans", qui ont toujours voulu rester "très discrètes". Né d'une insémination à l'étranger, il se réjouit que rien ne lui ait "été caché". Et assure n'avoir jamais été "en manque de père": "J'ai grandi dès le départ avec mes deux mères, ça ne m'a pas du tout dérangé, c'était normal pour moi".

Savoir d'où ils viennent, c'est ça l'important
Le fait de savoir d'où ils viennent, sans ambiguïté, semble en partie expliquer que ces "enfants d'homos" témoignent d'histoires sans problème. Ainsi, Marion Vercelot, 24 ans, raconte aussi qu'on ne "lui a jamais menti".

"Mes parents se sont rencontrés quand ils étaient au lycée, ils se sont séparés quand j'étais petite", relate-t-elle. "Ensuite, ma mère m'a expliqué qu'elle préférait les femmes". "C'est passé comme une lettre à la poste", assure-t-elle, se disant "beaucoup plus traumatisée" par la reconstruction familiale de son père, qui a eu un autre enfant par la suite. "L'important, c'est l'amour qu'on reçoit", estime la jeune femme, tout en reconnaissant que petite, elle restait "floue" sur sa famille lorsqu'elle en parlait avec ses amis.

C'est pour aider ces enfants à "oser le dire" qu'Alexandre Chevalier, 38 ans, a cofondé à Lyon l'association Decla (Des enfants comme les autres). Il affirme avoir personnellement "souffert", non pas de l'homosexualité de son père, mais du fait qu'il l'ait avoué trop tard. Une pression sociale forte "Quand il m'a dit qu'il préférait les hommes, j'avais quinze ans", confie-t-il. "Avant, je me doutais que ça allait mal entre mes parents mais je ne comprenais pas bien pourquoi".

A l'époque, "la pression sociale était forte", reconnaît-il. C'est d'ailleurs essentiellement "cette pression, le regard posé sur des parents homosexuels, qui peuvent être perturbants", selon lui.

"Je n'aimerais pas vivre le même combat que mes parents", témoigne aussi Clotilde Garnier. "Ils ont toujours été angoissés en se demandant si j'allais bien, s'ils n'avaient pas commis une erreur, été égoïstes", raconte-t-elle. "Mais je les rassure, je vais très bien!", lance-t-elle. Cette jeune femme de 20 ans a été conçue par "insémination artisanale", après la rencontre, via un journal de petites annonces, entre son père et sa mère, tous deux homosexuels.

"Il a été convenu dès le départ que j'habiterais chez ma mère, avec ma deuxième maman, et que mon père aurait les clés et viendrait quand il voudrait", raconte-t-elle. "J'ai le sentiment que dans les familles homoparentales, l'enfant est tellement désiré que ses parents lui donnent forcément beaucoup d'amour", juge-t-elle.

"Une enfance normale"
Raphaëlle Munier, 20 ans, cofondatrice de l'association Decla, assure aussi ne pas avoir souffert d'une situation familiale pourtant complexe. "Quand ma mère, bisexuelle, est tombée enceinte, mon père, qui n'était pas au courant, l'a très mal pris", raconte-t-elle. Il ne l'a d'ailleurs reconnue que quelque temps après la naissance. "J'ai été élevée par mes deux mamans, je voyais mon père le week-end, le plus difficile a peut-être été de lui trouver une place", juge-t-elle.

Discrète à l'école sur sa situation familiale, elle s'en est finalement ouverte à l'adolescence: "Vers 16 ans, j'ai arrêté de mentir". "Les gens le prennent bien", se réjouit-elle, avant d'ajouter: "C'est important de montrer qu'on a eu une enfance normale". "

04/11/2012 à 23:56

lolotte

Type :
Messages : 389
Membre depuis : 01/01/1970
Je ne juge pas,    je n'insulte pas,  je n'ai pas ces pouvoirs.                                                                                                                               Sujet très difficile à débattre, trop d'influence que les enfants ne peuvent comprendre, les préjugés, le plus grave celui de la religion, ou plutôt des religions...Pour elles c'est contre le nature , paf!
Le couple formé de 2 "êtres" appelons cela ainsi, puisqu'ils ont les même "soucis"...
Il se doit d'être plus exemplaire, que n'importe quel couple hétéro, il y a des enquêtes sociales pour déterminer si les enfants confiés seront heureux, ne manqueront de rien ....
Il y aura aussi la stabilité "sexuelle" de l'enfant à définir, un couple masculin ou un couple féminin, ce sont deux personnes du même sexe, il faut arriver à ce que les enfants confiés arrivent à s'identifier, ( peut être ) de par les colonies de vacances, des vacances organisées et obligatoires de la DDass, pour leur donner d'autres repères , sans pour autant juger leurs parents adoptifs....
Leur interdire de façon absolue le commerce de la naissance assistée, s'ils ne peuvent obtenir le droit de l'adoption par les enquêtes qui les jugerons "capables" de s'occuper des enfants, ils ne pourront être dérogé en aucune façon "à la location d'une mère porteuse".Il y a assez d'enfants qui sont receuillis par l'Assistance Publique, pour que l'on ne trouve pas , de par un choix intelligent  l'enfant qui pourrait s'adapter à son nouveau mode de vie, De même, ils pourraient entrevoir la possibilité avec une mère qui refuse de garder un enfant à la naissance par manque de moyen, à ce qu'elle confie l'enfant à ces couples , soit sous "x", soit par acte de jugement, Il restera que toutes les mentalités doivent évoluer et très vite, le temps nous rattrape et l'on a rien prévu pour ce genre de problème. Je suis certain qu'ils ne manqueront de rien ces enfants, parce que c'est le but de ces personnes que d'avoir un enfant heureux, et si la vérité se trouvait dans ces quelques lignes, au moins une part....
05/11/2012 à 15:38

stephyduclos

Type : Femme
Messages : 4556
Membre depuis : 18/09/2012
Il restera que toutes les mentalités doivent évoluer et très viteoui en effet, de toutes les façons je ne vois pas en quoi cela peut gêner qui que ce soit.
Les premiers seront peut-être décriés, et ce seront eux qui pourront faire avancer les choses, lorsque, une fois en place, le monde des uns pourra constater que cela  ne modifiera pas le monde des autres.
j'ai toujours pensé que la peur est comme un  frein à l'évolution des choses ....
dans ce cas là je ne vois pas de quoi les gens pourraient avoir peur ;du coup sur ces revendications négatives je suis totalement   ESPANTEE (merci Versot ;-) )



06/11/2012 à 13:29

lolotte

Type :
Messages : 389
Membre depuis : 01/01/1970
Je ne peut pas être plus clair sur ce sujet, J'ai connu au moins un couple de femmes , ensemble 6 enfants...tous avaient ce qu'il fallait, pas de luxe inutile, divorcée chacune avec leurs enfants, elles se sont connues sur le lieu de travail, Vous ne pouvez croire, à ce que cette "smala" soit unie...Il vaut mieux cela que des gosses malheureux et poussés d'un côté à l'autre , chez le père , ou chez la grand'mère Ils ont décidés( les gosses) qu'ils n'avaient rien à connaître de leurs pères, qu'ils étaient heureux ensemble, les filles et garçons aident les plus petits, A mes yeux , tout se passe bien, il pourrait en être pareil avec un couple masculin....Il y a bien un couple masculin sur le site pour venir me lire et répondre, donner les difficultés , par exemple vestimentaires, on est plutôt en jeans qu'en robe de soirée, pas de poitrine, il y en a des femmes sans poitrine...et alors , cela gêne quelqu'un ???? Quoi d'autre ? La barbe... Il y a bien des"tata" qui pique, mais pas si fortWink, où chacun couche ? ensemble séparé, 2 lits dans la même chambre, on s'en sort très bien avec un lit de 90 cm pour vivre son intimitéInnocent ou séparés et défaits pour les insomniaques qui viennent pleurnicher pendant la nuit, qu'ils puissent constater que chacun" dort" dans un lit différent, sinon gare aux indiscrétions à l'école ! ! on est très vite repéré et classé
07/11/2012 à 21:03

lolotte

Type :
Messages : 389
Membre depuis : 01/01/1970
Que pensez vous du Baiser de Marseille, ces 2 femmes "hétéro" à ce qu'elle disent d'elles même, qui s'embrassent devant un public abasourdi....Je dis bravo ! ! ! elles osent défier un public quelconque, formaté par la société, mais à part cela , le silence durant le baiser, en disait "beaucoup"...
Il y avait peut être des envieux , des envieuses , d'en faire autant, mais oser, braver les moeurs....Cela est autre chose, que de manifester pour un motif quelconque....Les résultats des mariages homosexuels en Hollande 2% et en Belgique 2.5% sur 11 millions d'habitants pour la Belgique, je n'ai retenu que ces chiffres, parce qu'ils sont nos voisins immédiats, Franchement à méditer , pour que cela bouge en France
20/11/2012 à 09:48

lolotte

Type :
Messages : 389
Membre depuis : 01/01/1970
Aurais-je blessé quelqu'un ???? ce n'est pas dans mes intentions, on penserai, que j'ai tout pensé, écrit,  d'autres avis peuvent être totalement différentsLaughing, que je respecte toujours et dont je répondrai, en toute sincérité, si on me le demande... On ne peut laisser ce sujet sans débat...il est d'actualité. En regardant les infos sur les chaînes de TV belge, vous verrez, qu'il faut débattre le sujet, qu'il passe ou non, vers la légalité de par une loi donnant ou refusant la possibilité éventuelle de l'adoption...
On ne vous voit derrière votre ordinateur....anonymat et pseudo, sont les clés de notre forum, il suffit de devenir membre, et puis on lit pour savoir où l'on est tombé...

08/05/2013 à 07:50

unicouple

Type : Homme
Messages : 209
Membre depuis : 18/04/2013
je ne suis pas contre que les homos soit reconnu comme les hétéros.
j'ai un frère homos
mais faut savoir que pour les homos ai des enfants il faut passer par
des fabrication d'enfants en création artificiel
08/05/2013 à 09:33

FranckP

Type : Homme
Messages : 687
Membre depuis : 13/09/2012
Ce sujet c'est la bouteille à l'encre ...
Moi je suis pour tout ce qui est naturel et depuis la nuit des temps les enfants élevés par une Mère et un Père ça reste tout de même le shéma idéal ..
Prendre systématiquement pour exemple les couples merdiques ou les enfants maltraités pour justifier un autre modèle c'est de la malhonnêteté intellectuelle , ce projet de société concerne une minorité qui a su utiliser le lobbying et les merdias pour faire passer en force leur idée à eux .
Et puis pensent-ils à leur gosse adopté qui va se faire chambrer à l'école ? les enfants sont cruels entre eux et n'aiment pas la différence facile à moquer ..
Moi je crois plus à une forme de snobisme d'une petite minorité du marais qui a entrainé dans son sillage pas mal d'homos qui n'avaient rien demandé et se retrouvent stigmatisés aujourd'hui , nous ne sommes pas sur terre pour jouer les docteurs Mabuse et ces signes de décadence sont inquiétants , voilà ...
08/05/2013 à 10:26

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

FranckP a dit : 

Ce sujet c'est la bouteille à l'encre ...
Moi je suis pour tout ce qui est naturel et depuis la nuit des temps les enfants élevés par une Mère et un Père ça reste tout de même le shéma idéal ..
Prendre systématiquement pour exemple les couples merdiques ou les enfants maltraités pour justifier un autre modèle c'est de la malhonnêteté intellectuelle , ce projet de société concerne une minorité qui a su utiliser le lobbying et les merdias pour faire passer en force leur idée à eux .
Et puis pensent-ils à leur gosse adopté qui va se faire chambrer à l'école ? les enfants sont cruels entre eux et n'aiment pas la différence facile à moquer ..
Moi je crois plus à une forme de snobisme d'une petite minorité du marais qui a entrainé dans son sillage pas mal d'homos qui n'avaient rien demandé et se retrouvent stigmatisés aujourd'hui , nous ne sommes pas sur terre pour jouer les docteurs Mabuse et ces signes de décadence sont inquiétants , voilà ...

En même temps, j'ai des exemples autour de moi de couples homosexuels (hommes et femmes) et qui ont eu recours à des dons de sperme (pour les femmes) et copine sympa (pour les hommes) pour avoir un enfant. Aujourd'hui ces derniers ont entre 5 et 15 ans et honnêtement pour les côtoyer régulièrement... Je peux vous affirmer qu'il n'y a aucun problème particulier. Ce sont de belles familles très respectueuses des autres, très "ouvertes" sur le Monde en général avec c'est vrai une éducation différente. Ces enfants ne sont pas perturbés, vont et réussissent à l'école, sont confiants, aimés.... Se sentent acceptés... J'ai aussi pu discuter avec eux sur d'éventuels problèmes à l'école et voici ce qu'ils ont répondu à leurs camarades dans les cours d'école :  "j'ai deux mamans ou deux papas". Parce que la société n'est pas prête à cela, souvent ils cachent un des parents : "je vis avec ma mère qui vit avec une femme ; j'ai deux mères et non je ne connais pas mon père mais j'ai deux grands pères, des neveux, cousins et oncles..."

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Est-ce que le problème de l'identité apparaitra un jour ? Peut-être oui, envie de savoir qui est son père (il a 15 ans aujourd'hui)... Mais tant qu'il a été éduqué dans l’amour et le bien-être.... Et je crois qu'il ne sera pas le seul enfant sur terre à ne pas connaitre l'un des ses parents génétiques...
d'ailleurs...