L'énurésie

06/12/2012 à 15:02

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
Le "pipi au lit" ou énurésie atteint environ 10 % des enfants, et plus fréquemment les garçons que les filles. L'énurésie est une miction active, complète, inconsciente, involontaire, se produisant pendant le sommeil. On ne peut parler d'énurésie qu'à partir de 5 ans, car c’est l’âge ou le contrôle physiologique du sphincter vésical (de la vessie donc) est acquis.

Les psychologues et les psychiatres se sont longuement étendus sur ce problème mais les seules causes ne sont pas toujours psychologiques.Et en pratique, la plupart des enfants qui font pipi au lit vus par le pédiatre sont des enfants tout à fait normaux. Les familles sont des familles tout ce qu’il y a de plus normales. Ils peuvent bien sûr avoir de petits problèmes, mais qui n'en a pas ? Pour les causes, ce peut être héréditaire ou il peut y avoir une immaturité vésicale... Il y a bien évidemment des causes psychologiques (changements dans la vie de l'enfant) L'énurésie guérit toujours tôt ou tard mais plus une énurésie est ancienne, plus le traitement est difficile. Le traitement actuel repose sur des médicaments et surtout sur une prise en charge médicale et/ou psychologique de l'enfant :

En s'entretenant avec l'enfant, le médecin va savoir s'il est indifférent à son symptôme, ou plutôt mal à l'aise, s'il tente de dissimuler le linge mouillé… Le pédiatre doit, dans un premier temps, convaincre les parents de ne pas intervenir. Il faut qu'ils jouent l'indifférence : ne plus faire de remarque sur ce symptôme, ne plus se moquer de lui ( "tu fais pipi au lit comme un bébé", "tu es un cochon !" etc.), ne pas le punir ou le récompenser s'il est devenu propre etc... Il ne faut pas non plus exposer aux voisins les draps mouillés pour "lui faire honte" ou l'obliger à laver lui même ses slips mouillés, ni bien sûr le traiter en nourrisson. En un mot, il est impératif de laisser l'enfant tranquille !

Il y a aussi le "pipi stop" : Appareil électrique qui déclenche une sonnerie dès l'émission des premières gouttes d'urine. Concrètement une couche est placée dans le slip de l'enfant (ou une alèse posée sur son matelas) et connectée à l'appareil. Lorsque l'enfant endormi commence une miction, la sonde détecte l'humidité et la sonnerie retentit. L'enfant, complètement réveillé, peut alors être aller aux toilettes pour finir d'uriner.
06/12/2012 à 17:37

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
Mon fils en est atteint ( il a 10 ans) et d'après les médecins c'est parce qu'il a une vessie trop petite, il a des cachets à prendre pendant trois mois (En cours de traitement actuellement) et il fait du kiné pour muscler sa vessie, avec des électrodes. Apparemment ça porte ses fruits puisque ses mictions nocturne se sont réduite, mais ça lui arrive de faire encore.




06/12/2012 à 18:05

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970
Preuve que ce n'est pas QUE psychologique... Parce que des fois les médecins ont tendance à culpabiliser les parents à propos de çà...

J'ai un fils qui a eu ce problème jusque vers 9 ou 10 ans et honnêtement, j'étais certaine d'être responsable de cet état... Le problème ne se pose plus aujourd'hui et tant mieux.
07/12/2012 à 17:42

helene80

Type : Femme
Messages : 2
Membre depuis : 07/12/2012
Enurésie = Ce probleme atteint aussi les ados.

Mon second fils, énuretique primaire, a mouillé son lit toutes les nuits ou presque jusqu'à 12,5 a. Il y avait un coté héréditaire, puisque mon mari enfant, avait eu aussi ce probleme pendant toute l'école primaire. (Par contre sa soeur à 2,5 a et son frère à 4a ont été propres tot)

A partir de l'entrée en 6° ça a commencé à être préoccupant, pour toute la famille. Nous allions ensemble 3 fois par an à une consultation d'urologie pédiatrique.

Je n'avais pas eu la bonne attitude au départ : jusqu'a 11 a, il mettait la couche pour dormir et c'est moi qui m'occupait du linge, vers l'entrée au CP, quelques essais d'enlever la couche n'avaient pas été concluants. A 9 a il avait essayé le pipi-stop (sans résultats au bout de 6 semaines) le but a atteindre, était de guerir avant de partir en classe verte.  Donc,  Il est malgré tout allé en classe verte (où il n'était pas le seul à faire pipi au lit, ce cas était prévu...) . Je lui avait expliqué que certains enfants avaient cette maladie pas tres grave, et qu'il valait mieu mettre un lange pour éviter de dormir dans un lit trempé.

A partir de l'entrée en 6°, arrêt des couches. Il descendait ses affaires mouillées au lave linge (parce que j'insistais pour qu'il le fasse). Cependant pendant 2 ans aucun changement = énurésie quotidienne.
Les premieres nuits sans pipi au lit , sont apparues l'été 2007 pendant les grandes vacances. De retour à la maison rechutte à la situation antérieure. L'urologue lui a suggéré qu'une hygiene de vie stricte = aucune boisson aprés le repas du soir, pipi juste avant de dormir, carnet  à tenir produirait une amélioration.

Effectivement il y a eu un mieu  certain mais pas de guérison totale. Crise d'adolescence: il s'est mis à mentir effrontément et nier l'évidence en disant qu'il ne fesait plus pipi au lit: sa chambre empestait , et je retouvais cachés sous le lit roulé en tapon des pyjamas sales avec un change ou une alaise absorbante mouillés ( lors de vacances chez les grands parents ou en location il fallait bien une protection!) Il y avait des séances d'explication houleuses quand j'étais obligée d'aller nettoyer sa chambre...ou que, penaud, il me demandait d'achetter les carrés d'alaise ou les culottes "drynites"...Son frère et sa soeur se moquaient de temps en temps.

Pourtant de l'été 2007 à l'été 2009 la situation s'est progressivement améliorée: à la fin du collège, il mouillait encore son lit une dizaine de fois par mois.

En juillet 2009 à 14,5 a tres volontaire il a refait l'essais du pipi-stop. Là ça a marché, depuis 2ans et demi pas de rechutte.

Mon avis est que la psychologie n'explique pas tout et de loin!
-il y a une composante héréditaire,
-plus une difficulté de réveil anormale : à 9 a lors du 1° essais de pipi stop, mon mari et moi etions révéillés depuis 3 min alors qu'il continuait à dormir malgré un son fort et désagréable, le lit mouillé ne le révéllait pas du tout.
- les essais de responsabilisation sont parfois décevants : pendant toute sa 6° et sa 5°, Il se révéllait mouillé tous les matins, malgré l'arret des couches et le fait qu'il gérait lui meme sa litterie...
Cause de la Guérison ?? sommeil plus léger, le fait de s'opposer aux parents ??
08/12/2012 à 15:14

Ambre

Type :
Messages : 3001
Membre depuis : 01/01/1970

helene80 a dit : 

Mon avis est que la psychologie n'explique pas tout et de loin!
-il y a une composante héréditaire,
-plus une difficulté de réveil anormale : à 9 a lors du 1° essais de pipi stop, mon mari et moi etions révéillés depuis 3 min alors qu'il continuait à dormir malgré un son fort et désagréable, le lit mouillé ne le révéllait pas du tout.
- les essais de responsabilisation sont parfois décevants : pendant toute sa 6° et sa 5°, Il se révéllait mouillé tous les matins, malgré l'arret des couches et le fait qu'il gérait lui meme sa litterie...
Cause de la Guérison ?? sommeil plus léger, le fait de s'opposer aux parents ??

 Bonjour Hélène et bienvenue sur le site.

Merci pour votre témoignage.

N'y aurait-il pas aussi une cause physiologique ? Je ne suis pas médecin à vrai dire.... Mais il se peut que la vessie soit diminuée ? J'ai entendu dire qu'un homme avait une vessie beaucoup plus grande qu’une femme... Ce qui fait d'ailleurs que souvent nous allons beaucoup plus fréquemment aux toilettes que les hommes.

Je pense que tout est lié pour les causes : de l'hérédité, de la psycho, de la physio et aussi peut-être une mauvaise gestion de la part des parents. mais à qui la faute ? Comment peut-on nous aider, nous parents à réagir correctement par rapport à cet ado qui doit certainement être très perturbé par son état.

08/12/2012 à 15:45

stephyduclos

Type : Femme
Messages : 4556
Membre depuis : 18/09/2012
juste une parenthèse :

perso j'ai fait pipi au lit très tard mais ne faisait pas lorsque je ne dormais pas chez moi...

ma marraine avait trouvé la cause, c'était à cause des disputes incessantes de mes parents...

10/12/2012 à 18:15

helene80

Type : Femme
Messages : 2
Membre depuis : 07/12/2012
Dans le cas de J..., ce n'était pas exactement comme ça : jusqu'à la fin de sa 5°: quasiment aucune nuit au sec (où que ce soit).

A partir de 12,5 a les progrés coïncidaient avec l'apparition des vacances d'été et les régressions avec la rentrée scolaire de septembre (retour à la maison)

? cause psychologique ? hors de la maison pour différentes raisons (pratiques =chez les grands parents, ou émotionnelles, peur que son énurésie soit connue de tiers, =en camping) il remettait la couche pour dormir (en principe très contrindiqué pour guérir)
Résultats : l'été 2007 à 12,5a, chez ses grands parents en juillet amélioration très nette, confirmée avec nous en camping en aout (+ d'1 nuit sur 2 au sec). Alors qu'en septembre et octobre 1 nuit/semaine au sec...
Peur de l'école? , je ne pense pas il est bon élève,  et de plus pas d'amélioration aux vacances de Toussaint Noel ou Février
19/12/2012 à 18:57

Venom

Type : Homme
Messages : 718
Membre depuis : 16/09/2012
Mon fils prends de l'Oxybutynine trois par jour, et du Minirinmelt une fois par jour le soir.

La kiné nous a dit de ne pas s'en faire pour l'instant si ça ne disparaissait pas totalement, que ça stoppera entièrement au début de l'adolescence quand les hormones auront fait leurs travail et que la vessie sera arrivé à son stade de croissance normal pour cet âge, c'est à dire quand elle sera plus grosse.

Elle m'a dit aussi que la vessie ne travaillait pas assez en journée parce que c'est pas pratique par exemple avec l'école qu'ont ne peut pas aller aux toilettes comme on veut (Quand c'est pas les toilettes qui sont rebutant) , donc elle se lâche la nuit pendant le sommeil, et aussi qu'ont à tendance à ne pas boire comme il faudrait, Je pense qu'elle est dans le vrai.

Si il y a un relâchement au bout des trois mois de traitement il faut continuer. 

Smile