Pourquoi certains couples deviennent étrangers l’u

Publié le 10/10/2016 à 22:11

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier sur l'amour, le couple ou la sexualité commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu ! 

Ce sont ces petites choses que l'on ne voit pas tout de suite et qui pourtant nous rongent. De moins en moins d'intimité partagée, de plus en plus de silence ou de reproche. Puis un jour, l'on se lève et l'autre est un étranger. 

Cette semaine, nos intervenants vous donnent les clés d'une relation plus saine et vous apprennent à déceler les indices d'un couple en voie d'extinction. 

Alain Héril

Psychanalyste et sexothérapeute

Il est bon tout d’abord de rappeler que près de 80% des couples qui consultent un thérapeute le font pour une absence de désir. Ils viennent avec le sentiment que chacun est devenu un étranger et que l’élan qui projetait l’un vers l’autre dans un besoin de tendresse partagée ou de sexualité, s’est tari et que le lien érotique est affadi voire mort.

Ainsi quand l’autre est devenu un étranger c’est bien qu’il n’y a plus de désir. Cela peut s’entendre d’un point de vue sexuel mais aussi du point de vue du partage des émotions, des passions et de l’envie de continuer le chemin ensemble dans la joie et l’enthousiasme. Et il est à noter que tout cela était présent et évident au début de la relation !

Alors comment animer la fougue ? C’est une question à laquelle il n’existe que des réponses singulières. Chaque couple doit inventer son propre chemin pour retrouver la curiosité de l’autre, cette flamme qui alimente le désir et l’envie d’être avec lui.

Mais il est une raison qui handicape souvent les couples dans cette recherche du désir perdu : ils pensent qu’il faut être comme on était avant ! C’est une erreur car le passé est le passé ! Le couple se doit d’accepter qu’il faut reconstruire sur des bases nouvelles et que le couple qui fut est un couple qui doit « mourir » pour laisser la place à une autre énergie, une autre chanson à écrire et à interpréter à deux !

Et quand cela n’est pas possible ni envisageable, saisir et comprendre que la relation a vécu et qu’il ne sert à rien d’entretenir les chimères. C’est douloureux mais lucide et mature.

Car il faut aussi admettre que la rencontre entre deux personnes est un lien d’inconscient à inconscient et que si le projet inconscient est de faire des enfants, il sera difficile d’en inventer un autre. Ou alors ce sera au prix d’un travail profond et salvateur néanmoins pour réinventer un nouveau couple débarrassé des influences parentales, sociétales et culturelles. C’est peut-être pour cela que la thérapie de couple est en plein essor depuis une dizaine d’années !

 

Laurent Karila 

Médecin spécialisé en psychiatrie et addictologie 

Au début, c’est la passion, c’est comme une addiction sans la souffrance sauf quand l’un manque à l’autre. Tout est vécu de façon magique, onirique, euphorique. Un filtre nous aveugle. L’intimité sexuelle atteint des sommets vertigineux. Toutes les différences sont sous-estimées, effacées ! Progressivement, avec le temps, s’installe la routine de la vie quotidienne avec ses hauts et ses bas.

Métro, boulot, dodo ! Ce vieil adage tellement vrai ! Si le couple se laisse aspirer dedans, les choses se modifient. On voit l’autre changer et la personne constate que son partenaire est différent de ce qu'il s'était imaginé et qu’il/elle ne répond plus à ses attentes. Les reproches fusent. Les protagonistes nagent en pleine désillusion, l’image du partenaire idéal disparait. La tentation de l’adultère est grande afin de revivre ces premières fois ! Tout le monde ne le fait pas évidemment. Personne n’est parfait. Nous sommes marqués par des différences interindividuelles.

Il est important alors de confronter ses différences, de décider et d’être motivé à construire et à poursuivre ensemble un chemin commun. Il faut être capable de reconstruire du neuf en permanence en s’adaptant au quotidien. Se laisser porter et rester passif devant l’usure du couple est une étiologie principale de rupture.

 

Philippe Arlin 

Sexologue - Sexothérapeute

Il n’est pas facile de réussir son couple et plus les années avancent, plus il convient d’être attentif et de ne pas se reposer sur un acquis. Car si le temps fait, bien entendu, évoluer la relation, il fait avant tout changer chacun des partenaires. C’est même cela la plus grande difficulté à surmonter. Chacun de son côté va traverser différents évènements sur le plan personnel, professionnel et familial, et c’est ce qui peut à un moment ou un autre l’amener à entreprendre des changements. 

Que cela soit de la remise en forme physique (du sport au simple régime…), psychique (démarche personnelle, thérapie, méditation…) ou tout simplement une réorientation professionnelle (changement de job, reprise d’études, période de chômage, mutation…), tous ces moments de transformation de notre vie peuvent nuire au couple s'ils sont vécus en mode individuel et non partagé.

Il est important que le ou la partenaire s’implique dans le changement, non pas forcément en effectuant le même mais en soutenant et en accompagnant, l’autre. 

Faute de cela un fossé peut se créer chacun commençant à vivre le plus important de sa vie loin du couple, évoluant à son propre rythme qui devient de moins en moins le rythme du couple. On partage de moins en moins de choses jusqu’à parfois finir par s’être totalement perdus de vue, deux inconnus l’un à l’autre sous le même toit qui n'ont pas su grandir ensemble. 

 

François Parpaix

Médecin sexologue et thérapeute de couple 

C’est le script d’une mauvaise pièce qui se déroule en 3 actes : 

- Acte I : la phase d’élan amoureux qui ne demande aucune compétence relationnelle : tout baigne, tout roule, c’est cool ! 

- Acte II : on flotte sur la dynamique de cet élan ; le sentiment amoureux prend ses marques au milieu de plein de petits bonheurs, même qu’on prend quelques kilos. Sans prêter attention à quelques nuages qui se profilent à l’horizon (indifférence, disputes, remarques sur un comportement ou un trait de caractère insupportable comme la colère, l’impulsivité, la jalousie, une introversion prononcée, etc.) et qui devraient pourtant alerter…

- Acte III : un incident anodin et patatras, il sert de prétexte à dérouler une comptabilité rigoureuse de toutes les contrariétés accumulées. Rien n’a été oublié, au mot et au jour près, sur fond d’usure, d’aléas et d’événements négatifs mal surmontés, de routine, de colères rentrées plus ou moins pardonnées ou jamais digérées (relation extraconjugale, alcool, violence, attitude inadéquate…) Ajoutez une baisse d’attirance physique et/ou une libido en déliquescence, une attitude étouffante avec à la clé de la jalousie… Pire, l’apparition de divergences sur des valeurs et des pôles d’intérêts qu’on croyait communs !

Bref, un catalogue d’antiséductions (faisant pourtant partie de toute vie de couple) que l’autre se fera un plaisir de dénoncer. Et d’énumérer sa propre liste de griefs. Entre l’erreur de casting et l’incapacité à relativiser les exigences de son ego, nombreuses sont les sources de distanciation provisoire, parfois définitive.

D’où l’intérêt de cultiver au quotidien l’art de l’intimité de couple en s’appuyant sur l’intelligence émotionnelle afin de vraiment communiquer :

« … On répète à l’infini nos maladresses, on ne se touche plus et un jour on s’étonne que ça pète… Sa joie de vivre s’étiolait et son beau visage se creusait, et là, je me suis dit : « Attention Justin, attention, tu vas la perdre ! » Il me fallait impérativement recréer cette intimité pour relancer le désir dans notre couple… » Copyright 2015

Extrait de « Je suis sexologue mais je me soigne » à partir du 17 octobre au théâtre de l’Archipel à Paris (Xème), tous les samedis à 18h. 

 

L'avis de Brigitte

S’il suffisait de s’engager pour être heureux, cela se saurait ! La vie à deux apporte des avantages mais aussi des inconvénients. Si au début tout est simple, peu à peu, nous traversons des épreuves plus ou moins grandes, nous nous confrontons à des blessures affectives plus ou moins profondes. Pour réussir son couple, il serait indispensable de savoir distinguer nos propres problèmes de ceux qui sont provoqués par la vie ou par notre partenaire. 

On ne choisit pas par hasard de vivre avec telle personne plutôt qu’une autre. Comme si les faiblesses de l’un seraient compensées par les forces de l’autre. Malheureusement, bien souvent plutôt que de s’allier, chacun tire sur la corde. 

Dès qu’il y a un trop grand déséquilibre sur l’un des plans importants : le domaine affectif, sexuel, financier, social, cela met le couple en danger. Comment peut-on en effet continuer à aimer quelqu’un qui ne nous soutient pas et nous laisse avec notre souffrance ? Au départ on subit puis peu à peu, au mieux, on adopte un comportement d’évitement au pire, on en veut à l’autre.

Un sentiment d’échec, voire de trahison s’empare de l’un ou l’autre membre du couple. La communication devient inexistante. L’hostilité s’installe peu à peu mais pour éviter le conflit, alors chacun s’éloigne et devient étranger à l’autre. 

Au final, froideur de l’un et égoïsme de l’autre rendent la relation faussée. 

Un couple est une association formidable lorsque l’un et l’autre s’épaulent mais il devient un enfer dès que l’amour se transforme en rancœurs et en ressentiments. 

La solution ? Prendre conscience dès le départ quand le fossé s’installe car ensuite, il sera très compliqué de rouvrir un système bloqué.

 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter