Infidèle faut-il se taire ou pas ?

Publié le 10/10/2016 à 22:11

C'est aussi la rentrée pour nos thérapeutes ! Retrouvez-les toutes les semaines pour un dossier sur l'amour, le couple ou la sexualité... Avec en plus l'expertise de Brigitte, évidemment !

On aborde septembre en commençant par prendre de bonnes résolutions. L'été est fini, les égarements aussi. Mais cette aventure vous tracasse. "Faire amende honorable ? Histoire de ne pas ajouter "mensonges" à la liste de vos manquements" vous dites-vous parfois. Puis "Non ! Je me tais, ce n'est pas si grave, juste une erreur sans lendemain..." 

Arrêtez de vous torturer, on vous aide à y voir plus clair...

Sylvain Mimoun

Gynécologue, andrologue et psychosomaticien

Si l'on veut sauver son couple "régulier" il faut se taire. Le but du jeu n'est pas de mentir mais plutôt de ne pas mettre de l'huile sur le feu. 

Tout dépend quand même dans quel contexte l'on est. Est-ce que vous avez fait une rencontre ponctuelle, sans lendemain ? Une fois l'euphorie passée, on retourne au bercail et tout se passe bien. En revanche, si c'est une passion, une révolution que vous êtes en train de vivre, la question que vous devrez vous poser est : "vers qui j'ai envie de me tourner ?"'

Si l'idée est simplement de dire "je suis infidèle, je dis tout, tout de suite, comme j'avoue mes péchés", cette idée n'est pas la bonne pour sauver son couple. 

Il y a un autre cas de figure : celui de l'infidélité comme électrochoc. Mais les résultats se jouent à pile ou face. Il ne s'agit pas d'avouer mais de semer. Par exemple, si l'on voit que le couple s'enfonce dans une routine paralysante, savoir que l'autre peut aller voir ailleurs va peut-être permettre de vivifier les partenaires… Mais cela peut aussi casser la corde qui les relie et les retient l'un à l'autre.

Idéalement il faut naviguer à vue, de faire des suggestions ouvertes. Plutôt que d'avouer, dire "je rêve sans cesse que je suis au lit avec quelqu'un d'autre". C'est un rêve, vous n'y pouvez rien ! Cela vous permettra de voir comment l'autre réagit. Soit cela lui fait peur, alors vous calmez le jeu mais au moins vous lui avez montré que tout n'est pas un long fleuve tranquille… Si cela n'a pas éveillé votre partenaire, laissez des indices. Faites-le savoir, sans le dire : mail que l'on laisse ouvert, téléphone que l'on laisse traîner. Si avec tout cela, l'autre ne s'inquiète décidément pas, c'est que peut-être, l'autre n'en a rien à faire et alors ça change la donne. 

Il ne faut en aucun cas se laisser entraîner dans un jeu de vengeance, ce sera forcément perdant-perdant ! C'est pourquoi il faut anticiper les réactions de l'autre. Et parfois nous avons besoin de nous faire aider pour avoir une meilleure vision de loin… 

Laurent Karila 

Médecin spécialisé en psychiatrie et addictologie 

Une étude réalisée, en 2007, sur 70 000 personnes a montré que 50% des femmes, comme les hommes, déclaraient avoir déjà trompé leur partenaire. L’immense majorité des espèces animales est de toute façon infidèle. Le sujet infidèle est un chercheur de nouveautés et de sensations. La motivation de l’adultère est avant tout érotique. La routine, l’usure chronique du couple, l’ennui peuvent être à l’origine d’un écart !

Nos gènes auraient également une influence sur notre capacité à être fidèle et sur notre penchant pour l’excès ! Une étude anglaise, menée sur 1600 jumelles, a évalué leur vie amoureuse, sexuelle et la fréquence de leurs relations extra-conjugales. Lorsque que l’une des deux sœurs était infidèle, la jumelle l’était aussi le plus souvent. Ce phénotype « infidèle » pourrait se transmettre à hauteur de 40% d’une génération sur l’autre. Prudence ! Comme pour tout, la génétique n’est pas le seul facteur explicatif ! La sexualité se construit, se développe sur des interactions biologiques, psychologiques, sociologiques et environnementales.

Une vraie bonne raison de taire son infidélité est de ne pas vouloir faire souffrir son/sa partenaire. Pour se déculpabiliser, la personne peut être tentée d’en parler. Cependant, le risque est de créer une situation complexe.L’infidélité peut être un événement de vie violent dans la vie d’un couple parce que l’on en ignore l’issue. Tout peut s’écrouler. Le silence peut être protecteur. Pour préserver une relation de qualité, il faut tenir compte de son/sa partenaire. S'il y a infidélité, c’est qu’il faut envisager différemment sa vie de couple et ses rapports. L’infidélité, comme la jalousie, peut aussi rapprocher les couples et redynamiser la libido du couple qui était en péril (je ne fais en rien l’apologie de l’infidélité).

La personne peut être infidèle sans avoir envie de détruire tout ce qui a été construit (enfants, confort matériel, confort affectif…). Le frisson de la transgression ne dure jamais longtemps sauf si la personne a décidé d’un changement radical dans sa vie.

Il existe différents types de personnalités et de réponses face à l’infidélité. La personnalité narcissique est infidèle pour se rassurer, pour voir si elle peut encore plaire. Elle se tait le plus souvent mais peut en parler au risque de tout déconstruire. La personnalité perverse narcissique, quant à elle, vise directement son conjoint. Elle dit tout pour faire souffrir l’autre. L’emprise est totale.

Une nouveauté dans notre société est l’échange de sextos, de textos qui peuvent trahir le silence de l’infidélité que l’on s’était imposé. C’est une cause fréquente de remise en cause du couple et de consultation ciblée.

Quoi qu’il en soit, quel que soit le choix de réponse décidé, il faut avant tout respecter l’autre.

Christophe Médici 

Life coach. Fondateur de la méthode haute qualité relationnelle.®

La fidélité, en couple, est un comportement fortement valorisé dans nos cultures judéo-chrétiennes. Néanmoins, force est de constater qu’un nombre conséquent de conjoints et de conjointes donnent souvent des « coups de canifs » au contrat. Certains disent même que l’arrivée des NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication), a favorisé le développement de l’infidélité. De fait, les sites spécialisés pour personnes adultères pullulent.

Le scandale récent du site anglo-saxon « Ashley Madison » en est la preuve concrète. Suite au piratage de ses données confidentielles, des dizaines de milliers de noms de personnalités infidèles furent dévoilés. Parmi elles, un juge fédéral, renommé pour sa grande probité et sa grande droiture, dut venir battre sa coulpe à la télévision devant des millions de téléspectateurs médusés.

Quand une personne est infidèle, elle n’a, vis-à-vis du partenaire, que deux alternatives : soit dévoiler ses agissements, soit se taire.
Certains ont la tentation de le dire. Souvent pétris de culpabilité, percevant leur acte comme une faute, ils estiment qu’ils vont se laver de ce « péché », en avouant tout à leur conjoint( e). Ils pensent soulager leur conscience et faire du bien à l’autre. Faute avouée serait à demi-pardonnée… !?

De fait, bien souvent, le remède est pire que le mal. Ils s’engouffrent dans des déboires qu’ils n’avaient pas évalués ou qu’ils avaient déniés. Il arrive fréquemment qu’un tel aveu mette un couple en péril. Nombre de ruptures amoureuses définitives eurent lieu après pareil aveu.

Si l’on est infidèle et que l’on souhaite tout de même protéger son couple, la décision la plus « sage », aussi paradoxal que cela puisse paraître, est de SE TAIRE.

Ne cédez jamais à ce mythe absurde de la transparence. D’ailleurs, on ne se dit jamais tout. Un couple investit toujours trois scènes : celle sur laquelle il fait des choses à deux, rien qu’à deux, celle où il fait des choses, à deux avec d’autres, et enfin celle ou chacun vaque à ses occupations de son côté.

Considérez que l’infidélité fait partie des situations liées à cette troisième scène.

L'avis de Brigitte

Il n’existe pas de réponse absolue à cette question. Tout dépend de la relation mais aussi de la personnalité des deux membres du couple. Bien sûr, la mode actuelle est à la transparence et j’entends souvent les gens me dire qu’ils préfèrent savoir. Pourtant lorsque la relation adultère est révélée, cela provoque forcément beaucoup de souffrance.

À part quelques exceptions, la majeure partie des couples n’est pas préparée à assumer une infidélité. Alors pourquoi le dire ?

En fait, bien souvent la révélation est faite non pas par franchise vis-à-vis de son ou sa partenaire mais, au mieux pour réussir à y mettre fin et au pire, pour se soulager de sa culpabilité.

Or dans les deux cas, cet aveu traduit plutôt une certaine immaturité et certainement pas une preuve d’amour. Comme si en évoquant son adultère, on se libérait d’une faute trop lourde à porter tout seul. Or, apprendre que notre partenaire a fait l’amour avec quelqu’un d’autre est toujours une charge émotionnelle qui blesse notre narcissisme. Bien sûr, on sait que cela peut arriver mais malgré tout, si ça arrive, on a du mal à l’accepter. 

De plus, de nombreux couples ne savent pas rebondir après une infidélité et finissent par se quitter après bien des reproches et des conflits douloureux. Des couples qui pourtant auraient pu faire encore un long bout de chemin ensemble. 

Ainsi dévoiler un adultère, c’est toujours prendre un risque de mettre fin à une histoire pourtant tout à fait positive. Mieux vaut donc, pour se soulager de sa culpabilité, aller en parler à un thérapeute qui servira de confesseur. 

En revanche, si l’infidèle a été découvert, de quelque manière que ce soit, mieux vaut alors cesser de nier. À ce moment-là en effet, il faudra parler mais là encore, moins on donnera de détails, moins il y aura de dégâts. Même si bien sûr, dans ce cas-là le ou la partenaire ne pourra s’empêcher de poser une multitude de questions. Mais même face à un interrogatoire musclé, mieux vaut rester le plus évasif possible. En évitant évidemment de trop gros mensonges surtout si on ne sait pas trop ce qu’a appris notre partenaire. Car tout mensonge augmentera le préjudice.

Si vous vous êtes retrouvé dans l'une de ces situations et que vous voulez approfondir le sujet ou avez besoin d'une oreille attentive, retrouvez nos thérapeutes sur ConsultOnline.fr

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 12/09/2015 à 20:58

Réponse de

Bonsoir à tous et à toutes, merci pour cet article, sage et raisonnable, face à une situation qui une fois passée l'euphorie du passage à l'acte, plonge l'infidèle dans un véritable dilleme Cornéllien à savoir, libérer sa conscience et se décharger de sa culpabilité auprès de son partenaire ou "vivre avec" ce moment à soi en gardant le silence pour ne pas blesser son partenaire ni briser son couple et detruire tout ce qui a été construit à deux et toutes les épreuves que le couple à traversé...

J'en profite pour remercier ici tous ceux et celles qui ont lu mon témoignage ici section forum/infidélité...Bon courage à ceux et celles qui ont vécu cela et qui sont dans la réflexion de ce que cela implique après en terme de remise en question de soi, de son couple, de son désir, de son projet de vie etc...etc..