Pourquoi la critique est-elle un tue-l’amour ?

Publié le 10/10/2016 à 22:08

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier sur l'amour, le couple ou la sexualité commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu !

La semaine dernière nous parlions de faire le bilan. Seulement attention... Ce n'est pas la porte ouverte à tous les reproches. La critique au sein du couple est inévitable mais comme elle est rarement positive, elle aussi est particulièrement néfaste. 

Christophe Médici et Brigitte vous expliquent pourquoi il ne faut pas minimiser son impact.

Christophe Médici 

Life coach. Fondateur de la méthode haute qualité relationnelle.®

Certains thérapeutes ont coutume d’affirmer que le couple est le lieu idéal du conflit. De fait, nombre de conjoints passent un certain temps de leur journée à se disputer pour tout et n’importe quoi. D’ailleurs, le grand thérapeute américain de couple, John Gottman, explique clairement que 77% des conflits d’un couple ressemblent à ce qu’il appelle des « conflits permanents », autrement dit : le couple se dispute très souvent pour les mêmes raisons et sur les mêmes sujets. À tel point qu’un observateur extérieur à la sensation d’entendre un « disque rayé ».

Force est de constater qu’il arrive parfois que, dans un couple, un des deux conjoints, passe le plus clair de son temps à critiquer les faits et gestes de son ou sa partenaire. Et c’est très énergétivore.

« Mon ex mari,Gilles passait sa vie à me critiquer », affirme Sylvie, 45 ans, divorcée depuis cinq ans. « Il critiquait mes choix, mes comportements, ma façon de m’habiller, mes fréquentations, tout y passait. Quand on allait en soirée, au retour, dans la voiture , j’avais le droit à un débrief archi-critique. C’était exaspérant et fatiguant. » De fait, il s’agit d’une critique destructive, qui n’apporte rien, et dont l’enjeu inconscient est de prendre le pouvoir sur l’autre.

Dans ma méthode de communication « haute qualité relationnelle », je qualifie ces pratiques d’attitudes BQR : basse qualité relationnelle. 


Gilles faisait preuve d’irrespect, de rigidité et de fermeture vis-à-vis de son épouse. Ce sont, trois des sept attitudes BQR de la HQR. À dire vrai, ces critiques récurrentes risquent effectivement de devenir des tue-l’amour car comme le dit Gottman dans son merveilleux livre « Les couples heureux ont leurs secrets », l’homme et la femme recherchent la même chose, en premier, dans la relation pour être satisfait de leur vie de couple : que leur conjoint se comporte comme s’il était leur meilleur(e) ami(e). 

Or, un ami, ne passe pas son temps à critiquer celui qu’il a élu comme ami. Au contraire, il le valorise bien souvent. Il l’aide à avoir confiance en lui. Certains disent que c’est un des traits caractéristiques de la gent féminine que de pratiquer la « reprochite aiguë » vis-à-vis de leur homme. Néanmoins, nombre de femmes ont partagé leur intimité avec des hommes très critiques. Certains d’entre eux masquaient ainsi un cruel manque de confiance en eux quand ce n’est pas un complexe d’infériorité face à une compagne enviée.

En tant que life coach, j’anime des séminaires sur le couple, au cours desquels je reçois autant des couples qui viennent pour parfaire leur façon de communiquer, que des célibataires qui viennent pour comprendre ce qui a vraiment dysfonctionné dans leur ancienne relation amoureuse et se préparer à vivre leur prochaine histoire d’amour d’une façon toute différente.

J’insiste souvent sur ce qui fait, pour moi, les deux grands sens d’un couple : Aimer, c’est aider l’autre à transformer ses rêves en réalité. Or, pour cela , il est préférable de transmettre des encouragements, de l’énergie positive, des réseaux, de la documentation plutôt que de la critique.

Secundo, comme le dit si justement le docteur Leleu dans « L’écologie de l’amour » (extrait sur ConsultOnline.fr), « aimer, c’est aider l’autre à s’aimer mieux chaque jour ». Et ce n’est pas en le critiquant (parfois systématiquement) que l’on y parvient mais tout au contraire en le valorisant sincèrement. 

L'avis de Brigitte

J’irai même jusqu’à dire que toute critique, même positive, peut être néfaste dans une relation amoureuse. Soyons clair, face à l’être aimé, nous rêvons tous d’être parfait ou du moins le meilleur à ses yeux. Alors la critique est forcément vécue comme une atteinte à notre narcissisme si fragile lors de l’état amoureux. J’aime bien l’analyse de mon sexologue canadien Yvon DALLAIRE qui dit qu’il faut cinq compliments au moins pour effacer une critique. Alors pourquoi s'y risquer ?

Bien sûr, la vie à deux nécessite obligatoirement des ajustements. Mais il y a critiques et critiques. Évitons absolument toute remarque désobligeante et toute réflexion humiliante ou dévalorisante. Si cela nous arrive, posons-nous alors intérieurement la question : « pourquoi ai-je eu envie ou besoin de dire ça ? Ai-je auparavant été blessé(e)? » Et alors c’est une parole vengeresse. À moins que l’on se sente en état d’infériorité et que critiquer l’autre soit une manière de le rabaisser pour se sentir au-dessus. Mais vous vous doutez bien que ce rapport de force est négatif pour la relation.

Ensuite, une critique, j’allais dire naturelle, comme : « tu as oublié de… » est certes inévitable mais il suffit d’en prendre conscience afin de pouvoir rapidement compenser par des paroles positives ou un geste tendre. 

Enfin, il y a parfois des situations qui rendent la critique inévitable, comme par exemple lorsqu’un couple travaille ensemble… Alors il sera essentiel de veiller à maintenir un haut degré d’intimité positive afin que ces critiques n’entachent pas les sentiments d’amour réciproques.

Vous êtes en colère contre votre partenaire et vous avez besoin de vous défouler ? Faites-le plutôt sur le forum dans la rubrique consacrée à cela ! 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter