La fête des mères

Publié le 10/10/2016 à 22:07

À l’école, de plus en plus souvent, la fête des mères est zappée. Cela reste à l'appréciation des instituteurs. A priori, ce serait plutôt les institutrices qui se garderaient bien de rappeler aux bambins qu’il faut faire un cadeau en ce dimanche de fête des mères. Or, ce n’est pas anodin, si l’on s’en réfère aux origines de cette fête, du moins pour nous Français.

Ce fût en effet le maréchal Pétain qui l’instaura en 1941 en raison de préoccupations natalistes en ces heures noires. Par une circulaire du régime de Vichy, tous les enseignants eurent pour mission de faire passer le message à leurs élèves. Mais c'est au lendemain de la guerre de 14/18 qu’une journée des mères de famille françaises fut instaurée. 

Cet héritage particulier n’est pas au goût des féministes et cela peut se comprendre puisqu’il s’agissait de rappeler qu’une femme doit avoir des enfants pour la nation. Enfin aujourd’hui, certains enseignants préfèrent éviter fête des pères et fête des mères puisque de plus en plus d’enfants sont élevés par l’un seulement de leurs parents. 

Quoi qu’il en soit, je pense que ces dates, sur le plan symbolique, ont leur raison d’être. Permettre aux enfants en un jour particulier de pouvoir faire un cadeau à leur mère est une première prise de conscience que lorsqu’on reçoit beaucoup, on doit donner à son tour. L’enfant aime sa mère mais, à cette occasion, il devra faire l’effort de trouver une idée, il devra réfléchir à ce que sa maman pourrait apprécier de sa part. 

Même avec un dessin et quelques mots d’amour, il réalisera qu’aimer c’est bien, le prouver c’est mieux.

Et puis, en tant qu’adulte, n’oublions pas non plus la fête des mères parce que j’avoue que le jour où notre mère n’est plus là, cette journée est bien triste…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter