Liberté, notion relative

Publié le 10/10/2016 à 22:05

Après quelques réactions assez mitigées, la loi sur le renseignement a finalement été votée. Est-ce une restriction de nos libertés ou au contraire une protection de nos vies ? Je me garderai bien de me prononcer puisque je ne suis pas experte en la matière. Mais la liberté est un sujet qui me concerne tout particulièrement puisque j’ai toujours veillé à rester libre, quelles que soient les circonstances.

Mais la liberté absolue est un leurre. Nous sommes tout au plus libres de nos choix. Sans doute que cette loi sur le renseignement correspond au choix du plus grand nombre de nos citoyens. En effet, la majeure partie des Français veut aujourd’hui que l’État les protège. Malheureusement, ils ne comprennent pas que personne ne peut nous préserver des accidents, le dernier étant notre fin. J’ai toujours pensé que ce principe de précaution était une des erreurs les plus fondamentales de ces vingt dernières années. D’ailleurs, selon ce principe, on aurait sans doute évité l’électricité ou l’automobile qui sont tout de même responsables de nombreuses morts !

À force de faire voter des lois de protection, nous gagnons une prétendue sécurité mais nous perdons ce qui, à mon sens, fait le sel de la vie. Oui, j’ose monter à cheval en prenant le risque de faire une chute. Oui, j’ai eu une vie sexuelle et affective mouvementée en prenant le risque de souffrir. Oui, je reste passionnée en prenant le risque de me perdre. Mais au moins, à bientôt soixante ans, j’ai vécu.

Notre monde depuis déjà plus de trente ans est en pleine mutation. Nous avons la liberté de choisir la suite des événements :

- Soit se réfugier dans des valeurs obsolètes qui ne fonctionnent plus et refaire des lois sur des lois en espérant un miracle.

- Soit vivre l’instant présent sans avoir peur du futur puisque notre liberté d’être nous permet de nous adapter à l’avenir. 

Je souhaite que la majeure partie des jeunes soit ouvert au monde parce que justement, ils ont cette capacité d’adaptation qui depuis la nuit des temps a permis à l’humain d’évoluer.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 14/05/2015 à 18:10

Réponse de filouzof

Chère Brigitte,

Il est claire qu'abondance de lois nuit gravement à la santé mentale de celui qui les subit.Elles ont pour but de restreindre la liberté de penser ou d'espérer de ceux pour qui elle est destinée.

Les jeunes ont compris depuis longtemps que leur liberté d'agir viendra de leur compréhension de la société qui les acceuille... autrement dit,leur liberté de comprendre et d'analyser restera intacte.

Cet enpilement de restrictions prouve l'incapacité du politique à s'adapté à l'évolution de la société.

Il reste au citoyen d'exprimé son profond désaccord par tout moyen mis à sa disposition y compris lle vote blanc,dans le pire des cas.La loi protège ceux qui la rédige, et non ceux à qui elle est destinée.

A Nos politiques de s'adapter à la "vrai vie" et non le contraire...



cordialement.



PHILIPPE.
Le 11/05/2015 à 15:04

Réponse de ginette

Bonjour, c'est intéressant d'aborder ce sujet sous cet angle :)

Je voudrais rajouter 2-3 remarques :

- d'une part chacun dit qu'il n'a rien à cacher, et que le jeu en vaut la chandelle puisque c'est pour nous protéger du terrorisme.

Or d'1 part ce n'est pas le problème de savoir si vous ou moi n'avons rien à cacher, le problème c'est de savoir s'il est raisonnable qu'un gouvernement (ou les services secrets dans le dos du gouvernement) puisse savoir tout sur l'ensemble d'une population.

D'autre part personne n'a rien à cacher, on est bien d'accord, mais il faut savoir que la loi o lige les services de renseignement à signaler tous les faits illicites sur lesquels ils tomberont même si ça n'a rien à voir avec ce qu'il cherche...

-ensuite on peut tout de même penser que ce n'est pas important si on est mieux protégé du terrorisme

Or les spécialistes sont unanimes pour dire que les boites noires (qui peuvent espionner tout ce qui se fait dur internet sauf le contenu des mails dans le but de prévenir le terrorisme) trouveront trop de suspects et que nous n'aurons pas les moyens de les surveiller.

Ensuite il faut savoir que le terrorisme n'est qu'une partie des motifs. Aux États Unis, en pratique la NSA s'est servi des lois contre le terrorisme essentiellement pour le trafic de drogue, l'espionnage industriel etc ... (C'est officiel) . Qui sont des motifs pour lesquels le sacrifice de la vie privée est déjà moins évident.

Ensuite il faut savoir que la cour américaine qui vient de condamner la NSA pour avoir recueilli toutes les métadonnées de connexion téléphonique a répété dans son rapport que c'était inefficace contre le terrorisme.



Dans la vie courante, quand votre assureur vous expose les risques auxquels vous êtes soumis, vous ne signez pas à n'importe quel prix et sans lire les petites lignes sous le coup de la panique.

Et bien là il faut faire pareil et vous demander ce que nous et nos enfants allons gagner et à quel coût réel.

Brigitte a raison, avant que le terrorisme tue autant que les voitures on peut peut-être donner des moyens de surveiller les cibles identifiées comme les Kouachi. Coulibaly et consorts avant de sacrifier nos libertés en rêvant que la magie de la technologie nous protégera tous, non ?