La fin de vie, un débat sans fin

Publié le 10/10/2016 à 22:01

J’aime toujours bien relier deux événements qui n’ont certes pas de liens directs mais qui, d’une certaine manière, nous entrainent à la même réflexion.

Cette semaine, l’accident d’hélicoptère en Argentine a provoqué de nombreuses réactions. En effet, la mort accidentelle est toujours choquante parce que nous ne sommes pas prêts à apprendre la disparition de gens qu’on aime ou qu’on admire. Et puis cela nous renvoie à cette réalité que la mort peut nous surprendre à tout moment. De même, de nombreux débats ont eu lieu sur la question de la fin de vie et l’euthanasie a de nouveau été évoquée.

Quand on interroge les Français, la majeure partie d’entre eux sont favorables à une loi qui autoriserait l’euthanasie. Mais ils étaient, à une autre époque, aussi pour la peine de mort.

Il me semble que personne ne peut avoir la juste réponse sur cette question de la mort car elle nous renvoie à des interrogations trop profondes qui sont de l’ordre de l’inconscient. Les psychanalystes le savent bien, même à son dernier souffle, l’être humain ne peut se représenter l’inconcevable ; c’est-à-dire sa fin.

Bien sûr, nous espérons tous mourir en bonne santé, avouez que ce pléonasme en dit long sur notre rapport à la mort. Et si c’était si simple, alors nous ne devrions pas être choqués de la mort des personnes qui étaient dans les hélicoptères puisque justement, ils sont morts en bonne santé !

Alors tâchons sur ce sujet de rester un peu prudents. Je ne pense pas que l’euthanasie soit une bonne solution car elle risque d’entrainer des dérives. Mais devenons plus humains, arrêtons les acharnements médicaux et améliorons les soins palliatifs. 

 

Discutez-en sur notre forum

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 24/03/2015 à 10:09

Réponse de eaubraise

je suis choquée que vous compariez la peine de mort à l'euthanasie, il n'y a pour moi pas de parallèle d'autant que l'euthanasie est autorisée dans d'autres pays, c'est le conservatisme de la France qui nous frêne je pense.

Je ne comprends pas non plus votre comparaison avec la mort soudaine, nous sommes choqués par le hasard mais l'accompagnement est entre nos mains donc des questions se posent légitimement et c'est surtout les témoignages de la réalité qui me font penser que c'est une bonne chose de pouvoir choisir le suicide assisté par exemple. Les questions philosophiques que cela soulèvent restent effectivement intéressantes...