50 nuances de gris, pas vraiment dans la nuance

Publié le 10/10/2016 à 22:00

Le film tiré du roman « cinquante nuances de gris » doit sortir ces jours-ci et déjà, il semble intéresser les foules. Il faut dire que le roman a été un succès incroyable dans le monde entier.

J’ai tenté de le lire mais j’avoue ne pas avoir été sensible à cet univers à l’eau de rose malgré ces quelques scènes soit disant rouge vif ! Si c’est ça la sexualité libérée des femmes, il est temps que je prenne ma retraite …

Je n’ai pas l’intention de juger le film dès à présent, après tout, il est peut-être beaucoup plus intéressant que l’œuvre dont il est issu. En revanche, j’ai été assez surprise de voir comment les journalistes traitaient le sujet. Pour eux, le succès de ces 50 nuances prouve que les femmes sont libres sexuellement et qu’elles l’assument. J’ai été interviewée par certains d’entre eux et ils avaient du mal à accepter mes propos allant à l’encontre de leurs convictions. Pas de nuances pour eux, l’engouement pour ce film prouve que les femmes sont maintenant ouvertes à la sexualité.

Pourtant, moi qui les écoute tous les jours, je sais à quel point elles sont encore timides et peu en relation avec leur univers fantasmatique. Je crains que le succès de ces 50 nuances tienne plus au fait qu’il s’agit d’une histoire d’amour à la « Pretty woman ». Au fond, l’héroïne est une jeune femme encore peu dégourdie sexuellement qui sera initiée par une sorte de pygmalion beau et riche mais qui tombera fou amoureux d’elle. Rien de bien torride sur le plan érotique au fond.

Mais tout cela n’est pas fait pour me déplaire car je crois que fondamentalement, la femme comme l’homme d’ailleurs, recherche plus une expérience amoureuse que simplement des histoires de cul…

Et d’ailleurs, le succès à présent de ces fameuses menottes prouvent également que le fantasme de soumission est aussi un des fantasmes féminins les plus forts mais souvent décriés par les féministes.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 17/02/2015 à 17:03

Réponse de Foxey

Personnellement je trouve ces livres immondes, la notion de consentement est très floue, et ne représente pas du tout les pratiques bdsm... Comment peut-on parler de liberté sexuelle de la femme dans des "oeuvres" où la femme est montrée comme soumise et faible autant sexuellement que dans la vie ?? Je trouve ça choquant, et surtout dangereux de faire croire qu'une femme qui laisse son compagnon faire tout ce qu'il veut sans avoir son mot à dire tient de la liberté sexuelle.
Le 13/02/2015 à 08:53

Réponse de guko84

Une expréssions qui ma plus "Fim érotique pour Maman"
Le 11/02/2015 à 20:11

Réponse de guko84

Le film est pas mal fait .. Beaux materiel SM .. mais scénes subjectives, normal .. et Romantique .. as avoir ..
Le 10/02/2015 à 17:44

Réponse de Davy22

Bien-sur l'amour est en soit une quête légitime, plutôt indispensable, pour tout à chacun (quand on ne l'abandonne pas par raison et déception..)...d'ailleurs qui dit le contraire ou essaierai de nous le confronter à une histoire de cul uniquement...Mais bon ce n'est pas toujours aussi simple et si le cul c'est un don de soit...alors il y'a aussi de l'amour quelque part...même si, il y'a dans ce domaine 50 nuances.
Le 10/02/2015 à 08:55

Réponse de louane

Bonjour,

je n'ai jamais été sensible à ce livre et je ne l'ai jamais lu...le concept même de mode me déplait, je ne suis ni réac, ni rebelle, ni libérée au fond je le sais, je ne l'ai pas lu par provocation ou esprit de contradiction mais parce-que j'ai eu des échos et pour moi ce livre reprend les vieux classiques, un homme riche une jeune femme etc etc. et ça me tente pas de lire ce genre de livre, en plus rien de bien sexuellement torride comme le dit Brigitte. Si il a du succès pour les femmes ça n'a pas l'air d'être le cas pour les hommes qui attendent à peut-être plus de scènes plus hards.



après que le fantasme de la soumission soit plus féminin je suis bien d'accord mais donnez des menottes aux femmes qui adorent ce livre, je pense que peu assumeront, ça reste dans le fantasme, (comme l'écrivain qui a écrit ce livre à mon avis), dommage si demain les femmes sortent les menottes avec l'intention de les utiliser beaucoup d'hommes seraient à leurs pieds :)











Le 09/02/2015 à 20:51

Réponse de CheyN

Bien vu Brigitte !



Il semblerait en effet que la tendance au gris actuelle soit finalement un alibi pour toutes les femmes d`pour lesquelles la libido classique et tranquille va bien mais qui utilise cet engouement comme un alibi pour compenser la culpabilité générée par l'obligation ambiante de performance sexuelle pseudo libératoire.



A y réfléchir, la vraie libération serait d'assumer sa sexualité plan-plan qui convient si bien à certaines au fond et d'utiliser le fameux voile grisâtre pour qu'on leur foute la paix avec cette obligation de libération en plastoc ! et toc !



Bien reçu les filles ...? ^-



et plus sérieusement libérer son imaginaire propre et non se placarder un imaginaire préfabriqué, la voilà la clef d'une libido débridée...



Ensuite c'est une lecture et un effet marketing comme tant d'autre il me semble.