Drague, harcèlement ou séduction ?

Publié le 10/10/2016 à 21:57

J’entends de plus en plus de femmes se plaindre du harcèlement subi dans les transports en commun à tel point qu’on envisagerait, comme d’antan, à créer des zones pour les hommes et des zones pour les femmes.

De même, de plus en plus de femmes, pourtant certaines particulièrement libérées, je pense à Françoise SIMPERE mais aussi à Ovidie, tiennent des propos assez accusateurs sur la gent masculine qui ne penserait qu’à agresser une femme qui rentrerait tard dans la nuit en mini-jupe. La femme, une proie pour l’homme !

Bien sûr, je ne nie pas qu’il y ait quelques prédateurs mais ces derniers n’attaquent pas forcément les femmes habillées sexy. La preuve ; combien de femmes faisant leur jogging ont été tuées ces dernières années par ces détraqués. Car avoir envie de violer et de tuer une femme, ce n’est pas la condition normale d’un homme.

Certes un homme aura le regard attiré par une femme qui, par sa tenue se présente à son avantage, il aura peut-être un début d’érection ou un mot déplacé mais jusqu’à nouvel ordre, les mots ne tuent pas.

J’ai durant de nombreuses années porté les tenues les plus provoquantes et je me suis parfois retrouvée dans des situations délicates mais, sans doute grâce à une confiance en l’homme, je n’ai jamais été agressée. Peut-être verbalement mais j’ai toujours pris ça pour un hommage ou une maladresse. Bien sûr peut-être que le fait de ne pas avoir eu peur a rendu la situation facile à vivre. En tout cas, j’ai assumé parce qu’après tout, j’ai aussi eu des regards assassins de la part de femmes aigries me jugeant comme une garce à cause de ma tenue.

La peur justement, en stigmatisant les hommes, en les traitant de dangereux obsédés, on finit par créer une situation anxiogène et donc les femmes ont peur. Quant aux hommes, ils se sentent jugés voire méprisés dans ce qu’ils ont de plus cher, leur pénis. Donc, un bon nombre d’entre eux peuvent, pas réaction psychique bien connue, agresser les coupables de leur stigmatisation, c’est-à-dire les femmes.

Comme pour l’immigration ou tout autre phénomène social, on ne résout rien en montant les uns contre les autres, bien au contraire on attise les craintes et les rancœurs de tous.

Quand un homme s’adresse à une femme, cette dernière de manière subjective pourra avoir le sentiment qu’il la drague, la harcèle ou la séduit. Or, se sentir séduite est sans nul doute le meilleur moyen de se sentir meilleure. Alors mesdames, n’ayez pas peur, redressez-vous, souriez aux hommes et vous verrez qu’ils ne sont pas dangereux…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 11/11/2014 à 22:11

Réponse de CheyN

C'est tellement vrai Brigitte !



J'ai connu une période où je ne me respectais pas et le regard des hommes m'insultait et me salissait à m'en faire vomir jusqu'à ce que j'apprenne à m'estimer et à me chérir profondément. Alors plus aucun regards avilissants : en fait c'était mon propre dégoût de moi même que je projetais dans le regard de ces hommes. Eh oui !



Ce n'est pas les autres mais bien le regard négatif que nous portons sur nous mêmes que nous renvoyons aux autres, dont nous souffrons !



C'est d'autant plus difficile à admettre que cette projection est une incapacité à admettre que l'on puisse se faire tant de mal à soi même.



Et pourtant, une fois que l'on peut comprendre que ce manque de respect vient de nos peurs et ne correspond pas à ce que nous sommes, l'image positive de nous même est restaurée et celle que nous présentons aux autres est automatiquement modifiée.

On ne perçoit même plus les gros lourds ou les vicelards qui de toute façon n'ont plus de raison d'être dans notre réalité...



C'est du vécu.
Le 10/11/2014 à 11:29

Réponse de Davy22

Il faut l'art et la manière quand même...aucun problème quand on prend la peine d'y mettre les formes...les gros lourd qui savent pas se tenir ou manque d'imagination ou de savoir vivre...whai bof, je comprend les femmes qui n'ont pas envie de leur sourire...Ça vas le médiocre, on à le droit d'en avoir marre, pas toujours envie de faire du social non plus.