La cuisse maîtresse

Publié le 10/10/2016 à 21:54

Comme son nom l'indique, cette position permet à la femme d'être assise sur son partenaire.

Il en existe deux variantes : soit la femme est face à son partenaire, soit elle lui tourne le dos. Il est évident que dans la deuxième hypothèse les rapports son différents, moins intimes – mais en même temps l'angle que forme le vagin permet une pénétration optimale.

Cette position peut se pratiquer sur un lit, bien sûr, mais aussi sur un fauteuil et pourquoi pas sur le sol, de préférence un coussin sous les fesses de monsieur afin qu'il puisse prolonger les ébats sans souffrir. C'est aussi une position pratique en cas de rapports rapides, un peu à la sauvette.

Pour parvenir à la pénétration, la femme doit se poser sur le sexe en érection de son partenaire ; elle peut s'aider de sa main afin de l'introduire plus délicatement – trop rapidement, elle peut courber le membre de son amant, ce qui n'est franchement pas agréable.

Ensuite, l'un et l'autre peuvent décider du tempo. L'homme en levant les fesses de la femme plus ou moins rapidement, la femme se mouvant au rythme de son désir.

Dans cette position, les mains des deux partenaires restent disponibles pour les caresses variées. N'oubliez pas de toucher les zones érogènes, mais cela ne doit pas être systématique. Surprendre l'autre, c'est toujours plus payant. Par exemple, l'homme peut introduire un doigt dans l'anus de la femme. Si elle n'aime pas, elle saura le faire sentir en se relevant ; en revanche, si elle adore, elle s'enfoncera sur son doigt bienvenu !

Enfin, pour les experts ou les amateurs, c'est une position pratique pour une sodomie profonde.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter