Le siège d'amour

Publié le 10/10/2016 à 21:54

On pourrait aussi appeler cette position « la belle indifférente ». En effet, la femme tourne le dos à son partenaire et semble ne pas vraiment s’intéresser à lui, allongé sur le dos, assez passif. Elle se sert de son membre avec volupté.

C’est sans doute la particularité de cette position : elle ne permet pas une grande intimité entre les amants. Donc évitez de la pratiquer si vous n’avez pas une réelle intimité avec votre partenaire car cela pourrait être mal interprété.

La femme se trouve assise comme si elle s’empalait sur un godemiché. Son imagination fera le reste. L’homme, qui garde les mains disponibles et à bonne distance de son clitoris, peut à loisir caresser sa partenaire. Je conseille aussi des effleurement à l’intérieur des cuisses, zone toujours très sensible.

De toute façon les hommes aiment bien parfois se retrouver dans une position lascive, allongé, passif. Surtout que là, le spectacle en vaut la peine : ils peuvent admirer la croupe de leur partenaire.

Si vous avez un lit suffisamment bas, vous pouvez en profiter pour pratiquer cette posture. Ainsi, au bord du lit, la femme peut mettre un pied à terre ; cela lui permet d’avoir plus d’assise et elle pourra donc se lever et s’asseoir avec plus de facilité. Elle maîtrisera mieux les mouvements du coït et pourra lui donner un cadence plus régulière.

L’homme pourra néanmoins la retenir s’il sent qu’il part. Car chaque fois qu’il se retrouve dans une position où il est passif, il est évidemment moins mettre de son éjaculation.

Madame peut tout à faire au matin prendre cette position et profiter ainsi d’une érection matinale bienvenue.

Enfin, pour les plus souples à la recherche de plaisirs intenses, je vous suggère une variante : madame pose les pieds sur les jambes de monsieur ; elle devra pencher légèrement le buste en avant pour compenser son équilibre. Dans cette position, elle se sentira vraiment prise et son vagin emprisonnera la verge de son amant. Un orgasme intense en perspective !

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter