Le roseau

Publié le 10/10/2016 à 21:53

Souvenez-vous de la fable de la Fontaine : le chêne et le roseau. Sa morale nous apprend qu’en bien des circonstances, mieux vaut avoir la souplesse du roseau que la robustesse du chêne.

Il en va de même pour cette position qui nécessite de la part des partenaires, une parfaite condition physique. La femme doit avoir des reins d’une souplesse irréprochable et un dos tonique. L’homme doit être capable de la porter en lui soutenant les fesses mais aussi d’avoir le coup de reins nécessaires pour entretenue un coït énergique. Mais si l’homme rythme l’intensité du rapport, sa partenaire ne doit pas demeurer passive. Par le mouvement de ses hanches, elle s’empalera sur la verge avec plus ou moins de force. Pour s’exécuter sans dommage, elle pourra prendre appui avec ses mains sur les genoux de son amant. Voire même, elle enroulera les pieds autour de sa nuque.

Ce rapport sexuel est intense et offre une excellente stimulation du vagin, tant au niveau du point G que dans la région du col de l’utérus.

Si votre condition physique est bonne, cette posture est source d’une grande jouissance : les corps sont tendus à l’extrême et la jouissance portée à son comble. En revanche, elle ne facilite guère le lâcher prise, à déconseiller pour les femmes qui préfèrent rester plus passives.

Enfin, bonne position pour les petites verges qui trouveront tout de même un terrain d’action stimulant.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 03/08/2014 à 16:16

Réponse de florinda

Por mon mari ses tout temps la meme position je commence avoi marre.