L'étreinte charnelle

Publié le 10/10/2016 à 21:53

Cette position est en quelque sorte un missionnaire inversé ! Au lieu d’être allongée sur le dos, la femme s’étend sur le ventre et laisse l’homme se coucher sur elle.

Sentir son partenaire peser de tout son poids sans le voir peut être source d’excitant. Bien sûr, elle devra écarter légèrement les jambes pour favoriser la pénétration puis pourra enserrer la verge, prisonnière de cet écrin.

La partenaire peut même croiser ses chevilles afin de donner l’impression à son amant qu’il est tout à sa merci.

Les mouvements de va-et-vient sont un peu entravés, mais l’intensité perdue est compensée par un large éventail de sensations pour les deux partenaires. Veillez toutefois à bouger tous les deux en cadence car le pénis peut assez facilement sortir, voire, si les mouvements sont trop forts, se tordre légèrement.

Cette position est l’une des plus adaptée pour la sodomie. Si telle est votre envie, c’est l’homme qui dirigera la manœuvre. En ayant pris soin de bien préparer sa maîtresse (lubrifiant indispensable !)

Il pourra passer d’un orifice à l’autre sans avoir à bouger, en commençant par le vagin pour poursuivre par l’anus (le contraire étant fortement déconseillé pour des raisons d’hygiène évidentes.)

Et pour celles qui n’oseraient pas franchir ce pas – tout en en rêvant – l’homme peut simplement se glisser dans le sillon entre les fesses et y pratiquer un coït de substitution.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter