Quand l'empathie manque aux humains

Publié le 10/10/2016 à 21:49

Un jeune homme tué de sang-froid par un autre, devant cette brutalité personne ne reste indifférent. Comment un être humain peut-il tuer un autre être humain comme il écraserait un moustique qui le gêne dans sa sieste ?

L’empathie n’est pas systématique, elle demande un certain éveil de conscience puisque cela consiste à pouvoir se mettre à la place de l’autre. Mais pour ressentir ce que l’autre ressent, il faut être en paix avec soi-même.

Je me garderai bien d’expliquer les raisons qui ont provoqué ce drame, d’autres s’en chargent à ma place. Mais lorsque les mots n’existent pas ou ne suffisent plus on en vient aux gestes. Lorsque la colère est au paroxysme et que plus rien ne peut la calmer, la haine s’installe. Or, la haine pousse l’humain à vouloir faire disparaître l’objet de sa haine.

Dès son plus jeune âge l’enfant a des réactions de haine. Nous avons tous vu un jeune enfant détruire son jouet qui ne répondait pas à ses attentes, nous avons tous vu des jeunes enfants s’amuser à arracher les ailes d’une mouche. Ce n’est qu’en grandissant que peut naître l’empathie, cette capacité à souffrir du mal que l’on peut faire à un animal ou à un semblable.

Alors bien sûr nous sommes horrifiés devant cet acte, nous nous révoltons devant l’attitude de certains extrémistes lors de manifestations. Personnellement, je suis plutôt consternée de ce que notre société propose à certains. Ils nous répondent par la violence mais au fond, comment pourraient-ils se sentir respectable et respecter autrui ?

J’aimerai tant redonner plus de dignité au peuple français. Mais nous sommes tous agrippés à nos petits privilèges. L’assistanat n’est pas la solution car elle provoque un malaise intérieur puisque l’être se sent inutile. La théorie du bouc émissaire (particulièrement utilisée par la classe politique) exacerbe les esprits.

Il existe bien des solutions mais je n’ai pas l’impression que nous en prenions le chemin.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 18/06/2013 à 22:27

Réponse de caramiel

Connaître l'autre, l'écouter , prendre son temps, expliquer. La culture peut être un bon moyen pour rendre un peu de sens à nos vies. Quel bonheur, de voir un film, de lire un livre, de regarder une émission de télé, d'écouter de la musique . Vous faites ce travail vous aussi Brigitte en écoutant, en accueillant la parole de l'autre loin de tout dogme religieux ou politique



et ne pas avoir une réaction épidermique dès qu'un fait divers arrive, qu'un homme politique dérape.

regarder ce qui marche au lieu de ne retenir que le mauvais. Je ne prône pas un monde de bisousnours mais comme vous Brigitte de l'empathie
Le 16/06/2013 à 18:34

Réponse de damejessica

l'empathie, je pense que c'est la qualité première que je recherche chez l'autre, un ami, mon compagnon...

mais maintenant, je trouve que de moins en moins de gens s’intéressent à l'autre, prennent le temps de le voir, le regarder, l'écouter, et du coup, quand on trouve des personnes douées pour l'empathie, le don de soi, et bien on est touché au fond de soi, parce ce que c'est devenu tellement rare ...

à part en montrant l'exemple, en tendant la main, en aimant son prochain, je ne vois pas trop comment changer ça...