Pourquoi les hommes fréquentent les prostituées ?

Publié le 10/10/2016 à 21:46

Chaque semaine, un dossier sur la sexualité ou l'amour commenté par quelques-uns de nos experts...

Pourquoi certains hommes fréquentent des prostituées ? Longtemps, on a prétendu que les messieurs fréquentaient les bordels en raison des réticences de leurs compagnes à se prêter à certaines caresses osées. C’est de moins en moins vrai... Nos experts vous répondent.

Lundi 02 juin

Nom : PARPAIX

Prénom : François

Profession : Sexologue et thérapeute de couple

A l’époque des maisons closes, c’était toléré et le service militaire obligatoire en faisait un rituel incontournable. Accompagnés par leur père ou poussés par les copains, c’était l’occasion pour les jeunes hommes de se faire dépuceler.

Il s’agissait bien d’« aller voir » : voir ce qui n’était que fantasmé, volé à travers un trou de serrure, deviné sur un catalogue de lingerie féminine ou dévoilé sur Playboy… Voire jusque dans l’intime ce qui était affiché sur le trottoir ou en vitrine et aujourd’hui sur la toile. Restait à franchir le cap, plus ou moins alcoolisé, pour enfin prendre et goûter ce sexe de femme avec à la clé, du plaisir, tarifé certes, mais plaisir quand même et facilement acquis. Les timides repartaient enfin déniaisés, prêts à tomber amoureux et à faire l’amour à leur belle ou à redevenir de bons pères de famille ! D’aucun ne pensaient qu’à copuler pour vider et soulager leurs tensions sexuelles, voire libérer de noirs fantasmes. Initiation et réassurance, plaisir subtil ou pure décharge à la limite de la transgression, les mobiles sont multiples : manque ou pauvreté dans sa vie sexuelle avec une partenaire habituelle, hygiène de vie pour célibataires ou unique moyen de se lancer pour les inhibés du premier pas, vérifier qu’on fonctionne comme les copains, certitude de ne pas être moqué de ses complexes dont de taille et ou de forme de sexe, assouvissement de fantaisies sexuelles inavouables, dépendance et ou addiction compulsive… les raisons ne manquent pas, mais tournent toutes autour de : « qui suis-je en tant qu’homme face à la femme ? »

Rien n’a vraiment changé avec le temps, si ce n’est qu’internet s’est invité et que les réseaux mafieux s’internationalisent en même temps que les lois se succèdent. Leurres sur un réalisme cru et violent d’une part et enthousiasme d’un bref moment de plaisir, peu importe, à chacun sa manière de gérer ses fantasmes, son budget et sa sexualité. Impossible tout de même de faire l’impasse sur la misère cachée (alcool, drogue, violence, insalubrité, précarité, trafic d’êtres humains…) et sur de possibles clients tordus et irrespectueux… autre débat, déjà abordé dans ses mêmes colonnes.

Mercredi 04 juin

Nom : ARLIN

Prénom : Philippe

Profession : Sexothérapeute

Que cela soit pour assouvir une pulsion, pour se rassurer, pour le plaisir qu’un rapport tarifé peut apporter… Les raisons qu’ont les hommes d’aller voir une prostituée sont très nombreuses et pour la plupart toutes bonnes.

Il y a encore tant de choses que les hommes n’osent pas, ou ne peuvent pas vivre dans leurs couples, tant de tabous d’inquiétudes et de peurs, qu’il est tout à fait compréhensible que les hommes fassent appel à des prostitués. Pour autant, et il est important de le préciser, cela ne justifie en rien l’existence de proxénètes ni que des femmes puissent se retrouver contraintes à la prostitution. Il est bien entendu nécessaire d’encadrer cette pratique et non pas de vouloir l’abolir.

Rendons à ces femmes leurs lettres de noblesse et ne tombons pas dans cette mascarade de libération féminine qui voudrait pénaliser le client, sous prétexte de mettre fin, je les cite « à une pratique avilissante et barbare », elles brandissent bien plus la haine de la sexualité masculine que la véritable défense du droit des femmes. Tout reste à faire, mais pour cela il faut repartir de la base, la prostitution n’est pas le problème, mais c’est le contexte et la façon dont ces femmes sont amenées à l’exercer qui est sordide et inacceptable.

Alors non un homme qui souhaite avoir recours à une sexualité tarifée n’est pas un « pervers » ou un obsédé malsain. Il essaye comme beaucoup de canaliser certaines pulsions. Mais il va de soi et surtout aujourd’hui, qu’en marginalisant et en pénalisant cette pratique, il y a peu de chances qu’elle puisse encore remplir ce rôle. On la repousse dans l’ombre, loin des regards mais aussi des contrôles et de l’encadrement psycho sanitaire dont elle devrait bénéficier.

D’une pratique compréhensible, on en fait une pratique criminelle interdisant par là-même à ceux qui pourrait en bénéficier d’y accéder.

Vendredi 06 juin

Nom : KARILA

Prénom : Laurent

Profession : Médecin (Psychiatrie et Addictologie)

Du Latin « prostitutio », cette activité sexuelle contre rémunération existe depuis la nuit des temps. Majoritairement exercée par les femmes, elle est principalement consommée par les hommes. Différentes typologies d’hommes allant voir les prostituées ont pu être définies selon différentes enquêtes, dont une initiée par le Mouvement du Nid.

La majorité des sujets ont habituellement entre 30 et 50 ans avec toutes les situations sociodémographiques possibles. Cela va du célibataire, au concubin, au divorcé ou à la personne mariée, principalement père de famille. L’aspect financier reste globalement un facteur favorisant. La notion de honte et de culpabilité est très souvent mise en avant derrière l’aspect criminel de la prostitution, même si cet aspect a tendance à se modifier avec l’escorting amateur sur le web.

De l’analyse de différentes études, ressortent des éléments comme une baisse de l’estime de soi, un tabou sexuel persistant, une image dégradée de la sexualité, une image de la femme qui fait peur, une image de la femme modifiée par la pornographie, une virilité centrée sur la performance, la crainte de l'engagement affectif … (liste non exhaustive). Parmi les hommes allant voir les prostituées, on peut retrouver des sujets réguliers ou occasionnels, isolés sur le plan affectif et sexuel, n'ayant pas accès à la rencontre avec d'autres femmes ; des sujets insatisfaits des relations vécues en dehors de la prostitution ayant un fort désir de domination ; ceux qui veulent reproduire de façon erronée ce qui est montré dans la pornographie (ne diabolisons pas la pornographie au passage !) ; les sex addicts utilisant les prostituées comme un objet addictogène représentant une drogue ; ceux qui ne veulent pas s’engager dans une relation suivie avec une maitresse…

Une majorité d’homme se dit insatisfait de la post-relation sexuelle tarifée mais les différences interindividuelles sont grandes !

Dimanche 08 juin

L'avis de Brigitte :

La question de la prostitution est surtout une question de culture. Suivant les époques et les cultures, aller voir une prostituée est plus ou moins normal ! Au début du XIX° siècle, les bourgeois emmenaient leurs fils se faire dépuceler auprès des prostituées et c’était normal, ou en tout cas intégré dans les mœurs de l’époque.

J’évoquerai surtout la question de la prostitution féminine même si la prostitution masculine est plus importante aujourd’hui qu’il y a cinquante ans. Tout simplement parce que, dans les deux cas, ce sont surtout les hommes qui en sont les consommateurs.

En fait, l’homme a des besoins sexuels souvent assez incompressibles et aller vers une prostituée est plus simple, plus sûr, plus confortable. Que ce soit les hommes mariés à des épouses plus du tout portée sur la chose, que ce soit des célibataires un peu inhibés face au sexe soit disant faible, que ce soit des hommes d’affaires débordés, ce recours à du sexe tarifé est simple : on veut un acte sexuel sans mettre de sentiments, on paye et on est quitte.

De leur côté, les femmes qui acceptent de prêter leur sexe pour quelques instants de plaisir, si bien sûr elles sont consentantes, y trouvent elles aussi leur compte.

Bien sûr, il existe un pourcentage d’hommes qui profitent de cette situation de domination pour humilier ou violenter les prostituées. Tout comme il existe un certain nombre de femmes qui par le biais de la prostitution, règlent leurs comptes avec la gent masculine.

Je ne pense pas que la prostitution soit une sexualité idéale, certes non. Mais elle permet à bon nombre de gens de pouvoir tout de même avoir des rapports sexuels.

Plutôt que de lutter contre la prostitution, de stigmatiser clients et prostituées, mieux vaudrait améliorer les conditions de tous. Et c’est notamment en faisant prendre conscience qu’une relation juste sexuelle peut exister. Même si bien sûr, une relation entre deux humains n’est jamais totalement dépourvue d’affect. C’est le cas même quand vous allez acheter votre pain à un boulanger…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 26/12/2016 à 14:31

Réponse de
Notice (8): Undefined index: nickname [APP/View/Posts/view.ctp, line 56]

Loi prostitution : la critiquer est-ce légal ?

Bonjour cher(e)s ami(e)s,

Je me demande où est la liberté d’expression en France actuellement au sujet de la loi prostitution pour toutes celles et tous ceux qui soutiennent toujours le droit des femmes à se prostituer.

Je suis conscient que sur certains forums les modérateurs ont le droit de supprimer toutes les critiques qu’ils jugent alors indésirables où en tous les cas celles qui n’abondent pas dans leur sens. Dans ce cas je n’ai alors plus rien à dire même s’il s’agit alors malgré tout d’une atteinte à ma liberté d’expression.

Le problème c’est que la rédaction d’un journal à savoir Mediapart m’a non seulement censuré le message que vous trouverez en P.-S. à celui-ci en arguant que je ne respectais pas d’une part sa Charte (en P.-S. à celui-ci j’avais mis entre autres un lien vers le Blog de Brigitte Lahaie) d’autre part la législation en vigueur et la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Or j’ai bien lu celles-ci et pour ma part je ne fais pas du tout la même interprétation de celles-ci que Mediapart à ce sujet.

Je n’ai pas les moyens de demander l’avis d’un juriste en ligne sur ce problème et de toute façon, à mon avis, tant qu’il n’y a pas une plainte à la police et un jugement de tribunal comment savoir la vérité ?

Je suis outré par cet argument de Mediapart pour me censurer sur le sujet de la loi prostitution par lequel le contenu de mon message sur mon blog et sur son forum dont le titre était alors : "Les prostituées veulent se prostituer et pas de la loi prostitution" ne soit pas soi-disant respectueux de la législation en vigueur ni de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

Car alors ce serait la preuve pour moi que la France de par ses lois serait tombée bien bas en matière justement de libertés.

Croyez, cher(e)s ami(e)s, à mes sentiments les meilleurs.

PLUME DE SCHIZO

P. S. : le contenu du texte censuré par Mediapart était intégralement le suivant (sauf deux liens en P.-S. que je ne reproduis pas ici l’un vers le Blog de Brigitte Lahaie l’autre vers un blog à moi-même) :

LES PROSTITUÉES VEULENT SE PROSTITUER ET PAS DE LA LOI PROSTITUTION

COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.PCF.FR

Pourquoi ne donnez-vous pas la parole à la grande majorité des prostituées ?

(COMMENTAIRE CENSURÉ)

À vous lire votre discours à l’apparence de la vérité. C’est d’ailleurs aussi celui de quelques rares prostituées dans l’Humanité ! Mais que savez-vous en réalité du vécu et du ressenti de leur métier et de leur vie de la grande majorité de celles-ci ? car vous ne pouvez pas nier que vous rejetez toutes celles-ci ! que vous refusez de discuter en particulier avec toutes celles qui sont syndiquées au STRASS (http://strass-syndicat.org) dont vous ne citez jamais dans l’Humanité même pas certains passages de leurs articles de leur site ! Vous ne donnez de la prostitution et des prostituées que ce qui vous arrange idéologiquement et ainsi vous trompez du point de vue de la vérité sur la prostitution et les prostituées la plupart de vos lecteurs. La plupart des prostituées veulent se prostituer et pas de la loi prostitution !

Pour cette raison pour ma part je ne voterai pas ou plus PCF à toutes les prochaines élections !

Larko ZENON (pseudonyme)

Le 20/03/2015 à 12:39

Réponse de franM

Complètement d'accord, les escorts peuvent offrir quelque chose de différent.

En tant que célibataire, elles peuvent apporter de l'affection meme si il ne faut pas se leurrer, ce n'est que temporaire. Elles peuvent également donner un peu de confiance à des hommes qui doutent de leur potentiel de séduction. Personnellement, j'ai pris l'habitude de fréquenter des escorts surtout lorsque je vivais en Espagne (Le Dallas à La Jonquera, Apricots à Barcelone,etc... ca me connait), et ca m'a bien servi pour ensuite "prendre mon envol"

En couple, aller rendre visite à une escort peut apporter une touche de délire que l'on a parfois plus en couple au bout de plusieurs années. Bien entendu je l'ai regretté car j'ai déjà foutu en l'air un de mes couples mais voilà pour moi, ce sont deux choses bien distinctes.



Après de manière plus légale, je suis vraiment pas sur qu'interdire la prostitution soit vraiment utile ni vraiment efficace. Mais bon, à voir
Le 13/06/2014 à 15:22

Réponse de Davy22

On en revient toujours à la boulangère et ses miches...je retiendrais cette conclusion a cette article passionnant :P
Le 08/06/2014 à 23:50

Réponse de FranckP



Il existe des escort occasionnelles absolument adorables avec qui vous vivez des instants assez semblables à un rendez-vous coquin/amoureux avec une nouvelle conquête trés libérée ou une gentille fiancée souvent absente ...

Pas forcemment le truc tordu ou compensant un manque à la maison , plutôt la sensation de ressentir les émois d'un 1er rendez-vous avec une nouvelle femme inconnue , en prenant son temps pour choisir on ressent trés bien que le moment sera trés partagé en terme de plaisirs et qu'elle ne fait pas de cinéma , c'est juste trés bon comme une maitresse mais sans les inconvénients et les turpitudes compliquées .