Le premier rapport ? Quelles répercussions sur la

Publié le 10/10/2016 à 21:45

Chaque semaine, un dossier sur la sexualité ou l'amour commenté par quelques-uns de nos experts...

La première expérience sexuelle représente une étape importante dans la construction personnelle de l’adolescent ou du jeune adulte. Est-ce que cette première fois joue aussi un rôle important dans la future vie sexuelle ? Nos experts vous répondent...

Lundi 07 avril

Nom : KARILA

Prénom : Laurent

Profession : Médecin (Psychiatrie et Addictologie)

Il y a cinquante ans, l'âge médian des femmes ayant eu un premier rapport sexuel était de 20,6 ans, soit 2 ans de plus que les hommes. Au cours des années 2000, l’écart d’âge entre les 2 sexes n'est plus que de quelques semaines, soit 17,2 ans pour les hommes et 17,6 ans pour les femmes. Les principaux protagonistes continuent d'attribuer des significations différentes à leur première expérience sexuelle, selon l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED). Perdre sa virginité représente un changement important dans la vie. Appréhension, curiosité et désir s’entremêlent. Il faut se sentir prêt pour ne pas rater ce moment et ne pas oublier de se protéger.

La première fois n’est jamais la meilleure. Il peut avoir des douleurs et quelques saignements chez la fille après rupture de l’hymen. Le garçon peut avoir du mal à contrôler son désir et éjaculer rapidement. Cette première fois n’aura pas de grandes conséquences sur la vie sexuelle à long terme sauf si l’expérience est vécue de façon traumatique et émotionnellement très négative. Citons 2 exemples :

Une première expérience qui se déroule uniquement sur le plan mécanique, sans aucun préliminaire, sans aucun moment de tendresse et de partage pourra avoir des conséquences négatives pour les deux personnes. Si le rapport sexuel se déroule brutalement, sans aucun respect mutuel, cette première fois pourra laisser des séquelles comme des troubles du désir, des troubles de l’érection, le vaginisme et/ou la dyspareunie.

Dans la plupart des cas, un premier rapport en appelle d’autres pour se forger sa propre expérience sexuelle avec le temps.

Mercredi 09 avril

Nom : PARPAIX

Prénom : François

Profession : Sexologue et thérapeute de couple

Soyons honnête, le premier rapport sexuel n’est pas toujours aussi magique qu’on le vend, fébrilité oblige. N’empêche, passer du statut de puceau (ou de vierge) à celui d’initié(e) sexuel(le) est un grand moment qui donne le droit de rater, sa quintessence tenant autant au fait d’avoir eu lieu, qu’à la dimension symbolique et mécanique de l’acte lui-même…

Sauf que notre société en a amplifié les risques, jusqu’à en dénaturer le plaisir, en créant des peurs aux conséquences imprévisibles : peur de ne plus être soi (et de devenir esclave du plaisir en ne sachant plus dire « non »), peur d’une douleur (avec blocage à toute pénétration ultérieure), peur d’être surpris en plein coït, peur d’une grossesse non désirée, d’une infection sexuelle, peur de ne pas savoir faire, de ne pas avoir un corps et ou un sexe conformes à la « norme », peur d’une panne sexuelle (avec son lot de honte, de crainte d’être moqué dans sa réputation, sans compter l’angoisse de la prochaine fois) ; peur de perdre son hymen (trahissant la coutume ou sa religion avec la crainte d’être exclue), etc.

Décevante voire douloureuse, votre avenir sexuel ne doit pas être entaché pour la vie ! Une sexualité se développe toute une vie, se réapprend à chaque nouvelle étape de votre vie amoureuse et sexuelle, pour chaque nouveau partenaire…

Même raté, vous aurez accumulé de l’expérience, mises à part, la mémorisation d’une douleur aiguë et ou le sentiment d’avoir été initié(e) dans l’abus, difficiles à déprogrammer du cerveau. Tout aussi déstabilisant un silence radio du lendemain qui vous fait douter de vous et appréhender de futures rencontres.

Un manque de confiance en soi, à en être anxieux sur le plan affectif, sentimental, image corporelle et sexuel, rend vulnérable. Votre sexualité sera compliquée aujourd’hui et demain… Osez faire avec et progressez sans vous démonter (lisez, visualisez, faites vous aider par un professionnel qualifié). Si le traumatisme est bien ancré, consultez sans tarder. Tout comme un premier succès ne dispense de continuer à apprendre à développer des compétences érotiques et à rater de temps en temps.

Pour prévenir ce mauvais souvenir et goûter pleinement vos futures relations sexuelles, choisissez bien votre partenaire dès cette première, afin d’ouvrir votre cœur, votre corps et votre sexe, en toute confiance, dans un endroit et à un moment choisis dans ce but. Respirez cet instant magique, sans crispation, quitte à procéder par étapes. Si la pilule vous dispense d’une grossesse et d’une IVG, le préservatif vous protège d’un risque d’infection parfois redoutable, quand l’alcool et autres substances vous empêchent de mémoriser les sensations et les émotions de cet instant unique…

Vendredi 11 avril

Nom : ARLIN

Prénom : Philippe

Profession : Sexothérapeute

Il y a toujours une première fois et la sexualité bien entendu n’y échappe pas. Certains en ont peur, la craignent et en repoussent l’échéance. D’autres la sacralisent et l’investissent d’une valeur symbolique telle qu’ils attendent et se réservent pour l’être aimé. Et puis il y a ceux qui le font juste comme cela histoire de l’avoir fait. Alors bien sûr cela ne dit rien de la manière dont cette première fois va se dérouler, mais peut beaucoup conditionner la suite de la vie sexuelle. Il va de soi que plus cet événement sera chargé de valeurs symboliques et plus son mauvais déroulement aura des conséquences négatives sur le futur. Pour autant, le banaliser n’est pas nécessairement la solution.

Rappelons nous qu’il s’agit d’une première fois, comme un premier contact un premier essai et des essais il y en aura plein d’autres, dans des contextes et avec des personnes différentes. Alors le mieux est me semble-t-il de se préparer à cet événement et de l’accueillir avec simplicité. Ce n’est que les premières lignes de la première page du chapitre introduction du livre de notre sexualité et cela ne présage en rien de la qualité de cet ouvrage qu’il nous reste intégralement à écrire et illustrer.

Peut-être d’ailleurs que le secret ultime c’est de pouvoir faire de chaque fois une première fois…

Dimanche 13 avril

L'avis de Brigitte :

La première fois a toujours une influence, quel que soit le domaine dans lequel on se place. Plus cette première fois nous aura impliqués, plus elle aura provoqué des émotions fortes, qu’elles soient négatives ou positives, plus notre mémoire en gardera l’empreinte. Autant dire qu’en ce qui concerne le domaine affectif, la première fois est primordiale.

Voilà pourquoi la première relation sexuelle entre deux êtres est loin d’être anodine. Si les amants ont vécu un rapport intense et prodigieusement sensuel, ils resteront attirés et n’auront qu’une envie, reproduire ce moment magique. Malheureusement, si le rapport a été un peu compliqué voire raté (avec par exemple une éjaculation trop rapide, une panne d’érection ou encore une petite douleur au moment de la pénétration) les fois suivantes risquent fort de s’avérer hasardeuses ou compliquées.

Mieux vaut ne jamais précipiter le rapport sexuel au moment de la rencontre. Je préconise plutôt une période d’approche qui permet aux deux partenaires de se découvrir, de s’apprivoiser afin qu’au moment où ils décident de faire l’amour, ils soient plus en confiance et donc plus aptes à réussir leur première fois.

Le flirt est un excellent moyen de se mettre au diapason, d’autant que parfois, on se sent attiré par quelqu’un mais les peaux ne sont pas tellement compatibles et cette approche aura permis de se rendre compte que la relation sexuelle ne sera pas tellement appréciable.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 15/04/2014 à 09:28

Réponse de CheyN

Je ne sais pas si de nos jours les garçons sont toujours aussi pressants et les filles aussi inquiètes de la pénétration qu'avant.

J'aimerais simplement leur dire l'IMPORTANCE DE SE DONNER LE DROIT A SOI ET A L'AUTRE DE STOPPER UNE EXPERIENCE SEXUELLE A TOUT MOMENT.



Je rajouterais que la découverte sexuelle est une belle occasion d'apprendre à s'écouter, c'est à dire à accueillir AUSSI le mal être que l'on peut ressentir après une expérience sexuelle désagréable comme un repère pour mieux connaitre ce dont on n'a pas ou plus envie et par là aller vers ses envies propres.



Enfin les rapports lesbiens proposent à mon sens un démarrage plus doux et plus sensuels, propice à la découverte de soi et de l'autre...



Les rapport homos en général ont peut être cet avantage de favoriser une certaine complicité, sans pour autant lever le trouble de se retrouver face à un autre soi.



Cela reste important d'être confronté à l'autre sexe aussi.



Bref, le rapport charnel et amoureux est riche d'une infinité de Plaisirs à découvrir !