Le missionnaire

Publié le 10/10/2016 à 21:31

Est-il encore utile de présenter cette position ? Tout être qui a commencé sa vie sexuelle la connaît. Et pourtant, si cela est vrai dans notre monde occidental, il n’en est pas de même partout sur la planète.

Pour comprendre cela, je vous propose un petit tour d’histoire. Savez-vous pourquoi on l’appelle comme ça ? Son nom nous de l’époque où l’Afrique noire était sous le régime des colonies françaises. Les autochtones, qui avaient eux des pratiques sexuelles bien différentes, adoraient observer en cachette les colons qui faisaient toujours l’amour dans la même position ! Ils surnommèrent cette posture « la missionnaire » du nom des occidentaux venus en mission dans leur pays…

Et oui, le sexe, est bien une histoire de culture. Aujourd’hui encore, dans les pays occidentaux, cette position est la plus pratiquée. Certains même n’utilisent que cette dernière.

Mais rappelons-nous, nos ancêtres ne faisaient pas l’amour, ils copulaient en toute vitesse; la femme accroupie telle une femelle et l’homme arrivait par derrière afin d’assouvir une pulsion.

Avec le temps, le confort mais surtout le plaisir et plus particulièrement celui de la femme, ont pris de l’importance et les partenaires se sont allongés afin de mieux se retrouver. Ils ont pris le temps de se donner l’un à l’autre.

La missionnaire est la position basique, la plus simple, la plus pratique. La plus intime également puisque elle permet le contact maximum entre le corps des deux amants qui gardent les mains libres pour se caresser. Autre détail qui a toute son importance, ce face à face autorise les deux partenaires à se regarder dans les yeux. Or le regard peut jouer un rôle essentiel dans le rapport amoureux. Et si bien souvent on ferme les yeux, c’est plus par timidité ou par pudeur.

En tout cas, l’homme aime voir durant l’acte sexuel ; n’oublions pas que le sens de la vue prédomine la plus part du temps chez le mâle humain. Avec cette posture, il a un spectacle autant sur les organes génitaux, la poitrine ou encore le visage de celle qu’il honore.

Dans cette position, la pénétration ne présente pas de difficulté particulière. Néanmoins, il est nécessaire de guider le membre masculin. Si la pénétration devient laborieuse, c’est bien souvent parce que le couple laisse trop de place au hasard. La verge n’est pas munie d’un gland à tête chercheuse et elle ne trouvera pas le chemin toute seule. L’un ou l’autre des partenaires peut introduire le pénis, c’est une question de goût. La femme le fera souvent plus délicatement car l’homme se hâte toujours un peu sans doute par peur de perdre son érection.

Dans cette position l’homme est bien sûr plus actif et de la qualité de son coup de rein dépend l’intensité du coït mais la femme ne doit pas non plus rester trop passive. Elle se cambrera plus ou moins et surtout se servira de ses jambes autour de la taille de son partenaire, afin de l’encercler dans un étau possessif qui ne fera qu’augmenter les ardeurs de son compagnon. Grâce à ses membres inférieurs, il lui sera possible de freiner ou au contraire de demander une accélération du rythme du rapport sexuel.

Les mains pourront chatouiller la nuque avec tendresse, lacérer le dos avec passion ou encore titiller les fesses avec perversion. Enfin et ce détail n’en est sûrement pas un, les bouches pourront se retrouver pour des baisers chaleureux, particulièrement après l’orgasme.

Vous l’avez compris la position du missionnaire est certes classique mais elle permet une imagination sans limite.

C’est une posture à laquelle on revient toujours, c’est vraiment le b. a. ba du langage sensuel. Bien sûr, les amants doivent en changer de temps en temps car la monotonie est vraiment le pire ennemi du désir.

Enfin, pour les débutants, elle permet un bon apprentissage de l’acte d’amour, néanmoins, de par son pouvoir excitant, cette posture n’est pas indiquée en cas d’éjaculation trop prématurée.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 28/03/2013 à 17:30

Réponse de missbcbg

Pas si évident quand son chéri est un peu trop enrobé, cette position n'est pas faite pour tous, dommage.
Le 14/09/2012 à 14:26

Réponse de PetitBouchon

Et bien moi, c'est pas ma préférée. On sent souvent trop le poids de l'homme sur nous et je me sens moins libre que on fait l'inverse. Le nom, c'est peut-être l'amazone mais j'en suis pas sûre. L'important c'est qu'elle me plaise. La femme est plus libre et c'est elle qui tient les rennes.