Les hommes sont-ils de bons amants en général ?

Publié le 10/10/2016 à 21:42

Chaque semaine, un dossier sur la sexualité ou l'amour commenté chaque jour par l'un de nos experts...Chaque semaine, un dossier sur la sexualité ou l'amour commenté chaque jour par l'un de nos experts...

Lundi 30 septembre

Nom : ARLIN

Prénom : Philippe

Profession : Sexothérapeute

Non dans la très grande majorité des cas les hommes ne sont pas de bons amants et de loin s’en faut. Ils n’ont pas appris, et si leur chemin ne croise pas par chance celui de femmes expérimentées et pédagogues, ils risquent fort de répéter les mêmes erreurs toute leur vie. Trop croient encore que tout repose sur la taille de leur sexe, ils sont formatés dans le culte de la performance et sont donc complétement incapable d’être à l’écoute des besoins et des réactions du corps de leur partenaire.

Les préliminaires sont encore trop souvent bâclés, absents ou bien fait dans le seul but de faire lubrifier la femme sorte de passage obligatoire avant la pénétration. En dehors des seins et du sexe beaucoup d’hommes ignorent et ne caressent quasi pas le corps de la femme dans sa globalité. Ils sont dans leur obsession de jouir et de faire jouir croyant que tout repose sur la pénétration. Tout cela est souvent pauvre dénué d’imagination de plaisir et de gourmandise.

Il est évident qu’à côté, un homme qui va savoir prendre son temps montrer à sa partenaire combien elle est désirable, la caresser et la dévorer de désir et de gourmandise de la tête au pied, faisant d’elle la reine de la nuit, et s’unissant à elle avec passion, cet homme va sembler une perle rare et précieuse.

Pourtant, il suffirait de peu de choses : moins de peurs, plus de curiosité et un vrai dialogue pour que chaque homme se libère et réveille en lui l’amant idéal qui sommeille. Mais ne nous trompons pas il n’y a pas d’amant sans maitresse et le meilleur ne pourra rien dans les bras d’une femme endormie ou bloquée.

Mardi 01 octobre

Nom : PERETTI

Prénom : Marie-Laure

Profession : Docteure en Psychopathologie fondamentale et Psychanalyse - Psychothérapeute

L’amour sexuel procède d’une éducation.

Les amants qui s’aiment s’instruisent l’un l’autre et l’amour cimente ce couple, faisant du partenaire un bon amant, soucieux du corps de sa compagne.

Sans apprentissage, il se réduit à un acte charnel qui peut vite dégénérer en une scène où l’un des deux se satisfait rapidement sans aucun préliminaire indispensable à la femme.

S’il existe des personnages indélicats voire brutaux, la plupart des hommes cherchent à faire plaisir à leur partenaire.

Cependant, affirmer que les hommes sont de bons amants en général souffre, comme toutes les généralités, d’exceptions et les bons amants des unes seront les piètres amoureux des autres.

« Le problème sexuel des fils-à-papa, c’est qu’ils ont été habitués dès leur plus tendre enfance à tout recevoir sans rien donner »[1].

[1] Beigbeder Frédéric, L’amour dure trois ans

Mercredi 02 octobre

Nom : HERIL

Prénom : Alain

Profession : Psychanalyste, sexothérapeute et formateur

Les hommes veulent être des bons amants en général. Ils veulent que l’acte sexuel confirme leur virilité, leur masculinité et leur capacité à faire jouir leur partenaire. Cela est leur désir…mais le réalisent-ils à chaque fois ? Cela est moins sûr !

Je pense que les hommes cherchent le plus souvent à bien faire mais le mode d’emploi n’est pas toujours le bon. Car qui peut leur dire qu’ils sont de bons amants sinon les femmes (dans l’hétérosexualité bien sûr !) ? Et qu’est-ce qui fait dire à une femme que tel homme est bon amant et l’autre non ?

Alors soit un homme vérifie sa puissance selon ses seuls critères d’évaluation en oubliant l’autre et il s’enferme dans un égo triomphant et machiste. Soit un homme attend que la parole de l’autre le confirme et les critères de l’autre sont souvent mystérieux, peu palpables et rarement compréhensibles ! Dans tous les cas le sujet est miné !

Il me semble que pour être un bon amant il faut cesser de vouloir l’être et de cesser d’être encombré par les idées reçues, les scénarios sexuels prévus à l’avance et les recherches de confirmations viriles.

C’est la qualité de présence qui fait le bon amant. Présence à soi, à l’autre, à la relation. Si on est un homme et que l’on est centré sur ces éléments on est un bon amant, un bon aimant, un bon humain… Et cela est valable dans l’hétérosexualité comme dans l’homosexualité !

Jeudi 03 octobre

Nom : KARILA

Prénom : Laurent

Profession : Médecin (Psychiatrie et Addictologie)

Difficile de répondre à cette question, non ? Les points de vue sont divergents. Chacun ou chacune a son avis sur cette thématique…

Il est difficile de détecter le potentiel érotique masculin du premier coup. Cependant en interrogeant la gente féminine, des indices potentiellement corrélés à notre sujet émergent comme l’utilisation des lèvres d’un homme lorsqu’il échange avec une femme, la façon de parler, la manière d’embrasser, la façon d’utiliser ses mains, la capacité de surprendre l’autre, de désirer l’autre. D’autres font des analogies avec la manière de conduire sa voiture ou de se comporter à table : un gourmand est mieux que quelqu’un qui picore ! Si il est sûr de lui, méthodique, décidé, entreprenant alors c’est un bon coup…Un physique de #superbeaugossetombeur n’est plus le critère de choix pour beaucoup de femmes même si il active le cortex occipital en premier ! Tout cela n’est pas très scientifique mais relève du registre subjectif de chacune et chacun…Cela fait du bien déjà d’y penser et d’être satisfait(e).

Vendredi 04 octobre

Nom : MARTIN

Prénom : Bruno

Profession : Sexothérapeute

Notre nature de mamifère, hélas pas en haut de la chaîne alimentaire, a fait de nous des mâles pressés dans le coït : reproduction et diffusion de nos gènes obligent !

Inutile de préciser que la nature par ce mauvais coup a fait de nous un autre "mauvais coup"... sexuel. Quelques dizaines de milliers d'années après, voilà que naît la notion d'érotisme. C'est à dire qu'au delà du besoin de reproduction émerge une revendication de plaisir. Plaisir pour l'homme d'abord mais aussi pour la femme, et le rôle d'amant pointe son nez dans le grand théâtre de l'amour. Pour le jouer, chacun n'a pas le même talent au départ. C'est un rôle qui se travaille. D'abord, il faut avoir envie de tisser une vraie relation en faisant exister celle (celui) qui nous donne la réplique en tant que sujet et non uniquement en objet. Sinon vous obtenez: "je te fais jouir, tu me fais jouir: au revoir ! 

Ensuite, il semble nécessaire d'avoir envie d'emmener le féminin là où il veut aller et celà signifie : quitter l'égocentrisme masculin. Pour celà, la connaissance de son propre corps, la canalisation de ses niveaux d'excitation, l'observation de sa partenaire, en même temps que garder un minimum d'alimentation personnelle en excitation afin de conserver une bonne érection, font l'objet d'un équilibre subtil que finalement peu de candidats au "casting d'amant" possède.

A noter toutefois que le rôle d'amant est facilité lorsque la réplique sexuelle est donnée par une partenaire talentueuse. J'en conclus donc que sur la scène de l'amour et du sexe, on trouve dans la distribution du rôle d'amant bien plus "d'amateurs" que de premiers accessit ou de prix d'excellence.

Samedi 05 octobre

Nom : PARPAIX

Prénom : François

Profession : Sexologue et thérapeute de couple

Juge et censeur, tentons tout de même d’être objectif.

Une telle généralisation est impossible, sur un acte soumis à l’appréciation subjective des deux partenaires. Etre tendre, doux, lent et prévenant dans les préliminaires n’est pas apprécié par toutes les femmes, quand d’autres le recherchent. Pour certaines, la pénétration arrive trop tard, pour d’autres trop tôt, quand les dernières ne la souhaitent pas…

Il n’y a pas de norme absolue en matière de sexualité. Donc pas de bons ou de mauvais amants, mais un ou une partenaire comblés ou pas. Un acte sexuel « raté » peut être perçu comme agréable ou voluptueux : « J’étais bien », « Mais tu n’as pas joui ! », « Et alors, c’était quand même agréable ! »

N’importe quel homme peut devenir un bon amant, tout comme il peut laisser filer ses compétences. Reconnaître ses limites en tant qu’amant au sens large du terme (sur le plan érotique, de la tendresse, sur la capacité à entendre et à ressentir l’autre et la capacité à fabriquer des moments de complicité à deux) est un cadeau qu’on se fait d’abord à soi.

Etre un analphabète sexuel n’est pas un problème en soi, sous réserve de chercher à progresser après les remarques bienveillantes de son ou sa partenaire. Mais, s’il ne veut rien entendre, tant pis pour lui… d’autres feront mieux que lui !

Dimanche 06 octobre

L'avis de Brigitte :

Vous connaissez sans doute ce dicton : « On est un bon coup pour certaines, un mauvais pour d’autres. »

Certes, il y a du vrai, chaque femme ne recherche pas forcément les mêmes qualités chez un homme mais ce n’est pas aussi simple que ça. J’aime bien aussi cette théorie développée dans le Kama Soutra qui divise les pénis et les vagins en trois catégories, les petits, les moyens et les gros. Ainsi une petite verge doit trouver un vagin menu afin de bien s’emboiter.

Néanmoins, dans l’ensemble, les hommes ne sont pas vraiment de bons amants tant ils sont inquiets de leur capacité à être performant, tout comme leur angoisse de faire jouir leur partenaire les rend souvent pas assez réceptif.

Je vous propose de répondre à une autre question qui sûrement intéressera un plus grand nombre d’entre vous : c’est quoi un bon amant ?

Ce serait un homme qui aurait :

- La capacité à séduire sa partenaire afin de lui permettre de maintenir son désir. Ce qui demande de l’attention et pas forcément des qualités viriles !

- La capacité à développer sa sensualité, qualité essentielle pour bien réussir les préliminaires si importants pour la majorité des femmes…

- La capacité à se maintenir en érection au moins 10 à 20 minutes. La grande majeure partie des femmes n’a pas besoin que le coït dure des heures.

- La capacité à garder un tout petit peu d’énergie après l’orgasme afin d’échanger quelques instants de tendresse.

Voyez, pas si compliqué d’être un bon amant…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 16/10/2013 à 00:18

Réponse de zitounv

je suis d'accord,Brigitte!mais n'est il pas mieux un amant "inquiet",soucieux du plaisir de l'autre,plutôt qu'un "bourrin" qui ne penserait qu'à lui?

dans votre ordre,je dirais la une et la deux!
Le 11/10/2013 à 06:04

Réponse de FranckP

Pour être un bon amant il faut aussi ... être deux ...

Une partenaire passive va rendre bourricot le plus beau cheval de course ..
Le 07/10/2013 à 06:57

Réponse de stephyduclos

Flo tu es le meilleur ! ;-)



BONJOUR FRANCOIS

Le 06/10/2013 à 18:54

Réponse de florestan

Ben c'est pas à nous qu'il faut le demander lol mais a la jeune femme qui à eu l'honneur d'être dans nos bras!!

en tout qu'à vu la photo j'ai du assuré un max non? lol