La séduction, la drague, une affaire d'hommes ?

Publié le 10/10/2016 à 21:40

Chaque semaine, un dossier sur la sexualité ou l'amour commenté chaque jour par l'un de nos experts...

Lundi 08 juillet

Nom : MARTIN

Prénom : Bruno

Profession : Sexothérapeute

Hommes et Femmes sont de véritables "machines à courtiser", chacun dans son style. Nous avons développé des caractères individuels et parfois des aptitudes extravagantes pour impressionner et séduire les partenaires sexuels. A l’instar des plumages multicolores des oiseaux, des parfums et de la couleur des fleurs, des fesses écarlates des singes, des parades nuptiales pratiquées pour attirer le partenaire à travers ce qui se nomme la sélection sexuelle, l’humain en a crée d’autres très spécifiques : poésie, musique, danse, cinéma, comédie, sports, humour, créativité, courage, générosité.

Cela représente des « ornements individuels » trop couteux en énergie pour notre métabolisme pour qu’ils n’aient été créés que dans un but de loisir. En poussant la théorie de Darwin jusqu’au bout, nous observons que la plupart de nos comportements sophistiqués sont mis en place pour séduire et s’approprier l’autre sexe.

Tout comme l’orchidée se déguise en papillon pour attirer celui-ci et se faire déposer les graines nécessaires à sa fécondation, L’humain doit se casser la tête pour entraîner l’autre dans le jeu de l’amour grâce à sa parade amoureuse et sexuelle. Chacun s’évertue à constituer la vitrine la plus attractive de ses dispositions à procréer.

Apparemment, le premier pas reviendrait aux mâles chez la plupart des espèces dans la nature (intrusivité génétique masculine) .Mais les recherches indiquent que chez les insectes, les oiseaux, les mammifères et même chez les primates, ce sont les femelles qui prennent une forme d’initiative camouflée (réceptivité génétique féminine) dans plus des deux tiers des cas.

Bien sûr chez les humains, le phénomène est savamment plus sophistiqué que chez les chimpanzés où les femelles collent leurs arrières trains vaso-congestionnés sous le mufle des mâles.

Néanmoins, il a été observé que c’est la femme qui prend l’initiative subtilement dans plus de 60% des cas.

Moralité : « c’est la femme qui choisit l’homme qui la choisira ».

Pourtant, les hommes restent persuadés, à peine 10 minutes après la rencontre, que ce sont eux les héros du « premier pas » !

Les recherches de Monica Moore confirment que majoritairement ce sont les femmes qui ont déclenché les « amorçages ».

Selon la même étude, les hommes ne répondent qu’à un ensemble de comportements non verbaux des femmes, qui leur signifient « à vous de jouer! ».

Voici les 6 meilleurs scores des comportements d’attraction féminins

1) Afficher un grand sourire.

2) Regarder de façon mobile et intense.

3) Danser seule à proximité.

4) Regarder droit dans les yeux et rejeter en arrière une mèche de cheveux de manière désinvolte.

5) Soutenir le regard.

6) Regarder, puis laisser la tête lentement basculer vers l’arrière et regarder encore la cible

Mardi 09 juillet

Nom : HERIL

Prénom : Alain

Profession : Psychanalyste, sexothérapeute et formateur

Depuis des siècles les relations des hommes vis-à-vis des femmes ont tourné autour d’une notion de conquête. L’homme était soit un prédateur sans scrupule (Dom Juan, Casanova…) voire quelque peu pervers et calculateur soit un charmeur affable et compréhensif de la nature féminine.

La séduction devenait donc une affaire de stratégie et la femme une proie. Celle-ci pouvant s’installer dans une dimension soumise quelque peu masochiste ou un émerveillement béat extrêmement narcissisant.

Il est évident que les temps ont changé ! D’une part les femmes sont de moins en moins dupes des stratégies d’approches séductrices masculines, pouvant ainsi les déjouer ou s’en amuser. D’autre part (et c’est un fait important même s’il n’est pas universel !), les femmes se mettent elles aussi à investir les terrains de la drague et deviennent elles-mêmes des prédatrices, des séductrices assumées, se confrontant aux hommes dans un espace qui leur était quasi essentiellement dévolu !

La séduction n’est plus une affaire d’hommes. Elle devient un jeu relationnel avec une équité de comportement qui s’affirme de plus en plus dans l’espace social.

Cela est une bonne nouvelle car s’inventent ainsi de nouvelles formes d’érotisation des relations humaines et les hommes se doivent d’inventer à la fois de nouvelles formes d’approches comme des comportements inédits de réception de l’expression ouverte du désir féminin.

Mercredi 10 juillet

Nom : PERETTI

Prénom : Marie-Laure

Profession : Docteure en Psychopathologie fondamentale et Psychanalyse - Psychothérapeute

Dom Juan, Casanova, Valmont, Julien Sorel… Si l’on en croit la littérature issue de notre histoire judéo-chrétienne, il semblerait que la séduction soit l’apanage des hommes.

Le séducteur fait bonne figure et si parfois, les histoires se terminent mal, ce n’est pas du fait de la séduction mais pour athéisme affiché et revendiqué chez Dom Juan et tentative de meurtre chez Julien Sorel. Quant à Valmont, les rets de l’amour lui seront fatals dans un jeu du tel est pris qui croyait prendre.

Casanova mènera tranquillement sa vie d’aventurier jusqu’à sa mort. Mais à la différence de Dom Juan qui les déteste, Casanova aime les femmes. Toutes les femmes. C’est un coureur de jupons.

Et les femmes ? Ah, les femmes ! À dire vrai, elles ne sont pas en reste telles Cléopâtre, Schéhérazade et Messaline, figures emblématiques qui ont développé des trésors de séduction, les deux premières pour parer à un danger mortel.

Cléopâtre, d’une intelligence politique remarquable, se sert de ses charmes pour faire échec à la tentative d’annexion de son royaume par Jules César. Elle fera de même avec Marc-Antoine pour une des plus célèbres histoires d’amour de l’Antiquité.

Quant à Schéhérazade, elle utilise son intelligence pour contrer le projet mortel du roi de Perse à son encontre. Ayant reconnu ses qualités de cœur, il la garde auprès de lui.

Enfin, Messaline traîne une réputation sulfureuse pour nymphomanie et actes de cruauté parce qu’elle est en position de pouvoir.

La drague, séduction ordinaire d’aujourd’hui, se développe sur d’autres bases. La révolution sexuelle, contraception et interruption volontaire de grossesse, ont rendu les femmes maîtresses de leur corps.

Les jeux de l’amour et les enjeux ne sont plus les mêmes. La séduction, dans notre monde occidental, serait en passe de devenir la chose… la mieux partagée du monde.

Jeudi 11 juillet

Nom : KARILA

Prénom : Laurent

Profession : Médecin (Psychiatrie et Addictologie)

En sciences sociales, la séduction est un processus visant à susciter délibérément une admiration, une attirance, voire l'amour d'une ou de plusieurs personnes. La drague n’est pas seulement une affaire d’hommes. Souvenez vous Eve qui offre le fruit défendu à Adam…

Même si la parité salariale ou dans le monde du travail n’est pas encore actée de nos jours malgré les efforts faits, la parité dans la séduction est d’actualité (sites de rencontre, speed dating, clubs…). Cependant, l’homme très actif dans la parade de la séduction, est passif dans le choix. Il propose mais la femme dispose. Il n’en va pas autrement chez l’être humain. Transposant le schéma reproductif « un ovule pour des millions de spermatozoïdes », la femme se montre sélective quand l’homme, lui, explore tous azimuts. La chasse est inversée, comme écrit dans « On ne pense qu’à ça (Eds Flammarion, 2008), la proie choisit son prédateur.

L’objectif de la séductrice est subtil : être choisie par celui qu’elle a sélectionné. 

Vendredi 12 juillet

Nom : ARLIN

Prénom : Philippe

Profession : Sexo-thérapeute

Par chance les mœurs évoluent lentement certes mais tout de même, et les sacro-saints principes venant sûrement de nos lointaines cavernes commencent à battre en retraite… Sauf qu’il reste quelques irréductibles de l’âge de pierre pour continuer à nous faire croire qu’en terme de « drague » messieurs les hommes il nous faut tirer les premiers. Il ne sied pas à leurs yeux qu’une femme fasse la démarche « vulgaire » du premier pas, allant par là même affirmer un désir et une autonomie que les hommes de Cro-Magnon ne semblent pas apprécier. La femme devrait, elle, se contenter d’être belle séduisante et élégante et d’attendre en silence de préférence sans lever les yeux qu’un de nous daigne lui faire la grâce et l’honneur de s’intéresser à elle. Ou si vous préférez une autre version, pourquoi cela devrait toujours être à nous les hommes d’être à la recherche de ruses et de technique pour attirer la belle et la retenir dans nos filets. N’en déplaise encore une fois à tous les néanderthaliens mais tous les hommes ne sont pas membres de « pêche, chasse et nature ».

Aujourd’hui le permis de port d’arme est unisexe et par chance nous pourrions être la cible d’un tir féminin particulièrement bien ajusté.

Alors messieurs si l’idée d’être une cible, une proie de la gente féminine vous effraie, cherchez vite une caverne pour vous réfugier car d’ici peu il n’en restera plus où uniquement dans les pays qui semblent encore considérer la femme comme une quantité négligeable.

Samedi 13 juillet

L'avis de Brigitte :

Même si les rapports humains entre hommes et femmes ont beaucoup évolués depuis ces dernières décennies, il ne faut pourtant pas nier les valeurs fondamentales du masculin et du féminin.

L’homme reste un chasseur, au sens noble du terme et la femme une séductrice, toujours au sens noble du terme. Donc, pour moi : mieux vaut laisser l’homme faire le premier pas. Mais attention, cela ne veut pas dire que la femme doit rester passive.

D’ailleurs depuis toujours, elles ont su manifester des signaux qui permettaient à la gent masculine de savoir que la porte était entre ouverte.

Les époques changent et donc, les méthodes également.

Une femme peut tout à fait signaler plus directement à un homme qu’elle est sensible à son charme sans pour autant passer pour une fille facile, ce qui n’aurait pas été le cas au début du siècle dernier. Néanmoins, je conseille toujours de rester discrète car au fond, les hommes préfèrent tout de même garder la main. Et de toute façon, quoi de plus agréable que de se faire courtiser ? Ces premiers moments où chacun se mesure ressemblent fort au ballet que se font les mâles et les femelles dans la nature. Or, il est clair que c’est toujours finalement la femelle qui décidera si elle accepte ou pas l’assaut final.

Ainsi, les femmes qui croient être plus fortes parce qu’elles font le premier pas n’ont rien compris au pouvoir féminin.

En résumé : si vous désirez juste tirer un coup, qu’importe qui draguera l’autre, là en effet il y a égalité des sexes ce qui n’existait guère auparavant. En revanche, si vous cherchez plutôt une relation, n’inversez pas les rôles. En tant que femme, osez laisser entendre que vous êtes disponible et en tant qu’homme, agissez…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter