Infidélité, les réponses d'un expert

Publié le 20/10/2017 à 17:42

Pascal Neveu, psychanalyste et psychothérapeute, répond à 8 questions sur l'infidélité. 



  • Existe-t-il des personnes fondamentalement infidèles ? 


Nous ne possédons aucune étude sur l’infidélité totale. Les chiffres actuels précisent qu’en France environ 50% des hommes sont infidèles au moins une fois dans leur vie, contre 33% des femmes. Ces chiffres sont à analyser également sur la durée. Par exemple, une étude de 2005 énonçait que 4% des hommes avaient eu une relation extra-conjugale au cours des 12 derniers mois, contre 2% des femmes.


Cependant il existe des hommes et des femmes qui ne peuvent pas être fidèles. Est-ce inné ? Je ne le pense pas. D’ailleurs les études génétiques ne démontrent rien de probant. La preuve, il existe des animaux totalement fidèles !



La question centrale est : pourquoi trompe-t-on ?



Suite à une insatisfaction sexuelle dans le couple et une compensation extérieure ? C’est le cas lors d’une grosse différence de charge libidinale. Par une difficulté voire une impossibilité à exprimer/vivre des fantasmes sexuels avec sa/son partenaire ? L’un peut avoir peur d’être perçu comme un « pervers » et vit avec un(e) autre ou d’autres des désirs inavoués. Par angoisse de craindre s’enfermer dans une relation exclusive ? Par mécanisme de répétition de la relation parentale ? Par difficulté à associer amour et sexe ?Suite à une incapacité à se séparer de l’autre pour des raisons multiples, amenant une vie parallèle ?


La façon dont nous nous sommes construits, notre capacité à accepter notre sexualité et son champ de désirs ainsi que le plaisir à assouvir, notre incapacité à aborder avec notre partenaire ce si lourd sujet de la sexualité… peuvent nous rendre infidèles de manière plus ou moins importante ou au contraire prôner la fidélité à tout prix.



  • Comment lutter contre l’infidélité chronique ? Peut-on vraiment « guérir » ? 


Avons-nous affaire à un sex-addict ? L’infidélité est-elle un exutoire à une angoisse beaucoup plus profonde ?Avons-nous besoin de séduire afin de nous rassurer ? Il faut dans un premiers temps être capable d’introspection et comprendre le sens et le but de son infidélité.


Le Donjuanisme existe mais il est toujours le reflet d’une problématique inconsciente: peur de l’abandon ? Peur du rejet ? Homosexualité refoulée… autant de moyens de compenser en allant chercher auprès de multiples relations ce que nous ne parvenons à affronter.



L’infidélité n’est pas une maladie, sauf peut-être celle de ne pas avoir foi en soi et en l’autre.



L’être humain ne peut vivre seul. Il a vécu sa toute première relation d’amour avec sa mère, devenue au moment de la crise oedipienne un objet de désir qu’il ne peut acquérir. Ce premier objet d’amour invite alors à aller « séduire » un autre objet d’amour, auprès duquel se rejouera la même scénario avec angoisse du rejet, du refus de vivre ce si fort désir d’amour qui se sexualise de plus en plus avec les années et les premiers tourments de la puberté.



  • L’infidélité au début d’une relation veut-elle dire que le couple ne pourra jamais fonctionner ? 


Sans doute faut-il déjà, dans un premiers temps définir quand la relation débute. Dès le premier baiser échangé ? Dès le premiers rapport sexuel ? Dès les sentiments d’amour échangés ? Dès que l’un et l’autre se disent « être » en couple ? 


Par exemple aux Etats-Unis, il est très fréquent qu’hommes et femmes soient infidèles, plus précisément vivent plusieurs relations en même temps le temps de s’assurer que l’un et l’autre veulent s’engager dans une relation à construire. La fidélité devient alors de mise. Cette subjectivité de la relation détermine donc notre conception de l’infidélité. Pour autant, c’est bien la notion d’engagement qui va « moraliser » (dans le bon sens du terme) notre relation à l’autre. 


N’oublions pas que l’infidélité est condamnée par les religions et la justice. N’oublions pas les « sentences » du code civil lors de la cérémonie du mariage. C’est un poids, une conscience morale qui est déjà présente dans notre conscience dès le début d’une relation. « Ne pas faire à l’autre ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse ».


Il ne faut pas oublier non plus les infidélités de coeur vécues depuis notre enfance. Toutes ces pensées que nous avons ressenties : "mes parents s’aiment plus qu’ils ne m’aiment", "mes parents préfèrent mon frère", "je ne suis plus la meilleure amie de celle que je considérais être ma meilleure amie", "mon amoureux de primaire préfère la nouvelle de la classe"… Autant de chagrins, de peines d’amour à des âges où la sexualité n’est pas encore appréhendée.


C’est le premier cocktail de déceptions, de désillusions, de ruptures, de souffrances avant l’infidélité de corps. L’un et l’autre font autant mal, mais peuvent déterminer grandement notre appréhension de la fidélité et la gestion d’une infidélité vécue par la suite.



  • Comment s’avoir si notre partenaire est infidèle ? Les signes qui ne trompent pas… 


Les mots et les gestes d’amour ne sont pas révélateurs. Mais il ne s’agit pas de tomber dans la suspicion permanente. En effet, ce serait la porte ouverte à une surveillance permanente (voire un flicage des affaires, des smartphones, des messageries, nous menant vers un comportement paranoïaque destructeur pour l’un et pour l’autre. Rien de pire que craindre, s’imaginer que l’autre nous trompe, que l’autre nous suspecte d’infidélité. D’autant plus que nous risquons de mal interpréter un mot, une attitude alors que notre conjoint n’est pas infidèle.



L’infidélité reste la raison principale de séparation.



Car c’est la confiance qui est alors rompue. Quels sont les signes qui trompent et ceux qui ne trompent pas ? Je pense néanmoins que nous sommes avant tout capables de le ressentir. Plus d’une fois le/la trompé(e) m’a dit "c’était évident, mais je préférais rester aveugle". Mais gare aussi aux projections ! Car on peut imaginer l’autre infidèle tout simplement parce que nous aimerions l’être de notre côté mais ne l’assumons pas. Bien évidemment, l’absence de sexualité au long cours reste un comportement suspect, tout comme un prénom qui revient sans cesse... Mais il n’y a aucune règle fiable. J’ai en consultations des patientes et des patients très bien organisés afin de gérer leur infidélité.



  • Comment surmonter une infidélité ? 


On dit souvent que peine d’amour n’est pas mortelle. C’est faux. On peut mourir de chagrin suite à ce sentiment de trahison, en fonction de la façon dont nous avions investi psychiquement et physiquement la relation d’amour. Eros et Thanatos sont jumeaux. Imaginez une infidélité qui a lieu durant une grossesse ou juste après une naissance. Le sentiment de trahison s’en trouve amplifié.


Surmonter une infidélité repose sur le retour de la confiance et cela demande du temps. Cela demande aussi à s’interroger sur ce qui nous arrive, à soi-même mais aussi au sein du couple. Il faut inviter à une communication. Mais pas n’importe quelle communication. Il ne s’agit pas de savoir avec qui c’était, ce qui s’est passé sexuellement, etc. car la blessure est déjà fortement narcissique, voire identitaire et la tentation est si grande de se comparer à cet(te) autre qui s’est invité dans notre histoire de couple et de vie.


Il s’agit de dialoguer tous les deux sur ce qu’est notre relation, sur ce qu’elle n’est peut-être plus mais n’avons pas voulu le voir, sur ce qui fonde notre couple, et les projets de couple.


Le temps est nécessaire pour cicatriser et 1 an plus tard, la date de l’infidélité peut ressurgir et faire mal en faisant ressortir des émotions non nettoyées mais sur lesquelles on peut travailler.



  • Avouer ou se taire ? 


J’ai toujours considéré que celui qui avoue a un rapport avec sa culpabilité qui l’amène à se décharger de son passage à l’acte qui le hante. Il faut mesurer les conséquences d’une révélation. De nouveau il faut également savoir s’il s’agit d’une infidélité d’un soir, d’une infidélité plus chronique ou d’une vie double. Dans ces derniers cas nous rentrons dans le mensonge envers l’autre et peut-être même envers soi-même. Pourquoi ai-je besoin d’avoir plusieurs maîtresses ou une double vie ?


Car outre la culpabilité qui peut peut-être s’estomper avec le temps, parce que nous finissons pas maîtriser le jeu infidèle, et s’en habituer, je ne connais pas beaucoup de patients ne m’ayant pas dit qu’ils craignaient que leur conjoint(e) le découvre… Un peu comme un enfant qui a fait une bêtise et pendant quelques temps va surveiller si papa et maman n’apprennent pas la nouvelle. Vous avez aussi des couples qui ont dès le début établi des règles telles que la liberté sexuelle et se racontent même parfois le lendemain ce qu’ils ont vécu, avec qui, comment, où… parfois dans les détails les plus complets. Mais j’invite à bien mesurer les conséquences de l’aveu d’une infidélité de corps. Liée à une infidélité de coeur, nous nous plaçons alors dans un tout autre registre.



  • Peut-on vraiment jurer fidélité ?


Les chiffres sont parlants. On peut espérer et « travailler » de manière à ne jamais être infidèle mais il suffit d’un jour, d'une rencontre, d’une soirée arrosée où cela nous tombe dessus.


Et il ne faut pas oublier que l’être humain aime la transgression. Plus on nous interdit quelque chose, plus on aura envie de jouer avec. Tout est question de personnalité, de morale, d’âge, d’événements de vie, de contexte… Rappelez-vous « Fontaine, je ne boirai jamais de ton eau ! »



  • Les relations non-exclusives sont-elles viables ? Le libertinage est-il une solution à l’infidélité ?


1-2% de Français vivent effectivement le polyamour depuis sa naissance dans les années 20. C’est à mon sens davantage une question de tempérament et de philosophie, voire de politique de vie, qu’un comportement viable au long terme.


On peut accepter au début mais rapidement se désillusionner si la question de la fidélité de coeur versus fidélité de corps n’est pas longuement débattue au sein du couple. Repensons que nous avons besoin d’amour et d’une forme d’amour que nous ne souhaitons pas partager surtout à travers notre conception du couple et de la relation. Relation, c’est relier. Pas dissocier et donner à l’autre.


Quant au libertinage, il s’agit d’autre chose. L’un et l’autre acceptent l’infidélité et le vivent par consentement avant passage à l’acte. Aussi, il ne s’agit pas d’un coup de canif dans le serment de fidélité. Il n’y a pas de choc de l’annonce ou de la découverte de l’infidélité, il n’y a pas cette sorte de « traumatisme » à surmonter.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 14/11/2017 à 14:04

Réponse de Lanicole88

Le Retour affectif de mon mari

Salut. Je suis Nicole LAVERGNE je viens pour témoigner de la compétence d'une personne certains pourront croire que je suis venu pour lui faire de la publicité oui j'accepte puisqu'il le mérite vraiment d'autant plus qu'il à réussir à réaliser mon vœu le plus cher en moins d'un mois. Cela fait environ 6 ans que je mène une vie solitaire avec mes trois enfants à ma charge, car mon mari a quitté la maison croyant trouver mieux ailleurs. Mes enfants réclament leur papa sans cesse, soucieuses de ce besoin cruel de mes enfants et de mon amour pour lui, je l'appelle et le supplie de revenir, mais il me rejette. J'ai dû consulter certains marabouts histoire de le faire revenir, mais hélas. Jetais découragée, consternée parce que ne sachant plus quoi faire. Bizarrement, j’étais connectée sur Facebook et je vois le témoignage de Celia, j’ai pris contact avec elle et elle m'a donnée les contacts du Mr Medium. D'abord, j'ai douté, mais au finish, je consultai le monsieur qui m'a fait quelques rituels 7 jours après, j’étais en face de mon écran avec mes enfants quand mon portable sonne sans afficher l'identité de l’appelant, je décrochai le portable et c’était mon mari le père de mes enfants, il me salua et demanda d’après nos enfants. Deux jours après, très tôt le matin, mon portable sonna de nouveau et c’était mon mari qui me fit signe de descendre. Je descendis et m'ayant vu mon mari, s’agenouilla devant moi en disant : « OH ! Ma chérie, pardonne moi pour t'avoir offensé pendant tout ce temps, je voudrais te revenir pour que notre vie reprenne tout son sens, pardonne moi ! Pardonne moi;"
Voilà mon histoire. Alors pour le remercier, je voudrais lui rendre hommage et conseiller a toute personne ayant de problème à bien vouloir faire recours a cet homme, car il est vraiment un envoyer pour résoudre tout genre de problème quelle que soit sa nature. Je voudrais bien te dire de faire attention sur le net, car j'ai rencontré assez de spiritualiste avant ma prise de contact avec celui dont je te parle, cette Mr Ali Medium qui m'a aider je lui est rien payer, c'est après que je l'aie récompensé ceux qui veux sont aide ; vous pouvez l'écrire vous qui êtes dans le besoin.
Voici son E-mail : alimedium01@gmail.com
Voici son E-mail : sauveur.alimedium@gmail.com
Il est joignable sur Téléphone et WhatsApp sur 00229 97 86 96 51
À Bientôt, la famille en détresse.
Le 28/10/2017 à 16:12

Réponse de CheyN

De la même façon que l'on peut parler d'infidélité à soi-même, à un proche ou en amitié dès lors que l'on trahit une promesse ; selon moi, l'infidélité dans un couple ne désigne pas tant le fait d'avoir des relations sexuelles avec un tiers que la trahison d'un engagement qui structurait le couple ... ^=^