Érection

Publié le 05/03/2013 à 08:03

Définition par Bruno MARTIN

Etat de gonflement et d'allongement de certains tissus organiques. Le terme est employé prioritairement pour le pénis masculin, mais il peut être associé au clitoris et aux mamelons. Concernant le pénis, l'érection est assurée par l'apport de sang artériel dans deux principaux « tubes » ressemblant à des canons de fusil et à un troisième conduit, le corps spongieux, qui se termine par le gland. L'intérieur de ces structures, assimilable au corps d'une éponge, est constitué d'un réseau d'alvéoles entourés chacun d'un muscle lisse contracté à l'état normal de flaccidité de la verge. Les stimulations sexuelles psychiques et physiques via la testostérone (surtout au plan cérébral) et la libération de monoxyde d'azote et au niveau des alvéoles du pénis entraînent la relaxation des muscles lisses. Les alvéoles se gonflent, le sang artériel est alors aspiré comme dans une seringue et l'érection prend sa rigidité. Les veines chargées de refluer le sang vers l'abdomen sont alors coincées par cette pression et facilitent le maintien de l'érection. L'érection est générée par une excitation sexuelle (fantasme, support pornographique, perception visuelle, auditive, kinesthésique, olfactive ou gustative). Il existe aussi une érection réflexe lors de chaque phase de sommeil paradoxal correspondant à la période de rêve. D'ailleurs, il est courant de que la période de réveil corresponde à la fin d'une période de phase de sommeil paradoxal ( à la fin d'un rêve) et que l'homme constate ce que l'on nomme l '« érection matinale » . Après une éjaculation, le pénis perds sa rigidité et l'homme entre la période dite « réfractaire » où toute forme de stimulation n'entraîne pas de nouvelle érection en moyenne pendant une demi-heure (moins longtemps chez les plus jeunes et bien plus chez les hommes âgés).
L'érection possède ses pathologies. En particulier, on trouve les dysfonctions érectiles d'ordre psychologique ou organique. Aujourd'hui, plusieurs moyens sont à la disposition des hommes pour contrecarrer ses effets destructeurs ( voir « Difficulté érectile » ). De plus certaines anomalies congénitales peuvent empêchent une bonne érection : corps dissymétrique provoquant des courbures de la verge, urètre abouché sur la face postérieure de la verge, frein du prépuce trop court abaissant le gland ou faisant garrot.
Il existe des problèmes liés à une érection douloureuse ou prolongée. Le priapisme en est la manifestation la plus intense et dangereuse : c'est une érection qui dure involontairement des heures et qui nécessite une urgence médicale ( avant six heures si possible, et vingt quatre heures quoi qu'il en soit).

La parole à Brigitte LAHAIE

L'érection semble être un phénomène tout à fait naturel, c'est sans nul doute le cas dans le règne animal. Dès que le mâle est en relation avec une femelle en chaleur, donc prête au coït, son érection se manifeste immédiatement. L'homme pense aussi qu'il s'agit d'un réflexe et il ne se demande pas vraiment comment ça fonctionne tant qu'il n'a eu pas de problèmes particuliers. Et il a bien raison, car s'inquiéter perturbe déjà cette magie sexuelle.
L'érection est tout de même un phénomène tout à fait spectaculaire. C'est la seule manifestation aussi visible d'une changement dans le corps humain. Pas étonnant que l'adolescent en soit fier, et la jeune femme impressionnée ! Lorsque ça ne fonctionne plus, l'homme se sent dévalorisé et la femme non désirable. Pourtant, ce n'est parfois qu'un petit grain de sable dans les rouages et l'inquiétude n'arrange rien.
Généralement, si l'érection est déficiente, les causes sont plutôt d'ordre psychologique, mais il peut y avoir parfois des fuites qui perturbent cette rigidité ; on parlera alors de causes mécaniques. Lorsqu'il y a toujours des érection réflexes, comme la fameuse érection matinale, cela prouve que tout fonction bien sur le plan physiologique.
Au fil des années, l'érection est moins immédiate et le sujet a besoin d'une plus grande stimulation. On considère que l'homme perd en vigueur érectile à partir à partir de 30 ans, cela varie énormément en fonction de chaque individu. En principe , ce qu'il perd en spontanéité, il le gagne en dextérité !
Enfin, même si l'homme n'a pas de partenaire, il a intérêt à entretenir sa verge par masturbation afin d'avoir régulièrement des érections. Pour toute partie du corps, que ce soit un muscle ou une articulation, il est nécessaire de l'utiliser sinon elle s'atrophie.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 21/12/2016 à 09:18

Réponse de fitz

Mes erections ne durent plus depuis que j'avais connu une fracture ouverte tibia_perone. Ceci me derange psychologiquement.
Le 19/08/2014 à 14:44

Réponse de vehuiah

plus j,avance dans l,age,et plus je bande quand je vois une femme en petite tenue (d,été),car il est clair que quand "y,a du monde au balcon",selon la formule consacré,et bien j,ai la quéquette qui est à son zénith !! c,est ça aussi l,avantage certain (ou un certain avantage !) d,etre puceau !!!
Le 21/04/2014 à 20:48

Réponse de CheyN

Le clitoris aussi peut être un merveilleux organe incroyablement érectile : j'dis ça, j'dis rien.... et je sors ! :)