Une société de plus en plus exhibitionniste

Publié le 10/10/2016 à 22:19

De nombreux parents, à juste titre, s’inquiètent de voir leurs ados passer de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux et préférant envoyer un selfie plutôt que de communiquer avec leur entourage. Ils oublient juste que l’adolescent a besoin de vivre avec son temps même s'il y a des excès. Plus tard, une fois devenu adulte, l’ado saura remettre les choses à leur place.

Néanmoins, il serait stupide de nier que notre époque est de plus en plus narcissique. Se montrer, c’est en quelque sorte se prouver qu’on existe. Mais de l’autre côté, de plus en plus de personnes sont devenues voyeuristes. Il suffit de constater le succès des émissions de télé-réalité.

Mais au fond, je ne suis pas sûre que notre époque actuelle développe plus ces tendances de voyeurisme ou d’exhibitionnisme. Ce sont les nouvelles technologies qui les mettent en avant. À l’époque romaine, les jeux du cirque attiraient bien du monde. De tout temps, l’humain s’est occupé de ce que son voisin pouvait faire. Tout comme il y a eu des êtres prêts à tout pour se faire remarquer.

Alors soyons plus indulgents avec notre tendance à nous exhiber ou à aimer regarder ce que nous n’oserions pas faire. Après tout, cela fait partie de notre nature. Mais soyons conscients de nos tendances qui au fond parlent surtout de nous. 

J’ai suffisamment eu besoin de m’exhiber à une époque où je doutais tant de mon pouvoir de séduction pour ne pas juger les « Nabilla » et autres.

En revanche, essayons toujours de nous rappeler que les relations vraies vont au-delà de ces deux tendances terriblement humaines. 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 01/05/2016 à 14:11

Réponse de CheyN

Contrairement à ce que le titre de ce billet laissait présager j'aime beaucoup la bienveillance qui en ressort au final.

Ça change du discours moralisateur de la curiosité comme un vilain défaut.

La curiosité est aussi à la source de notre désir et de notre richesse empathique : combien d'histoires ne nous ont t-elles pas aidé à grandir ? Qu'elles nous soient racontées à travers la litterature, le cinéma, les médias (il n'est que d'écouter Brigitte) ou les réseaux sociaux, là n'est pas le problème.

Comme pour toute chose, voyeurisme ou exhibitionnisme, ce n'est pas tant la pulsion en elle-même qui importe que la tendance qu'elle prend ; c'est-à-dire la conscience que nous sommes responsable de ce qu'on en fait.

En clair : demandons-nous plus souvent et sans hypocrisie pourquoi on se passionne pour tel ou telle émission : paresse, fuite, médisance, lâcheté , peur, envie .... Nos plus obscures péchés ne sont jamais bien loin, et ce n'est qu'en les regardant bien en face qu'on parviendra véritablement les contenir !