Nouvelle loi « prostitution »

Publié le 10/10/2016 à 22:18

J’étais mercredi dernier très triste. En même temps je ne me faisais aucune illusion quant au courage des députés, j’étais sûre que l’Assemblée nationale voterait cette loi pénalisant les clients des prostitués. Ils ont plié devant la puissance des lobbies féministes. Toutes ces femmes qui crient victoire... 

Alors moi qui suis une femme et qui ai tant combattu pour la liberté sexuelle des femmes, pourquoi étais-je si triste, me direz-vous ?

Permettez-moi de faire un petit retour en arrière. J’ai subi l’opprobre tant de fois lorsque je défendais le fait qu’une femme pouvait avoir un rapport sexuel sans amour, sans plaisir même parfois, mais pourtant être contente de pratiquer du sexe... Parce que oui, en tant que femme, contrairement aux hommes, nous pouvions profiter de notre sexe pour nous réaliser. Ce que peuvent faire les hommes éventuellement lors d’une sodomie… Notre passivité, en quelque sorte, pouvait devenir une arme !

Avec le recul, je ne prétends pas que ce soit forcément anodin. Bien sûr qu’il y avait des blessures narcissiques qui m’ont poussée à être actrice de films pornographiques et même à vendre mes services à certains clients. Mais ce fut mon choix et cela m’a apporté, non seulement une réconciliation avec l'estime que j'avais de moi-même, mais également du plaisir. Au moins le plaisir de découvrir à quel point les hommes sont finalement si fragiles.

J’irai jusqu’à dire que les hommes sont, du moins sur le plan sexuel, bien plus fragiles que nous.

Or, cette loi prouverait tout le contraire. Les prostituées sont des victimes (on a si peu évoqué la prostitution masculine lors de ces débats) et elles ne savent pas ce qu’elles font !!!

Je sais bien qu’au fond cette loi, sur le terrain, ne changera pas grand-chose mais sur un plan symbolique c’est pour moi une erreur fondamentale.

Pour les femmes qui continueront à croire que sexe et amour doivent toujours être réunis

Pour les hommes qui ne sont pas respectés dans leurs besoins sexuels et qui ont souvent tout simplement des besoins d’amour. 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 19/04/2016 à 13:32

Réponse de Boris

Bonjour Brigitte,



Vous avez raison sur tout sauf le dernier point : au contraire, sur le terrain, cette loi change fondamentalement les choses... et en pire, pour les traditionnelles libres, car elles perdent leur gagne-pain devant la fuite des clients, car dans cette histoire, c'est la prostituée, la plus pénalisée. C'est un véritable scandale sanitaire et social qui a commencé avec cette loi anticonstitutionnelle conçue par des gens stupides, animés par cette haine ancestrale de la Putain, accusée de tous les vices, qui suscite plus de fantasmes malsains chez les puritains qui la persécutent, que chez le cochon de client.



Depuis quelques années où a commencé ce débat truqué, les prostituées ont vu les clients fuir aux trois quarts, certaines ont quitté leurs studios pour des fourgonnettes à la périphérie parisienne (Bois, sorties de chantiers etc) jusqu'aux zones de non droit où règnent les réseaux de proxénétisme. D'autres se retrouvent SDF, avec rien de sérieux pour les aider. Beaucoup ne peuvent plus se soigner et se nourrir normalement, je parle bien sûr de témoignages pris à la source, chez celles que je connais depuis longtemps, contrairement aux ânes abolitionnistes.



Je n'entends que des pleurs et du désespoir chez elles et depuis le 6 avril, la clientèle déjà rare a encore fait une chute vertigineuse. De plus en plus, passent leur temps à appeler leurs clients pour être dépannées d'un peu d'argent, mais j'ai des moyens très limités, j'en suis malade de me sentir impuissant devant l'indifférence générale. Où sont les 342 salauds, ou Antoine et les peoples comme Catherine Deneuve et Charles Aznavour, qui avaient signé sa pétition ? Plus personne pour aider ces femmes.



Il faut relancer une grande campagne de pétition et d'information pour démontrer l'imposture du projet abolitionniste exemples à l'appui, l’échec du modèle suédois est largement connu malgré l'opacité organisée par ses dirigeants pour empêcher toute enquête chiffrée et détaillée. Il faut relancer le débat et inverser la valeur car l'idéologie abolitionnistes, est extrêmement minoritaire en France, et contrairement aux assertions de madame Coutelle, je connais plus de femmes que d'hommes défavorables à la pénalisation des clients, aussi étonnant que ça puisse paraître, toutes générations et milieux confondus, mais les hommes sont souvent hypocrites sur la question.



Il ne faut pas laisser les sénateurs, les ONG, les associations, et les médecins se battre seuls contre la bêtise d'une minorité de député et la lâcheté de la majorité d'entre eux, et tout essayer pour faire retirer cette loi, avec des arguments sérieux et le soutien d'un maximum de personnalités, car cette décision anti juridique qui est une euthanasie programmée des prostituées, avec lesquelles nous devons être solidaires, même quand on est ni pute, ni client est aussi une boite de Pandore qui permet maintenant les pires atteintes au droit privé : nous sommes toutes et tous, concernés (ées)



J'ai signé votre pétition même si elle est obsolète, si vous avez l'intention de créer d'autres mobilisations avec d'autres intervenants, ce serait une bonne chose, car nous citoyens lambda, si notre sphère d'action s'est élargie grâce aux réseaux sociaux, nous ne représentons rien aux yeux de l'opinion publique, l'action doit être conjointe.



Bonne journée à vous, Brigitte.

Boris
Le 18/04/2016 à 13:19

Réponse de CheyN

Et puis en tant que femme lesbienne libre sexuellement, il m'est arrivé de consentir à des rapports sexuels avec des hommes par le Plaisir d'accueil que cela me procurerait et dont Brigitte parle si bien : la profonde reconnaissance (c'est le cas de le dire! ;') ) de ces hommes très touchants que j'avais alors choisis d'accueillir en moi n'a pas de prix.

J'imagine que c'est là toute la noblesse des travailleurs sexuels quels qu'ils soient !
Le 17/04/2016 à 19:12

Réponse de CheyN

@baron555 : Oui baron555. Il semblerait que l'on n'ait pas encore finit de toucher le fond de l'aberration à s'entêter à faire de solutions des problèmes ...



@Brigitte : Brigitte, si cela peut quelque peu vous consoler je sais que je fais partie de ces très nombreuses femmes, qui, A FORCE DE VOUS ÉCOUTER, et qu'elles aient été coincées, aigries, castrées ou revanchardes du fait de leur éducation, leurs expériences négatives de vie ou leurs terrorismes féministes, SE SONT LIBÉRÉES de toute cette victimisation délétère et régressive, à laquelle encore un trop grand nombre d'entre nous s'identifient tristement, en effet.



Merci de contribuer sans relâche à l'éveil de toute la noble spécificité complémentaire de nos énergies sexuelles, masculines (pénétrantes) comme féminines (absorbantes) ; équilibre essentiel à toute société humaniste digne de ce nom.



Quant aux prostitué-es, ils restent à mes yeux des acteurs sociaux incontournables en ces temps d'indifférence humaine toujours plus grandissante ...
Le 13/04/2016 à 11:26

Réponse de baron555

C'est très bien dit.je ne comprends pas que des personnes intelligentes comme vous ,avec une réelle expérience sur le sujet ,un authentique équilibre de jugement ne soient pas plus écoutées. Cette loi est une absolue calamité. Une fois de plus ,on pénalise par l'argent et on renvoie les hommes à la culpabilité originelle. J'ai beaucoup fréquenté les prostituées ,parfois sans passer à l'acte mais en payant quand même. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur l'acte d'amour dissocié du sentiment d'amour. Cette loi n'est pas qu'une hérésie ,elle montre ,si besoin était encore ,l'impossibilité pour les citoyens majoritaires ,ceux qui ne font partie d'aucun parti ,cercle de pression ,lobby communautariste,de se faire entendre. Le débat a été escamoté. L'Europe avec ses valeurs communes (la bonne blague...) se partage donc entre ceux qui pénalisent les vilains clients responsables de tous les maux ,financeurs de la pègre mondiale ,esclavagistes souteneurs de la traite des femmes et ceux qui légalisent l'activité ,avec des endroits réservés ,une surveillance médicale ,un statut et une reconnaissance sociale sans que l'aide au changement ne soit escamotée. Comment s'y reconnaître? comment respecter les auteurs de cette loi lamentable qui ne fera rien pour aider les femmes mais enfermera encore plus profondément les clients dans leurs tourments ,dans leurs diffficultés.Merci pour votre courage ,votre authenticité et votre finesse d'esprit ,Brigitte Lahaie.