La guerre des sexes est-elle inévitable ?

Publié le 10/10/2016 à 22:18

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu !

Nous sommes biologiquement faits pour nous assembler ou du moins pour nous accoupler. Comme deux aimants en opposition, il est fréquent que le rejet soit brutal et la communication compliquée. Mais au-delà des difficultés inhérentes au couple, sommes-nous vraiment fait pour nous entendre ? 

L'avis de Brigitte 

Bien avant de m’intéresser à la sexualité humaine, je m’étais passionnée pour la sexualité des animaux. Et ma première expérience sexuelle, si je puis dire, fut de voir ma petite chienne se faire sauter par le premier mâle du quartier. J’avais à peine dix ans et cette aventure me valut les railleries de toute ma famille. N’empêche, cela éveilla ma curiosité !

Chez les animaux, on trouve à peu près tout ce qui est imaginable. Des attitudes de séduction, de domination, des harems mais aussi de belles histoires de fidélité et même des rapports homosexuels. Bref, il y a dans le monde animal des affrontements mais aussi des tentatives de réconciliations entre mâles et femelles.

Il est intéressant aussi de constater qu’il y a un lien entre la taille du pénis et la compétition spermatique. Au final, on peut distinguer deux principes fondamentaux : l’attirance et la rivalité et ces deux principes sont tout à fait présents entre les hommes et les femmes. 

Ainsi, en tant que femme, nous serons attirées par l’homme dégageant le plus de virilité (notion qui évolue en fonction des cultures). Vous avez remarqué que les femmes ne fantasment pas sur des hommes insignifiants, faibles et fragiles.

Quant aux hommes, ils sont attirés par des femmes en âge de procréer et aux rondeurs correspondant le mieux à la capacité de mener à bien une grossesse. Pas étonnant dès lors qu’il y ait une guerre des sexes instinctive entre hommes et femmes.

Nous sommes fondamentalement différents dans le domaine sexuel : la femme cherchant la qualité et l’homme la quantité. Bien sûr, c’est un peu caricatural mais pourtant bien inscrit dans notre inconscient. À cela se rajoute des rapports de pouvoir dès qu’un couple s’est établi. 

Il est tout à fait normal qu’il y ait des conflits entre nous sauf si nous devenons capables de comprendre ce qui se joue. Notre intelligence doit nous servir à mieux réguler nos pulsions, nous apprendre à communiquer.

Notre humour devrait ensuite nous permettre de nous amuser de nos disputes et notre désir de rester ensemble devrait nous pousser à faire la paix sur l’oreiller. Pour enfin, laisser notre homme rugir de plaisir et finir par ronronner de bonheur…

 

Sylvain Mimoun

Gynécologue, andrologue et psychosomaticien

Elle POURRAIT l'être. Elle le serait si chacun des deux sexes tenait compte de l'autre. Le problème c'est que cette guerre a commencé dans un rapport de force où il fallait plus régler les comptes que la situation. 

Ce qui a changé la sexualité de ces dernières années c'est que les femmes ont changé ! Les hommes sont donc obligatoirement dans l'adaptation. Ils tentent de modifier les choses… 

La difficulté se fait sentir lorsque certains groupes de femmes ne sont pas dans le désir de changement - quoi qu'elles en disent - mais sont plutôt dans le discours du "il faut que les hommes changent". 

Tant que l'on est dans un bras de fer, c'est perdant-perdant ! 

Si tant est que les hommes entendent ce qu'il faut changer, ils ont déjà commencé à changer et ils continueront dans le bon sens. Le bon changement c'est s'occuper et tenir compte de la demande de l'autre et voir comment les choses peuvent se manifester favorablement. 

Les hommes, en tout cas ceux qui sont intelligents émotionnellement, ont compris que c'était un plus pour eux. Pas uniquement pour leur narcissisme mais simplement pour leur excitation à eux. Parce que comprenez bien : ce qui majore le plus l'excitation masculine c'est le plaisir féminin. Donc si l'homme va dans le sens de ce qu'elle souhaite ELLE, elle aura plus de plaisir et il en tirera plus de bénéfices. Ce sera donc un plus pour les deux et dans ces conditions nul besoin de faire la guerre… 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter