Le racisme nous concerne tous

Publié le 10/10/2016 à 22:18

Vous n’avez certainement pas pu ignorer cette nouvelle campagne qui dénonce le racisme. J’ai déjà entendu de nombreuses critiques mais je ne me permettrai pas de juger une initiative qui va dans le bon sens.

Le racisme nous concerne tous car, nous pouvons tous, un jour ou l’autre être touché.

Moi-même, j’ai subi l’opprobre à une époque parce que j’avais osé sortir du rôle imparti aux femmes au milieu des années 70. J’en ai souffert mais cela m’a appris à moins juger les personnes différentes de moi.

La différence fait peur, d’autant plus si on est mal dans sa peau. Or, aujourd’hui en France, de nombreux jeunes sont mal dans leur peau. La situation actuelle n’est pas si rose et cette époque est assez anxiogène, ce qui renforce, on le voit bien, ces élans nationalistes.

Or, nous sommes tous humains et pour lutter contre le racisme, il faut développer les notions de respect et de tolérance. Sans pour autant nier nos différences. Or, il me semble que ce deuxième point est trop souvent zappé parce qu’il n’est pas si simple à évoquer.

Je me garderai bien de donner un exemple en ce qui concerne le racisme, je prendrai plutôt des exemples que je connais bien. Évoquer les différences entre les hommes et les femmes est déjà suspect, comme si on était macho ou pas assez féministe. Mais la différence n’implique pas un supérieur et un inférieur !

De même : ce n’est pas la même chose de penser que la fidélité est la valeur essentielle ou de prôner le libertinage. Mais il n’y a pas une philosophie meilleure que l’autre. L’important étant de trouver un ou une partenaire ayant la même éthique pour que le couple puisse s’entendre. Ainsi, juger les fidèles comme ringards ou les libertins pervers parce qu’ils ne vivent pas comme nous, c’est être incapables de penser que notre vérité n’est pas la vérité universelle. C’est finalement être : intolérant. 

Voilà pourquoi la lutte contre le racisme passe par la tolérance. Et pour devenir tolérant, il faut souvent avoir souffert de l’intolérance des autres.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter