Fantasmes et perversions

Publié le 10/10/2016 à 22:18

Depuis quinze jours, je décode divers fantasmes et j’ai parfois été surprise que mon invité, a priori ouvert à la sexualité puisque sexothérapeute, juge certains fantasmes comme des perversions. Certes la limite entre fantasmes et perversions n’est pas toujours claire mais, pour ceux qui travaillent sur la sexualité, un peu d’ouverture me semble tout de même indispensable. 

D’ailleurs en sexologie, on n’utilise plus le mot de perversion mais on va parler de paraphilie, un terme qui est nettement moins connoté.

Voilà pourquoi j’ai tout particulièrement apprécié ce livre de Jesse BERING « Pervers - Nous sommes tous des déviants sexuels » aux éditions H&O qui justement nous démontre, certes avec parfois un peu de perversion, à quel point nous avons tous des déviances sexuelles, des fantasmes un peu limite et qu’au fond, plus de tolérance serait nécessaire. 

J’entends tous les jours quelqu’un me poser la question par rapport à ses comportements sexuels : « Suis-je normal ? » Or la norme sexuelle est tellement variable. Variable en fonction de l’époque, de notre culture, de notre éducation, de nos croyances religieuses, de notre orientation sexuelle. 

Le monde change mais finalement, les mentalités en ce qui concerne la sexualité n’évoluent pas aussi vite qu’on pourrait l’espérer. 

Si vous ne me croyez pas, laissez-moi alors vous poser cette question : auriez-vous envie ce soir lors d’un dîner chez des amis, leur raconter votre dernière masturbation ? Votre fantasme le plus secret ? Votre dernier rapport sexuel, que ce fut un échec ou un triomphe ? 

Bien sûr que non, mais rassurez-vous, moi non plus, parce que justement la sexualité doit rester quelque chose de intime. En revanche, personne n’a le droit, au nom d’une pulsion sexuelle de porter atteinte à l’intégrité de quelqu’un et encore moins à l’intégrité d’un mineur. Là, pas de doute, le terme de perversion s’applique…

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 21/03/2016 à 13:57

Réponse de filouzof

Chère Brigitte,

Je ne suis pas d'accord sur le fait qu'un sexothérapeute serait plus "ouvert"que ses "clients".La sexualité doit rester dans le domaine de l'intime comme vous le dites.Un fantasme 'réalisé ne l'ait plus,une perversion non assumée reste un fantasme...et chacun à ses limites y compris les"spécialistes".

Mais je comprends votre étonnement, tout le monde n'a pas votre "historique" en la matière, et votre avis est "personnel" et non "universel"...le sujet oui...



PHILIPPE.

Le 18/03/2016 à 14:04

Réponse de reve44

Oui fantasmes et perversion... N'y a-t-il pas une nuance, cependant entre les deux? entre le fantasme qui pour moi reste de l'ordre de l'imaginaire, et la perversion (qui est pour moi) est synonyme de "vécue"...

Mais j'avoues que depuis une fréquentation de ce forum, mes fantasmes ont évolués vers une certaines perversion et surtout une addiction. Merci à vous, Brigitte de tout ce travail réalisé hors et à l'antenne.

Eve