Pourquoi les femmes ont plus de mal à accepter leu

Publié le 10/10/2016 à 22:17

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu !

Si les femmes savent de mieux en mieux se faire entendre, elles ont encore beaucoup de peine à laisser s'exprimer librement leur sexualité. Comment faire pour pallier l'inhibition ? Les hommes et les femmes sont-ils condamnés à ne pas parler le même langage quand il s'agit de sexualité ? 

Bruno Martin et Brigitte vous répondent... 

Bruno Martin

Sexothérapeute

Archaïquement les femmes ont appris à se laisser aller sexuellement lorsque les garanties de stabilité amoureuse et sécuritaire étaient en place dans la nature. Ce vieux programme a encore force de loi. Elle commence à écouter les "chants érotiques" au moment où elle ressente a minima de l'attention pour leur personnalité toute entière. Écouter son désir serait donc suicidaire car ce phénomène brouillerait les cartes de la sélection sexuelles. Il exposerait à un choix de "mâles" dangereux ou inappropriés et ferait passer cette femme dans la catégorie des "proies faciles" à éviter absolument pour le choix à long terme de l'homme.

De plus, l'abandon sexuel que le désir demande est vécu par une femme comme le signe et la récompense des comportements adaptés de l'homme à son égard. Sur le plan masculin, le procédé fonctionne à l'inverse : "emparons-nous d'une bonne proie" montrant de belles promesses sexuelles et tentons de la convaincre de rester en l'aimant de notre mieux. Le désir masculin reste donc un fort marqueur, assez prioritaire, dans les critères de sélection des partenaires. Avoir ou créer un fort désir est même une caractéristique structurante de l'identité masculine.

A contrario, le désir arrive comme une fin signant le contrat d'attention affectif minimal chez la femme. Si bien que le monde entier, et en particulier les femmes, pensent que les hommes ont de gros besoins et que pour leur part elles en ont de plus modestes. Mais cette observation n'est pas si juste que cela. 

Le besoin est biologique. Le besoin sexuel est lié à l'acte de reproduction. Ni un homme ni une femme ne mourront s'il ne font pas l'amour pendant 10 ans !

En revanche le désir est la capacité du cerveau à se projeter dans des récompenses. Le désir sexuel pourrait s'exprimer ainsi : "j'ai envie de vivre des excitations sexuelles jusqu'à l'acmé d'orgasme avec une personne que j'apprécie et que j'ai librement choisie en femme adulte car tout ceci rempli mon identité féminine et m'épanouit".

Dans cette définition, nous observons que les femmes (nombreuses) qui attendent le réveil d'un besoin, comme on attend un le passage du facteur qui amènerait un colis d'oestrogènes, se trompent lourdement. Si elles ne jouent pas avec les sources d'excitation (imaginaire érotique, vision, audition, kinesthésie) elle peuvent attendre longtemps l'apparition d'un désir.

Aux femmes d'apprendre à jouer avec les sources du désir pour faire encore un pas de plus vers l'égalité.

 

L'avis de Brigitte

Même si les choses changent, il faut bien reconnaître qu’il est encore toujours plus facile pour un homme d’assumer ses pulsions que pour une femme. À une certaine époque, la fidélité féminine assurait la tranquillité de l’époux puisqu’il ne risquait pas d’endosser la paternité d’un bâtard. La société était basée sur le couple fondation de la famille. L’État, aidé de la religion toute puissante, inculquait aux femmes la notion de normalité suivante : une femme respectable est une femme fidèle, sans pulsions ni fantasmes. Avec un seul désir : avoir des enfants.

Aujourd’hui, avec la contraception et la liberté individuelle des femmes ces valeurs sont évidemment obsolètes mais elles restent encore bien ancrées dans nos mémoires. Il ne faut pas oublier que la culture change mais il faut toujours beaucoup de temps pour que d’autres repères culturels se mettent en place.

Avoir des désirs fait partie des choses naturelles. Pourquoi les femmes auraient-elles un appétit sexuel moins fort ? Une femme qui réclame du sexe à l’égal d’un homme, cela reste suspect. Quant aux fantasmes, il est assez rare que les femmes s’expriment librement sur ce sujet. 

Bien sûr, les femmes sont souvent plus en demande d’amour tandis que les hommes plus en demandes sexuelles… Mais au fond, derrière l’amour, il y a la rencontre sexuelle et après un rapport sexuel, un lien amoureux se crée. L’un comme l’autre aspirent à une vie affective harmonieuse. 

Et en règle générale, l’harmonie affective, et d’autant plus sexuelle, passe par une bonne entente. Or dans ce domaine, il n’y a pas de bons ou de mauvais choix, il y a le meilleur choix pour soi et pour son couple. 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter