L'orgasme féminin est-il si rare ?

Publié le 10/10/2016 à 22:15

La question de notre internaute. 


À la radio j'ai entendu cette affirmation: une femme sur deux n'aurait jamais connu l'orgasme ! Je ne veux pas demander de témoignages mais simplement avoir une réponse des discutions que vous avez avec d'autres femmes. Est-ce que vous pensez que cette affirmation est possible ?


La réponse de Vanessa LUCIANO, sexothérapeute


Cette affirmation me trouble et je suis certaine que c'est un peu excessif. Je pense que beaucoup de femmes aujourd'hui ont connu l'orgasme, du moins les plus jeunes, car notre société est aujourd'hui réellement dans une quête de performance. "Je n'ai jamais joui, je ne me sens pas femme", c'est ce que j'entends lors de mes consultations...


Alors elles cherchent toutes à connaître ce fameux orgasme qui fait "mouiller, crier et vibrer".


À celles qui veulent jouir, je leur explique en premier lieu ce qui se passe d'un point de vue physiologique lorsqu'arrive l'orgasme : chez l'homme, il y a une éjaculation et des contractions musculaires rythmiques des muscles du périnée. Chez la femme, il y a une rétractation du clitoris et des contractions rythmiques périnéales et vaginales. En ce qui concerne sa durée, on parle d'une moyenne de 6 secondes pour l'hommes et 20 secondes pour la femme. 


Après cette brève présentation "technique", quel est le ressenti ? C'est là que tout se complique ! Toutes les femmes jouissent différemment, du moins le ressentent de façon différente… Et vous ne me contredirez pas si je vous dis que les qualificatifs pour décrire l'orgasme sont nombreux ! 


Alors vrai ou faux ? Peut-on affirmer qu'aujourd'hui une femme sur deux n'a jamais connu cette jouissance extrême ? À l'occasion de la journée de l'orgasme le 21 décembre dernier, j'ai lu une étude sur ce sujet affirmant que 8 Françaises sur 10 (79 %) admettent avoir connu ou connaître des difficultés pour jouir. Ces chiffres me paraissent plus convaincants.


Effectivement, l'atteinte de l'orgasme chez la femme est complexe. Il faut une certaine capacité à lâcher prise et une connaissance de soi imparable (égocentration sensorielle) et ce n'est pas à la portée de toutes. Certaines ont du mal à se laisser aller en raison de :


- l'éducation répressive qu'elles ont reçue


- des fausses idées sur la sexualité


- un viol ou attouchements sexuels, la liste est non-exhaustive...


Ou au contraire sont trop vigilantes pendant l'acte (caractère obsessionnel) parce qu'elles sont dans le culte de la performance (elles aussi).


Mais est-ce que l'acte sexuel n'est QUE l'atteinte de l'orgasme ? 


Je ne crois pas. Et c'est en général quand on arrête de courir désespérément après quelque chose que l'on finit par l'attraper... 


Vanessa LUCIANO

Suivre cette discussion sur le forum BrigitteLahaie.fr

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter